Menu

Notez
Lectures cadeaux

        

Vol d'Essai | Robert Yessouroun | 2022


Un article ajouté/rédigé par | 27/02/2022 | Lu 175 fois




 
L’artefact s’adressait à ses passagers :

« Le temps à Perth est couvert, 32 degrés Celsius. Il n’est pas impossible qu’un orage éclate peu avant l’atterrissage, mais aucune foudre ne pourra perturber notre descente. Tout a été prévu, au cas où… Nous nous poserons dans 65 minutes environ. La compagnie Air Puce vous souhaite une belle et agréable continuation. Si vous le désirez, vous pouvez vous brancher sur ma conduite via l’appli cockpit et recevoir ainsi, en direct, toutes les données du vol. »

Auparavant, avec son accent so british, Angelica avait souhaité la bienvenue et s’était présentée, avec sa voix d’animatrice invisible dans un jeu télévisé. Son cerveau quantique gérait « les yeux fermés » toutes les opérations du supersonique.

Le prototype penta-réacteur venait de décoller de l’aéroport d’Adélaïde avec un retard de quatre centièmes de seconde. Trois minutes plus tard, l’appareil dernier cri était parvenu à son altitude de croisière, survolant sans pilote la côte méridionale de l’Australie, à 50’000 pieds, voguant à la vitesse honorable de 1’200 nœuds. Après 2’700 km, il atteindrait sa destination en moins d’une heure quinze. 

Le jet supersonique avait embarqué seulement trois volontaires, pour tester leur vécu lors de ce premier voyage aérien autoguidé, sans steward, sans hôtesse, sans commandant de bord. Les passagers d’essai avaient tout le loisir d’apprécier le ciel bleu : dépourvu de hublots, l’avion révolutionnaire offrait le panorama global de l’atmosphère, grâce à la moitié supérieure de sa carlingue en matériaux transparents. Le plafond de l’appareil était juste jalonné de disquettes opaques, autant de caches pour les masques à oxygène, au cas où…

Au fond, vers la queue, à la dernière rangée de la classe éco, Églantine ne quittait pas des yeux sa tablette en contact permanent avec la soute, plus précisément avec l’intérieur de la niche camping de son chien Fitou. Le labrador au pelage roux bavait, la langue bien pendue. Il paraissait se lover dans une patience bienveillante. La quinquagénaire au tailleur strict soupira d’aise. « So far, so good » se murmura-t-elle avant de lever les yeux vers l’azur. Au comble du calme, elle activa le programme de musique classique et finit par choisir les Gymnopédies d’Éric Satie. Oui, elle se sentait en confiance, se fiant à l’instinct de son animal qui ne paraissait flairer, pour l’instant, ni péril, ni menace. Belle sécurité dans cet engin piloté par le fruit non défendu de la connaissance d’un million d’intelligences (au bas mot)…

Tout à l’avant, basané barbu, habillé en tenue sportive chic et relax, Greg était englouti dans son livre. Il se lassait vite des paysages. Alors, inutile de dire que le monotone bleu céleste, très peu pour lui ! Collectionneur de bouquins introuvables, il avait embarqué muni d’un roman catastrophe, « La joueuse de chimères », dont le récit se déroulait en partie à bord d’un avion en difficulté terminale. Il tourna la page décisive :

« Le copilote est de plus en plus perdu dans ses protocoles, Regina sait qu’elle ne peut trop retarder l’atterrissage, il ne reste plus devant eux qu’un long plateau légèrement incliné, une prairie de fougères remontant jusqu’à une église avec un bulbe d’or au sommet de sa tour, la pilote canalise sa colère contre les volets de freinage, qu’elle active à fond avec une force insoupçonnée, telle la dernière rameuse qui d’un coup de sprint, tire au maximum en arrière ses deux poignées de rames… »

L’épaule blottie contre l’issue de secours, la frêle Thalia fixait de ses yeux écarquillés la paire des réacteurs silencieux sous l’aile écarlate. Déjà, elle n’aimait pas trop les avions. De toute façon, depuis son troisième master, son budget de chômeuse ne lui permettait guère de s’offrir des déplacements aériens. Toutefois, exceptionnellement, la jeune femme s’était proposée pour ce voyage d’essai à cause de la rémunération substantielle promise. N’empêche, elle s’agitait sur son siège, à l’affût malgré elle d’une turbulence ou d’une quelconque anomalie. Sa gorge s’asséchait. Confuse, elle voulut appeler une hôtesse de l’air pour un verre d’eau, mais elle se souvint brusquement qu’aucun personnel n’était en charge dans la cabine, ni nulle part ailleurs sur ce vol. Tout y était automatisé, si bien que les consommations requéraient le self-service.

