Menu

⚓A propos du Galion des Etoiles

Blog partenaire

Articles à paraître :

  • Rdv avec la Peur (LM)
  • Echec à la Poisse (RY)
  • Robots, SAP (RY)
  • La Chose qui pensait (DR)
  • Le Casino du réel (RY)
  • Le Sacre du Printemps (RY)
  • Night Sky (PdT)
  • L'Éruption du Karamako (KT)
  • Les Orphelins du Ciel (BB)






Notez
Lectures cadeaux

        

La Nuit de la dernière Année | Southeast Jones | 2019

Conte


Un article ajouté/rédigé par | 15/01/2022 | Lu 321 fois


⚓️TAGS : 2019, Southeast Jones


La Nuit de la dernière Année | Southeast Jones | 2019
Quand depuis 2012, vous attendez chaque année que la fin du monde, l’Armageddon, l'Apocalypse, se produise, mais que vous gardez encore espoir que ce ne soit pas l'humanité elle-même qui fiche tout en l'air... que vous reste-t-il ? Votre imagination ! 
 

Lecture en ligne et/ou téléchargement

Ce court texte peut être lu directement en ligne ci-dessous, ou si vous préférez, vous pouvez le télécharger dans l'un des formats numériques suivants de votre choix : 

La Nuit de la dernière Année

- Il est minuit ! lança Georges. Je nous souhaite à tous une bonne année et une joyeuse fin du monde !

- Nous en sommes à combien, pouffa Prune ? Dix ? Quinze ?

- Une vingtaine, répondis-je. Nous faisons notre petite fête depuis presque trente ans, tu te rappelles la première ?

- 2012, la prophétie maya ! intervint Nicky.

- C’est ça ! On attend encore, s’esclaffa Georges. Je ne me souviens plus trop qui avait eu cette idée saugrenue, il y avait eu un de ces foins autour de ces fameuses prédictions ! Nous étions bien plus à l’époque.

- Une vingtaine, il me semble ; un barbecue monstrueux ! Chacun avait apporté ses bouteilles, nous faisions tellement de boucan que les flics sont intervenus quatre, non, cinq fois !

- Et ils ont fini par rouler sous la table avec la plupart d’entre nous, dit Prune en vidant son verre ; faut dire aussi qu’on avait bien corsé le punch.

Elle plissa le nez :

- Au passage, celui-ci est un peu trop léger. Tu disais une vingtaine ?

- Oui, entre les annonces de catastrophes majeures, les chutes d’astéroïdes, les super volcans, et toutes ces prophéties plus ou moins religieuses, je ne dois pas être très loin du compte. J’ai quand même flippé lors de la crise avec la Corée du Nord ; si la Chine n’avait pas retourné sa veste au dernier moment, nous ne serions sans doute plus là à plaisanter.

- Ouais, grave ! reprit Prune en piquant une olive. Personne n’en menait large. Y’a quand même eu une sacrée vague de suicides, je suis la seule à y avoir prêté attention et pensé ?

Un ange passa, je me souviens que nous avions abordé le sujet, mais elle était la seule à avoir préparé un cocktail de médicaments « au cas où ». Quand vers quatre heures du matin, nous avions appris que les Nord-Coréens avaient détruit leurs missiles, elle avait fondu en larmes. J’avais été tenté aussi ; peut-être aux yeux de certains, aurions-nous pu passer pour des lâches, mais quiconque a vu les films d’archives sur les survivants de l’holocauste nucléaire d’Hiroshima et Nagasaki doit admettre qu’il vaut mieux mourir tout de suite plutôt que d’agoniser lentement rongé par les radiations. Six missiles à tête multiple ! J’eus un frisson rétrospectif et levais timidement la main. Prune ne dit rien, Nicky me regarda avec des yeux ronds, l’air de ne pas y croire, tandis que Georges remplissait nos verres avec une tête pas possible.


* * *

- Est-ce bien la seule fois où nous y avons cru, au point de commettre l’irréparable ? Repris-je.

- En ’30, peut-être, souffla Georges, lorsqu'ils ont réussi à créer le premier trou noir, y a eu une belle panique aussi, il a fallu presque douze heures avant qu’il ne s’évapore !

- Tout était soi-disant sous contrôle, tu parles ! La zone autour du super LHC avait quand même été évacuée dans un rayon de cent cinquante kilomètres. Je me demande combien de fois nous avons réellement échappé de justesse à la mort. Prune, toi qui es journaliste, qu’en dis-tu ?

