Menu

Notez
Livres

        

Planète à Gogos | The Space Merchants | C. M. Kornbluth, Frederik Pohl | 1953


Un article ajouté/rédigé par | 28/07/2021 | Lu 449 fois




Planète à Gogos | The Space Merchants | C. M. Kornbluth, Frederik Pohl | 1953
Il y a bien longtemps que la Terre n'est plus gouvernée par les politiciens mais par les publicitaires. À coups d'annonces directes sur la rétine ou de pin-up en trois dimensions qui vous susurrent des slogans à l'oreille. Et qu'importe si notre planète est polluée jusqu'à l'os ! Seul problème : l'espace. Où loger les consommateurs nécessaires ? Sur Vénus ! Il suffit de les persuader que l'existence y est délicieuse. Ce à quoi s'emploie Mitchell Courtenay. Jusqu'au jour où une agence rivale tente de l'éliminer en toute illégalité — c'est-à-dire sans notification de meurtre préalable — et ébranle du même coup ses certitudes...

Fiche de lecture

Ecrit alors que l’économie américaine était en plein essor, que les miracles de la technique – alliés à sa suprématie – ouvraient grandes les portes de la consommation effrénée à ses citoyens, ce livre est comme une fausse note dans le concert merveilleux du mercantilisme triomphant.

Ce récit, ou plus exactement ce pamphlet, réalisé à quatre mains, met en avant le courage et la lucidité des auteurs, lancés à contre courant des étincelantes aventures interstellaires de l’époque. Tout y est : la pollution, la surpopulation, le gaspillage, l’exploitation forcenée de la main d’œuvre, l’avidité sans limite des possédants, la corruption des pouvoirs publics, la fuite en avant de l’humanité. On peut rapprocher cet ouvrage d’un titre comme 1984, où le totalitarisme ici dénoncé découle d’une évolution à la fois terrible et logique du capitalisme.

L’action se déroule dans un futur distant de quelques siècles, où subsistent deux catégories d’individus : les publicistes et les consommateurs. Les premiers imposent leur loi aux industries et achètent les politiques. Réunis en cartels concurrents qui se livrent parfois à la guerre en décimant légalement leurs employés réciproques, les grandes maisons de publicité n’ont d’autre objet social que de manipuler la masse des consommateurs, abrutis par une nourriture synthétique bourrée d’alcaloïdes et un bourrage de crâne ininterrompu. Travailler revient ainsi à tomber en esclavage, puisque tout est conçu pour piéger le malheureux qui n’a pas d’autre choix pour survivre. Tout est calculé pour accélérer sa dépendance ; le crédit facile accumule les dettes et le lie pieds et mains à son employeur. Appartenant de fait à l’entreprise qui l’exploite, l’employé peut voir, sans qu’il ait son mot à dire, son contrat de travail passer de main en main au gré des relations commerciales entre entreprises, et être contraint, sans appel, d'éxécuter les tâches les plus avilissantes.

Ce monde riant, qui pouvait paraître utopique à l’aube des années cinquante, est aujourd’hui d’une certaine actualité. Pourtant les auteurs ont voulu que l’espoir demeure, avec l’existence de groupuscules clandestins, les « consers » qui prônent ce que l’on désigne de nos jours sous le terme de décroissance : le retour à la raison et à une certaine forme d’humilité

La planète à gogos, c’est Vénus, nouveau terrain ouvert aux ambitions commerciales des terriens. Peu importe que cette planète soit inhospitalière et n’abrite pas la vie, pourvu que les affaires marchent. Aux publicistes de convaincre la populace d’y aller, à elle de trouver des solutions pour rendre habitable cet enfer et l’exploiter à outrance.

Les «consers» pourront-ils saisir leur chance et y établir un monde meilleur ? C’est tout le sujet de ce livre exceptionnel, une des pépites de la mythique collection du «Rayon Fantastique».




💬Commentaires

1.Posté par Erwelyn CULTURE MARTIENNE le 13/08/2021 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

erwelyn
Voici un "classique" dans lequel je ne suis jamais rentrée. Il faudrait que je réessaye un jour.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :


Blog partenaire


⚓️Membres sur le pont
Djackdah NIELLE
Philippe MORINEAU
Robert YESSOUROUN
Jean-Marc DE VOS
Lionel PETITJEAN
Koyolite TSEILA
Paul DEMOULIN
Hélène DESTREM

💬Commentaires et avis