Sous le penta-réacteur, pas un seul nuage. La grande Baie australienne accueillait l’océan Indien. Savourant le piano de Satie dans ses écouteurs, Églantine remarqua sur son écran que son cher Fitou tournait en rond dans sa niche. On aurait dit un fauve qui dénie l’hermétisme de sa cage. Serait-ce là le signal que quelque chose ne tournait pas rond ? Elle n’osait y penser. Elle parla doucement à son chien, comme s’il pouvait l’entendre :

‑ Tout se passe pour le mieux, mon choupinet. Une super-intelligence contrôle à fond notre voyage.

Sur ces mots, elle frémit.

À l’avant, Greg était captivé par le récit de l’atterrissage forcé. Adepte de la catharsis, il était persuadé d’évacuer ses craintes profondes (il volait dans un avion sans pilote, tout de même) par une immersion fictive dans les pires malheurs :

« Lorsque se propage un vacarme de structure d’aluminium en déformation, de tôles frappées, au sol, les limbes des fougères se soulèvent sous les turbulences de l’appareil et leurs touffes de frondes révèlent alors les innombrables souches pâlies d’un bosquet décimé dont les troncs d’arbres ont dû être évacués juste après l’abattage, les souches coriaces, en saillie, cognent, butent contre la soute à bagages, leurs impacts malmènent, rompent la queue étincelante, font éclater les ailerons des freins, en son milieu le fuselage est martelé, tandis que le métal qui s’arrache laboure la glaise, les parois en friction râlent plaintives, la carlingue râpe, se fracture encore, se brise, se fragmente dans un rire de fer interminable, les fauteuils se lâchent, se séparent, chaque siège hurle contre sa distorsion infernale, le ventre crevé de l’avion poursuit sa glissade étincelante sur les souches et fauche les fougères, racle la pente ascendante, approchant inexorablement l’église, la bâtisse orthodoxe, quand, avec la puissance d’un buttoir, le nez du jet pourfend la porte de Dieu, fait écrouler des pans de mur, le nez emportant tout un carillon, le nez s’immobilise dans la nef, devant l’autel du Seigneur, surmonté d’une corbeille de roses blanches. »

Séparée du cockpit par un mur rose, debout devant le minibar, Thalia se versa un gobelet d’eau gazeuse. Sa main tremblait. Elle ne parvint pas à boire. En se retournant, elle aperçut à deux pas d’elle, au premier rang, le jeune basané barbu qui lisait éperdument. Sa silhouette ou son visage lui rappelait-il un mauvais souvenir ? Le prenait-elle pour un terroriste qui allait détourner l’avion ? Toujours est-il que ce fut plus fort qu’elle, elle céda d’abord à la chair de poule. Bientôt, elle respira mal, commençant même à suffoquer. Peut-être sous la poussée d’une intuition folle elle se mit à courir dans ce tunnel volant sans issue. Elle s’écroula au milieu de l’allée entre les sièges vides.

Alerté par le bruit de la chute, Greg lâcha son livre pour bondir au chevet de la malheureuse.

‑ Un médecin, à bord ? hurla-t-il.

À l’autre bout de l’avion, Églantine n’écoutait plus Satie, pour mieux guetter, le nez sur l’écran, les humeurs de son chien.

Greg répéta sa détresse.

‑ Architecte d’intérieur ! cria enfin la quinquagénaire, en pressant le bouton rouge de l’accoudoir.

« Mesdames, monsieur, ici Angelica. Nous survolons actuellement Fowlers Bay. La température extérieure est de moins 71 degrés Celsius. Nous arriverons à Perth dans 52 minutes. Bien. Je reçois à l’instant l’appel d’un passager. »

Par le micro des urgences, Greg expliqua à l’intangible IA qu’une jeune femme venait de perdre connaissance, que son souffle était saccadé, son pouls faible, déclinant, qu’il fallait se détourner vers l’hôpital le plus proche.

