Menu

Notez
Cycles

        

Dune | Frank Herbert | 1965-1985


Un article ajouté/rédigé par | 04/11/2021 | Lu 1445 fois


⚓️TAGS : 1965, 1969, 1976, 1981, 1984, 1985, DUNE🌍, Frank Herbert


Photo @ Koyolite Tseila | Éditions Pocket | Collection privée
Photo @ Koyolite Tseila | Éditions Pocket | Collection privée
Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers achète à n'importe quel prix. Richesse très convoitée : quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi mystique. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et qui, à la tête des commandos de la mort, changera le cours de l'histoire. Cependant les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique ; elles veulent créer un homme qui concrétisera tous les dons latents de l'espèce. Tout est fécond dans ce programme, y compris ses défaillances. Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l'Empire ?

Le Cycle de Dune

1. Dune (Dune, 1965)
2. Le Messie de Dune (Dune Messiah, 1969)
3. Les Enfants de Dune (The Children of Dune, 1976)
4. L'Empereur-Dieu de Dune (God Emperor of Dune, 1981)
5. Les Hérétiques de Dune (Heretics of Dune, 1984)
6. La Maison des Mères (Chapterhouse, 1985)

Le Galion des Etoiles *
Science-fiction, Imaginaire et récits maritimes En savoir plus sur cet auteur

Dans la mĂŞme rubrique :
< >



đź’¬Commentaires

1.Posté par Marc FEUERMANN le 09/12/2012 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La première fois que je me suis attaqué au cycle de Dune je n'y avait pas compris grand chose. Probablement un peu trop jeune. Des années plus tard, j'ai retenté le coup, et là, oui, jâi été totalement pris dans l'univers de ce cycle incroyable. Je l'ai dévoré. Avec le cycle de Fondation (Isaac Asimov), c'est un des rares que j'ai relu plus de deux fois. Le plus émnouvant aura probablement été le tome 4, "L'Empereur-Dieu de Dune". Rarement un auteur de SF aura développé un univers aussi riche et complexe.

2.Posté par Koyolite TSEILA le 21/09/2013 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
KoyoliteTseila
L'univers inventé et décrit par Frank Herbert est de loin l'univers le plus riche et le plus extraordinaire qu'il m'ait été donné de découvrir. Il est vrai cependant que le style de l'auteur n'est pas facile, et que lors de la lecture des 200 premières pages, il faut s'accrocher, tant on reçoit d'informations. Mais une fois ce cap passé, on est prêt à entrer dans l'histoire et l'ensemble du cycle de Dune se lit avec plaisir. Dune, avec Rama, font partie des grands cycles de référence en matière de SF.

3.Posté par Hélène DESTREM le 15/03/2021 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
HeleneD
Tome 1 - Dune
J'ai découvert "Dune" avec le film de David Lynch de 1984 et à travers le jeu vidéo du même nom sorti en 1992 - jeu que j'avais beaucoup aimé et terminé. De ce fait, le vocabulaire, les personnages et toute l'intrigue me sont depuis longtemps connus, mais je n'avais jamais lu la trilogie. A quoi bon puisque j'avais exploré toute la planète Arrakis en étant moi-même le Muad'Dib ? Puis j'ai voulu quand même lire les livres, afin de découvrir l'écriture de Franck Herbert. Les versions Pocket étaient écrites dans une police trop petite, du coup j'avais laissé tomber... Quand le magnifique livre du cinquantenaire de "Dune" est paru, là, je n'avais plus d'excuse !

J'ai fini le livre 1 hier soir. Tout d'abord, j'ai apprécié de retrouver exactement l'ambiance du jeu vidéo et du film, et cet affreux Baron Harkonnen qui m'avait tant écœurée dans le film. Dans le livre, il est moins repoussant, je trouve. Ensuite, au fil de ma lecture, j'ai trouvé pénibles les changements de points de vue à tout bout de champ, sans transition, de sorte que j'étais parfois un peu perdue. Mais le plus agaçant, c'est la quantité de dialogues. L'histoire n'est racontée qu'à travers des dialogues pendant les 4/5e du livre. Très peu de passages narratifs décrivent les décors, les ambiances, mais surtout les états d'esprit des personnages, leur passé, leurs rêves, de sorte qu'on doit tout imaginer, ou puiser dans les souvenirs du film de 1984 et/ou du jeu vidéo, en ce qui me concerne. Les personnages sont en discussions incessantes, de ce fait je n'ai pas été vraiment plongée dans l'histoire. J'entendais des gens parler, parler, parler sans cesse... Limite à m'en faire mal à la tête. C'était vraiment laborieux.

Heureusement, la découverte de la serre dans le palais, ou encore la visite à une moissonneuse qui se termine en catastrophe à cause de l'arrivée d'un ver ont apporté un peu d'action à toutes ces pages. Puis, à partir de la page 206, ça commence à changer. Et au chapitre suivant, ENFIN !, l'auteur se met à vraiment nous raconter une histoire et à décrire les événements. Les deux derniers chapitres sont vraiment bienvenus. J'ai enfin été emportée sur Arrakis. Et surtout, j'ai appris des choses que, je crois, ni le film ni le jeu n'abordaient - à moins que j'ai oublié ces détails. Au dernier chapitre, j'ai même éprouvé une vive émotion. Je partageais enfin les émotions de Jessica et de Paul.

