Menu

Notez
Textes offerts par les auteur(e)s

        

Télé-Pâtes | Éric Marie | 2023


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 16/11/2023 | Lu 838 fois


🚀 : 2023, Eric Marie




Des pâtes alphabet | Photo libre de droit
Des pâtes alphabet | Photo libre de droit
Format PDF 👇

Télé-Pâtes

Si l'on excepte le fait que je viens de m'entretenir avec une assiette de pâtes durant un bon quart d'heure... rien que de très banal.
D'un commun accord, une sage décision vient d'être prise, nous n'aurons plus, mes pâtes et moi, aucune espèce de relation, quelle qu'elle soit. Motion votée à l'unanimité générale.
Oh oui ! Je vous vois venir, c'est facile, vous vous dites encore un qui est complètement marteau, un cerveau ramolli, un niaiseux qui passe ses journées en extase devant les reality-shows.
Bien, laissez-moi vous dire que vous allez un peu vite en besogne. Je parle aux pâtes, ou plutôt, les pâtes me parlent, mais ce sont des pâtes alphabet. Ce qui fait toute la différence. Je n'ai jamais conversé avec un plat de nouilles ou de spaghettis. Pas plus d'ailleurs qu'avec une saucisse de Toulouse, une banane ou un régiment de pois chiches. Je converse assez souvent avec mon chien, je vous le concède, mais là on se vautre dans l'anthropomorphisme et c'est encore une autre histoire.
Laissez-moi vous dérouler le fil des événements passés et vous jugerez par la suite s'il me faut oui ou non, commander le dernier modèle de camisole ?
Tout a commencé un premier avril. Je sais ça ne fait pas très sérieux, mais je me contente de relater les faits. Et arrêtez de m'interrompre à tout va.
Le premier avril donc, je rentrai du travail vers 19 heures, j'étais las et je manquais d'entrain. La journée avait été plutôt médiocre pour ne pas dire détestable. J'avais déchargé des palettes jusqu'à satiété, et un camion s'était pointé à 16 heures alors que pour moi, il était grand temps de prendre la fuite.
Résultat des courses : après quelques ruades de mon patron bien aimé, je me retrouvai avec deux heures à récupérer en octobre ou en février, selon mes disponibilités, lorsque le temps gris et venteux est une invitation au suicide.
Ma peine de travail forcé effectuée, on me relâcha et je me traînai jusque chez moi. Le canapé affable m'offrit ses bras et je m'y affalai, le moral à zéro sans même la perspective d'une petite bière pour me tenir compagnie. La déchéance totale.
De plus j'avais raté « Des nombres et des lettres », mon émission favorite, à cause de cet abruti de chauffeur qui s'était soi-disant perdu et ... je connaissais la chanson.
Bref ! Allez savoir pourquoi je suis captivé par ce jeu désuet depuis ma plus petite enfance. Je ne manque aucune diffusion, car si je dois m'absenter je fais en sorte que mon fidèle magnétoscope joue de ses quatre têtes pour ne pas en perdre une image.
Je suis ce qu'on peut appeler : un fanatique pratiquant.
J'aime les Mots de façon immodérée et le Calcul sans retenue.
Mais ce soir-là, point de visionnage. J'avais juste la force de jeter une poignée de pâtes dans une casserole d'eau bouillante. Je pris ce que j'avais sous la main, et ce furent des pâtes alphabet. Vous savez, ces petites lettres minuscules qui courent d'un bord à l'autre de votre assiette lorsqu'on les titille avec le dos de la cuillère ? Ben voilà !
Dix minutes et quelques glougloutements plus tard et la préparation était à point. Je me servis avec parcimonie afin de laisser refroidir. Je remuai énergiquement et allai questionner le réfrigérateur à propos d'un hypothétique morceau de parmesan ou de gruyère pouvant passer à la râpe.
Sans aucune concession, la réponse fut non, et je retournai dépité vers ma chaise.
Je précise pour ceux qui dodelinent et penchent vers une microsieste que c'est à partir de cet instant que les choses extravaguent.
Au centre de mon assiette, je pouvais lire sans aucune équivoque :
« BONSOIR PAUL »
Paul c'est moi, et Paul faillit tomber de la chaise.
— C'est quoi ces conneries ? Putain je deviens cinglé !
D'un revers de main, je repoussai vivement l'assiette en éclatant de rire.
Les pâtes s'étalèrent librement sur la table semblant former une... une autre phrase.
« N'AIE PAS PEUR. NOUS DEVONS TE PARLER »
— Merde ! fut ma première réponse.
La deuxième : la table valdingua.
L'assiette, aussi surprise que moi, décida de se briser et les lettres investirent le plancher en rang serré. J'avais les yeux exorbités et un début de tremblote lorsque je lus :
« SAUVER... ROLAND BROUMECHKO... RISQUE... MORT... SIOUPL2PAUL4 »
En moins de temps qu'il ne faut à un borgne pour cligner de l’œil, j'effaçai de la planète cette atteinte au bon sens, armé d'un balai et d'une pelle. Après un sprint jusqu'à la poubelle, je me servis un double whisky, puis un autre, suivi de son alter ego et avec la même détermination, je finis la bouteille.
À 21 h 10, mes mains cessèrent leur sarabande.
À 21 h 11, je dormais comme une loque.
 
