Menu

Notez
Anthologies

        

Les Voleurs d'Absurde | Robert Yessouroun | 2018

Recueil de Nouvelles


Un article ajouté/rédigé par | 01/09/2018 | Lu 652 fois




Les Voleurs d'Absurde | Robert Yessouroun | 2018
Vous pestez devant le distributeur de coupures bancaires. Cette borne interactive vous énerve : après trois tentatives, rien à faire, elle ne prend pas en compte votre demande particulière... Oubliez cette petite frustration mesquine. Vous n’avez encore rien vu. Des appareils super programmés vous attendent, avec plus d’un tour dans leur module.

Ainsi, dans ce recueil, vous allez fréquenter des machines improbables qui donnent à méditer sur les retombées psychologiques d’une Intelligence Artificielle Viscérale. Attendez-vous, de la part de ces robots, tantôt à un attachement tendu, tantôt à un détachement fâcheux. Quoi qu’il en soit, vu leur manque de rodage dans la sensibilité et les réactions affectives, ces automates, plus imprévisibles les uns que les autres, ne pourront que verser dans l’outrance : abus de l’intuition, fixette sur l’imagination, perfectionnisme, surprotection, générosité narcissique, manie de la survie, fureur d’être né, obsession de son propre accomplissement…

La plupart de ces engins seront lâchés dans des villes connues comme Londres, Genève ou Bruxelles. Ils n’y manqueront pas de vous surprendre dans les rues, dans les demeures contemporaines de quartiers authentiques. Ces décors ne rendront-ils pas plus réels ces androïdes de l’avenir ? Là, ils côtoieront des humains singuliers, cocasses, un peu (pas trop) fêlés. Face à l’adversité technique, ces personnages passeront pour moins admirables qu’amusants, tel l’entourage de monsieur Hulot.

Lien utile


Le Galion des Etoiles *
Science-fiction, Imaginaire et récits maritimes En savoir plus sur cet auteur



💬Commentaires

1.Posté par Castle FL le 16/08/2019 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FLCastle
Ma dernière lecture : Les voleurs d’absurde, de Robert Yessouroun. Un recueil de 10 nouvelles centrées sur une des passions de l’auteur : Les robots. Des robots comme on les a rarement vus cependant ! Des robots intelligents… et émotifs. Car après tout, comment une Intelligence Artificielle (les fameuses IA dont sont truffées les intrigues de nombre de romans actuels), serait-elle en mesure d’effectuer un choix sans éprouver d’émotions, de préférences, sans être capable d’analyser ce qui est, subjectivement, bon ou mauvais ? Au travers de ces 10 courtes histoires, Robert Yessouroun met à mal les lois d’Asimov (avec une pointe de respect non dissimulée pour le « bon docteur »), en confrontant ces machines du futur à des situations somme toute banales, mais surtout génératrices de conflits décisionnels et d’interprétations différentes. Quant aux humains… disons que face à ces mécaniques facétieuses, ils connaissent des fortunes diverses ! Tout cela dans le style fluide et riche de ce magicien des mots. Avec une richesse de vocabulaire et une utilisation détournée de certains termes, des plus rafraichissantes. J’avoue être resté admirativement bloqué sur le « débordélisateur » !! Bref, un ouvrage dont l’originalité procure au lecteur un sentiment inédit d’évasion, loin du tumulte de la hard SF classique… Pour les plus curieux, la bibliographie de cet auteur est déjà riche de pas moins de sept romans, auxquels se rajoute ce recueil.

2.Posté par Jean Christophe GAPDY le 14/07/2020 11:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JCGapdy
L’un des points qui caractérise la « soft » SF est que les IA, robots et androïdes peuvent y avoir une âme. Ce que j’utilise personnellement avec grand plaisir dans mes écrits. Mais je dois reconnaître que je n’ai ni la faconde ni la truculence de ces 10 petites pépites que j’ai découvertes dans « Les voleurs d’absurde » de Robert Yessouroun.
Ce n’est pas le premier texte que j’apprécie de cet auteur – « Un village près des étoiles » reste, en roman, mon préféré – mais, là, j’ai décroché le pompon des tours de manège.
Ce sont 10 nouvelles qui caricaturent nos travers d’humains, nos petits défauts autant que nos élans et bontés, sur fond d’IA et d’androïdes « surhumanisés » qui buggent et font ressortir cette ambivalence que nous possédons toutes et tous. Chaque texte pointe un ou plusieurs de nos traits de caractère, de nos distorsions et nous laisse les juger à l’aune de l’un de ces robots quelque peu défaillants.
C’est drôle, gentiment satirique, empli d’une joyeuse absurdité et de milliers de détails totalement farfelus qui en font la saveur – comme ces bonbons qui pétillent dans la bouche quand on ose enfin les croquer. Le genre de livre qu’il faut emporter à la plage ou à la montagne, qu’on lit sous le parasol ou dans le hamac, avec le sourire à chaque page.
Je ne vais pas faire le tour des 10 nouvelles – n’étant que piètre chroniqueur – mais j’ai mes préférées et d’autres auxquelles j’ai un peu moins accroché ce qui fut le cas de « Mal venir au Monde », sans doute parce que le reporter présenté – particulièrement fat à mon goût – me rappelait un peu trop quelqu’un de réel.
La palme et le premier prix reviennent, sans aucune hésitation pour moi, à « Le journal d’un robot » qui nous décrit les états d’âme et les profondes difficultés de l’un de ces êtres artificiels. Le pauvre est, en effet, confronté à des choix cornéliens face aux fameuses lois de la robotique du bon docteur. Nous avons droit à une sorte de journal intime d’un robot majordome – qui voit tout et ne dit rien comme un parfait majordome devrait l’être sans doute – mais qui ne sait à quelle loi se vouer lorsqu’il est confronté aux complexités de caractère de ses « maîtres » autant qu’à celles de leur langage souvent ambigu et prêtant à confusion.
Un régal entaché, hélas, par la situation qui m’a laissé intellectuellement moins disponible que je ne le souhaitais. Ce qui signifie simplement que je me referais une deuxième lecture plus au calme à l’automne si la sérénité est de retour, histoire de savourer ces 10 petits textes sans Agatha Christie.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :



⚓️Membres sur le pont
Robert YESSOUROUN
Christobal COLUMBUS
Charlotte BONA
Jean pierre FREY
Frédéric VASSEUR
Dumè ANTONI
Thierry B.
Paul DEMOULIN

💬Commentaires et avis