Menu

Notez
Récits maritimes

        

Belem - Un bateau inépuisable...


Un article ajouté/rédigé par | 07/02/2021 | Lu 212 fois




Une tempête pampero, un incendie de cale, une éruption volcanique, des bombardements avec un service durant la Deuxième Guerre mondiale et le BELEM est toujours là en 2021 !
 
Le BELEM est un trois-mâts français construit en 1896 à la demande du chocolatier français Meunier. Comme tous les voiliers marchands de l’époque, sa coque est métallique. Il fait 59m de long sur 9m de maître bau.

Avec ses 15 membres d’équipage, sa mission est principalement réservée à l’importation du cacao venant du Brésil. Son nom lui vient d’ailleurs de la ville portuaire brésilienne « Belém ».

Cauchemar du premier voyage

Lors de son voyage inaugural, le BELEM doit tout d’abord passer à Montevideo en Uruguay pour embarquer 121 mules pour les remonter à Belém au Brésil, ensuite y charger le précieux cacao, puis retour en France.

Le 15 octobre 1896, le BELEM quitte le port de Montevideo direction le Brésil. Dès le lendemain, le navire tout neuf affronte une tempête d’une rare violence au vent glacial appelé dans la région le « pampero ». L’équipage lâche les voiles et lutte plusieurs heures contre cette force de la nature. En fond de cale, c’est l’enfer, le bétail paniqué devient incontrôlable et mouline complètement les aménagements intérieurs du navire.

Le lendemain matin, la tempête s’étant calmée, la situation est consternante : les mâts du bateau sont en partie détruits, plusieurs mules doivent être jetées à la mer. L’équipage se transforme alors en apprentis-vétérinaires afin d’essayer de sauver le reste de la cargaison.

A l’entrée du port Belém, l’équipage espère souffler un peu, le déchargement est prévu le lendemain.

Durant la nuit, un incendie se déclare dans le faux-pont. Pendant que les marins tentent d’éteindre le feu, les pompiers brésiliens peinent à arriver jusqu’au bateau. Le bilan est lourd : aucune bête n’a survécu et le BELEM est en piteux état. Le capitaine parviendra tout de même à convaincre son équipage sous la contrainte à retourner en France mais à vide.

Le navire entre dans l’Estuaire de la Loire en passant devant le Chantier Dubigeon (là où il est né 8 mois auparavant). Soudain, les ouvriers arrêtent leur travail, stupéfaits de voir l’état dans lequel se trouve leur fier voilier que l’on avait surnommé « la gloire de Nantes ».

Après quelques semaines de réparation, le BELEM assume enfin et sans embuches ses missions de transport de cacao entre le Brésil et la France pour le compte du chocolatier Meunier.

Affrontement avec un volcan

Mai 1902, le BELEM doit entrer dans le port de Saint-Pierre en Martinique (Antilles Française). Son quai d’amarrage habituel est déjà occupé par deux autres navires. Le capitaine ennuyé de la situation doit donc accoster dans un port d’attente, une vingtaine de kilomètres plus loin.

A proximité du port de Saint-Pierre, la montagne Pelée, un volcan actif grogne depuis quelques semaines.

Le 8 mai 1902, c’est la catastrophe. Le volcan explose déferlant à 400km/h un nuage de cendres et de feu sur la ville de Saint-Pierre. Trente mille personnes périssent. Le port est complètement ravagé et toute la flotte amarrée est détruite ! Par chance, le petit port provisoire du BELEM est épargné et le bateau ne reçoit qu’un peu de projectiles. Les dégâts sont mineurs.

Le bateau miraculé continue donc ses missions plusieurs années transportant mules, cacao, rhum, sucre, en fonction de la demande de ses armateurs.

Concurrence imbattable, changement de cap

1907. La vapeur coupe la route aux voiliers qui deviennent aussitôt moins rentables. Le BELEM passe par plusieurs propriétaires coloniaux. Après sa 32e traversée transatlantique, le BELEM est destiné au canal de la Martinière, le cimetière des voiliers...

Heureusement, la chance poursuit le bateau toujours en parfait état. Il est racheté en 1914 par le duc de Westminster en Grande-Bretagne pour le transformer en luxueux yacht. Il est alors équipé de deux moteurs et d’hélices.

Durant la Première Guerre mondiale, il est accosté à l’Île de Wight, ce qui le sauvera des bombardements allemands et des premiers sous-marins U-Boot.

Lassé du trois-mâts et voulant acheter plus grand, le duc revend le BELEM au célèbre brasseur britannique Guinness qui le rebaptise FANTÔME II.

Des bombardements et encore de la chance

1939. Guinness décède. Le BELEM-FANTÔME II est désarmé et retourne sur l’Île de Wight.

La Deuxième Guerre mondiale éclate et la Grande-Bretagne est constamment bombardée par les Allemands. Les bombes pleuvent partout sur les côtes anglaises et autour du bateau n’abîmant que son gréement. Le BELEM servira d’ailleurs comme base des Forces navales françaises libres.

Un infatigable bateau

1952. Le BELEM est racheté par un Italien et devient un navire-école. Son nouveau nom : le GIORGIO CINI. Ce n’est qu’en 1979 que le BELEM retrouve son pavillon français et son nom d’origine.

Aujourd’hui encore ce valeureux voilier sert toujours de navire-école, formant 48 cadets avec sa vingtaine de membres d’équipage.

Attitré monument historique, il participe toujours à de nombreuses manifestations navales. Il était d’ailleurs présent à l’Armada de Rouen en juin 2019.

1896-2021 et une carrière qui n’est pas encore finie…


Lien utile





Commentaires

1.Posté par Erwelyn CULTURE MARTIENNE le 07/02/2021 08:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

erwelyn
Ce n'est pas le moins connu des bateaux, pour autant, on ne parle plus maintenant que de sa rénovation. Je trouve l’anecdote du Mont Pelé particulièrement intéressante. Merci de nous faire voyager dans le temps. ☺

2.Posté par Christobal COLUMBUS le 07/02/2021 17:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ChristoColumbus
Un grand merci capitaine Koyolite d'avoir mis aussi magnifiquement le Belem en valeur. S'il y a bien deux navires que je sublime par dessus tout, ce sont bien le Mercator et le Belem.
Le Mercator - que l'on peut visiter quand on veut à Ostende - ne peut malheureusement plus naviguer officiellement de nos jours et le Belem parcourt toujours les mers...
Les voir ensemble serait un rêve !
Je devais découvrir le Belem l'an dernier à l'Armada de Dunkerque mais un certain covid' en a décidé autrement et tout a été annulé...
Avec une vie déjà bien remplie et des grands enfants qui, un jour, prendro...

3.Posté par Koyolite TSEILA le 09/02/2021 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Merci pour ce bel article. Quel magnifique bateau ce Belem et quelle histoire ! Toi tu rêves d'assister à l'Armada de Dunkerque, comme je te comprends. Moi j'aimerais une fois me rendre à Kiel, au nord de l'Allemagne, pour voir la plus grande parade au monde de grands voiliers (Tall Ships). Je veux absolument voir de mes propres yeux le Alexander von Humbolt, ce grand bateau vert et blanc hors du commun ! J'imagine que le Belem doit aussi être de la partie ? Et si déjà je suis dans la région, j'irai visiter quelques endroits où a sévi Klaus Störtebeker, célèbre pirate allemand de la mer du ...

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :




Commentaires et avis

Blog partenaire
Par J.C. Gapdy