Menu

Notez
Histoires, légendes maritimes

        

Mercator - Un peu de chauvinisme… belge


Rédigé par le 03/05/2020 | Lu 201 fois


Tags : MERCATOR


Mercator - Un peu de chauvinisme… belge
Un peu de chauvinisme...

1931, Ecosse, au chantier naval de Leith, un quartier de la ville d’Edimbourg, un grand voilier est en construction. Son futur propriétaire est la marine marchande belge qui a besoin d’un cinquième navire-école.

Avec ses 78m de longueur totale sur 11m de large, ce navire est un 3 mâts de type « goélette », autrement dit, le premier mât comporte des voiles rectangulaires traditionnelles tandis que les deux autres sont équipés de voiles « auriques » (trapézoïdales) appelées aussi « à cornes » ou « à pics ».

Au total il en compte 15, ce qui lui permet d’être assez redoutable au niveau de sa vitesse de croisière pour un bateau de cette taille.

Son nom, le MERCATOR, lui vient du grand cartographe Gérard De Kremer (du nom latin Gerardus Mercator) qui est né en 1512 à Rupelmonde (Flandre Orientale) et il est l’inventeur du quadrillage méridiens-parallèles des cartes actuelles appelé « Projection de Mercator ».

Mercator - Un peu de chauvinisme… belge
40 voyages, 10 tours du monde...

Depuis sa mise en service le 5 septembre 1932, le MERCATOR forme chaque année cinquante apprentis officiers.

En 1934, une expédition franco-belge part à bord d’un navire français direction l’île de Pâques. Cette expédition a permis à la France et la Belgique, en cadeau de la part du Chili, de pouvoir revenir avec une statue chacun.

Pour la Belgique, ça sera la statue de « Pou Hakanononga », le dieu des pêcheurs de thon : statue du 13e siècle de 2m de hauteur et pesant 6 tonnes. Il faudra deux jours pour l’amener jusqu’au bateau.

C’est le MERCATOR, occupé à faire un tour du monde, qui est désigné pour rapatrier l’expédition.

Il se détourne donc de son chemin direction l’île de Pâques le 2 janvier 1935, pour ramener l’énorme statue en Belgique en passant les escales des îles de Hawaï, Pitcairn, Tahiti, les Marquises, ensuite cap vers l’Océan Indien, l’Afrique et enfin l’Europe.


Mercator - Un peu de chauvinisme… belge
1936, le MERCATOR retourne sur l’ile de Molokaï (Hawaï) pour rapatrier la dépouille du Père Damien, mort en 1886, missionnaire catholique qui venait en aide aux lépreux.

La Deuxième Guerre mondiale éclate. Le navire belge est réquisitionné par la Royal Navy et les britanniques le transforme en bateau-base pour les sous-marins de l’Amirauté se battant en Afrique.

Le valeureux bateau est rendu à la Belgique en 1947 dans un piteux état.

Après sa réparation au chantier naval de Beauval (Gand), le navire-école reprend ses fonctions pour les 13 années suivantes et remporte aussi plusieurs courses de voiliers.

Mis hors service en 1961, le MERCATOR continuera un autre service, celui de bateau-musée…

Bien qu’il soit interdit de naviguer en pleine mer, il participe parfois aux rassemblements des grands voiliers d’Anvers.

Mis en cale sèche pour entretien tous les 4 ans, il vient tout de même de connaître sa plus grande rénovation : 3,4 millions d’euros financés par le gouvernement flamand.

Le navire est revenu à la ville d’Ostende définitivement et attire chaque année 130´000 touristes…

"De toutes les mers de la Gaule, ce vieux navire est le plus brave..."







Nouveau commentaire :
SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de supprimer les commentaires qui sont contraires au Règlement.

Recherche dans les cales :