Menu

Notez
Récits maritimes

        

Mon nom est Sark. Cutty Sark !


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 05/05/2024 | Lu 611 fois




Je ne m'attendais pas à ce que cet historien maritime du Galion des Etoiles, Christobal Columbus, pense à moi !

Moi qui suis en retraite depuis 1954 - quoique, être un musée n'est pas de tout repos - je vais vous raconter mon parcours...



Le navire musée Cutty Sark en cale sèche au bord de la Tamise de Londres @ Tony Hisgett from Birmingham, UK — Cutty Sark 4Uploaded by tm, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27909284
Le navire musée Cutty Sark en cale sèche au bord de la Tamise de Londres @ Tony Hisgett from Birmingham, UK — Cutty Sark 4Uploaded by tm, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27909284
Mon nom est Cutty Sark. Je suis l'un des derniers grands voiliers destinés au commerce et plus précisément à l'importation de thé au Royaume-Uni. C'est vous dire l'importance qu'avaient mes missions !

J'ai vu le jour à la demande de John Willis dit Jock (1817-1899). On le surnommait « le vieux Jock ». Ancien marin devenu armateur, il a créé des navires de commerce pour le thé de Chine et de laine d'Australie.

Si mon confrère français le Belem navigue toujours depuis sa construction en 1896, il faut savoir que je suis plus vieux que lui. En effet, je suis né en 1869 et, avec mes 65m de coque en bois et 11m de largeur pour 900 tonnes, je suis également plus grand. Je vous avouerai cependant que je possède une double coque de renfort en cuivre enveloppant toute la partie de mon tirant d'eau. Là où je trône aujourd'hui, j'ai d'ailleurs été surélevé afin que les visiteurs de mon musée puissent admirer ma fière et longue coque dorée en passant par dessous.

La coque dorée du Cutty Sark @ LondonHistoryatHome — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=109497889
La coque dorée du Cutty Sark @ LondonHistoryatHome — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=109497889
Mon nom est inspiré d'une sorcière ensorceleuse sortie d'un poème de Robert Burns : Tam o' Shanter.

Cette sorcière a certainement fait secrètement partie de mon équipage durant quelques années car je n'ai pas eu que de bons capitaines. Après le premier - nommé George Moodie - qui avait réussi la prouesse en pleine mer de remplacer mon gouvernail cassé par un autre de fortune, confectionné avec les moyens du bord, ses successeurs ont connu bien des déboires. Le premier remplaçant (Moor) n'a fait qu'un voyage suite à ses résultats médiocres, le suivant (Tiptaft) est décédé d'une crise cardiaque à Shangaï, Wallace était un pitoyable chef, ce qui engendra une mutinerie à mon bord suite au meurtre d'un matelot par le capitaine en second. Wallace s’est finalement suicidé par noyade en pleine course pour le thé. Bruce, le suivant, était un véritable ivrogne. Bref, on peut dire que j'ai été dans le creux de la vague jusqu'en 1885. Fort heureusement, Woodget m'a fait retrouver ma place de meneur maritime durant dix ans avec mes allées et venues d'Australie.

Comme pour la plupart des grands voiliers, la force-vapeur a eu raison de mon moi. Ainsi, en 1895 le vieux Jock m'a vendu à un Portugais qui m'a rebaptisé Ferreira.

Le capitaine Richard Woodget à la barre @ Karen Roe from Bury St Edmunds, Suffolk, UK — Cutty Sark 26-06-2012Uploaded by Oxyman, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=22373456
Le capitaine Richard Woodget à la barre @ Karen Roe from Bury St Edmunds, Suffolk, UK — Cutty Sark 26-06-2012Uploaded by Oxyman, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=22373456
J'ai ensuite assuré un autre service en Afrique du Sud comme transbordeur sous le nom de Maria do Amparo, période durant laquelle ils m'ont ôté mes mâts ! Une période humiliante pour moi, vous pensez bien !

En 1922, par chance, j'ai été racheté par un compatriote britannique : le capitaine Dowman. Il m'a rééquipé de mon fier gréement pour servir de navire-école pour la marine marchande.

Je suis devenu un navire musée à partir de 1954 et je dois dire que la chance ma suivi jusqu'à aujourd'hui. En effet, j'ai été classé au patrimoine de l'UNESCO en 1997 ce qui a très certainement permis de me sauver lors de l’incendie de 2007, période durant laquelle j'étais en rénovation (normalement de 2006 à 2009). Je n'ai retrouvé ma fierté qu'à la fin de mes réparations en 2012.
 
Aujourd'hui, tels le Belem en France et le Mercator en Belgique, j'ai ce grand honneur de faire partie des dignes représentants encore présents de l'époque de gloire des grands navires à voiles de la marine marchande !

Je vous invite à venir me rendre une petite visite : je suis à Londres à la rue King William Walk, au quartier de Greenwich !

Le Cutty Sark en 2012 après les réparations @ Lauair — I took this photo in June 2012.Previously published: N/A, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20546126
Le Cutty Sark en 2012 après les réparations @ Lauair — I took this photo in June 2012.Previously published: N/A, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20546126

On parle aussi de moi dans la musique !

Le groupe de rock anglais Dire Straits, qui est l'un des groupes préférés du capitaine du Galion des Etoiles (si ce n'est pas un heureux hasard, ça ?), me cite dans l'une de ses chansons intitulée Single Handed Sailor de l'album Communiqué (1979).

