Menu

Notez
BD

        

Terminus 1 | Tome 2 : Le fruit défendu | Serge Le Tendre, Jean-Michel Ponzio | 2016

Les univers de Stefan Wul


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 17/01/2024 | Lu 275 fois






Terminus 1, tome 2 @ 2016 Ankama | Illustration de couverture @ Jean-Michel Ponzio
Terminus 1, tome 2 @ 2016 Ankama | Illustration de couverture @ Jean-Michel Ponzio

Présentation

Guidé par Diaz qui ignore tout de son véritable objectif, Julius entame une longue et dangereuse ascension vers le gisement de palladium à travers les montagnes les plus hostiles du système. Sa survie dépend d’une valise. Une valise contre la fournaise du désert jaune, contre les singes volants aux serres acérées, contre les Velus cannibales, gardiens du précieux métal. Mais Julius n’a d’autre choix que de revenir en vie s’il espère revoir Stella, laissée en sécurité à Fort Signal. À moins qu’elle ne soit déjà partie le retrouver… dans les grandes forêts aux charmes mortels de la station Terminus 1…

Fiche de lecture

Seconde partie de l'adaptation BD du roman de Stefan Wul Terminus 1, cet album nous emmène sur la planète Walden, aux reliefs tourmentés et où se dissimule un antique cimetière d'astronefs, source  de bien des convoitises.

Notre héros, Julius, après avoir confié la douce Stella rencontrée dans l'astronef qui l'a déposé sur Walden  à un ami de Marje aussi dévoué que discret, entreprend, guidé par le taciturne Diaz, de rejoindre le site Terminus 6, base de départ pour son expédition. Il emprunte un train primitivement limité à Terminus 1 puis prolongé en fonction de l'avancement de l'exploitation des mines de diamant. Une fois arrivé, il rejoint un interminable escalier mécanique qui doit lui épargner une bonne partie de l'ascension de la chaîne de montagne le séparant du désert. Celui-ci prélude la chaîne des Cités Sombres où se cache le cimetière d'astronefs. En chemin il est attaqué par une espèce de rapace local, appelé « singe » en raison de sa ressemblance avec les primates et parvient à s'en libérer au prix de quelques blessures. Toujours attaché à sa valise qui renferme un transmetteur de matière, il lui faut se séparer de Diaz une fois parvenu aux portes du désert. Diverses péripéties émaillent sa progression, dont une nouvelle attaque de « singes » qui ne sera pas sans conséquences sur le final du récit.

L'arrivée dans le cimetière est l'occasion pour Jean-Michel Ponzio de nous offrir quelques planches de toute beauté. On soulignera l'écart que se permet Serge Le Tendre vis à vis du texte de Wul, en rendant ses Velus – les mutants dégénérés qui hantent cette gigantesque décharge – anthropophages et en établissant un contact direct entre Julius et un de ces sauvages. Il se trouve que ces libertés scénaristiques vont dans le bon sens et renforcent l'histoire par rapport au roman original. La fin est très réussie et une véritable émotion habite les personnages.

Terminus 1 s'inscrit donc comme une adaptation particulièrement soignée et esthétiquement aboutie du livre de Stefan Wul qui prend ainsi des couleurs. On ne pouvait rêver mieux !

Didier Reboussin
Copyright @ Didier Reboussin pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

💬Commentaires

1.Posté par Michel MAILLOT le 05/02/2024 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mmaillot
C'est la moindre des choses de venir saluer l'article et son auteur. Donc bien qu'ayant pratiquement tout dit sur le premier tome, on revient ici pour parfaire ses remerciements.
De ce joli deuxième tome, une "méchante" critique pour ne pas dire toujours que du bien. La couverture du premier tome était magnifique et parfaite de cette impression de rêve que suscite l'histoire. Pour le second, je la trouve un peu moins réussie même si le dessin est très bien fait. J'aurais plus vu le cimetière des fusées à l'image de la couverture de Brantonne pour le roman à l'origine. Pas forcément les créatures, non, juste le cimetière des fusées avec ce que ça entraînait comme images et sons. Des carcasses endormies sur leur passé inter-stellaire qui rouillent leurs vielles histoires. L'impression d'entendre le bruit du vent qui se faufile entre les carcasses et qui fait tomber en résonnant des boulons, brisant un silence pourtant tranquille jusque-là. Oui, la fin est très réussie avec cette histoire autour de l'histoire.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.