Menu



Notez
Littérature

        

Robert Clauzel, croisière au long du Fleuve - Thématique 1 - La quête universelle des Gremchkiens (1970-1979)

Notes par roman


Un article ajouté/rédigé par | 20/06/2021 | Lu 384 fois




Présentation individuelle des romans par familles thématiques

Cet article est une annexe au long article du magazine Galaxies SF (no 69 et 70). Comme nous l’avons évoqué dans cette base, les ouvrages de Robert Clauzel se classent en cinq familles thématiques :

1. La quête universelle des Gremchkiens
2. Menaces contre la Terre
3. Échec aux apprentis sorciers
4. Accidents de parcours
5. Autres mondes et autres temps

La quête universelle des Gremchkiens (15 romans)

Nous avons délibérément choisi de ne pas résumer les épisodes de la série mais de recenser pour chacun ses points et détails significatifs en terminant, le cas échéant, par les questions fondamentales laissées en suspens.

1. La Tache noire (1970)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Claude Éridan, jeune industriel français, témoin de phénomènes étranges lors d’une soirée au Domaine de La Planésie, à Ballainvilliers, chez le professeur Georges Béranger, scientifique au Centre de Recherches Nucléaires de Saclay : flammes qui ne brûlent pas ; rétrécissement des pupilles des invités ; crise de terreur de Valérie, épouse de Georges. 

Rendez-vous « piège » fixé à Claude Éridan quelque part au voisinage, en pleine campagne : poursuite par une « tache noire » et des silhouettes indistinctes ; refuge « en état d’invisibilité » dans un motel fantôme sans matérialité pour le jeune homme. 

Perte de conscience ; après quelques jours, réveil dans un terrain vague des environs de Paris. 

Retour d’Éridan à La Planésie avec le journaliste Gustave Christophe Moreau (dit Gus). 

Découverte d’un radiotélescope géant dans le parc de la propriété. 

Intrusion à l’intérieur de la demeure : pierres qui se dédoublent et deviennent vivantes ; lumière électrique adoptant des couleurs inconnues. 

Exploration des sous-sols de la bâtisse : présence d’une véritable usine souterraine et d’un laboratoire-observatoire expérimental secret, ultramoderne (avec accélérateur de particules). 

Capture de Claude et de Gus par des personnages en combinaisons brillantes. 

Évasion, reprise et confrontation à Georges Béranger ainsi qu’à un rassemblement de sommités scientifiques françaises, britanniques, américaines. 

Incompréhension totale des phénomènes irrationnels et des décalages temporels observés. 

Réveil brutal des souvenirs de Claude Éridan et révélations-choc en série : Éridan n’est pas humain mais Gremchkien et infiltré sur Terre afin de préparer la lutte contre des envahisseurs venus d’ailleurs ; sa mémoire a jusqu’alors été oblitérée pour ne pas perturber son intégration au sein de l’Humanité terrienne. 

Gremchka : planète hypercivilisée située dans une autre dimension, plusieurs milliards de siècles d’existence, Centrale Cosmique Mère pour la surveillance de l’Univers Créé. 

Raisons de la mission spéciale : faire échec aux Anisotropes, originaires du Néant Absolu, en train de procéder à l’invasion de la Terre et causant toutes les aberrations constatées. 

Risques critiques liés aux Anisotropes : perturbations de l’espace-temps, cataclysme cosmique imminent. 

Nature de la « tache noire » : « manifestation » du vaisseau interstellaire des Gremchkiens, l’Entropie, arrivé sur Terre pour contrer définitivement les Anisotropes. 

Victoire des Gremchkiens sur les Anisotropes grâce aux « boîtes noires » à faisceaux énergétiques annihilateurs. 

Naissance de sentiments forts entre Claude Éridan et Arièle Béranger, fille de Valérie et de Georges. 

Avant le départ pour Gremchka de Claude Éridan et de l’Entropie : effacement de la mémoire chez tous les protagonistes terriens de l’affaire. 

Quelque temps plus tard : restitution intempestive de l’histoire sous forme d’un roman écrit par un ordinateur, a priori programmé à distance par Claude Éridan peut-être sans l’aval des instances supérieures de Gremchka. 

But affiché : familiariser les Terriens, sans les inquiéter ni les affoler, avec certaines formes de vie, certains dangers qui pourraient venir de l’espace. 

Raison probable de l’offensive des Anisotropes sur Terre : entrer en possession des Tables d’Ambre terrestres, datant d’avant le Chaos qui a précédé la Création. 

Action personnelle de Gus : localisation puis récupération des Tables d’Ambre (ou Livre de la Connaissance) en Mer Méditerranée au large du delta du Pô (anciennement le fleuve Éridan) dans l’archipel englouti des Electrides Insulae (Îles d’Ambre), pour partie configurées comme la constellation d’Éridan.

2. Aux Frontières de l'Impossible (1970)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Retour de Claude Éridan sur Terre.

Récupération des Tables d’Ambre terrestres pour le compte de Gremchka.

Départ pour Gremchka avec Gus et Arièle Béranger (mémoire retrouvée).

À bord de l’Entropie : le « barreau qui marche », source mobile d’énergie A.A.E.

Contact sans réponse de la base gremchkienne d’Aanor.

Découverte de Gremchka : monde énergétique et gazeux géant qui recèle en son sein la Centrale Cosmique Mère, Principe Fondamental de l’Univers auquel appartient la planète hypercivilisée

Zen, l’un des cinq satellites terramorphes de Gremchka.

Nouvelle agression des Anisotropes : accélération temporelle foudroyante affectant Gremchka

Départ de l’Entropie avec pour objectif la neutralisation des Anisotropes.

Escale sur Vireuse Oméga.

Arrivée de Vormo 115, autre vaisseau gremchkien sous les ordres du commandant Drack, chargé de bombes spatiotemporelles seules susceptibles d’annihiler des Anisotropes.

Plongée de l’Entropie à la suite de Vormo 115 vers la Zone Irrationnelle, le Néant Absolu.

Région intermédiaire de chaos précréationnel.

Anti-univers blanc, monde noir, mer de ténèbres, rivage d’angoisse.

Capture et emprisonnement pour l’éternité.

Les Anisotropes : sphères impalpables, phosphorescentes, maléfiques.

Vol des Tables d’Ambre terrestres par les Anisotropes.

Annonce de la fin imminente de la Création.

Descente dans les entrailles d’Anisotropa, planète très fortement aplatie.

Des millions de détenus humanoïdes des deux sexes.

Processus de reproduction des Anisotropes à partir des ovules des prisonnières.

Origine des Anisotropes : séparation des esprits et des corps, dépouilles physiques précipitées dans des gouffres sans fond, agglomérées et victimes d’une mutation fusionnelle.

Péril dans les entrailles de la planète plate : la lave organique mutée, fumante et vivante, tente de regagner la surface.

Rencontre avec des Dramaliens, descendants d’une civilisation antérieure à la re-Création et rescapés du Chaos Intercyclique.

Fuite des prisonniers et d’Assette le Dramalien avec l’Entropie.

Abandon de Vormo 115 sur Anisotropa.

Destruction d’Anisotropa par les bombes spatiotemporelles de Vormo 115.

Localisation et récupération des Tables d’Ambre dramaliennes dans le satellite péricréationnel.

Au bord du monde : la barrière de potentiel qui enveloppe et isole l’Univers.

Un aperçu du Suprême Ineffable : Dieu... ?

Retour sur Gremchka, annulation de l’accélération temporelle par libération d’énergie U (l’énergie des galaxies).

Tables terriennes (copie sauvée par Claude Éridan) et Tables dramaliennes (sauf une, écartée par Assette car elle contient le savoir du Bien et du Mal) mises à disposition de la science gremchkienne.