Le salon était toujours dans le noir, lorsqu'une migraine carabinée me tira de mon sommeil.
« Dieu Paracétamol, viens à mon secours ! Et surtout de l'eau, beaucoup d'eau par pitié... »
Après une très convaincante imitation du coma, il fut aux alentours de dix heures. Mes paupières entreprirent une levée de rideaux assez convaincante et je découvris les restes du débordement de la veille.
Des morceaux d'assiette disséminées çà et là — le cadavre d'une bouteille gisant à terre —, la table sur le dos comme un scarabée inerte et ridicule — le balai et la pelle formant un drôle de couple sur le tapis — mais heureusement aucune trace de pâtes.
Je poussai un soupir de soulagement.
Que s’était-il passé exactement la veille au soir ?
Une sorte d'hallucination due à la fatigue ? La résultante du stress ? Un hamburger qui n'avait pas trouvé sa route ? L'emprise démoniaque du marabout dont j'avais déchiré la carte en me gaussant ?
J'étais plus que perplexe.
Fallait-il voir un rapport avec « Des nombres et des lettres » que je n'avais pu suivre et qui m'avait passablement contrarié ?
Pourquoi avais-je aperçu très clairement le nom de l'animateur vedette de l'émission, Roland Broumechko, sur le sol de mon salon ?
« Je devenais cinglé » était une hypothèse que je ne pouvais pas écarter. Mais avant de consulter et de devoir ingurgiter un contingent de pilules roses supposées me ramener sur les joyeux chemins de la raison, il me fallait des certitudes.
 
Moins de trente minutes furent suffisantes pour maudire ma gueule dans le miroir, boire un café, m'habiller et descendre chez l'épicier en bas de la rue. Je n'avais jamais mis les pieds dans son échoppe et je fus grandement surpris de trouver, au milieu d'un bric-à-brac indescriptible, cinq paquets de pâtes alphabet. Je crois que la vendeuse fut aussi surprise que moi en observant cet énergumène se contorsionnant entre la semoule, le cirage noir, le shampoing aux œufs et les cornichons au vinaigre, ressortir triomphant avec cinq paquets de pâtes alphabet dont elle ignorait jusqu'alors l'existence.
« On a une grosse faim ? lança la matrone avec une moue dubitative.
— Non, non ! C'est pour une expérience », répliquai-je avant de partir au triple galop afin d'éviter toutes explications oiseuses.
 
De retour au bercail, je m'empressai de jeter le contenu du premier paquet dans une casserole. Il ne me restait plus qu'à attendre l'ébullition.
Car en fait, en y regardant bien, quels étaient mes risques ?
Les minuscules pâtes n'allaient pas me sauter à la gorge. Dans la pire des hypothèses, en cas d'agression physique ou verbale, le conglomérat de lettres passerait par la fenêtre avec l'assiette en guise de soucoupe volante.
Plus qu'une minute et j'en aurais le cœur net... Ridicule.
Trente secondes... Je me demandais qui pouvait bien vendre des camisoles.
Dix secondes... Par ici la passoire.
Cinq, quatre, trois, deux, un...
Les pâtes rejoignirent l'égouttoir et je dois avouer que j'avais les mains tremblantes.
Enfin, j'en déposai deux grosses cuillerées dans une large assiette et remuai énergiquement.
 
