Menu

Notez
Récits maritimes

        

Mémoires des abysses


Un article ajouté/rédigé par | 02/05/2023 | Lu 329 fois




Le SS Arctic (lithographie de 1850) | Par N. Currier (New York company) — U.S. mail steam ship Arctic, from an original 1850 lithograph by N. Currier, Prints and Photographs Online Catalogue, U.S. Library of Congress, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6453511
Le SS Arctic (lithographie de 1850) | Par N. Currier (New York company) — U.S. mail steam ship Arctic, from an original 1850 lithograph by N. Currier, Prints and Photographs Online Catalogue, U.S. Library of Congress, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6453511
« Dernièrement, j’ai entendu parler d’une ancienne fratrie de navires concurrents américains. Ceux-ci appartenaient à la compagnie Collins Line qui à l’époque du milieu du 19ème siècle était la principale adversaire de cette satanée Cunard Line qui nous donne toujours en ce moment bien des soucis. D’ailleurs, à ce propos si je l’avais connue, l’adversaire de mon adversaire aurait-elle été mon alliée ?

Je dis bien aurait car, bien que grande innovatrice en matière de propulsion à vapeur, cette compagnie fondée en 1818 par Edward Collins n’a malheureusement vécu que 40 ans.

Parmi sa flotte, quatre navires jumeaux gigantesques pour l’époque ont vu le jour. Il s’agissait des SS Atlantic (le premier), Baltic, Pacific et Arctic ; tous construits avec des coques en bois et équipés de roues à aubes entrainées par de puissants moteurs à vapeur.

Le plus luxueux d’entre eux était le SS Arctic qui pouvait faire la traversée New-York - Liverpool en 10 jours ; une prouesse pour l’époque qui a donné des sueurs froides à la Cunard qui elle, possédait déjà des navires à coques métalliques mais plus petits et moins confortables.

Il fut lancé en 1850 et faisait 87m de long pour 14m de largeur. Avec ses deux moteurs de 1000 chevaux-vapeur, sa vitesse atteignait les 12 nœuds.

Parti de Liverpool le 20 septembre 1854 et se dirigeant vers New-York, l'Arctic embarquait 400 âmes à son bord dont 130 membres d’équipage. Sept jours plus tard, ce luxueux bâtiment entrait dans un brouillard à couper au couteau.

Trop confiant en son navire, il semblerait que l’équipage ait été trop ambitieux et avide de gagner le fameux trophée de vitesse transatlantique appelé Ruban bleu. En effet, un bateau de pêche français - le Vesta - croisait la trajectoire de l’Américain et la collision fut inévitable.

Avant de prendre conscience de ses propres dégâts, l’équipage de l’Arctic avait voulu porter secours au Français qui venait pourtant de l’éperonner.

C’est finalement en abandonnant le Vesta et trois de ses chaloupes de sauvetage que l’Arctic mit le cap sur Terre-Neuve. La tentative se révélant infructueuse et la cohue s’étant généralisée à bord, les membres d’équipage - pris de panique - sont entrés en conflit avec les passagers au vu du nombre insuffisant de canots de sauvetage.

Le navire transatlantique a coulé en 4 heures avec la perte d’autres chaloupes parmi les 5 restantes ainsi qu’un radeau de fortune qui accueillait 72 malheureux passagers.

Au total et après 3 jours de recherche, seuls 88 rescapés sur les 400 personnes ont survécu dont principalement des membres d’équipage qui avaient pris place en priorité dans les canots au détriment des femmes et des enfants dont parait-il, il n’y eut aucun survivant.

Le naufrage du SS Arctic est considéré comme la plus grande catastrophe maritime transatlantique.

L’un de ses frères jumeaux, le Pacific, a également disparu 2 ans plus tard dans des circonstances inconnues. Il aurait percuté un iceberg.

Toujours plus grand et surtout toujours plus vite, telle est la devise de l’homme dans sa quête de profits et de gloire maritime.

Tout cela s’est passé il y a plus 60 ans et croyez-moi, cette devise n’a pas changé. Aujourd’hui c’est moi le plus grand et ce 10 avril, c’est le jour de mon voyage inaugural. Je dois vous laisser, ils viennent de mettre mes turbines en marche… cap sur New-York… »
Illustration du naufrage du SS Arctic | Par James E. Buttersworth (artist) 1817-1894, domaine public https://fr.wikipedia.org/wiki/SS_Arctic#/media/Fichier:Wreck_of_the_U.S.M._steam_ship_%22Arctic%22_(one-third-size).png
Illustration du naufrage du SS Arctic | Par James E. Buttersworth (artist) 1817-1894, domaine public https://fr.wikipedia.org/wiki/SS_Arctic#/media/Fichier:Wreck_of_the_U.S.M._steam_ship_%22Arctic%22_(one-third-size).png

Christobal Columbus
Copyright @ Christobal Columbus pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur


💬Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 02/05/2023 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Merci pour ce nouveau récit maritime de ton crû, rédigé avec coeur et passion, du fait que tu aimes à donner une âme aux navires et à les faire parler. L'histoire de la plus grande catastrophe maritime transatlantique narrée par une légende... c'est une belle idée !

2.Posté par B BLANZAT le 12/05/2023 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Blanzat
Aîe aïe aïe, I got a bad feeling about this...
Et j'ai bien l'impression que le narrateur ne va pas battre de record non plus...

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.