Questions fondamentales en suspens :
1) Pourquoi les Tables d’Ambre dramaliennes sont-elles écrites en hébreu ?
2) De quelle nature est le secret de l’au-delà de la Création ?

3. L'Horreur tombée du Ciel (1971)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Germain Laurent, jeune architecte, témoin nocturne d’un phénomène céleste inexplicable au sud de Chartres (lieu-dit L’Arouette).

Soleil spiralé, bras se transformant en barreaux lumineux d’une cage ogivale, le long desquels des choses noires descendent jusqu’au sol et s’enfouissent dans un éclair aveuglant.

Le lendemain : exhumation et début de croissance d’un dôme gélatineux, blanchâtre et luminescent, aux propriétés désintégrantes.

État d’urgence dans la région.

Émersion d’un cylindre noir.

Quelques mois plus tard : dôme et cylindre enfermés dans un bunker inviolable.

Laboratoires périphériques.

Résistance à toute agression mécanique, chimique, radiative, thermique…

Perplexité des experts.

Apparition d’autres objets inconnus au contact mortel.

Préparation d’une expérience d’irradiation avec des quarks.

Germain Laurent : visite à Georges Béranger dont l’épouse est récemment décédée ; alerte donnée sur le problème de L’Arouette.

Appel de Gremchka par Béranger, exposé des faits observés.

Réponse de Gremchka : phénomène très critique de nature connue, déjà affronté de par le passé ; justifie l’envoi d’une mission spéciale d’assistance à la Terre.

Pénétration du dôme par les autres objets ; processus de division cellulaire à l’échelle géante ; développement rapide d’un protozoaire spatial ou Cosmozoaire.

Manifestations psychiques, visions, rire mental sardonique et cruel, possessions au voisinage de l’Embryon.

Déroulement catastrophique de l’irradiation par les quarks, effectuée malgré l’interdiction des Gremchkiens : destruction de tout l’environnement, sauf du Cosmozoaire.

Arrivée de l’Entropie avec Claude Éridan, Arièle, Gus, Assette le Dramalien.

Révélation d’Assette : planète Raman Ter (constellation 3002 alpha 3 de l’univers d’Epsilon) jadis victime d’une invasion de même type par des Cosmozoaires.

Dérive du Système Solaire vers des régions spatiales inconnues.

Accroissement de la distance Terre-Soleil ; hiver prolongé.

Glaciation des cours d’eau, baisse des océans, remontée du magma, densification de l’enveloppe nuageuse ; sort déjà subi autrefois par la planète Cram (nom gremchkien de Vénus).

Impuissance notoire des armes gremchkiennes.

Découverte miracle d’une solution : empoisonnement possible du Cosmozoaire avec un liquide organique à enroulements génétiques spiralés inverses des siens.

Succès de Germain Laurent, volontaire pour l’opération, malgré les tentations imposées mentalement par le Cosmozoaire.

Minéralisation, métallisation puis fragmentation du Cosmozoaire.

Souvenirs d’éclats de rire psychiques, d’une odeur de soufre environnant le monstre, des révélations de Claude Éridan et d’Assette sur le Cosmozoaire : un Anti-Être, un Révolté en lutte éternelle contre les Entités présidant à la Création, un Destructeur visant à anéantir l’Univers Créé.

Nouvel épisode, terrestre cette fois, de la lutte immémoriale entre le Bien et le Mal.

Question fondamentale en suspens :
Choix du lieu (proximité de Chartres) à cause du Graal ?

4. La Planète qui n'existait pas (1971)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Exploration imminente de la planète Urgénius de Sigmau, à des millions d’années-lumière de Gremchka.

Anomalie 1 : images différentes de la planète pour Claude Éridan (accompagné par Arièle, Gus, Assette le Dramalien et la Gremchkienne Sinnie Zéta One) et pour la base gremchkienne de surveillance d’Aanor.

Anomalie 2 : distorsion spatiotemporelle autour d’Urgénius, correspondance mathématique avec le champ d’action d’un Tenseur Asymétrique.

Aspect du site d’atterrissage de l’Entropie : pour les passagers du vaisseau, plaine volcanique au sol poreux, parsemé de dalles de marbre, survolée par des rocs agravitationnels et des serpents de fumée, ciel vert ; pour la base d’Aanor : mer mauve et violette aux vagues monstrueuses, icebergs de gaz solidifiés, troupeaux de petits nuages, forêts de varechs aériens, bancs de parcelles brillantes ; le tout, observé depuis des falaises de porphyre rouge.

Vrai nom de la planète : Alana.

Agglomération de blocs cubiques au milieu d’un désert : Slorn.

Population exclusivement féminine ; inaction et passivité totales ; arrivée de la nourriture sur des radeaux portés par le fleuve Driam.

Phosphorescence subite (mais cyclique) de Zvon, lune d’Alana : « temps du départ » pour les Slorniennes.

Refuge nocturne sous les arbres gazeux protecteurs.

Descente du Driam vers l’aval ; disparition progressive des femmes.

Sur le rivage de l’océan : agglomération de rocs agravitationnels qui crée un tunnel sous-marin.

Découverte et exploration des sous-sols d’Alana ; inscriptions murales dans l’écriture de l’antique civilisation Dven, originaire d’une très lointaine galaxie ; descente jusqu’au cœur de la planète ; immense bulle de verre enfermant une « mer intérieure » de soupe protoplasmique ; environnement saturé en électricité et en ultraviolets.

Laboratoires géants ; manipulateurs-robots ; dissolution des femmes dans des bacs d’acide.

Molécules d’A.D.N. et d’A.R.N. dix milliards de fois plus grandes que la normale.

Révélation sur la nature de l’intérieur d’Alana : noyau d’une cellule unique et monstrueuse.

Explication du cycle d’Alana : aboutissement ultime de l’évolution de la vie artificielle, inorganique, des machines et des ordinateurs des Dven vers une vie organique réelle ; prise d’ascendant sur la race créatrice condamnée à ne plus fournir que la matière vivante de base

Raison de la disparition d’Urgénius de Sigmau : « remplacement » spatial par Alana qui était promise à la destruction dans son univers d’origine.

Plan de l’A.D.N. central ou Gène Suprême : supplanter la Centrale Cosmique Mère de Gremchka.

Capacité spéciale : substituer les images d’Urgénius de Sigmau à celles d’Alana en procédant à un truquage photon par photon.

Occasion de fuite pour les captifs et de libération pour les Alaniennes : révolte brutale, imprévue, des A.R.N. messagers grâce à l’intervention inhibitrice d’un Tore, anneau de métal haut de dix mètres et vaste comme une ville.

Départ de l’Entropie.

Effacement soudain de la planète : dû à l’arrêt brutal du cycle interne, ou à la présence de très nombreux Tores sur Alana ?

Révélations partielles d’Assette le Dramalien et de Claude Éridan sur les Tores : Super-Entités étrangères à la Création, datant d’avant la naissance des Univers, n’ayant peut-être même pas de Commencement ; générateurs de Tenseurs Asymétriques affectant l’espace, le temps (phénomènes de vieillissement accéléré dans leur voisinage), la gravitation et le psychisme.

Question fondamentale en suspens :
Quelles sont les motivations des Tores ?

5. Destination épouvante (1971)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Claude Éridan, Arièle, Gus, Assette et Sinnie sur la Pénultième Plate-Forme, station ultrasecrète en orbite autour de Gremchka : rencontre avec les Instances Supérieures et le G.R.E.G.E. (Grand Régent de l’Empire et des Galaxies Extérieures).

Gremchka sur le point d’entrevoir l’un des Mystères Fondamentaux de l’Univers.

