Menu



Notez
Livres

        

Le Cycle d'Alamänder


Un article ajouté/rédigé par | 09/07/2019 | Lu 187 fois


⚓️ : Alexis Flamand


Tome 1 - La Porte des Abysses

Le Cycle d'Alamänder
Dites adieu à la Fantasy que vous connaissez ! Aujourd’hui, vous partez pour Alamänder.

Allez donc saluer Anquidiath, le demi-dieu enfoui sous la montagne, chatouiller les monstrueux poulpes de guerre, flâner parmi les épis du champ de blé carnivore !

Jonas Alamänder, mage et détective, vient de perdre sa maison confisquée par un royaume voisin.

Accom¬pagné d’Edrick, l’un des soldats chargés de lui apprendre la nouvelle, et de son facétieux démon Retzel, il part pour la capitale de Kung-Bohr afin d’y plaider sa cause. Là, il se voit contraint d’affronter intrigues de cour et ennemis redouta¬bles, en montrant autant de talent dans l’art de la magie que d’incrédulité face aux mystères qui se dévoilent peu à peu.

Pendant ce temps, Maek, un jeune garçon aux penchants morbides, affronte un champ de blé carnivore afin de rallier la fameuse école des assassins T’Sanks.

Préparez-vous à découvrir un monde où se côtoient humour, rebondissements et créatures improbables. Un monde original et foisonnant d’où vous ne reviendrez peut-être pas indemne.

Alexis Flamand

Extraterrestre qui a pris forme humaine en 1970, Alexis s’est retrouvé coincé dans son corps d’emprunt et vit désormais du côté de Bordeaux. Doté d’un humour indéniable, il le partage avec enthousiasme dans « Le Cycle d’Alamänder », romans réalistes sur sa galaxie, que les humains considèrent comme des récits imaginaires de SF ou de Fantasy. Il est aussi fan de jeux de rôle, de jeux de plateau, de jeux vidéo, de graphisme et de rock progressif.

Fiche de lecture

Je découvre Alexis Flamand avec cet ouvrage, la Fantasy n’étant pas ma grande spécialité. J’en lis très peu par rapport à la Science-Fiction, domaine où je dévore livres sur livres. Ce cycle m’a été chaudement recommandé. J'ai donc profité de cette réédition par Leha. A l'origine, le cycle comportait quatre volumes. Dans la présente édition, le cycle a été re-découpé et est composé maintenant de trois tomes.
 
Il semblerait que l'auteur soit un extra-terrestre et que ce cycle d’Alamänder soit un ovni dans le genre. C’est pas faux ! Pas de dragons, pas d'elfes, pas de trolls, mais des démons, des créatures étranges, comme les poulpes de guerre. La magie est abordée de façon originale... Dès les premières pages, on est transporté comme par enchantement dans une histoire incroyable, improbable, pleine de charme, d’humour et de clin d’œil. Ce premier tome est un pur émerveillement.
 
En tournant les toutes premières pages, nous commençons par faire la connaissance de Jonas Alamänder. C'est un Mage Questeur assermenté œuvrant dans le royaume de Mehnzota. C'est en d'autres termes un détective spécialisé dans les enquêtes où la magie entre en jeu. Puis nous rencontrons Retzel, démon au service de Jon. Enfin, au service est un bien grand mot... Quelques années auparavant, pour les besoins d'une enquête, Jon avait tenté d'invoquer un puissant démon du Troisième-Cercle-En-Partant-De-La-Gauche. Ce fut un échec le plus total. A la place, il a invoqué un diablotin mineur et minable, un vrai cauchemar ambulant, un semeur de chaos. Et bien sûr, impossible à renvoyer. Depuis, Retzel a pris ses aises dans la maison du détective, mais ce dernier le tolère, car malgré tout le démon est un compagnon acceptable durant les moments de solitude et surtout car le démon avait mangé son chat... Dès le début de l'ouvrage, c'est sous couvert d'humour que nous apprenons à connaître cet étrange duo.
 
-Bien sûr, patron. Avec joie, patron. Dois-je vous rappeler que le dîner attend ?
-Tu as préparé le dîner ?
-Non, justement.
 
En parallèle de l'intrigue qui va amener Jon et Retzel dans la capitale du royaume de Kung-Bohr, le lecteur va suivre le voyage initiatique de Maek, adopté par une famille de paysans guerriers. Le jeune garçon part à la recherche de la mystérieuse école T’Sanks,  l’école des assassins. On va suivre ses péripéties à travers le champ de blé dévoreur, à travers le désert et lors de son arrivée aux Macrovores. Entre acharnement, obstination et patience, Maek va découvrir progressivement quelle est sa destinée.
 
Dans ce premier volume, Alexis Flamand sait décrire avec imagination et originalité des mondes extraordinaires dans leurs moindre détails. Un excellent exemple avec les Macrovores. L'auteur crée avec brio une toute nouvelle biologie, un véritable biotope. Les botanistes vont apprécier.
 
