Menu

A propos du Galion des Etoiles

Blog partenaire

🚀 Poste de pilotage

Articles à paraître, prochaines destinations :

  • Gravé sur Chrome (PA)
  • Vanité (DR)
  • Rdv avec la Peur (LM)
  • House of X, Powers of X (PdT)
  • Echec à la Poisse (RY)
  • Robots, SAP (RY)
  • Lamb (BB)
  • Mad Max (LM)
  • OMS en série (KT)

Entre parenthèses, ce sont les initiales des chroniqueurs. L'équipe de rédaction du Galion est au taquet ! :-)




La Science-fiction et l'Imaginaire naviguant sous le pavillon de la Suisse

Notez
Livres

        

11 Septembre 2061 | Hélène Cruciani | 2019


Un article ajouté/rédigé par | 26/04/2022 | Lu 104 fois


⚓️TAGS : 2019, Hélène Cruciani, RROYZZ


11 Septembre 2061 | Hélène Cruciani | 2019
Et si, soixante ans plus tard, des zones d’ombre subsistaient encore dans le drame du 11 septembre 2001 ?

Issue d’une famille new-yorkaise traumatisée par les attentats, Katherine Devonshire, une jeune historienne, en est pour sa part persuadée.

Mais le temps presse, car les derniers acteurs de cette tragédie atteignent un à un le crépuscule de leur vie. Et où chercher les vérités enfouies si ce n’est au tréfonds de leur mémoire ? Dans ces territoires secrets et reculés auxquels l’évulsion donne désormais accès ?

Hélas, la loi interdit ce nouveau procédé, jugé par trop liberticide. Restent les lecteurs de mémoire clandestins, une voie périlleuse que la jeune femme, obstinée, n’hésite pas à emprunter.

Fiche de lecture

Voilà une œuvre d’anticipation très « inhabituelle » pour moi. Je me suis plongé dans les premières pages et j’ai eu du mal à devoir le reposer de temps à autre – les contingences de la vie quotidienne n’ayant pas accepté de se plier à mes caprices. Lu en quelques heures, ce roman m’a laissé une étrange impression par bien des questions qu’il soulève.

Le thème, fil rouge et point d’orgue à la fois, est bien évidemment la journée du 11 septembre 2001. Ayant vécu ce drame par les médias lors d’un événement important avec plusieurs collègues, j’ai, comme beaucoup, été profondément marqué par ce que j’ai vu et, le texte, a réveillé pas mal d’émotions à reparler de tout cela, avec un focus sur les jumpers et « the falling man » assez bouleversant.

Sur quelques jours précédents le 11 septembre, soixante ans après ces événements, puis lors de cette date anniversaire, nous suivons une famille traumatisée par cette tragédie, celle des Atkins et Atkins-Scott.

En 2061, une technologie particulière, celle de l’évulsion, permet de « récupérer » la mémoire d’une personne dans les minutes suivant son décès – à condition qu’elle ait été préparée à cela par des médicaments spécifiques. Cette mémoire est alors travaillée et mise en forme par des « lecteurs » qui la rendent visualisable au travers de livrets pour que les proches du mort puissent revenir-revoir-découvrir les meilleurs souvenirs ou des moments marquants de sa vie (ce qui m’a bien sûr fait penser au film Final Cut  avec Robin Williams).

Évidemment, tout le monde n’a ni les moyens ni l’envie ou la possibilité de réaliser cela, d’autant que cette « technologie » est prohibée et que les organisations qui pratiquent cela le font dans la clandestinité.

Justement Clarence Atkins-Scott est membre de l’un de ses groupes, chargée du recrutement d’infirmiers capables de préparer les personnes âgées à cette opération d’évulsion (si vous ne connaissez pas le terme, il signifie arrachement, extraction). Or, sans qu’elle le sache, sa cousine, Katherine, historienne, fait partie du même groupe. Mais cette dernière poursuit des objectifs bien particuliers. Elle est obsédée par le 11 septembre, la recherche de la « vérité » – pour elle, ce n’est pas sans raison que tant de théories du complot soient apparues à ce sujet. Or, leur grand-mère Destiny garde dans sa mémoire de nombreuses informations qui pourraient conforter Katherine dans ses idées. En effet, le mari et le beau-frère, décédés, sont des héros des opérations de secours et Grâce, enfant rejetée, première fille de Destiny et mère de Clarence, porte d’immenses blessures morales, conséquences des traumatismes de cette période.

Le cadre est planté.

La force du roman repose sur deux éléments clefs (de mon point de vue très subjectif).

D’une part, les éclairages qui sont faits çà et là sur notre condition humaine ; ainsi prend-on un sale coup au moral avec les premiers chapitres et une triste réalité : celle de la vieillesse, avec la déchéance physique des corps et la déliquescence des esprits que nous serons toutes et tous amenés certainement à connaître si nous vivons jusqu’à un âge avancé. Tout au long du roman, de nombreux éléments poussent ainsi à la réflexion, dont celui des jumpers, rebaptisés fallers (ceux qui tombent, en hommage au falling man) à cette époque.

D’autre part, les caractères des protagonistes. Franchement, j’ai souvent eu envie d’en baffer ou secouer, râlant pour leur égoïsme, leurs mensonges autant que le mépris qu’ils affichent les uns envers les autres… Ce qui laisse comprendre que l’autrice a su rendre crédibles ses personnages. Ajoutons-y aussi les plus faibles parmi les vieillards, les blessés et vulnérables.

Le roman nous fait osciller, sans cesse, entre 2001 et 2061. Pas de héros ou d’héroïne, pas de grandeur mise en avant, Hélène Cruciani nous lance dans des tragédies humaines, familiales et intime.
Je ne vais pas détailler deux éléments qui m’ont arraché une petite grimace, un rendu technologique pour l’un, comportemental pour l’autre. Ils servent l’histoire et sont suffisamment bien présentés pour qu’on les accepte, me permettant de fermer les yeux.

Si la fin est assez abrupte, elle est logique ; l’étendre ou la délayer n’aurait sans doute rien apporté de plus.

En conclusion, voilà un récit qui m’a vraiment entraîné, en associant une tragédie, devenue internationale, et un drame familial. Un chouette mélange d’anticipation et d’histoire réelle, avec une galerie de personnages chargés d’autant de qualités que de défauts, qui ne laissent guère indifférent. Si vous ne l’avez pas dans votre PAL, à ajouter sans hésiter de mon point de vue si vous appréciez cette « dimension humaine » d’un roman.

Lien utile


JC Gapdy
J.C pour Jean Christophe Gapdy, écrivain de passion. Je suis franchement dans les genres de... En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :



⚓️Membres sur le pont
Robert YESSOUROUN
Koyolite TSEILA
Didier REBOUSSIN
Jean-Marc DE VOS
Jean Christophe GAPDY
Christobal COLUMBUS
B BLANZAT
Le Galion DES ETOILES

💬Commentaires et avis