Menu

Notez
Cale des films

        

Les Maîtres du Temps | 1982


Un article ajouté/rédigé par | 11/11/2011 | Lu 960 fois




Affiche et synopsis

Les Maîtres du Temps | 1982
Piel, un petit garçon en compagnie de son père, atterrit sur une planète sauvage, Perdide.

Avant de mourir, son père réussit à contacter son ami Jaffar, et lui demande de sauver son fils Piel, désormais seul sur cette planète. Piel reçoit de son père un microphone, son seul moyen de contact avec Jaffar qui, avec des compagnons, vont lui parler tout au long du voyage en lui donnant de judicieux conseils.

En compagnie de son vieil ami Silbad, un vieux boucanier rusé et plein de ressources, Jaffar se dirige vers Perdide pour sauver le petit Piel.

Mais plusieurs incidents vont se dérouler au cours de l'aventure... sans compter que l'espace recèle bien des mystères.

Note

Ce film d'animation réalisé par René Laloux sur des dessins de Moebius est une adaptation du roman L'Orphelin de Perdide de Stefan Wul. C'est un très beau film dont la fin ne laissera personne indifférent ! Je vous invite à lire ma petite chronique à ce sujet, car elle concerne le livre et le film : 

👉 L'Orphelin de Perdide | Stefan Wul | 1958 (legaliondesetoiles.com)

Koyolite Tseila
Copyright @ Koyolite Tseila pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur


💬Commentaires

1.Posté par Christobal COLUMBUS le 04/12/2021 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ChristoColumbus
Si les détails des décors environnementaux sont assez simples, réalisateur et dessinateur ont mis beaucoup d’attention sur les personnages et le scénario en laissant même de coté toute musique de fond.

Réalisé en 1982, j’y ai vu quelques similitudes à une autre animation de l’époque : « Il était une fois l’Espace » (1981-82)

En effet dans ce film, le vaisseau patrouilleur de la Réforme ressemble étrangement par sa forme arrondie et lourde au vaisseau amiral de la fédération d’Omega de notre ami Pierrot. Le logo en forme de « M » est pratiquement identique à celui de la méchante république militaire de Cassiopée imaginée par Albert Barillé.

Il était aussi osé d’utiliser le salut nazi dans un dessin animé pour montrer la détermination de ces soldats de la Réforme.

Quelques scènes sont aussi assez crues et certains termes utilisés dans les dialogues sont un peu osés pour des oreilles d’enfants comme « je vais finir par en crever » mais était-ce bien un dessin animé pour enfants tout compte fait ?

Le personnage principal (Jaffar), de par ses traits de visage, son physique et son style m’a fait penser à une autre personne de série des années 80. Je me suis posé la question tout au long de la découverte de ce film jusqu’à ce que le petit Piel rencontre un curieux et sympathique animal de cette planète Perdide.

À la vue de cet « Hyponitorinx » surnommé WoinWoin par le petit garçon, la pièce est tombée dans ma tête : « Les mondes engloutis » ! (1985) J’ai pu enfin trouver ma réponse. Ce curieux animal n’aurait-il pas inspiré Nina Wolmark pour créer Big et Bag de la cité d’Arkadia ?? La ressemblance est assez frappante en tout cas. Il en va de même pour le personnage Spartakus dont je cherchais l’identité et que me rappelle ici Jaffar. Les mondes engloutis est une série dont je ne me souviens plus très bien mais ces deux personnages sont assez charismatiques.

Le paradoxe temporel est un sujet qui a été exploité une multitude de fois dans les films et ce, jusqu’à nos jours. Dans le cas présent, bien qu'on pourrait facilement la deviner, je ne me suis tout de même pas attendu à cette chute mais malheureusement sans grand étonnement.

Mon ressenti est qu’à l’époque c’était un concept très interpellant mais les quarante années de films qui ont suivi ne permettent plus d’être vraiment surpris dans ce cas-ci.

Un bon moment tout de même !

2.Posté par Michel MAILLOT le 09/08/2023 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mmaillot
Pas déçu du tout par cette adaptation, d'un de ces bijoux écrit par Stefan Wul pour le Fleuve "L'orphelin de Perdide", bien au contraire. D'abord, aux manettes il y a eu Moebius qui n'est pas un manchot ni pour le dessin ni pour l'imaginaire. Le récit suit assez fidèlement l'histoire et notamment le "twist" final, marque de fabrique de Wul, qui trouvait certainement là la pirouette pour clore un récit qu'il menait souvent à l'époque du Fleuve au fil de l'espace. Et puis toujours ce talent incomparable pour décrire, peupler, colorer son récit. Bref, on n'est pas au bon endroit pour parler du roman et de l'auteur, mais justement, ce talent narratif, il ne pouvait qu'aider l'adaptation en images de ce qui en offre déjà à profusion à l'esprit d'un lecteur. Plus réaliste que la Planète Sauvage (OMS en série) de Laloux en 1973 non dénué de poésie Wulienne et que j'aime beaucoup également, ces "Maitres du Temps" se regardent avec un plaisir sans cesse renouvelé. Les bonnes histoires adaptées et légèrement modifiées, même si elle prennent souvent la patine du temps ne vieillissent jamais vraiment pour ceux qui ont gardé l'esprit ouvert et l'âme bienveillante.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.