L'auteur crée un certain dynamisme en alternant les deux récits. Le départ est assez lent. L'auteur prend son temps. Il pose le décorum, le contexte. Il nous présente ses héros hors du commun. Mais soyez prudent, cela va vite s'accélérer. Telle une montagne russe où le départ est lent, l'histoire va s'envoler et prendre des directions auxquelles vous ne vous attendiez pas.
 
On découvrira d'autres personnages importants au fur et à mesure de la lecture. Mais l'auteur a fait attention à ne pas en créer une multitude. Cela permet de bien suivre l'évolution des protagonistes. Une fois arrivé à Ker Fresnel, la capitale du royaume de Kung-Bohr dirigée par une main de fer par Ernst XXX, Jonas nous fait découvrir un autre monde extraordinaire dépeint dans ses moindres détails ici également. Une ville construite dans une caverne habitée par une étrange créature. Une ville avec une administration poussée à l'extrême jusqu'à l'absurde, nous rappelant quelques-unes de nos lourdeurs administratives. Rappelez-vous comment Jon a pu entrer dans la capitale ! Enfin nous découvrons un monarque dont on a du mal à se décider s'il est un pur génie en stratégie politique ou un mégalomane décérébré et paranoïaque.
 
Alexis Flamand a une imagination débordante. Les mondes qu'il décrit sont criants de vérité, riches, complexes et donnent l'impression que l'auteur a vécu dans ces contrées extraordinaires. Tout y passe, faune, flore, architecture, l'histoire de chaque monde. Les personnages qu'il dépeint sont d'une grande profondeur et intéressants. Certains torturés par des psychoses profondes, d'autres cachant leur véritable identité ou jouant un jeu dangereux. Qu'ils soient maléfiques, bons ou mauvais, on va s'attacher rapidement à ces personnages.
 
Chaque chapitre commence par un texte introductif. Certains font des clins d’œil comme par exemple au chapitre 7 avec l’interview de Ramachandara Witatzu, dit Rama, par Thêta Klarque. Je vous laisse imaginer comment est signé le texte. Allez,  je vous le dis : Thêta Klarque, Rendez-vous avec Rama. J’adore ce genre de clin d’œil que l‘on retrouve un peu partout dans l’ouvrage. Cela en devient même un jeu.
 
Comme indiqué dans sa présentation, Alexis Flamand est doté d'un humour indéniable. En voici quelques exemples qui m'ont bien fait rire.
 
Les spores pénètrent dans les poumons et profitent de la chaleur et de l’humidité pour germer. En général, un homme bien constitué, sportif et qui prend soin de lui met plusieurs semaines à mourir. À la fin il est tout simplement transformé en sac de spores.
 
Cela lui rappela les attributs d’un temple de Lustu’Chlu, sinistre Dieu des Abysses et de la Sieste, dont il avait combattu les séides en compagnie de son maître plusieurs années auparavant.
 
Ce que j'ai également aimé dans ce premier tome, c'est comment la magie est abordée de manière originale. C'est très bien vu et très bien pensé. Notez bien tout ce qui est expliqué et raconté. Vous comprendrez plus tard dans le cycle. On s'aperçoit que l'auteur est un fin calculateur, rien n'est laissé au hasard. Et au fur et à mesure de la lecture, les éléments du puzzle vont s'assembler et une vision générale commence à apparaître. Ce qui vous semblait être un petit détail, peut s'avérer être une information capitale par la suite.
 
Mais revenons à comment est abordée la magie ici. L'explication physique est racontée par Ramachandara Witatzy dans l'introduction du chapitre 2 (Introduction au Noble Art). Il y parlera de l'état de l'ART (encore un magnifique jeu de mot), mais ART pour Altération de la Réalité Transformable. Mais comment cela fonctionne ? En fait, c'est très simple. La magie consiste à modifier l'Aura des êtres et des objets. Le mage établit un écheveau à l'aide de ses doigts afin de tisser son Aura comme on tisserait un cocon de soie. Vous noterez encore une fois un bon jeu de mots dans l'explication que donne l'auteur dans ce texte introductif. Au fur et à mesure du tissage, le mage modèle la forme de l'aura grâce aux mouvements de ses doigts modifiant ainsi sa forme, son épaisseur, ses propriétés en somme. La voix du mage est importante également lors du processus car les vibrations émises modifient également les propriétés du fil de l'Aura. Plus tard, l'auteur ira jusqu'à même faire un rapprochement avec la mécanique quantique.
 
Le simple fait d'observer une scène la modifie.
 
Cette propriété est très importante pour aider les Mages Questeurs dans leur investigation. En effet, il est impossible de masquer l'utilisation de la magie et ce, quel que soit son type. Si elle a été utilisée dans une scène, alors il y aura forcément une trace, car cette dernière transforme la réalité.
 