J'ai hâte de lire le livre 2, car j'ai de très bons souvenirs de ce qui se passe dans le désert... J'espère que Franck Herbert saura m'y emporter...

4.Posté par Le Galion DES ETOILES le 05/05/2021 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LeGalion
Tome 1
Il m'a fallu longtemps pour lire ce classique. Il y a quelques années, en zappant, je suis tombé sur l'adaptation au cinéma. Je n'ai pas aimé et je me suis donc détourné de Frank Herbert. Ce n'est qu'en lisant des critiques sur le film que je me suis dit que j'avais peut-être été trop radical. J'ai donc décidé de me plonger dans Dune.

Ce livre est d'un abord difficile. Dès le départ, l'auteur utilise toute une terminologie précise mais déroutante. Le lexique présent à la fin de l'ouvrage est bien utile. Bene Gesserit, faufreluche, Guilde, épice, mélange... Il faut de la patience et une certaine dose de courage pour se plonger dans l'univers de Frank Herbert. Les débuts sont lents, probablement pour laisser le lecteur s'imprégner de l'atmosphère futuro-médiévale. Ce n'est qu'à la page 250 du livre (sur 750) que l'action commence réellement. Mais alors, ça n'arrête plus : combats, aventures, explorations et autres se mêlent aux complots et aux intrigues. C'est fichtrement bien écrit.

Sur l'univers, je suis tout aussi conquis. On dirait un genre de « Game of Thrones » spatial. Il y a un Empire fragile, une Guilde jalouse de ses privilèges, des nobles décadents et/ou ambitieux, des confréries aux objectifs mystérieux et tout un système social qui rappelle la féodalité. Au milieu de tout ça, il y a la planète Arrakis, avec ses dunes, son peuple semi-nomade mystérieux et son épice, une substance aux propriétés étranges que s'arrache tout l'univers connu, la richesse au milieu du dénuement. C'est du pur space-opéra, avec une quasi-absence de voyages spatiaux décrits.

J'ai bien aimé les personnages, qui sont assez bien campés : Paul-Muad'Dib, dame Jessica, les Harkonnens... Malheureusement certains sont trop peu développés, comme Chani la Fremen ou Gurney Halleck, le soldat-musicien.

Dune m'a réellement séduit et je vais mon plonger dans le cycle entier avec bonheur.

Tome 2
J'avais trouvé « Dune » passionnant, je me réjouissais donc de me plonger dans la suite. Malheureusement, j'ai été déçu.

Dune est un classique, un livre avec une grande dimension épique, un monument du planet-opera. Il a des défauts, mais qui sont balayés par le souffle du récit. Quelles étaient donc, pour moi, les qualités du premier tome ? Souffle épique, paysages grandioses, combats féroces, luttes de pouvoir, peuple énigmatique (les Fremen). Quant aux défauts : trop de nombrilisme, de soliloques, de conflits psychologiques.

Dans ce deuxième opus, il n'y a (presque) plus de désert, tout se déroule dans un palais qui n'est même pas décrit en détail. Les Fremens sont réduits à la portion congrue et sont bien trop civilisés. Les luttes de pouvoirs sont masquées par le pouvoir de prescience du héros. Tout au long des 260 pages, il ne se passe presque rien ! Je n'exagère pas. L'action se résume à l'explosion d'une bombe, à une tentative de prise d'otage et quelques joutes oratoires. Tout le reste se passe dans la tête des personnages, en particulier de Muad'Dib qui a des visions et décide de les laisser advenir. J'ai parfois eu l'impression de lire un roman français et chez moi c'est loin d'être un compliment...

Vraiment : bof ! J'espère que le tome 3 sera mieux.

Maestro / 19.09.2013
NB : avis déplacé ici par le webmaster suite à la mise à jour de la fiche

5.Posté par Jean Christophe GAPDY le 05/05/2021 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JCGapdy
Un cycle que j'ai adoré dès le début, avec un bémol pour le 2 tome (celui du messie qui m'a moins conquis). Franck Herbert décrit des mondes où politique, mysticisme-religion et castes se mêlent en permanence. Par contre, très franchement, autant j'avais eu plaisir à le lire et le relire, pendant deux décennies, autant je me suis ennuyé en tentant de dépasser le premier tome lorsque j'ai voulu reprendre le cycle voici deux ans. Mais, j'ai eu la même sensation avec l'Etoile et le Fouet, Dosadi (le cycle des Saboteurs) ou le cycle du Programme Conscience. Dommage. Ce qui ne m'empêche de le conseiller dès que quelqu'un me dit ne l'avoir pas lu, mais à envie de découvrir un univers SF complet et prenant.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :



đź’¬Commentaires et avis