Confirmation nécessaire via une mission spéciale de type M, à très haut risque.

Phénomènes a priori connexes affectant Gremchka et sa proximité : perturbations spatiotemporelles dues à des Tenseurs Asymétriques, émission d’idéotrons influant sur le psychisme.

Vaisseau spécial Icosaèdre, conçu pour résister à des environnements terribles.

Quatre Synthétiques, androïdes spéciaux.

Voisinage de la galaxie Léviteuse de Graube, à cent milliards d’années-lumière de Gremchka.

Anomalies comportementales et élimination forcée du Synthétique B.

Peur ressentie par les machines.

Supergéante rouge Tau de Canyome : Tenseur Asymétrique et émission d’idéotrons.

Révélation du but de la mission M : système stellaire 3003 CXV de la constellation Diabelle de Krauze ; exploration de l’intérieur du soleil d’un système à neuf planètes.

Plongée dans la couronne solaire ; sortie en scaphandres-armures sur un champ annulaire constituant une plate-forme solide invisible.

Confirmation des connaissances théoriques antérieures.

À l’intérieur de l’Icosaèdre II : apparition de flaques liquides avec des empreintes tripodiques.

Un Synthétique « phagocyté » par une chose invisible.

Réfutations catégoriques des machines : « il n’y a rien ».

Au cœur de l’étoile : derrière une barrière de potentiel, dix-huit sphères géantes plus grosses que des planètes et constituant le noyau solaire.

Investigations, analyses, conclusions : dix-huit nucléons, soit neuf protons et neuf neutrons ; neuf satellites de l’étoile donc neuf électrons ; 3003 CXV reproduit la configuration d’un atome de fluor.

Jonction constatée entre l’Infiniment Grand et l’Infiniment Petit.

L’intrus parmi les nucléons : un Tore.

Déduction a priori : tout soleil serait un noyau atomique et aurait en son centre un Tore, mystérieux régulateur interne et externe.

Pulsations du Tore suivant un cycle de onze ans : rythme correspondant à celui des taches solaires et des perturbations psychiques affectant les habitants des planètes satellites, le cas échéant.

Incohérence avec la dominante maléfique de ces Super-Entités.

Retour impossible : dysfonctionnements généralisés à bord de l’Icosaèdre II ; multiplication des flaques et des empreintes tripodiques.

Mort de Sinnie Zéta One et du Synthétique A, « phagocytés » par des monstres invisibles.

Arièle Béranger sauvée in extremis.

L’ennemi (émanation du Tore ?) : les héliozoaires (protozoaires vivant dans les étoiles et se jouant des dimensions).

Sauvetage par l’âme de l’étoile et l’esprit de la Galaxie à laquelle elle appartenait (début d’explication fourni par les Dramaliens).

Départ de l’Icosaèdre II.

Largage de la bombe U et transformation de l’étoile en nova.

Destruction du Tore ?

Fin des perturbations sur Gremchka.

Nécessité urgente de pouvoir décoder les Tables d’Ambre.

Manque d’une clef essentielle qui serait cachée sur Terre.

Question fondamentale en suspens :
L’Univers serait-il une Entité Mentale douée d’une âme, née selon la loi de complexité-conscience ?

6. Comme il était au Commencement... (1972)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Village de Ganagobie, Provence, en hiver.

Hostellerie du Prieuré (ancienne Abbaye de Montsalva).

Denis Meinn-Trigaas : Hollandais d’origine, homme en noir, chapeau et lunettes sombres, physionomie cachée, porteur d’une énorme valise.

Promenades nocturnes dans les environs.

Le mot « Tétartoèdre ».

A l’Hostellerie : résurgences du passé et enchevêtrement des dimensions.

Rosine Beaujeu : voit le contenu de la valise et mémorise cinq mots en latin (Galaxiae Refulgentis Aeternaeque Animae Lapis).

Meinn-Trigaas : parfaitement humain !

Michel Montdidier : sur les traces de Meinn-Trigaas jusqu’aux Marais du Levant.

Des centaines d’énormes cubes métalliques planant au-dessus des eaux ; des silhouettes noires s’agitant à terre.

Docteur Charles Fontserane, à Lyon : reçoit lui aussi (en morse, par un bourdon !) le message en latin ; se rend à Ganagobie et déchiffre avec Montdidier l’énigme en latin : Galaxiae Refulgentis Aeternaeque Animae Lapis = La Pierre de la Galaxie Étincelante et de l’Âme Éternelle.

Salle immense, couloir et crypte sous une colline ; massacre d’une chose monstrueuse, blessée, pourtant pacifique.

Au bord des Marais du Levant : illumination subite de Montdidier sur « Meinn-Trigaas », anagramme de « Saint-Germain » (le comte et Rose-Croix immortel).

Apparition de l’Entropie.

Claude Éridan, Gus, Assette et Arièle : venus chercher l’Objet Suprême déposé en ces lieux par les Dramaliens, des millénaires plus tôt.

Nefs cubiques, vaisseaux lenticulaires : autres extraterrestres en compétition et en lutte pour trouver l’Objet Suprême (Wrams écailleux, jadis ; Wgrauls des univers gémellaires et Pkans, aujourd’hui).

Claude Éridan récupère la valise de Meinn-Trigaas et son contenu : un cristal tétartoédrique, germe de l’Univers et de la Création, complément indispensable aux Tables d’Ambre terrestres et dramaliennes pour l’accès à la Connaissance Suprême, mais aussi Principe Fondamental de régulation et d’équilibre du monde.

Gremchka a gagné la Quête du Graal (G.R.A.A.L. = les initiales des cinq mots latins !).

Caché là où est l’Orient (Marais du Levant), recherché par des descendants des Templiers (tous les protagonistes locaux de l’affaire) pour être ramené à l’Abbaye de Montsalva, le Graal n’a pas été récupéré par des Terriens mais par les Gremchkiens.

Vision finale du Cristal et de l’Ineffable, de l’Indicible, du Sur-Humain (empreinte psychique indélébile).

Apparition du Tore dont Meinn-Trigaas alias Saint-Germain était l’émissaire.

Les Super-Entités ont perdu le Graal ; le Tore reprend son envoyé qui subit une involution accélérée.

Question en suspens :
Y a-t-il une raison à l’éternel retour des choses et des symboles ?

7. Le Monde de l'incréé (1972)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Détournement de l’Entropie vers l’amas globulaire 606 MGX satellite de la galaxie spirale Pyrane-Pyroïde.

Déperdition inexplicable d’énergie.

Escale sur la planète Maudina ATR décidée par Odark, nouvel ordinateur de bord.

Soleil double, lac de cristal, nuages de protéines, fleurs de lumière, feux follets, arbres au tronc de verre noir, pluies d’étoiles au crépuscule.

Débarquement de Claude Éridan, Gus, Assette le Dramalien et Arièle.

Rencontre avec trois Maudiniennes (dont Mandine).

Vers la forêt de verre : présence d’une zone de néant, d’un « trou dans l’espace » lançant par instants de formidables éclairs.

Plaine lugubre et sinistre : cylindres géants, orgues titanesques qui mugissent sous le vent.

Disparition des trois Maudiniennes.

Retour à l’Entropie.

Exploration plus poussée de la plaine avec un module.

Déchaînement apocalyptique : flammes monstrueuses sortant des cylindres, séisme, failles béantes.

Fuite vers la forêt ; nouvelle rencontre avec la Maudinienne Mandine, effrayée, qui réclame de l’aide pour son peuple.

À bord de l’Entropie : mensonges délibérés d’Odark.

Visite d’une délégation indigène et premières révélations : les Maudiniens vivent dans la plaine ; ils ont construit les Ergrooms sans savoir pour qui ni dans quel but.