Outre l’humour, l’auteur fait passer par-ci, par-là, quelques petits messages comme celui-ci :
 
Tu nous connais : on découvre un nouveau lieu, on s’extasie devant tant de beauté, et puis on finit par semer des papiers gras un peu partout.
 
A la fin de ce premier tome, on trouvera un making of plein d’humour et illustré par de magnifiques gravures.
Je ne vais rien vous dire, je vous laisse le plaisir de la découverte. Mais c'est le même style d'humour que vous avez pu rencontrer tout au long de votre lecture. C'est la cerise sur le gâteau qui conclut de façon magistrale ce premier volume qui en comprend trois au total !
 
Pour conclure, je dirais simplement que j'ai été extraordinairement surpris par ce roman. J'avoue, je ne m'attendais pas du tout à ça en ouvrant le livre et en parcourant les premiers chapitres. Je m'attendais à une simple histoire banale de Fantasy. On en est loin, très loin. C'est dépaysant, rafraîchissant. Un pur régal. Les personnages possèdent une profondeur, le style d'écriture est travaillé, équilibré et sans lourdeur. Les descriptions sont nombreuses, précises et très détaillées. Mais elles ne tombent pas dans le travers d'interminables enchaînements de phrases sans âme qui amènent à la somnolence. Et bien entendu une intrigue aux nombreux rebondissements, une intrigue dont la trame se tisse au fur et à mesure de la lecture. Chaque détail a son importance même s'il vous paraît insignifiant. Vous n'êtes pas au bout de vos surprises.
 
Bref, foncez ! Mais attention, ayez le second tome à portée de main. Soyez prêt à dégainer ce deuxième volume car le premier s'arrête en pleine action, sur un terrible cliffhanger rempli de révélation !
Le Cycle d'Alamänder

Tome 2 - La Citadelle de Nacre

Le Cycle d'Alamänder
Toujours vivant ?

Vous n'êtes pourtant pas au bout de vos peines. A Kung-Bohr, les Xéols investissent la capitale et donnent vie à leurs effroyables projets. Quant aux Mehnzotains, ils profitent de la faiblesse de la capitale pour lancer leur redoutable puissance thaumaturgique à l'assaut du pouvoir.

Pendant ce temps, à bord d'un énorme vaisseau filant à travers le champ carnivore, Jon et ses compagnons sont engagés dans une course poursuite contre un implacable adversaire en pièces détachées. Sur leur route, obstacles et révélations s'accumulent, qui risquent de changer à jamais la face d'Alamänder.

Comme l'ouvrage précédent, celui-ci peut être à l'origine de désordres neurologiques irréversibles. Il est encore temps de reculer.

Fiche de lecture

A peine le premier tome refermé, je me suis précipité vers ma bibliothèque pour aller y chercher la suite des aventures de Jonas. Je n'allais tout de même pas rester sur un cliffhanger. Je n'allais pas laisser nos héros en pleine bataille dans une ville assiégée par les Gretchens, ces étranges créatures des profondeurs de Ker Fresnel, dans une capitale où l'avenir même d'Alamänder est en jeu !
 
Pas besoin de résumé du coup ! De toute façon, il n'y en a pas au début de La Citadelle de Nacre. Alors j'espère que vous aurez l'occasion d'enchaîner les 3 tomes sans coupure sinon, dur dur. D'ailleurs Alexis Flamand explique, non sans humour, pourquoi il n'y a pas de résumé et vous invite à l'écriture vous-même. Et oui, l'auteur vous a même laissé de la place pour le rédiger ! On est toujours en présence du même humour et c'est excellent ! On ne s'en lasse pas. J'avoue que j'avais une certaine appréhension avec ce second volume, j'avais peur d'un certain essoufflement une fois l'effet de surprise disparu. Et bien non ! Je vous rassure. On retrouve les mêmes ingrédients que La Porte des Abysses. Humour, imagination débordante, rebondissement, l'auteur nous prouve qu'il peut tenir la distance. Je dirais même plus, il y a une montée en puissance par rapport au premier tome.
 
On retrouve donc nos héros tels qu'on les avait laissés dans le premier tome, en très mauvaise posture !

On est un peu comme Jon. On ne sait pas où tous ces évènements vont nous emmener et quelles seront leurs conséquences pour Alamänder. Le conflit avec les Gretchens finit par prendre fin mais une autre menace apparaît, les Xéols ! Et les partisans contre Ernst profitent du trouble occasionné pour prendre le pouvoir. Notre mage questeur apprend alors qu'une affaire urgente l'attend à YArkhan. Jonas partira de Ker Fresnel à bord du vaisseau royal le Locust avec lequel il traversera les champs de blé dévoreur.

