Menu

Notez
Livres

        

Ce Monde est nôtre | Francis Carsac | 1962


Un article ajouté/rédigé par | 08/02/2022 | Lu 129 fois




Réédition chez L'Arbre Vengeur, 2018
Réédition chez L'Arbre Vengeur, 2018
En un temps où, pour lutter contre un terrible prédateur, les humanités de milliers de galaxies se sont fédérées au sein d’une Ligue, il revient à des coordinateurs qui traversent l’espace de visiter les planètes où une guerre menacerait l’intégrité de ses habitants.

Sur Nérat, trois populations cohabitent et s’affrontent : aux indigènes sont venus s’adjoindre des exilés de la Terre, les Vasks, tenants d’une antique civilisation, puis les rescapés d’une expédition qui ont colonisé, en une poignée de siècles, une grande partie des continents habitables. Pour la Ligue des Terres Humaines, la Loi d’Acier impose d’évacuer les moins légitimes de ces peuples qui ne cessent de se mépriser quand ils ne s’affrontent pas.

Mais quand chacun prétend « ce monde est nôtre », qui choisir ?

Fiche de lecture

Édition Le Rayon Fantastique, 1962 | Illustration : Jean Latappy
Édition Le Rayon Fantastique, 1962 | Illustration : Jean Latappy
Dans le paysage de la SF Française des années 50-60, Francis Carsac occupait une place de choix. Ses écrits, solidement construits, haletants, rédigés avec soin ont souvent été comparés à ceux des meilleurs auteurs anglo-saxons. C'est donc une heureuse initiative que cette reprise de « Ce Monde est nôtre » chez « L'arbre Vengeur », originellement publié dans la mythique collection du Rayon Fantastique en 1962.
 
Ce livre, que l'on peut considérer comme un classique de la SF Française, a déjà bénéficié au moins de trois rééditions chez Presse Pocket, Lefranc et Eons, preuves de son intérêt. L'histoire s'inscrit dans le même univers que celui de « Ceux de Nulle Part », premier roman publié de Carsac, contant la guerre que livrent les peuples de l'espace contre les Mislicks, créatures énigmatiques qui éteignent les étoiles dans leur expansion. La lutte engagée nécessitant une mobilisation totale des forces disponibles, il n'est donc pas question de laisser se développer des conflits internes susceptibles d'affaiblir la Ligue des Terres Humaines, et, corollaire logique, toute forme de guerre doit être éradiquée au sein de l'espèce humaine. C'est la raison pour laquelle La Loi d'Acier a été édictée : il ne peut y avoir qu'une humanité par planète, à priori l'autochtone ou la première arrivée.
 
Tout le sujet de ce roman est donc l'application de cette loi sur la planète Nécat où cohabitent - plutôt mal - trois peuples qui considèrent chacun, évidemment, que ce monde est le leur. Ces humanités se caractérisent par des niveaux d'évolution différents : le Grand Duché de Bérandie baigne dans un pseudo moyen-âge inspiré directement par l'oeuvre de Walter Scott. Les Vasks, eux, sont un peuple qui, après avoir erré dans l'espace a décidé de s'installer sur Nécat pour développer le mode de vie archaïque qu'il affectionne. Les Brinns, les plus anciens habitants, à la civilisation la plus primitive, se considèrent comme les véritables autochtones.
 
Les deux enquêteurs envoyés par la Ligue auront la périlleuse mission de faire appliquer la Loi d'Acier et de décider lequel de ces trois peuples restera sur Nécat. Les deux autres seront déportés sur des planètes vierges.
 
Nous sommes bien sûr en présence d'un roman d'aventures, dans lequel se succèdent péripéties et situations parfois dramatiques. Pourtant, « Ce Monde est nôtre » est aussi un livre politique, qui pose en pointillés non pas le drame du colonialisme, car Nécat ne rentre pas vraiment dans la catégorie d'un monde colonisé par un autre, mais dans celui de la légitime propriété du sol. C'est pour cela que ce livre, paru en 1962, collait étrangement avec l'actualité de l'époque, à savoir la fin de la guerre d'Algérie. Carsac se défendra de tout parallèle, et de fait l'argument de ce livre est intemporel et peut s'appliquer à bien des périodes de notre Histoire.
 
Une réédition bienvenue donc, servie par une belle couverture. Un bain de jouvence en quelque sorte.

Lien utile





💬Commentaires

1.Posté par Erwelyn CULTURE MARTIENNE le 02/03/2022 09:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
erwelyn
Merci pour cette présentation. Je m’aperçois que j'ai en ma possession Ceux de Nulle Part. Sinon, je n'ai lu qu'une nouvelle de lui, l'Homme qui parlait aux martiens, et j'avais bien retenu ton conseil de Sables morts, même si pas encore lue.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.