Annonce brutale d’Odark : existence d’un collapsar (trou noir) à proximité immédiate de l’amas globulaire ; condamnation à terme de 606 MGX et de Pyrane-Pyroïde.

Reprise des explorations.

Construction de nouveaux Ergrooms en cours sur un autre site ; retour à la plaine d’Ultam avec Esïom, chef du groupe des bâtisseurs.

Constat : les Ergrooms se défendent si l’on s’approche d’eux.

Questions sur leur utilité et sur les vrais maîtres de Maudina ATR : ignorance des Maudiniens

Information : les zones de néant (appelées Znorgks) cernent la périphérie de la contrée du Non-Etre, de l’Incréé.

Incursion de Claude et Gus dans la région interdite : découverte de Maudiniens cloués sur des croix géantes, les Erglarvs, torturés et suppliciés pour que leurs souffrances durent le plus longtemps possible.

Responsables : les Moorlors, monstrueux vers larvoïdes à face vaguement humanoïde ; voyageurs cosmiques venus des Galaxies Métamorphiques (où les ondes lumineuses sont remplacées par les vibrations d’un milieu spécial, le Khorzz), installés sur Maudina ATR qu’ils ont choisie à cause de l’absence d’eau en surface pour y poursuivre leur évolution mutationnelle vers la spiritualité.

Dernière phase imminente : repli des Moorlors dans les Ergrooms pour se repaître des influx de douleur des suppliciés et effectuer la transformation ultime.

Peur des Moorlors vis-à-vis des zones d’Incréé, projections à distance des collapsars sur leur environnement.

Intervention armée de Claude Éridan et de ses compagnons : fin de l’esclavage, libération et exode des Maudiniens loin d’Ultam sous la conduite d’Esïom et de l’Entropie.

Anéantissement des Moorlors hydrophobes dans les eaux d’un lac souterrain que le vaisseau a fait rejaillir à la surface (réédition du passage de la Mer Rouge par les Hébreux ; Esïom est l’anagramme de Moïse).

Arrivée des Maudiniens à la Terre Promise.

Suicide de Mandine par empoisonnement au moment du départ de l’Entropie.

Retour sur Gremchka ; lancement des préparatifs pour l’exploration des collapsars.

8. La Galaxie engloutie (1972)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Permission sur Gremchka : satellite Zvon, océan de mercure d’Oorperlane, cités agravitationnelles de Nacr et Scientia.

Le GREGE et le professeur Avraanx.

Mission M vers l’univers Oméga K, la galaxie « disparue » Nakriil Téta 13 et le système stellaire 155 AYT ; exploration prévue du collapsar XY avec l’Icosaèdre II.

Nakriil Téta 13 : engloutie par le trou noir, à l’exception de la planète Amanthée (dernier vestige du système stellaire 155 AYT).

Naufrage sur Amanthée du Volvo 115 sous les ordres du commandant Drack : message annonçant la découverte d’autre chose que la vie.

Débarquement sur Amanthée, planète errante dotée d’un minuscule satellite-soleil.

Une survivante, Vanadia ; fuite de toute la population après avoir arraché la planète à l’attraction du trou noir.

Tempête colossale.

La Nora, végétation cybernétique.

Les marais d’Ichtyon : foyer de phénomènes effrayants et inexpliqués sévissant sur Amanthée.

Le crépuscule aux flocons de nuit.

Incursion dans les marais : contact avec le gnome-fœtus Skaab, du petit peuple d’Ichtyon.

Découverte des membres cristallisés de la mission naufragée.

L’invasion des Rhomboèdres : entités neutroniques engendrées par les trous noirs, foncièrement hostiles, absorbent la vie et minéralisent les créatures organiques.

Départ d’Amanthée, plongée de l’Icosaèdre II en spirale décroissante dans le collapsar entouré d’un anneau virtuel d’étoiles : déviation photonique, enfer gravitationnel.

Débarquement à la surface de l’astre mort, en combinaisons-armures de kergon : plaine courbe aux reflets de métal, parsemée de Rhomboèdres.

Contraction de l’étoile hyperdense ; rétrécissement de l’horizon événementiel du collapsar.

Incursion/enlèvement de Gus dans l’ultra-univers par-delà le trou noir : paysage sous-marin, êtres monstrueux, trompe-palpe en maraude.

La « nuit qui marche ».

Contraction ultime : l’étoile morte acquiert une densité infinie.

Plongée de l’Icosaèdre II dans un ailleurs inconcevable, sans commune mesure avec l’ultra-univers abordé par Gus.

Après sept mois de « hors-temps » : expulsion de l’Icosaèdre II et de ses passagers hors de l’ailleurs situé « derrière » le collapsar.

Durée incommensurable écoulée pendant l’exploration du trou noir puis lors du retour vers Gremchka ; mais effacement et retour à une date cohérente avec le déroulement normal de la mission.

Mort électronique d’Odark, l’ordinateur de bord de l’Icosaèdre II.

Restitution a posteriori de souvenirs inexplicables, preuves du contact avec autre chose :

Le Nom : Aahinoleeb.

Les concepts : Anneaux de pensée... Aubes noires... Aurores de métal... Cathédrales d’espace-temps... Continuums vivants... Cristaux de conscience... Espace mental... Flaques d’intelligence... Flocons de temps... Fonctions d’objets... Galaxies englouties... Gouttes d’immuable... Neiges d’impondérable... Nuages de concepts... Nuées de psychisme... Parcelles d’absolu... Particules d’êtres... Plaines de subconscient... Poussières de vie... Sortilèges de beauté... Spasmes d’énergie... Structures de forces...

Questions fondamentales en suspens :
L’ultra-univers situé derrière le collapsar correspond-il à une re-Création ?
Quelle est la nature de l’ailleurs entrevu ?

9. Les Cathédrales d'espace-temps (1973)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Déviation de l’Entropie vers une planète inconnue, alors que le vaisseau est en route pour une mission à risque.

Vermiformes nés à partir de flaques liquides ; fusion en nappes discoïdales aplaties ; scission en disques noirs qui se plient selon un diamètre et décollent en « battant des ailes » ; poursuite du vol des « oiseaux de nuit ».

La plaine des Ergrooms et les Maudiniens en esclavage.

Constat : retour sur Maudina ATR trois ans plus tôt, soit un an avant la première visite !

« Pré-reconnaissance » de Claude Éridan par Mandine. 

Choix d’emmener Mandine à bord de l’Entropie pour lui éviter le drame futur.

Explication de la « boucle » : intervention imprévue d’une zone spatiotemporelle de psychisme.

Quelque temps plus tard : seconde mission M vers le collapsar XY pour son exploration plus avancée avec la Néo-Entropie.

Plongée dans le trou noir ; inconscience brutale ; réveil sur une planète située de l’autre côté

Cosmos négatif : inversion des couleurs, ciel blanc, soleil noir ; aube noire, aurore de métal.

Enormes globes-méduses noirs.

Oursin noir géant : véhicule armé, utilisé par des humanoïdes métalliques sans visage.

Disparition de la Néo-Entropie et de ses passagers ; Claude Éridan et Mandine seuls.

Végétation évolutive : production d’oocytes et naissance de gnomes gris à têtes de morts.

Transport de Claude et de Mandine par des nuages de particules.

Étendue parsemée de neurones et de cellules encéphaliques en pleine croissance : plaine de subconscient.

Monde souterrain : découverte du cadavre d’un humanoïde métallique, sang pareil à du mercure ; une grotte et un rassemblement de gnomes (les Cavrx).

Enoncé mental du nom Aahinoleeb.

