Menu

Dans la même rubrique :
< >
     

Notez
Nouvelles et Novellas SFFF

        

Terrien, prends garde !

Nouvelle


Rédigé par le 19/01/2014 | Lu 180 fois


TAGS/LIENS : Le Bélial, Poul Anderson


Format numérique
Format numérique
Joel Weatherfield est un génie, un véritable prodige, télépathe même. Un surhomme, presque. Le voilà cependant à vivre, tel un homme des bois, au fin fond des forêts de l’Alaska, loin du reste de l’humanité. Pour trouver un moyen de contacter les siens. Car Joel Weatherfield n’est pas exactement humain…

Note

Cette nouvelle est extraite du recueil "Barrière mentale et autres intelligences".

Fiche de lecture

« Autour de lui, la forêt d’Alaska était tranquille. Une légère brise du soir faisait bruire les pins sombres et glissait le long de ses joues, fraîche présence solitaire dans la paix ambiante. Quelque part des oiseaux pépiaient en s’apprêtant à dormir, et les moustiques émettaient un petit vrombissement aigu en tournoyant hors du cercle enchanté que maintenait le produit protecteur inodore qu’il avait élaboré. A part ça, seul s’entendait le crissement sourd de ses pas sur le tapis ancien d’aiguilles de pin. Après deux ans de silence, les vibrations d’une présence humaine produisaient le long de ses nerfs l’effet d’une formidable clameur. »

« Terrien, prends garde ! » est une nouvelle de Poul Anderson datant de 1951. D'une petite quarantaine de pages, elle est sympathique et très agréable à lire. Elle a pour thématique la quête de l'identité et l'intelligence.

J'ai apprécié de suivre le développement mental de Joel Weatherfield au coeur de la forêt d'Alaska, un isolement dans le but de lui permettre de comprendre qui il est, et d'où il vient réellement, loin de la société des hommes qui lui est devenue totalement insupportable. 

Cette nouvelle est très bien écrite et en peu de lignes, le lecteur s'attache au personnage principal, malgré son attitude peu engageante envers autrui. Mais quand on sait ce qu'il est, on ne peut que mieux appréhender le sens de son comportement et compatir à son mal de vivre parmi nous, dans un monde qu'il qualifie d'insipide.

La chute de cette histoire est ce qu'elle est, on l'appréciera ou un peu moins, comme c'est le cas pour moi. Peut-être parce que je l'ai trouvée un peu facile et que j'aurais bien voulu en savoir d'avantage sur le peuple de Joel Weatherfield. Peut-être aussi parce que son rêve était aussi devenu le mien... : trouver les siens !

Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction, d’Imaginaire et de récits maritimes depuis toute petite, ce sont des... En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». Au-dessus de ceci apparaît votre commentaire. SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.