Menu

Notez
Guides

        

Les Pirates Disney | Michael Singer | 2017

Récits et Aventures des plus grands Bandits des Mers


Un article ajouté/rédigé par | 03/09/2017 | Lu 1606 fois




Les Pirates Disney | Michael Singer | 2017
Nous nous passionnons pour les pirates depuis des siècles. Ce sont les meilleurs et les plus redoutables méchants de l'imaginaire contemporain, et ils ont toujours fasciné Walt Disney. De L'Ile au Trésor à Peter Pan, jusqu'à la sensationnelle attraction Pirates des Caraïbes dont l'adaptation sur grand écran est un phénoménal succès, cet ouvrage explore quatre-vingt-dix ans de spectacles et de productions cinématographiques ou télévisuelles Disney. Riche de croquis préparatoires, de photos inédites et d'interviews, ce livre raconte tout des origines de Long John Silver, du Capitaine Crochet, de Jack Sparrow et de tous ces autres bandits des mers devenus mythiques. A l'abordage !

Fiche de lecture

Oyez, matelots !
 
Cet ouvrage, comme son nom l’indique, présente toutes les productions de Disney ayant pour sujet les pirates. Disney éprouvait d’ailleurs une véritable passion pour ces derniers. On nous explique donc comment ces gueux, ces sales types, ces bons à rien et ces mufles sont devenus célèbres grâce aux productions Disney, et comment de ce fait les gens se les imaginent comme des aventuriers sympathiques.  
 
Cet ouvrage est juste sublime. Tel un coffre au trésor, il regorge de merveilles : illustrations, photos, croquis, dessins, anecdotes, affiches originales des films, interviews… C’est un festin pour les yeux. Au travers de textes, de récits et d’aventures, Michael Singer nous propose de plonger dans ces univers de pirateries, pour mieux redécouvrir les origines de ces marins qui ont laissé une forte emprunte dans notre imagination. Cela sent bon la mer et c’est délicieux.
 
Dingo, Crochet, Sparrow, Long Silver, Barbossa, Barbe-Noire, Davy Jones, Bill le Bottier, Sao Feng, Ragetti et Pintel, Long Ben, Kuala, etc., tous vous attendent au comptoir d’une taverne pour faire plus ample connaissance (et peut-être aussi pour vous rouler ou vous embobiner dans une affaire douteuse). Même les Muppets sont de la partie !
 
La préface est signée Johnny Depp. Il nous parle de son personnage de Jack Sparrow et de l’influence que ce rôle a eu sur lui. Selon l’acteur, l’avenir est une énigme en attente d’être résolue. Mais le capitaine Jack Sparrow sera toujours à ses côtés, avec son irrévérence et son côté absurde, sans cesse musardant sous la surface de ce qui cherche à nous domestiquer, nous faire mourir d’ennui et nous duper. Alors Johnny le rebelle nous avertit de ne pas nous laisser domestiquer. De ne pas nous laisser prendre par l’ennui. De ne pas nous laisser duper. Et il conclut par : « Vive la vie de pirates ! ».
 
Bref, un livre magnifique qui s’adresse aux fans des pirates de Disney, aux fans de Disney, et bien sûr, aux fans des Pirates des Caraïbes.
 
Sortez donc les crochets, les tricornes et les bouteilles de rhum car, comme on chantonne aux Caraïbes et par-delà l'horizon, l'âme des Pirates jamais ne mourra !
 
Yo ho, yo ho, la vie d’pirate pour moi,
Yo ho, yo ho, trinquons mes jolis…

Note piratesque

Ah ! Encore une information, juste comme ça... Une fois que l'on a retiré la couverture Disney qui habille le livre, voici la vraie couverture que l'on peut découvrir. Franchement, elle a nettement plus de gueule !
Photo @Koyolite Tseila | Collection privée
Photo @Koyolite Tseila | Collection privée

Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction, d’Imaginaire et de récits maritimes depuis toute petite, ce sont des... En savoir plus sur cet auteur



💬Commentaires

1.Posté par Philippe ANDRÉ le 03/03/2020 13:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

canonnier
Les Pirates Disney Récits et aventures des plus grands bandits des mers – Michael Singer

A fond pour la piraterie
« Se moquer des conventions » fut le choix de Johnny Deep s’inspirant de son personnage Jack Sparrow : être libre dans ses enchainements de pensées, ceux qui sont inadaptés aux éléments contraignants venant des personnes régissant leur pouvoir sur les autres. Se poser comme maître à bord de sa vie, comme ces pirates à la vie courte et animée par le sens du devoir de n’exister que pour l’aventure. En un temps où la mort fauchait très tôt les gens, surtout pauvres, brandir son appartenance au drapeau arboré d’un crâne sous fond noir indiquait une délivrance d’un monde leur tournant le dos. L’étendard « Pirate » de ceux qui ne se faisaient pas « domestiquer », mais essentiellement un univers où le jeu et la magie dominaient les principes rebelles de chacun(e)s dont ce fut le canevas, l’angle choisi et la vision de Walt Disney.

Une vie de pirate
Avant que Johnny Deep empoigne son rôle du capitaine Jack Sparrow, le grand visionnaire des « mondes amusés », Walt Disney, s’employait en 1965 à conditionner ses admirateurs en affichant toute sa stratégie commerciale concernant la future construction d’un parc d’attraction centré sur la piraterie (ouverte en 1967).
Après son décès, cette conception attractive prendra le chemin d’une production cinématographique revitalisant le mythe des récits qu’il mit en exergue durant toute sa carrière.
La production Disney en association avec Jerry Bruckheimer sur « Pirates des caraïbes : La Malédiction du Black Pearl » formera émotionnellement l’hommage rendu au grand homme par un succès en 5 volets retentissant.

Entre guillemets / Entre 2 films
Cela dit, le pas fut déjà franchi des années plus tôt et assumé par le producteur de renom lors de son embarquement sur le projet d’une adaptation significative ; l’Ile au trésor (1950). Walt Disney ne s’était pas privé de témoigner son attachement au monde des forbans qui concluait, par l’entremise de cette production, l’envie d’amener un terrain de jeu dans sa propre profession ; celle de conter des histoires sur pellicules autour d’un genre très codifié.
On imagine bien la corrélation de son enfance dirigée sur la fascination de ces « coupes gorges » avec cette exploration au sein du septième art : comme cette foi inébranlable sur l’aura créative de tout enfant se déguisant, exhibant tenues et sabres factices.
Cette imagerie sera le fil conducteur d’un esprit empreint d’action...

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.