Utilisation des Métalliques (Drikkzs) pour nourrir les larves (Grwazzs) dont les gnomes sont esclaves ; capture de Claude et Mandine promis au même sort ; évasion sous camouflage avec des dépouilles de Métalliques.

La plaine fantastique ; les taches bleutées qui tombent du ciel : sortilèges de beauté, neige d’impondérable à travers laquelle apparaît un autre paysage, donc flocons d’espace-temps.

Les choses visibles dans leurs états temporels successifs : fonctions d’objets.

Matérialisations psi : cristaux de conscience, flaques d’intelligence, anneaux de pensée.

Édifices gigantesques et fascinants : cathédrales d’espace-temps.

Translation sur un autre monde, au bord d’un océan ; retour à la cathédrale visitée ; incursion sur une seconde planète (ogive et tours métalliques).

Accès à un troisième monde, Aahinoleeb, la patrie des Drikkzs : planète polytemporelle ; existence des Métalliques à toutes les époques possibles.

Exploration avec Iu, un gnome kidnappé par Claude Éridan ; enlèvement des trois intrus par les Drikkzs.

Révélations : lors de la première exploration du collapsar XY, l’Entropie a atteint Aahinoleeb ; les Drikkzs ont sciemment causé la destruction à retardement d’Odark ainsi que l’effacement des souvenirs des membres de la mission. 

Plan des Drikkzs : émigrer vers Gremchka (niveau d’hypercivilisation adapté au leur) pour fuir leurs prédateurs (Grwazzs et Cavrx).

Centrosomia, cité-capitale d’Aahinoleeb : rencontre avec les Éées, groupes de guides spirituels des Drikkzs ; la Néo-Entropie en cours de démantèlement ; Gus, Arièle et les deux pilotes gremchkiens captifs, promis à la métallisation ; libération des prisonniers et fuite avec l’aide d’un Drikkz.

Réactivation des « machines T » de la Néo-Entropie par Claude Éridan ; retour dans le passé juste avant la plongée dans le collapsar XY.

Retour vers Gremchka après la panne énergétique réparée grâce à Mandine et au cristal d’espace-temps qu’elle a ramassé dans la plaine, au pied des cathédrales.

10. Les Étoiles meurent aussi... (1973)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Sur Gremchka : Mandine avec Claude Éridan, Arièle et Gus.

Visite de la vallée des cités anciennes, vestiges d’une lignée collatérale éteinte, jadis construites dans des bulles géodésiques remontées à la surface et « écloses ».

Sol d’ambre jaune, vaste cirque, piton central zébré de stries orangées ; arrière-plan : disque azuré de la Centrale Cosmique Mère ; la nuit bleue de Gremchka et les noctiluques volants.

Omégapolis, cité-château sur un lac vitrifié.

Utilisation de cristaux P.A.G. (psycho-antigravitationnels) pour le vol individuel.

Découverte d’un petit cylindre métallique brillant, subitement apparu dans un édifice, « invisible » pour le polyanalyseur de Claude Éridan.

Les « voix » : fausses communications et « démémorisation » pour Gus et Arièle.

Laboratoire orbital, nacelle N de commandement : Claude, Gus, Arièle et Mandine face au professeur Avraanx et à la projection du G.R.E.G.E. 

Révélations : fabrication et confinement de l’énergie ou puissance K, l’énergie des énergies, réussis par les savants gremchkiens ; présence d’un Tore au-dessus des ruines d’Omégapolis, non repéré à cause de sa « couche d’inexistence » ; défaillance inexplicable des superdéfenses de Gremchka ; cylindre récupéré de même matière que les Tores (appareil d’observation ?) ; à un million d’années-lumière de Gremchka, détection de Safrana APW, une planète « double » à composition chimique anormale (galaxium, nébulium, cosmium, kram) a priori utilisée par les Tores pour l’invasion du cosmos ; mission M imminente à destination de Safrana APW.

Première attaque du Tore d’Omégapolis : attraction des foules par émission de psychons ; vieillissement accéléré et mort de ceux qui s’approchent.

Échec de la contre-offensive gremchkienne ratée avec les forces MU et l’énergie K.

Invasion de Gremchka par des centaines de Tores ; depuis le « laboratoire de verre » orbital WL, images des villes attaquées : Nucléa, Tritium, Tralphium, Neutronia, Hadronia, Leptonia, Neutrinopolis, Lambdapolis, Kaonia, Muonia, Sigmapolis, Nacr.

Mission de l’Entropie sur Safrana (Claude Éridan, Gus, Arièle et Mandine) : reconnaissance, exploration notamment de la « zone des brasiers » (cratères rougeoyants), application du Plan K (destruction par une charge d’énergie K amenée au centre de la planète).

Atterrissage et sortie sur Safrana : Arièle et Mandine égarées puis séparées ; perte de Mandine.

Informations de Gremchka : des Tores sur la Centrale Cosmique Mère ; débarquement d’êtres inconnus à Protonia ; la moitié des cités et le quart des centrales gremchkiennes dévastées.

Décollage de l’Entropie pour la zone des brasiers (poursuite coûte que coûte de la mission) : récupération d’Arièle.

Périple de Mandine : témoin de l’activité des Tores ; première captivité ; naissance de créatures à partir du galaxium, minerai paravivant ; descente dans le gouffre pourpre ; Galax, le géant turricéphale métallique, protecteur et défenseur de Mandine ; sortie sur un rivage.

Révélations de Galax : appartient au peuple des Oox, planète Ooa (autre nom de Safrana) ; annonce de l’arrivée des Maîtres, les Éponax venus des Tores ; terreur, tortures, souffrances.

Apparition d’une foule d’Oox puis des Greewls : êtres innommables, crabes de pierre géants, qui creusent des tombes dans lesquelles prennent place les Oox.

Les Tores et le débarquement des Éponax : grands anthropoïdes noirs, structure métallique spongieuse truffée de vers blancs.

Mission des Oox : capter l’énergie psychique de l’espace-temps, l’intelligence-lumière des galaxies et de la matière, la restituer aux Éponax puis subir la transmutation en minéral inerte

Mort de Galax ; Mandine prisonnière dans une caverne et condamnée.

Apparition d’une lueur bleue et d’une jeune femme, Onyxia : une « fée » issue d’un peuple féminin de Grands Galactiques ; vit dans les cités anciennes de Gremchka ; est capable de se transporter en tout point de l’Univers ; libère Mandine et lui permet de regagner la “première” Safrana.

Explications : Mandine était perdue dans la « deuxième » Safrana, décalée dans un autre continuum et d’environ vingt heures vers le passé par rapport à la « première » ; caractère éniantrope de la planète (existe en plusieurs exemplaires dans des espaces-temps différents).

Activation de la charge d’énergie K acheminée au centre de Safrana ; décision de sacrifier Mandine pour ne pas compromettre la mission M.

Réapparition in extremis de Mandine sur le rivage, au voisinage de l’Entropie.

Élimination des Éponax et des Greewls qui la menacent.

Transformation des Oox pétrifiés en Moais (statues de l’Île de Pâques).

Explosion de Safrana ; immense tache de sang dans le cosmos ; extinction d’étoiles agencées selon une molécule d’A.D.N.

Nouveaux éléments sur les Tores (lecture des Tables d’Ambre par Assette le Dramalien) :

Projettent des Tenseurs Asymétriques, génèrent des cassures de l’espace-temps, appliquent sur leur environnement une loi de proximité agissant sur la courbure-qui-arrange (vieillissement accéléré), sont protégés et rendus indétectables par une couche d’inexistence.

Super-Entités qui sauraient utiliser le continuum négatif, pourraient dater de la phase pré-ylémique (sept milliards d’années plus tôt), auraient résisté à l’Ylem (masse condensée à l’origine de l’Univers et antérieure au Big Bang) puis traversé le Chaos Intercyclique, ou remonteraient à la phase post-ylémique.

