Menu
Facebook
Pinterest





Blog partenaire où l'on a soif de curiosité !

Notez
Histoires maritimes

        

Prinz Eugen - Quand un vieux navire fait toujours peur...


Rédigé par le 25/10/2020 | Lu 231 fois




Le Prinz Eugen (1946)
Le Prinz Eugen (1946)
J’ai tenu bon durant toute la Deuxième Guerre, je leur en ai fait voir des vertes et des pas mûres et ils ne m’ont jamais eu ! À la fin de ce conflit titanesque, il ne restait d’ailleurs que le NURNBERG et moi ! Le NURNBERG a pu continuer sa carrière chez les Russes, mais en ce qui me concerne, j’ai eu moins de chance, je me suis retrouvé dans l’US NAVY… À l’époque de cet été 1946, ces fous n’ont pas réfléchis. Ils ne m'ont pas respecté ! Ils n'ont pas respecté ma toute puissance alors que je faisais pourtant partie de leur équipe et ils ont essayé d'avoir ma mort ! Mais aujourd'hui, nous voilà des décennies plus tard et je n’ai pas encore dit mon dernier mot…

Le PRINZ EUGEN (prononcez « oïgun ») est un croiseur lourd lancé en 1938 et qui prend du service le 1er août 1940. Il fait 212m de long sur 22m de largeur pour 18.800 tonnes de déplacement. Lourdement armé, il est l’un des fleurons de la Kriegsmarine (marine allemande) et vu de loin, il est facilement confondu avec le tout puissant BISMARCK dont il est le navire d’escorte en 1941.

Sujet de rapidité, de puissance et de convoitise

Le 24 mai 1941, le PRINZ EUGEN et le BISMARCK rencontrent les HOOD et PRINCE OF WALES anglais. La bataille fait rage entre ces terrifiantes machines de guerre et malgré la réputation du HOOD, fierté de la Royal Navy, celui-ci s’incline et sombre face à la puissance allemande laissant trois survivants sur 1418 hommes d’équipage.

Le PRINCE OF WALES sévèrement touché abandonne aussi le combat et s’enfuit derrière l’écran de fumée laissé par le HOOD.

Quelques jours plus tard, par acharnement, la Royal Navy parvient à couler le BISMARCK.

Il en va tout autrement pour le furtif et trop rapide PRINZ EUGEN que les alliés ne parviendront jamais à avoir.

Après de la reddition de l’Allemagne, il ne reste principalement que deux gros navires importants de la Kriegsmarine : le NURNBERG et ce fameux PRINZ EUGEN.

Les américains s’empressent alors de prendre possession de ce dernier, afin que les Russes ne mettent pas la main dessus. Les soviétiques se contenteront du NURNBERG qu’ils exploiteront jusqu’en 1961.

Destiné à la folie humaine

Malgré les qualités et la puissance du navire allemand, les américains ne profitent pas du PRINZ EUGEN et lui donnent une toute autre destinée. En effet, le Japon ayant capitulé suite à l’explosion de deux bombes nucléaires, il est temps pour les USA de perfectionner ce nouveau type d’arme.
 
C’est ainsi que commencent des essais nucléaires à plusieurs endroits du globe, notamment dans certains déserts américains et surtout à proximité des Îles Marshall dans le Pacifique.

Juillet 1946, les américains lancent l’opération « Crossroads » (la croisée des chemins) dans l’Atoll de Bikini aux Îles Marshall. Il s’agît de deux essais de bombes atomiques. Quatre-vingt-dix navires sont sacrifiés pour ces essais et placés à différentes distances, afin d’étudier l’impact et les dégâts causés aux bateaux par ce genre d’explosion.

Le PRINZ EUGEN fait partie de ces sacrifiés et est ancré à 1km du « point zéro ».
 
Les deux explosions ont lieu le 1er et le 25 juillet. Celle du 25 juillet projette une colonne d’eau à plus de 2km de hauteur. Plusieurs navires sont coulés et les atolls des îles sont hautement contaminés par la radioactivité.
Prinz Eugen - Quand un vieux navire fait toujours peur...

De son côté, le PRINZ EUGEN encaisse vaillamment les ondes de choc et tsunami et s’en retrouve quelque peu endommagé.

Au mois d’aout, l’US NAVY le remorque jusqu’à l’atoll de Kwajalein où il est abandonné. Ses avaries ne seront jamais réparées.

Le 21 décembre 1946, le navire commence soudainement à gîter. Une équipe de secours est envoyée, afin de le faire échouer sur un banc de sable et ainsi éviter son naufrage, mais elle arrive trop tard.

Le 22 décembre, le navire se couche sur le flan et se retourne totalement. Il a encore 3000 tonnes de fuel dans ses réservoirs…

Pour cause de forte contamination radioactive, les américains ne voudront jamais le renflouer.

Un geste écologique après 72 ans

Ce n’est qu’en novembre 2018 que les autorités prennent la décision de pomper le carburant du PRINZ EUGEN. En effet, émergeant de l’eau depuis cette époque, la coque du navire commence à se dégrader fortement.

L’US ARMY et l’US NAVY en collaboration avec les autorités des Îles Marshall pompent 950.000 litres d’hydrocarbure des 170 cuves encore accessibles de l’ancien navire allemand. Bien que la totalité du carburant ne puisse être récupérée, l’opération de ponction est considérée comme suffisante pour éviter un risque majeur de pollution.

Autrement dit : C’est mieux que rien, mais ça arrivera quand-même tôt ou tard, car le monstre n'est pas mort...

Non, ils ne m'ont pas respecté, alors je serai toujours là, présent, tel un symbole de cette honteuse folie humaine... Non, je n'ai pas encore dit mon dernier mot...

Les épaves, une autre bombe à retardement pour la planète…






Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». Au-dessus de ceci apparaît votre commentaire. SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :


Membres sur le pont
Marie-Paule ALBATORETTE
Djackdah NIELLE
Robert YESSOUROUN
Frédéric VASSEUR


Commentaires