Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Le capitaine et l’équipage du Galion des Etoiles vous invitent à explorer la Science-fiction et les mondes imaginaires en partageant leurs découvertes et leurs passions pour ces thèmes qui leur sont chers. La bienvenue à bord !

Notez

           
Une fiche signée : - publiée le 15/01/2019 (dernière mise à jour le 13/08/2019)
Lu 167 fois


Ultime Migration (Richard Deckard)

Un Voyage au Coeur du Système



FICHE TECHNIQUE/TAGS : Richard Deckard

La Terre n'a plus que quelques années à vivre, le soleil va l'engloutir. Comment sauver l'humanité d'une disparition annoncée ? Quelle solution ? Partir ? Oui. Mais où ? Le plus loin possible à bord de vaisseaux géants vers une hypothétique terre accueillante. Mais combien de personnes pouvons-nous sauver ? Un millier, quelques milliers, un million ? Le temps est compté. Et si nous découvrions un moyen d'aller directement sur une autre planète...


Ultime Migration (Richard Deckard)

Richard Deckard

Richard Deckard partage sa passion de l'écriture entre la Science-fiction, avec une saga de space-opera "Le Cycle Aïmi", et les Thrillers, avec la trilogie "Le Crépuscule des Âmes". Il est aussi l'auteur du "Gouffre" et de la série "Essence".

Fiche de lecture

C’était si invraisemblable. Un tel choc que les gens avaient basculé en mode ahurissement. Dans les villes, dans les rues, la vie s’était arrêtée comme figée dans le temps. Un vent pétrifiait les nations comme le souffle d’une nouvelle ère glaciaire. (Richard Deckard)
 
Ce court roman de Science-fiction de 38 pages environ est dédié à l’éphémère beauté de la vie dans l’univers. Comme point de départ : le grand chambardement, c’est-à-dire le moment où sont apparues les premières manifestations chaotiques du Soleil menaçant la Terre et toutes ses formes de vie. En effet, le Soleil se transformant en géante rouge, la fin du monde est annoncée d’ici un siècle, lorsque l’éruption destructrice se produira.
 
Dans cet ère pré-apocalyptique, les gouvernements de la Terre s’organisent. Ils construisent 80 vaisseaux spatiaux prévus pour emporter un total de 11'000 personnes à la recherche d’une hypothétique planète viable. Quand on y pense, c’est bien peu de gens et en plus, c’est une option réservée aux importants de ce monde et à ceux qui ont de l’argent, évidemment.
 
Jan, le personnage principal de ce récit, lui a mis en place une autre solution visant à pouvoir sauver davantage d’êtres humains. Ce qu’il a créé, c’est la téléportation à sens unique. Par le biais d’un cylindre générant un trou de ver, il peut envoyer une à une d’ici au cataclysme 985'000 personnes sur une planète vierge l’on ne sait où, mais il a découvert LA planète idéale.

Que ce soit à bord d'engins spatiaux ou via la téléportation, une partie des humains quitte la Terre dans une ultime migration où nul retour n’est possible...
 
Les faits sont tels qu’ils sont, tels que l’auteur nous les met sous les yeux, c’est-à-dire sans grandes explications. Cela paraît un peu facile et pour une lectrice curieuse et gourmande de SF comme je le suis, ce n’est pas vraiment nourrissant. Mais je dois dire aussi que c’est le format proposé, soit une nouvelle, qui veut ça, le texte court ne permettant pas – ou n’ayant pas pour but - de développer les thèmes abordés. Et ils sont nombreux dans cette histoire ! Mon cerveau en ébullition et mon imagination débordante ont déjà relevé les grandes lignes de ce qui ferait un super roman dans le genre pré-apocalyptique.
 
Donc, comme ça, aux premiers abords, le récit paraît classique et épuré. Le texte souffre de quelques coquilles et erreurs de ponctuation. Je me fais la réflexion que c’est probablement une énième nouvelle que j’oublierai aussitôt la dernière page tournée… quand soudain arrive le moment où – PAF ! - la chute se produit. Bon sang, elle est de taille ! Très franchement, bravo, parce que je ne l’avais pas vu venir celle-là et j’adore que l’on me surprenne. Et un double bravo, parce que cette chute donne instantanément une nouvelle relecture de l’histoire, comme si on rafraîchissait les couleurs d’un tableau. Cela lui confère une nouvelle dimension avec du relief, précisément l’ingrédient qui me manquait dans les pages précédentes.
 
En conclusion, « Ultime Migration » n’est peut-être pas un texte parfait, mais c’est une lecture qui m’a énormément surprise sur la fin, et ça, j’ai trouvé très plaisant. Contrairement à ce que je pensais, c’est une histoire que je n’oublierai pas de sitôt !


Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction et d’Imaginaire, ce sont des genres auxquels j'ai désiré rendre... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de supprimer les commentaires qui sont contraires au Règlement.