Contre-attaque des Gremchkiens uniquement possible à ces époques.

Questions fondamentales non résolues :
Quelles sont les motivations des Tores ?
Les Tores seraient-ils des univers supercompressés, surlogiques ?
L’Univers serait-il un Tore ?

11. Princesse des Étoiles (1975)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Réveil de Claude Éridan dans un fruit globoïde creux, à des dizaines de mètres de hauteur ; descente sur le sol de la forêt de palmiers métalliques (Hybroïdes) ; plaine avec dunes et dômes arrondis ; deux soleils ovalaires rouges réunis par des ponts de matière incandescente.

Trompes vermiformes sortant du sol ; crabes noirs à deux dimensions.

L’oasis miraculeuse et les réminiscences : mission M vers une Galaxie Métamorphique et le système stellaire Epsilon de la constellation de Guélène ; Antoria, la septième planète ; crash et explosion de l’Entropie.

Claude retrouve Mandine, seule autre rescapée.

Arrivée d’un engin volant : tronc de cône de métal noir, excroissances de verre, bras articulés, systèmes d’observation et d’analyse.

Tempête et refuge dans une grotte ; sphère jaune palpitante et lumineuse : injonctions mentales et annonce d’un danger.

Retour à la surface : cratère aux sept cylindres, « cheminées de mort ».

Second engin volant ; embarquement de Claude et Mandine sur ordre d’une sphère énergétique jaune ; voyage jusqu’à une cité orbitale, Platinium ; accueil par une population humanoïde.

Laboratoire des Mu ; le Cénacle et la Scientocratie antorienne ; les Complexes et le Maître-Ordinateur Central.

Informations : selon leur processus d’évolution, émigration des Antoriens de la surface de leur monde vers des cités orbitales ; sous-sol d’Antoria uniquement occupé par le Maître-Ordinateur et ses colonnes analytiques de cristal pensant.

Motif de la mission M : Antoria et Gremchka en relation depuis des millénaires ; communications brutalement interrompues après l’appel au secours lancé par Antoria et l’annonce de la fin imminente de l’Empire Epsilon des Univers Métamorphiques, causée par les attaques d’une Chose inconnue (planètes frappées les unes après les autres, Antoria atteinte en dernier ; victimes suppliciées, torturées, mutilées et démembrées).

Constat de la disparition du Cylindre-Matrice Secret de l’Entropie.

Images du lieu du crash : présence d’une zone aveugle, tache vide occultant quelque chose qui se dissimule à dessein (a priori le Cylindre Secret).

Descente de Claude Éridan sur Antoria avec le Triangle Alpha et récupération du Cylindre.

Retour au Laboratoire du Principe Fondamental ; annonce du Maître-Ordinateur qui réclame le Cylindre-Matrice.

Atterrissage de Claude, de Mandine et d’un Antorien à l’équateur ; manifestations de la Chose (éclats de rire psychique, chocs violents, formation de cratères géants).

Domaine souterrain : la plaine aux dômes-igloos blancs ; les Intermédiaires du Maître-Ordinateur.

Révélations du Maître-Ordinateur au sujet de Mandine : dernière représentante de la lignée des Princesses des civilisations passées de Maudina ATR, qui ont jadis donné naissance à Antoria et à son Empire ; par les Livres Anciens d’Antoria, précognition du futur et de son destin préétabli de Princesse des Etoiles, Impératrice des Galaxies, résidente perpétuelle d’Antoria et du Palais de Lumière, la plus belle cité des Chaînes Orbitales Antoriennes.

Lecture du Cylindre Secret.

Intrusion de la Chose, une Bête invisible et monstrueuse ; massacre de l’Antorien.

Révélations du Maître-Ordinateur sur la nature de la Chose : être mathématique, ectoplasme logique issu du psychisme des intelligences artificielles antoriennes par un processus relevant de la loi de complexité-conscience.

Retour à la surface : assassinat imminent de Claude et de Mandine par la Bête mais apparition soudaine de l’Entropie ; débarquement des doubles de Claude et de Mandine avec leurs compagnons habituels ; élimination de la Chose avec les « boîtes rouges » radiantes ; fusion des doubles.

Triomphe à Platinium et explications fournies par le Premier du Cénacle : manipulations temporelles délibérément provoquées par les savants de Gremchka avec interaction de trois missions successives de l’Entropie (la première : échec, crash et massacre total, a permis l’étude de la Bête ; la seconde, crash avec seulement deux rescapés, Claude et Mandine ; la troisième : récupération de l’Entropie et de ses passagers dans le passé avant l’approche finale d’Antoria, déplacement temporel, élimination de l’entité et sauvetage des deux rescapés).

Mandine devient résidente antorienne et ne repart pas avec l’Entropie : choix conforme au destin préétabli de la Maudinienne, mais contraire à son amour pour Claude Éridan.

12. Le Cylindre d'Épouvante (1977)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Navire spatial Platinium 2000 d’Antoria naufragé sur Dena, système Rehka, Galaxie Intemporelle Apocalypsia, après avoir été escorté par une sphère de cristal.

Mandine : seule survivante.

Les klobohrs : cactus métalliques.

Kolok, l’ergrimk : gros insectoïde intelligent et doué de parole, devient l’ami et le guide de Mandine ; la nourrit avec des krahrs, grappes bicolores roses et blanches, comestibles.

Mises en garde répétées contre les gouffres de lumière pourpre et contre le Pays des Tours.

Des journées de marche ; Adrana, la mer aux eaux empoisonnées et dissolvantes ; les eees, gros rubis vivants immobiles sous le sable ; les kraadks, médusoïdes ; les goomhs, oursins ; les geysers lumineux ; les présences (nature non précisée).

Mort de Kolok, dévoré par un klobohr ; l’ergrimk confie son œuf à Mandine.

Le Pays des Tours : interdit et dangereux ; plaine métallique, immenses cylindres de métal.

Procession de flammes vertes sorties de la mer, entrant dans les cylindres.

Incursion de Mandine dans une tour : luminosité ambiante verte, montée des flammes en spirale ascendante, entrée dans les rangées d’alvéoles étagées.

Pour Mandine : liberté de déplacement vertical montant et descendant, d’ouverture et de fermeture de l’accès ; refuge dans une alvéole ; plus tard, sensation d’une présence invisible, organique et oppressante.

Rencontre avec Eeina, originaire d’Opalia, Galaxie Cybernétique 113 des Galaxies Liminaires ; naufragée, mêmes péripéties que celles vécues par Mandine.

Les bancs de mousse volante (végétation et fleurs en dessous) venus de la Contrée Rouge.

Pluie de Dena : petites bulles transparentes ; deux arcs-en-ciel en relief, l’un inverse de l’autre

Les Oogrowlks, gnomes informes.

Nouvelle procession de lumières : Mandine et Eeina dans un cylindre puis dans les alvéoles ; apparition de vers tubulaires annelés, sortis du sol (extrémité avec gros œil à facettes et crochets) ; révélation de la nature des présences (tiques géantes), des ixoïdes pluridimensionnels ; prédation impitoyable par les vers tubulaires.

Plongée accidentelle de Mandine et d’Eeina sous la surface : les gouffres pourpres ; l’hydre arachnoïde géante occupant les entrailles de la planète.

Chute sur le monstre ; attaque des vers tubulaires et mort d’Eeina.

Arrivée soudaine de l’Entropie : Dena localisée malgré son champ d’invisibilité.

Claude Éridan, Arièle, Gus et Assette le Dramalien sur la piste de Mandine grâce aux émissions radiatives de l’œuf.