« Ici Angelica. Message reçu. Je procède à un virage de 105 degrés pour mettre le cap sur la base militaire de Woomera. Je contacte illico sa tour de contrôle. Over. »

Hélas, à cette époque, Woomera cachait une base secrète, interdite au public, quelles que fussent les circonstances. Sans surprise, après de brèves consultations, les plus hauts gradés refusèrent l’accès de leurs pistes.

Tandis qu’avec son livre le barbu basané ventilait Thalia, Angelica avait fait plonger l’avion, de sorte qu’il ne volait plus qu’à 2’000 pieds déjà, en approche de l’aéroport interdit de Woomera, au cas où quand même. Églantine n’osait imaginer les gémissements de son labrador. Deux chasseurs décollèrent de la base. Ce fut au même moment que survint un imprévu hors calculs : un nouveau vent ascendant, anormal en cette saison, avait entraîné à une altitude inhabituelle une nuée massive de criquets qui ne tardèrent pas à se heurter, par rafales aux turbines du jet prototype. Par réflexe de précaution, pour ne pas exposer leur engin au danger de ces criquets soudains, les deux appareils militaires firent demi-tour. Pas dépité pour un sou, Angelica lança le message de détresse :

« Allô, Woomera ? Mayday, Mayday, Mayday. Nous n’avons qu’un choix : le crash ou l’atterrissage d’urgence… »

L’ambulance de la Croix rouge militaire australienne chargea Thalia qui divaguait en évoquant des explosions. Greg et Églantine furent appréhendés pour être conduits sous escorte, les yeux bandés, jusqu’à un bunker souterrain.

‑ Fitou ! Fitou ! ne cessait de se plaindre la quinquagénaire.

À l’intérieur du penta-réacteur entouré par des fantassins armés jusqu’aux dents, l’insaisissable Angelica, toute flegmatique, se lança dans un rapport laconique :

« Vol sans histoire, jusqu’à ce qu’une passagère soit frappée sans raison par une crise de panique qui semble avoir engagé son processus vital. Lors de la procédure d’urgence, un essaim d’insectes non répertorié m’a coupée de mes moteurs. Double incident parfaitement maîtrisé. Prévoir désormais une carte des migrateurs volants avant le départ, au cas où. Et surtout, refuser l’accès à bord de toute personne au bord de la crise de nerf. »

À l’hôpital de la base, un capitaine se pencha sur le lit de Thalia pour ôter de sa cornée les lentilles métavers.

Aussitôt, la jeune femme reprit ses esprits dans sa chambre sombre à Beyrouth, son poing serrait encore les lentilles du jeu vidéo. Son téléphone vibra. Le douzième appel de son petit ami.

Source

Texte @ Robert Yessouroun, tous droits réservés

Lien utile





💬Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 27/02/2022 06:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
KoyoliteTseila
Lire une fable du futur de Robert Yessouroun en buvant mon premier café tôt le dimanche matin, c'est devenu pour moi comme une sorte de rituel, fort plaisant. C'est mon petit moment "évasion" à moi. Cette fois-ci, nous voici embarqués à bord d'un jet supersonique aux côtés de trois volontaires; des personnes bien courageuses, car cet appareil est un prototype unique en son genre : il est entièrement piloté et géré par Angelica, une intelligence artificielle ! Et forcément, il va se passer un truc inattendu, vous savez, le petit grain de sable que l'on avait pas imaginé et qui pourrait faire dérailler la machine. Doté d'une chute qui m'a coiffée au poteau, ce petit texte savoureux se lit en 2-3 petites minutes. Bon vol !

2.Posté par Jean Christophe GAPDY le 01/03/2022 08:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JCGapdy
Excellente histoire – comme il se doit – avec moult clins d’œil amusants. En tous cas, Greg est un fin connaisseur ; embarquer « La joueuse de Chimères » est un choix parfait, d’autant que le livre est dans ma propre bibliothèque et que je l’avais savouré en son temps. Et, lecteur galionesque, profite donc puisqu’un extrait dudit ouvrage t’est offert. Avec cela, je reste sur ma faim à la fin avec une question que je ne puis poser sans tout spoiler 😉 ce que je me garderai bien de faire… Un divertimento fort agréable avec ce quatuor de personnages.

3.Posté par Christobal COLUMBUS le 06/03/2022 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ChristoColumbus
Effectivement, une chute qui tranche très subitement et subtilement au tout dernier moment, tel la lame d'un samouraï.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.