Menu

Notez
Films

        

On dirait la planète Mars | Viking | 2022


Un article ajouté/rédigé par | 13/08/2023 | Lu 571 fois




Affiche et synopsis

La première mission habitée sur Mars est en péril.

Pas de panique : une branche canadienne de l’agence spatiale envoie dans une base en plein désert cinq anonymes sélectionnés pour leurs profils psychologiques quasi identiques à ceux des astronautes. Ils doivent vivre comme eux, penser comme eux, être comme eux, pour anticiper et résoudre les conflits.

Mais ici ce n’est pas tout à fait la planète Mars. Et ce ne sont pas vraiment des astronautes.

Présentation

UFO, la boîte de distribution de ce film, annonce une cosmique-comédie. Des gens ordinaires doivent endosser le rôle des membres d’équipage partis pour Mars. Un prof de sport devient le double de l’ingénieur spatial, un vieux monsieur joue le rôle d’une exobiologiste, etc. Ces doubles improbables ont le même effet comique que la relance Jumanji avec des avatars complètement farfelus, mais inversés, et ça marche assez bien.

Le réalisateur, Stéphane Lafleur, s’est inspiré d’une série de photographies de Vincent Fournier, Space Project, dans laquelle on voit des astronautes perdus dans le désert. Il s’agissait de personnes issues d’une société qui organise des simulations martiennes. L’idée de faire semblant l’a beaucoup inspiré et c’est ce qui ressort dans le film, certaines scènes sèment le doute sur ce que ressent véritablement le double. On assiste même à des dialogues qu’on qualifierait de « lunaire » si la planète rouge n’était pas si présente, comme quand la « cheffe » de mission recadre un membre d’équipage et lui demande ce qu’il ressent (je vous laisse générer automatiquement l’accent canadien dans votre cerveau) :

« À la fois de la frustration et une certaine forme de colère, répond-il sans la moindre émotion. Et toi comment tu t’sens-tu ?
– Un sentiment de puissance et de contrôle absolu, mais aussi le sentiment du travail bien fait. »

Tous les rapports humains doivent être doublés d’une auto-évaluation clinique. La première scène est l’interrogatoire psy du personnage principal qui doit répondre sans réfléchir par vrai ou faux. La vitesse à laquelle il réplique empêche toute réflexivité. Il devient capable d’analyser ses réactions physiologiques comme une machine.

En cela je trouve que le thème est moins celui du double que celui d’une ontologie proprement moderne. Les uns et les autres se scrutent, comme le spectateur de télé-réalité, et la conséquence immédiate est que chacun se scrute lui-même. Tous les matins, chaque double reçoit sur une petite imprimante un carton de son équivalent martien, sur lequel il a transcrit son humeur du jour. Qu’importe que le double soit de bonne humeur : si l’autre est chafouin, il doit être chafouin. On voit très vite que ça ne tiendra pas longtemps. Ils doivent constamment se mettre en situation, coller à l’air du temps, eine räumliche Stimmung dirait Heidegger, en faisant fi d’eux-mêmes.

La motivation du personnage principal est de « faire la différence » en aidant à résoudre les problèmes psychologiques de la véritable équipe. Cette différence qu’il cherche, c’est l’ambition de sortir du lot et de devenir lui-même astronaute, une ambition de l’ordre du rêve d’enfant qui perdure et le porte, le pousse à être plus que lui-même. Finalement, c’est l’histoire du garçon de café qui joue à être un garçon de café, il est ce qu’il n’est pas et il n’est pas ce qu’il est. Un personnage métastable comme je les aime.

Côté film en lui-même, le réalisateur avoue qu’il avait envie de faire une « face B » des films de science-fiction, « faire un film qui se prend pour un film américain, sans en avoir les moyens ». De fait, les acteurs vont et viennent du franco-canadien à l’anglo-américain, ce qui rajoute à la joyeuse étrangeté de ce film. Ils croisent deux cowboys interloqués par ces hurluberlus en combi qui tentent de dégager un quad embourbé, le responsable de la NASA leur fait des discours disproportionnés sur leur mission, bref ils se retrouvent dans un décor trop grand pour eux. Ajoutons qu’il a été tourné en 35 mm, pour ajouter un côté « analogue », selon Stéphane Lafleur, et qu’il a fait appel à l’artiste plasticien Yonkers Vidal pour créer la planète Mars, ses vidéos sont étonnantes.

Je termine par cet amusant rapprochement que ne peuvent offrir que les Canadiens : le réalisateur Lafleur dirige le comédien Laplante...
Mars Desert Research Station #7 [MDRS], Mars Society, San Rafael Swell, Utah, U.S.A., 2008 | Photo @ Vincent Fournier, https://www.vincentfournier.co.uk/
Mars Desert Research Station #7 [MDRS], Mars Society, San Rafael Swell, Utah, U.S.A., 2008 | Photo @ Vincent Fournier, https://www.vincentfournier.co.uk/

Bande-annonce


Bruno Blanzat
Copyright @ Bruno Blanzat pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur


💬Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 13/08/2023 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Ce film m'a vraiment l'air d'être un OVNI, merci pour cette présentation ! J'ignore s'il peut me plaire ou pas, quoi qu'il en soit, je le visionnerai à l'occasion.

2.Posté par Michel MAILLOT le 13/08/2023 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mmaillot
C'est marrant, ça m'a aussi fait penser, comme clin d’œil, même si rien à voir, à la fameuse théorie que Kubrick aurait filmé l'atterrissage lunaire de juillet 1969, n'ayant donc jamais existé.
Mais en tout cas l'idée est vraiment très bonne, traité sur un côté comique comme semble-t-il ici ou plus sérieux sur les aléas ou conséquences d'un voyage aussi lointain sur les comportements et rapports humains. La planète Mars, elle (me) fait rêver depuis belle lurette, mystérieuse, envoûtante, j'espère être encore de ce côté ci du miroir lorsqu'on y parviendra. Dépêchez vous bon sang !

3.Posté par éric MARIE le 13/08/2023 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ATRAVERSLESPACE
Loufoque, surréaliste ? Assurément une curiosité que je vais m'empresser de découvrir.

4.Posté par Koyolite TSEILA le 13/08/2023 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
@Michel : Oui, et moi cela m'a fait penser, comme clin d'oeil, à Capricorn One

5.Posté par HELENE QUIENE le 14/08/2023 09:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

alienq
Ah !!! ça donne vraiment envie !! Est- ce du Quentin Dupieux canadien ??? Et où le trouve t on ???

6.Posté par Koyolite TSEILA le 15/08/2023 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
@Hélène Quiene : comme le dit Bruno dans sa présentation, le réalisateur est Stéphane Lafleur et il s’est inspiré d’une série de photographies de Vincent Fournier pour réaliser son film. Quant à où le trouver, il semblerait qu'actuellement il soit projeté au cinéma, sa sortie en France étant récente. J'espère que nous pourrons bientôt le voir à la TV ou le visionner sur une plateforme de streaming.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

Le Galion des Etoiles est un site sans publicité. Vous aimez nos articles, matelots ? Vous pouvez faire un don et ainsi soutenir Le Galion des Etoiles. Merci !