Début de désintégration de l’hydre avec les « boîtes noires » ; reflux partiel du monstre grâce à l’œuf de l’ergrimk, protecteur psychique et électromagnétique.

Deuxième descente dans les entrailles de Dena avec la N.E.T.H. (Navette d’Exploration des Terres Habitées) ; au centre, amorçage de la destruction en chaîne de l’hydre par l’énergie A.A.E.

Découverte de gigantesques orgues de cristal ; mer figée de formes géométriques (courbe mathématique en relief) ; flocons agravitationnels (points singuliers).

Nature des orgues : Entité Souveraine de Dena, bénéfique et omnisciente, « Point Oméga » de l’évolution suivie jusqu’à son terme par l’hypercivilisation des Deniens ; superordinateur complexe géant qui contrôle Dena et assure son indétectabilité, depuis le cosmos, via les sphères de cristal.

Nature de l’hydre : création A.D.N. par A.D.N., pour assurer l’équilibre écologique interne et externe de la planète (les Gremchkiens l’ont anéantie, mais les Deniens ne leur en veulent pas)

Raison de l’aventure vécue par Mandine : inciter les Gremchkiens à récupérer l’œuf de l’ergrimk en venant la sauver.

13. L'Oeuf d'Antimatière (1977)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
La Planésie : séjour sur Terre de Claude Éridan, Arièle, Gus et Mandine.

Première manifestation anormale (sans témoin) : matérialisation d’une multitude de pierres tombales noires dans le parc.

Paris : rendez-vous avec Vulcain Tokyo, volcanologue de l’Institut de Physique du Globe. 

Objectif de Claude Éridan : solliciter Tokyo pour une expédition à l’Andragorre, dans l’île de Cagliostro (Océan Pacifique, 150° de longitude ouest et 30° de latitude nord).

La Planésie : fourniture par Vulcain Tokyo des enregistrements des missions précédentes dans le volcan de l’Andragorre ; audition par tous les intéressés. 

Constat d’anomalies inexplicables (décrochages, anomalies, observations inquiétantes puis effrayantes, vision de cercueils noirs, parasitage et interruption des liaisons…) ; membres des expéditions totalement ou partiellement disparus.

Dans le parc : témoins de l’apparition des pierres tombales, Arièle et Gus se volatilisent.

Acceptation de Vulcain Tokyo compte tenu des événements.

Mission Andragorre : Claude Éridan, Mandine, Vulcain Tokyo, autres membres.

Descente dans les galeries du volcan.

Mandine et la sphère-guide de lumière verte ; vies invisibles ; chute et réveil dans une caverne aux stalactites lumineuses ; rires psychiques et battements d’ailes.

Oo, l’oiseau blanc : tête de rapace avec protubérance frontale, yeux rouges à l’éclat humain ; appartient au peuple esclave des Grinkws.

La Salle de l’Ontogenèse : gros bloc cubique de cristal noir supportant un objet lumineux, un second œuf d’ergrimk.

Mousse gélatineuse au sol et éponges-cages métalliques géantes ; squelettes encore vivants à l’intérieur ; Gus et Arièle prisonniers ; capture de Mandine.

Iaw, le robot géant : gardien de l’œuf déposé sur Terre (ou Dena II) par les Grands Galactiques de Dena III vingt-quatre mille ans plus tôt (époque de la glaciation de Würm III) ; programmé pour poser des questions destinées à identifier les héritiers potentiels de l’œuf.

Arrivée brutale de Claude Éridan et Arièle : libération des captifs.

« Reconnaissance » par Iaw : Claude Éridan est un Elhm, descendant direct des Grands Galactiques.

Œuf numéro un de Dena I : tissu d’étendue-durée-psychisme.

Œuf numéro deux de Dena II, dit « d’antimatière » : Arbre de Vie, celui de la Connaissance du Bien et du Mal ; autre Principe Fondamental de l’Univers.

Effet annexe de l’œuf numéro deux : suscite autour de lui la naissance de vies incomplètes, rudimentaires.

Finalité : favoriser la création d’Initiés capable d’orienter l’Évolution Générale.

Raison de l’éloignement cosmique initial des œufs : dissuader ceux qui les cherchent.

Autorisation donnée à Claude Éridan et aux Gremchkiens de récupérer l’œuf numéro deux grâce à l’œuf numéro un.

Arrivée de l’Entropie : Claude Éridan, Mandine, Arièle, Gus, Tokyo et leurs compagnons repoussés jusqu’au Royaume des Ténèbres sous l’Andragorre (creuset où se créent et se décréent les vies incomplètes), puis éliminés par les deux pilotes gremchkiens.

Libération de tous les originaux prisonniers au sein de blocs de cristal et de fer.

Révélations : pièges anticipés par Gremchka ; expédition organisée en conséquence ; mission menée à bien par les doubles organico-métalliques créés à partir des originaux, une fois ceux-ci capturés par les systèmes défensifs et protecteurs de l’œuf numéro deux.

Questions fondamentales en suspens :
Pourquoi l’œuf numéro deux est-il dit « d’antimatière » ?
L’Univers normal serait-il antimatériel ?

14. Le Prince de Métal (1978)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Enlèvement de Mandine dans le Palais de Lumière d’Antoria ; voyage spatial dans une cellule aux parois de chair vivante ; évasion avec la complicité d’une machine psychique ; crash du module et destruction du robot.

Voyage aérien de Mandine accrochée à un fil volant ; plaines couvertes de toiles d’araignée ; contrées de miroirs ; mers couleur cassis charriant des icebergs aux faces réfléchissantes ; atterrissage dans une toile ; apparition de deux robots géants.

Planète Ektréa, système solaire Ibis 3 de la galaxie spirale KZ-8713 XHW : hypercivilisée, phase W de l’évolution scientifique.

Raison de l’enlèvement : à cause de son capital d’A.D.N. exceptionnel, Mandine va être conduite dans le Royaume Souterrain d’Ektréa auprès du Prince de Métal, Grand Maître d’Ektréa et de l’Empire des Galaxies Proximales. 

Sept Épreuves à réussir.

Monde souterrain : cavernes, mer intérieure, trois soleils artificiels ; les Littoralopolis (cités des falaises) ; la grotte-cellule ; la toupie de nacre (appareil d’examen et de surveillance).

Safrane : autre élue, enlevée sur Oniria des Galaxies Homothétiques.

La société d’Ektréa : vie collective végétative, inaction totale ; asexualité et reproduction en laboratoire ; à Centralia, la Ville de Verre (capitale) et dans les Pyramidopolis, rassemblement quotidien des foules dans les Palais du Plaisir ; soumission aux influx du Cylindre Central ; ondes diffusées à toute la planète ; asservissement de tout le peuple à la douleur et au plaisir.

Les gouvernants d’Ektréa : oligarchie d’intelligences surdéveloppées, les Grands Maîtres et le Prince de Métal ; les Maîtres, revenus à la reproduction sexuée, font enlever des êtres génétiquement parfaits pour les féconder et créer des super-lignées naturelles.

Esclavagisme, tortures et souffrances pour les rejetés qui ont failli aux Sept Épreuves.

Espoir de révolte et de libération grâce aux Gremchkiens qui vont rechercher Mandine.

Évasion de Mandine grâce à Safrane et Agorax ; indice non relevé ; nature fantastique ; lac aux étoiles aquatiques ; treize lunes ; les ruines aux colonnes brisées datant des anciennes civilisations d’Ektréa ; les skrars, lueurs vivantes autour des vestiges ; forêt, marais, île et temple des Eeonas ; statue de Spheorg, dieu-crabe à figure humaine ; domaine souterrain sous le temple ; les résistants, insensibles aux émissions grâce aux boules-psy.