« BONJ,OUR PAUL REMUER SVP
— Oh putain ! C'est reparti, pensai-je en touillant.
— FAUT NOUS CROIRZ
— (remuer)
— ROLAND BROUMECHKO EN DANGER
— (remuer)
— MA.RDII 19 AV-RIL
— (remuer)
— PREVE,NIR PAS EMISS.. !
— (remuer)
— … »
Et puis plus rien. À croire que le paquet de pâtes avait épuisé toute sa magie ?
J'avais presque honte de formuler des pensées aussi absurdes. Il ne manquait plus au tableau que le lièvre de mars qui vienne frapper à ma porte et je me laissai aller aux sanglots.
Avec le deuxième et troisième paquet, j'obtins le même genre de message à quelques broutilles près. Face à un danger imminent, les lettres m'exhortaient à contacter Broumechko urgemment.
Les deux derniers paquets je les plaçai au fond d'un placard, hors de ma vue, mais malheureusement pas hors de ma tête.
La migraine revint me tenir compagnie alors que je m'écroulai sur le canapé pour tenter de réfléchir.
 
La semaine qui suivit, je m'efforçai sans grand espoir de joindre l'animateur vedette. Ayant une aversion profonde pour les strass et paillettes, et ne connaissant personne dans le milieu de l'audiovisuel, le seul numéro de téléphone qui je pus récolter fut celui du standard de l'émission.
Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, je débitai la petite allocution que j'avais longuement préparée, en omettant de préciser, bien évidemment, que mes sources étaient sans conteste dignes de foi, car il s'agissait de quelques paquets de pâtes.
Une aimable standardiste m'assura qu'elle avait noté mon message et qu'elle le transmettrait sans faute à monsieur Broumechko, dès que possible. Curieusement, je n'en crus pas un mot, et rappelai le lendemain.
La standardiste resta courtoise, mais ferme. Elle m'intima de cesser de l'importuner et que les blagues les plus courtes étaient souvent les meilleures. Elle raccrocha alors que je m'évertuai à lui expliquer qu'il ne s'agissait pas d'un canular. L'appel suivant fut visiblement celui de trop, car elle me conseilla de son verbe fleuri, un long séjour en Grèce afin d'apprendre à grands coups de boutoir, les rudiments de la bienséance.
Il existe une bonne cinquantaine de mots pour définir mon insuccès, comme : déconvenue, fiasco, plantage, bérézina... mais avec déculottée, on met le doigt dans le mille.
Je me résolus donc à parlementer une nouvelle fois avec mes vieilles connaissances, les pâtes.
Vous maîtrisez maintenant parfaitement l'alchimie donc je vous passerai les détails qui me conduiraient, si je les chantais sur tous les toits, directement dans une jolie pièce capitonnée, un peu austère certes, mais somme toute confortable.
Contre toute attente, j'obtins une adresse... celle de notre ami Broumechko.
La question était désormais : qu'allais-je faire avec cette adresse ?
Je me triturai les méninges et il ne vint rien, ou pas grand-chose.
 
La date butoir du 19 avril arriva comme convenu, juste après le 18. Le calendrier accorde rarement des exceptions même après supplications.
Entre-temps, j'avais localisé sans difficulté la maison du présentateur et repérais sa grosse berline. Je connaissais les heures d'enregistrement de l'émission et puis... et puis c'est tout. Celui-ci devait se rendre aux studios vers 10 heures et en repartirait vraisemblablement vers 17 heures.
Avec tout ça ! J'étais bien avancé.
Dans un dernier baroud d'honneur, j'avais décidé de me poster devant la villa de l'animateur pour essayer de l'arraisonner pour mieux le raisonner. Vingt minutes que je poireautais dans ma Clio délabrée lorsque le portail automatique se mit soudain en branle. L'auto allemande pointait déjà le bout de son nez et je me saisis de la première chose que croisa ma main dans la boite à gants. À ce petit jeu, ce fut, la bombe à poivre de mon ex-copine qui sortit vainqueur.
Ni une, ni deux, je me ruai au-devant du véhicule en hurlant : « Roland ! Un autographe s'il vous plait. Un autographe. »
Malgré sa surprise, Broumechko au grand cœur baissa sa garde et sa vitre aussi.
En un instant, je lui arrachai ses lunettes, les balançai sur la chaussée et l'aspergeai copieusement de l'aérosol irritant.
On a beau dire, les yeux et le poivre ne font décidément pas bon ménage. Son cri me déchira l'âme ainsi que les tympans. Avant qu'un attroupement ne se forme, je pris la poudre d'escampette, laissai pas mal de gomme au démarrage et ironie du sort, pulvérisai la belle paire de lunettes qui devait coûter, au bas mot, aussi cher que ma minable voiture.
Je rentrai chez moi, en claquant des dents et en tremblant de tous mes membres. N'est pas un agresseur qui veut, surtout sans grief ni préméditation.
 