J'en suis à la fois très touché et très fier ! 

Voici ce que chante Mark Knopfler, le leader, chanteur et guitariste du groupe, dans l'une des strophes de la chanson :
Yeah, and on a night when the lazy wind is a wailing
Around the Cutty Sark
The single handed sailor goes sailing
Sailing away in the dark
 
« Ouais, et lors d’une nuit où le vent paresseux gémit autour du Cutty Sark, le marin solitaire part naviguer, s’éloignant en pleine obscurité… »

Références et liens utiles

👉 L'ouvrage Navires de Mémoire (Guy Le Moing, éditions Ancre de Marine)
👉 Cutty Sark — Wikipédia (wikipedia.org)
👉 Royal Museums Greenwich - Wikipedia
👉 Royal Museums Greenwich (site officiel)

Christobal Columbus
Copyright @ Christobal Columbus pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

💬Commentaires

1.Posté par Robert YESSOUROUN le 05/05/2024 07:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yessouroun
Un magnifique voilier! Je l'avais frôlé à Greenwich, il y a deux ans. Mais notre emploi du temps l'avait fait passer à la trappe, hélas. Exposé clair, simple, attachant, bien documenté, comme il se doit avec Christobald. Il m'a incité à aller le visiter à mon prochain séjour chez ma fille.

2.Posté par Erwelyn CULTURE MARTIENNE le 05/05/2024 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

erwelyn
Très bel ouvrage. Merci de nous le faire découvrir ☺

3.Posté par B BLANZAT le 05/05/2024 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Blanzat
Très chouette découverte ! Et par un heureux zazar, j'écoutais ce matin un reportage sur le retour des cargos à voile :
"Cargos à voile, la France a le vent en poupe" sur Radio France
https://radiofrance.fr/franceinter/podcasts/interception/interception-du-dimanche-14-avril-2024-3863855
Les rappeler à notre souvenir est salutaire.
À noter également que je les ai vus passer au large lors de récentes lectures sf (Les sentiers de Recouvrance, d'Émilie Querbalec ; et Sissoko, monsieur Poulet, de Gulzar P.Joby). Ce n'est donc pas seulement de l'histoire ancienne !

4.Posté par Siebella CHTH le 05/05/2024 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sieb
Voilà un récit qui rend hommage à ce voilier d'une manière émouvante, ce que j'apprécie vraiment dans le travail de notre auteur. Cette manière de narrer l'historique d'un bâtiment, à travers lui, en personnalise agréablement la lecture et la découverte. Il est intéressant de voir que certains navires, comme le Cutty Sark, sont parvenus, malgré un parcours capricieux, à maintenir leur statut jusqu'à notre époque.

Comme quoi, même avec un mauvais capitaine ou bien une destinée que l'on a pu croire parfois brisée, un navire garde ses secrets et tient son destin bien ancré dans sa coque..

Merci à l'auteur pour ce récit/voyage sur le pont du Cutty Sark, qui donne envie d'aller lui rendre une petite visite.

5.Posté par Jacques BELLEZIT le 05/05/2024 20:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

jacques
Héritage de la "Royal Navy", un navire est désigné en anglais par le pronom "She". Les marins, se languissant de leurs épouses et de leurs maîtresses ("May they never meet!" disaient ils) et faisaient de leur navire leur amante.

Mais c'est la première fois que j'entends un beau grément parler sobrement de son histoire (le "Bateau" d'Arthur Rimbaud était ivre) ! Bravo pour cette chronique....Et oui beau gréément, je passerai te voir un jour...Après avoir salué le HMS Victory bien entendu !

6.Posté par Koyolite TSEILA le 06/05/2024 06:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Du coup, cher Cutty Sark, après avoir lu ton parcours mouvementé et émouvant, je n'ai plus qu'une envie : venir te rendre visite à Londres dès que je le pourrais, m'acheter ce bel ouvrage sur les navires de mémoire pour donner du cachet supplémentaire à ma sidérale bibliothèque, écouter (encore et encore et encore) la chanson Single Handed Sailor de Dire Straits pour en apprendre par coeur toutes les paroles et remercier Christobal Columbus pour ce très chouette article !

7.Posté par Christobal COLUMBUS le 07/05/2024 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ChristoColumbus
Je vous remercie sincèrement tous pour tous vos agréables commentaires 😊
Et oui, pour moi chaque bateau - petit ou grand, célèbre ou oublié - a une histoire à raconter. Certains ont la chance d'avoir leur propre musée comme ce bon vieux Cutty Sark, mais d'autres ont sombré dans l'oubli et n'existent plus que dans de rares écrits que probablement plus personne ne verra, ne lira. Si ne fût-ce que pour quelques minutes je puisse faire imaginer et revivre un bateau dans la tête de quelques personnes, alors ma mission à bord du Galion est réussie.
À très bientôt pour d'autres petits résumés maritimes historiques ! 😊

8.Posté par Marie BLOODY le 10/05/2024 18:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

DomiL
Je l'ai visité deux ou trois fois, j'adore les musées maritimes et les bateaux-musées. Mon préféré est le Cutty Sark : il est beau, il a une ligne sublime, il a une histoire...

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.