Arrivée de Zarag, espion des révoltés : annonce du repérage d’une zone d’intelligence de très haute énergie, en approche spatiale d’Ektréa.

Irruption des Robots Noirs (ont suivi Zarag) : Mandine recapturée et conduite à Pyramidopolis AK 113 puis à Centralia ; torture scientifique lente pour les autres révoltés.

Mandine trahie par Safrane et Agorax par intérêt personnel (indice non relevé : « Tu as pris le wrikne en passant par la sorknade alonihgjide ? Les vanhierkzes franmouhzekds ? »).

Mandine : moyen de pression des Grands Maîtres sur les Gremchkiens.

Révélation : toutes les péripéties précédentes constituaient la Première Épreuve.

Épreuves 2, 3, 4 et 5 dans le Synthétiseur de réalités virtuelles ; Épreuve 6 : résistance au plaisir ; Épreuve 7 : résistance à la douleur.

Arrivée du Prince de Métal ; imposition d’une Épreuve supplémentaire : « Qu’est-ce que le puits mathématique ? » Réponse de Mandine : l’algorithme de Kaprekar.

Au Palais de la Plus Haute Tour : Mandine face à Aahinocraas, le Prince de Métal.

Marché : Mandine accepte son destin en échange de la libération des résistants suppliciés.

Offensive finale de la zone de psychisme pur et du Tore qu’elle dissimule.

Intervention de Claude Éridan, Arièle, Gus et Assette le Dramalien ; libération de Mandine et de tous les Ektréens ; condamnation du Prince de Métal à une paralysie perpétuelle.

Révélation : tout au long de son périple, Mandine a été aidée et influencée spirituellement par les Gremchkiens qui, grâce à la lecture des Tables Fondamentales, ont construit un faux Tore et généré une zone de psychisme pur servant de camouflages spéciaux multidimensionnels, donc infrangibles, pour l’Entropie.

15. La Flamme des Cités perdues (1979)

Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Photo @ J.-M. Archaimbault | Scan collection privée
Mission M de l’Entropie à destination de la planète Opalia (Système Solaire 77 AK 4, banlieue de la galaxie spirale barrée Porphyrienne).

Objectif : recherche d’un autre Principe Fondamental a priori dissimulé sur Opalia.

Mandine brutalement seule à bord de l’Entropie.

Mutisme de Logos (nouvel ordinateur de bord) ; disparition de tout l’équipage.

Avertissement au sujet d’Opalia : existence d’une zone où règnerait « autre chose que la vie ».

Débarquement de Mandine sur Opalia.

Début d’exploration jusqu’à la zone dangereuse.

L’Andeb, la région interdite : périmètre gardé par des sentinelles mathématico-holographiques.

Andia et Étoile : narration du cataclysme qui a dévasté Opalia, éradiqué ses peuples (Opaliens, Gammiens et Sidériens) incapables de fuir vers les planètes voisines (Elfée, Aulnia), balayé son Empire et sa Civilisation de Cristal (parvenue à l’aboutissement maximal de l’évolution), détruit ses villes (Vanadia, la Cité U, Excerptium, Quarkia, Zyrconée).

Ignorance totale de la cause de la catastrophe.

Interdiction réitérée de s’aventurer dans l’Andeb, région maléfique et maudite, « cœur du mal ».

Mandine brave l’interdit.

Fleurs grises, arbres vivants, bêtes végétales.

La flamme : guide Mandine vers l’une des cités perdues.

Découverte et exploration de la ville.

Une Chose guette et suit Mandine.

La cité de Marmoréa ; sur le rivage de l’océan souterrain d’énergie psychique.

Taïman, le vieillard survivant.

Les flammes : émanation de l’océan (énergie créatrice des Trous Blancs) ; en quête des êtres vivants qui abordent Opalia.

Avertissement d’Andia contre Taïman : un danger mortel sous l’apparence rassurante.

La flamme : guide Mandine jusqu’à la Montagne Vitrifiée.

Le module numéro deux de l’Entropie et les cadavres des membres d’équipage.

La Chose toujours aux aguets.

Retour à la cité puis à l’Entropie.

Capture de Taïman.

Récupération de la dernière « boîte noire ».

Enlèvement de Mandine par la Chose (Aahrv, le Xeernops) ; évasion par la ruse.

Second périple jusqu’à la Montagne Vitrifiée ; libération de Claude Éridan, de Gus, d’Assette le Dramalien et d’Arièle.

Auto-annihilation de Taïman.

Retour à l’Entropie.

Le conflit final : Assette contre la Bête psychique, au-dessus des monts des Xeernops ; sphère de feu, attaque, explosion finale, tremblement de terre ; la montagne devient noire.

L’empreinte résiduelle de la Bête : 666 !

Éclaircissements fournis par Assette : problématique déjà connue, dont la description figure dans tous les Livres ; de telles entités négatives constituent la résultante de l’évolution physico-spirituelle ratée de peuples qui atteignent la Noosphère mais ont été déviés sur leur parcours (par opposition à l’évolution réussie des Deniens).

Existence de vies parasites : issues de la mutation évolutive ratée des Opaliens.

Explication du déroulement des événements : provoquée et organisée par les flammes, la mission M des Gremchkiens s’est effectuée une première fois mais s’est soldée par un terrible échec ; par sécurité, les flammes avaient gardé Mandine « en réserve » et l’ont « activée » au moment opportun pour tenter à nouveau de résoudre le problème.

Départ de l’Entropie ; résurrection transtemporelle d’Andia et d’Étoile.

Nature du Principe Fondamental mis en évidence : le Mal.




Commentaires

1.Posté par Didier REBOUSSIN le 20/06/2021 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

alvin
Un super guide le lecture. Pour l'anecdote, on saura que Robert Clauzel, grâce à l'amitié qui le liait à Henri Bessière, put intégrer le Fleuve Noir sans passer par les fourches caudines du comité de lecture.

2.Posté par Koyolite TSEILA le 20/06/2021 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Merci beaucoup pour cet article, Jean-Michel. Chacun de tes articles est une fête ! C'est tellement intéressant et cela donne envie de tout lire, tout découvrir. Un travail énorme de lecture minutieuse et prise de notes, c'est impressionnant. Voici de quoi enrichir notre culture. Je n'étais pas encore née en 1970 quand est paru "La tache noire", premier tome de "La quête universelle des Gremchkiens". Mais, c'est avec un livre de Robert Clauzel que j'ai fait ma toute première incursion dans la littérature SF : "Le Nuage qui vient de la Mer". Ouvrage publié en 1974, année de ma naissance, que...

3.Posté par JEAN-MICHEL ARCHAIMBAULT le 20/06/2021 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JMARCHAIMBAULT
Tout le plaisir est pour moi, dans le partage de ce genre d'informations que j'ai vraiment apprécié de collationner avec l'idée qu'elles pourraient un jour intéresser d'autres passionné(e)s.
Je rappelle que cette série d'articles vient en complément de la rétrospective Clauzel parue dans Galaxies 69 et 70, plus analytique que les notes et le cas échéant les résumés relatifs à chaque roman que vous lirez ici.
Bien à vous toutes et tous, anticipassionnément vôtre!

4.Posté par Erwelyn CULTURE MARTIENNE le 07/07/2021 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

erwelyn
Autant le cycle Menaces contre la Terre me parle au moins par ces couvertures, autant là, je ne connaissais pas du tout. Merci pour cette belle présentation.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :


Blog partenaire


Membres sur le pont
Loïc JOCHAULT
Robert YESSOUROUN
Erwelyn CULTURE MARTIENNE
Jacques  BELLEZIT

Commentaires et avis