Le dénouement, je l'appris par la presse et la télévision. Ce jour-là, le bâtiment qui abritait l'émission fut totalement dévasté par un incendie. Le feu se propagea avec une extrême rapidité, blessant sérieusement deux techniciens et un pompier. De la loge de l'animateur vedette, il ne restait que quelques cendres.
Chacun se félicita du retard opportun de Broumechko.
A mon grand soulagement, on passa sous silence, le dégénéré qui avait agressé l'animateur.
Je fis le point avec mes pâtes, leur demandant à l'avenir de s'adresser à un autre gogo.  
Et surtout, je ne suis plus un fervent admirateur de « Des nombres et des lettres », après m'être fait traiter de fils de p... alors que j'accomplissais ma B.A.
Broumechko a des circonstances atténuantes, certes, mais il n'empêche que cela ne fait que quatre lettres.
Péripatéticienne aurait été plus enlevé, plus châtié, plus conforme à l'image de l'homme qui trônait dans ma tête.
Et puis là au moins ! on avait seize lettres.
C'est un peu surfait la télé...

Éric Marie
Copyright @ Éric Marie pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

💬Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 16/11/2023 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Mais qu'est-ce que je me suis marrée à la lecture de ce texte ! Cool, j'adore. Merci ! Après les bouchons, ce sont les pâtes alphabet que désormais je ne verrai plus jamais de la même façon ! 😅😂

2.Posté par Robert YESSOUROUN le 16/11/2023 10:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yessouroun
Récit sympa, fort amusant, intrigue bien menée, fantaisie lettreuse plutôt savoureuse. J'ai préféré ce texte à celui du bouchon. Chute intéressante, inattendue. Ce genre d'histoire me rappelle un récit de mon père qui, pour comprendre pourquoi il avait été transformé en grenouille, dialoguait avec un médecin.

3.Posté par Michel MAILLOT le 16/11/2023 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mmaillot
J’ai tout lu, tout vu, tout bu, enfin tout mangé. Souvenirs de ces assiettes ou les pâtes dansent et où on s’amuse à faire des mots de la fourchette en tentant de capturer celles qui s’enfuient. Elles et les yeux du bouillon qui vous fixent de leur regard huileux. On se replonge et on aime ça. Un humour et une histoire délectable, on tend son assiette pour en redemander. Bravo !

4.Posté par B BLANZAT le 21/11/2023 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Blanzat
Un texte très chouette et bien écrit. Vif et efficace.
J'aimerais savoir, néanmoins, d'où viennent ces pâtes ? Le récit a quelque chose de Doctor Who, on dirait des aliens qui veulent préserver le représentant médiatique de l'assemblage de symboles intervenant dans la construction du langage vernaculaire, ça demande à être creusé.
Quant à la bonne action en faveur du brave Broumechko, et son usage d'un vocabulaire familier dans ses moments de détresse, m'est venu l'air de cette chanson de Cake : "to me, coming from you, friend is a four letter word".

5.Posté par éric MARIE le 22/11/2023 11:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ATRAVERSLESPACE
Réponse à B BLANZAT à propos de : 'mais d'où viennent ces pâtes ?
De mon imagination torturée vous vous en doutez bien. Mais au départ, d'une anecdote assez cocasse. Je me sers mon plat de pâtes alphabet et je vois, sur le bord de l'assiette le mot
MERCI. M E R C et le I un poil plus bas. Je fais remarquer à mon épouse '' tu vois, les pâtes me remercient de les manger''. Nous nous esclaffons.
Il n'en fallut pas plus pour que déjà, la plume me démange (mes doigts et mon clavier, soyons réalistes) et quelques semaines plus tard, la nouvelle était finalisée, dans l'attente d'être lue.
Si j'avais vu : anticonstitutionnellement, moi aussi je serais tombé de la chaise. Un simple MERCI, m'a suffi.
Voilà, une partie du mystère est résolu.
Mais, j'en ai bien d'autres dans ma besace.

6.Posté par Siebella CHTH le 09/03/2024 17:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sieb
Quel bon moment passé au contact des simples pâtes alphabet de mon enfance, et d'une émission que je connais -et appréciais- fort bien également !

Comme quoi, toutes sortes de sujets sont capables de nous divertir, même les plus improbables. Et quelle percutante drôlerie se cache derrière votre style, vous avez su me faire rire, de ce style plein d'humour, de loufoques descriptions savamment imagées pour que votre récit prenne vie. C'est une lecture à laquelle je ne suis guère habituée, volontairement, mais ici, j'ai été positivement surprise et enchantée.

Merci et bravo à l'auteur, ce fût une très chouette lecture.

(Je reviendrai assurément)

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.