Là encore, nous avons la preuve de l'imagination très fertile d'Alexis Flamand. Le Locust est un véhicule de transport pour le moins original dans sa conception et sa construction. L'histoire de sa fabrication est expliquée en détail. Et le chef ingénieur de bord n'est pas sans nous rappeler un certain Scotty...
 
Beaucoup d'action, peut-être un peu trop. C'est probablement le seul défaut que je trouve à ce second tome. On n'a pas le temps de respirer une seule seconde. On va de rebondissements en révélations. Et certaines révélations font surgir de nouveaux mystères. Mais l'auteur mène parfaitement sa barque.
Les trois royaumes sont dans un contexte plus qu'explosif.
 
L'auteur rajoute des éléments expliquant comment fonctionne la magie dans son univers et comparera son fonctionnement à celui d’un système informatique avec tous ses termes qui lui sont liés. Tout du moins pour la magie qui est utilisée à YAkharn, la magie mehnzotaine étant plutôt organique. On parle véritablement d'une science. Il existe des sortilèges et des sous-sortilèges comme il existe des programmes et des sous-programmes.
 
Beaucoup de révélations. Jon les apprend en même temps que le lecteur. On apprendra en autre la vérité sur l'école T'Sank, son véritable objectif, enfin, le véritable objectif de Maek
 
Page 58
« On appelle cela la théorie des cordes. »
 
On retrouve comme dans le premier volume, beaucoup de clin d'œil à des théories scientifiques contemporaines comme la théorie des cordes. Elle s'explique par l'utilisation des cordes qui en se rétractant et en se tendant permettent de faire avancer des objets. Certaines cordes plus épaisses plongent directement dans un élément et en ressortent en tenant serré dans leurs nœuds un peu de cet élément. C'est une technique très difficile à apprendre mais que Sémiant un grand adversaire de Jon semble parfaitement maîtriser.
 
Un autre petit clin d'œil donc je vous laisse deviner la provenance. Voici la question que pose Anquidiath, le demi-dieu enfoui dans Ker Fresnel, rappelons-le, capitale de Kung-Bohr. On y apprendra d'ailleurs une chose étonnante, Anquidiath se fait, se faisait, appelé Enki Diath. Avec Alexis Flamand, aucun hasard... L'auteur commence à semer le doute dans votre esprit.
 
Page 100
« Quarante-deux ? Vous seriez donc l'un des Hempés ? »
 
Comme dans le premier volume, Alexis Flamand sème par-ci, par-là, des petites références. On se prend rapidement au jeu encore une fois. Un autre exemple quand Rachel détruit la dague T'Sank à l'aide d'un sortilège de combat. Quelqu'un explique alors qu'il y avait un autre moyen de détruire l'arme.
 
Page 181
« Nous aurions pu constituer une petite communauté, puis nous mettre en quête d'un volcan, et... »
 
Pour finir, comme le dit l'auteur lui-même, il écrit de la Fantasy avec de l'humour plutôt que de la Fantasy humoristique. Effectivement, cela serait castrateur et réducteur que de dire que ce qui marque le plus le cycle d'Alamänder c'est l'humour. Certes, c'est une part importante. Mais c'est surtout une histoire sacrément bien construite, pleine de rebondissements, de révélations, d'originalité. L'auteur avec son imagination débordante nous offre ici un voyage extraordinaire, dans des mondes avec leur biologique propre, leur bestiaire propre. On est littéralement transporté. Les personnages toujours aussi attachants bien que Jonas soit passé au second plan une bonne partie de ce second volume. Mais les dernières pages sont diaboliquement époustouflantes. Il me tarde d'attraper le troisième et dernier volume du cycle et de connaître le dénouement de cette histoire.
Le Cycle d'Alamänder

Tome 3 - La Nef Céleste

Le Cycle d'Alamänder
Fraîchement arrivés à YArkhan, Jon et ses compagnons entreprennent une enquête qui les mènera bien au-delà des confins d'Alamänder. Aventures, rebondissements et révélations ahurissantes leur permettront de comprendre la véritable nature des enjeux autour de leur monde, les confronteront aux puissances qui se déchirent pour sa domination, et les obligeront à puiser dans leurs ultimes ressources pour survivre au combat décisif qui s'annonce.

Avec ce dernier tome, Alamänder repousse encore les frontières de la fantasy grâce à un savant mélange d'intrigues dantesques, de mondes oniriques et de coups de théâtre au sein d'un univers à nul autre pareil. Partez pour Alamänder, vous n'en reviendrez pas !

Sylvain .
Depuis ma plus tendre enfance, j'ai toujours été curieux de savoir comment fonctionnent les choses... En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :


Blog partenaire


Membres sur le pont
Robert YESSOUROUN
Djackdah NIELLE
Philippe LEMAIRE
Julien VERHAEGE

Commentaires et avis