Menu

Notez
Textes offerts par les auteur(e)s

        

Jour de Mai | Didier Reboussin | 2015


Un article ajouté/rédigé par | 27/11/2022 | Lu 163 fois


⚓️TAGS : 2015, Didier Reboussin


Copyright @ 2022 Le Galion des Etoiles | Jour de mai, une nouvelle de Didier Reboussin
Copyright @ 2022 Le Galion des Etoiles | Jour de mai, une nouvelle de Didier Reboussin
Chers lecteurs, chères lectrices,

Voici un texte de 2015, inspiré d'une nouvelle de Catherine Moore et Henry Kuttner.

Bonne lecture !

Téléchargements


Source

Texte @ Didier Reboussin, tous droits réservés

Didier Reboussin
Copyright @ Didier Reboussin pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur


💬Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 27/11/2022 08:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Je ne connais pas le texte des deux auteurs dont cette nouvelle de Didier Reboussin est inspirée, donc je ne pourrai pas faire de comparaison ou de rapprochement. Mais je dirais ceci : l'ambiance dans cette grande ville futuriste bourrée d'affiches et de spots publicitaires est bien rendue. On est tout de suite dans le bain. Tout ce matraquage publicitaire est bruyant, agressant, mais aussi tentant, hypnotisant... moi qui ai horreur de la pub, je ne peux que compatir à ce que ressens le personnage principal. Le conflit qui l'habite est bien décrit, la tentation est partout, mais il tient bon. Enfin, plus ou moins, parce que je n'avais pas vu venir l'arnaque dont il est victime. Plutôt qu'une question, j'aurais pour ma part préféré une chute explicite, histoire de bien enfoncer le clou. Merci pour ce texte !

2.Posté par Sylvie DELÉZAY le 29/11/2022 12:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sylviedelezay
Donc voici mon ressenti : j'ai été alléchée par la référence à Kuttner et Moore (que je n'ai pas lus depuis longtemps). De mémoire, on retrouve leur ton désenchanté, mais il me manque leur humour particulier, ce décalage par rapport au réel de "Mimsy were the borogroves" par exemple. Sans doute parce que le futur est déjà ici, et que l'altérité décrite est finalement déjà quotidienne ? La description d'une "modernité" en matraquage publicitaire constant me semble datée, et typique de Damasio ; dénoncer "la société de consommation" me semble référer à hier, voire à avant hier, et non à un futur possible. Reste le portrait, également daté et un peu désespérant, d'un narrateur paumé, sans clés et sans ressources (cognitives), et comme dans les années 50 victime d'une "femme fatale" dont on ne sait plus finalement si elle existe ou pas. Donc au bilan, une lecture fluide, et qui fait réfléchir sur ce qui change, ou pas, dans la modernité. Merci pour ce texte !

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.