- J’en dis que nous serions sans nul doute les derniers avertis, et que s’il n’y avait ne serait-ce que l’ombre d’une chance que quelques-uns en réchappent, vous pouvez être certains que nous ne ferions pas partie du lot. Cette conversation m’ennuie, elle devient lugubre. Si nous revenions à nos conneries?

- Si nous le voulions, repris-je, nous pourrions nous réunir plusieurs fois par an, il ne se passe pas trois mois sans qu’un imbécile n’annonce la fin du monde, mais bon, faut bien faire des choix ! Aujourd'hui, je vous propose un Armageddon, avec retour du christ et tout le tralala qui va avec, ainsi qu’un essaim de micrométéorites au sein duquel se cacherait un très, très gros caillou… Faites votre choix ! Les paris sont ouverts ! Maintenant, je ne sais pas vous, mais moi, j’ai faim !

Nous passâmes à table avec la ferme intention de faire un sort aux diverses pâtisseries qui restaient du repas du soir et Georges fit le service, le ton était maintenant plus léger. Un peu pompette, Nicky picorait, elle nous aida néanmoins à casser la figure à trois bouteilles de Monbazillac, nous dormirions plus tard. Demain sans doute ! Le loto avait fait de nous des nantis et nous avions tous arrêté de travailler cinq ans plus tôt, après tout, nous étions presque pensionnés. La vie était belle, chaque jour ou presque était un jour de fête et nous comptions bien profiter de chacun d’entre eux. Bien sûr, personne ne croyait que la fin du monde fût pour aujourd'hui. Et quand bien même ce serait, n’était-il pas plus agréable de passer les dernières heures entre amis ?

Prune et Georges, Nicky et moi, c’était tout comme : mariés le même jour, nous avions été nos témoins respectifs. Et quand même, une amitié de près de quarante ans, ça forçait le respect ! Nous étions si souvent réunis qu’on eut pu nous croire de la même famille. 2012 avait été une première, le monde avait continué de tourner, pas toujours très rond, mais nous étions encore là, ensemble, pour le pire et le meilleur. J’ai toujours pensé que ce ne serait pas Dieu, ou la nature, ou même un géocroiseur qui causerait notre disparition, mais bien l’homme et sa folie. Qu’importe le moyen : le feu nucléaire, la guerre bactériologique, ou plus vraisemblablement la destruction de notre environnement, la machine était en route, et rien ne pourrait l’arrêter. Nous n’avions tous qu’un vœu : celui de ne plus être là lorsque cela arriverait. Guillerets, nous retournâmes nous installer dehors.

- Alors tu as choisi ?

- Pardon ? Excuse-moi Georges, je pensais à autre chose, dis-je en souriant. Je verrais bien les météores, et toi ?

- Pareil pour tout le monde à mon avis. J’ai allumé le brûle-tout, j’ai rarement vu un hiver aussi doux, mais la température commence à fraîchir. Prune a fait du vin chaud, tu en veux ?

- Je préférerais du café s’il en reste, sinon ça fera l’affaire. Où sont les filles ?

Il m’indiqua les relax de la tête et je souris, Nicky sommeillait emmitouflée dans une couverture, tandis que Prune fredonnait les yeux fermés en écoutant ses sempiternelles chansons d’amour sur son MP6. Nous installâmes le télescope, le ciel était dégagé, s’il devait se passer quelque chose, nous ne devrions pas le manquer. Nous nous installâmes confortablement et nous trinquâmes avec nos tasses de vin chaud. Les parois du brûle-tout rougeoyaient faiblement, nous étions bien. Nicky dormait maintenant à poings fermés, j’en profitais pour accepter le cigare que me présenta Georges, elle ne supportait pas que je fume.

La nuit était calme et le ciel limpide, pas même l’ombre d’une étoile filante, où était donc ce foutu essaim ? Pour tromper l’ennui, je pris quelques clichés de la Lune. Vers quatre heures du matin, je commençai à envisager de réveiller tout le monde – Georges et Prune avaient fini par s’assoupir– lorsque quelque chose changea. C’était très subtil, il flottait dans l’air comme un parfum de roses, vint ensuite la musique, une mélodie aux accents beaux et tragiques, semblant venir de partout et nulle part à la fois, et allant crescendo. Je frissonnai, à celle des roses, venait de s’ajouter une odeur piquante qui me fit froncer le nez, il ne me fallut que quelques secondes pour l’identifier : c’était celle de l’ozone.

J’eus un désagréable pressentiment : quelque chose allait se passer. J’hésitais encore à réveiller les autres pour ce qui n’était peut-être qu’un effet de mon imagination embrumée par l’alcool. Prune ouvrit soudain les yeux et décida pour moi. Personne ne disait rien, nous étions partagés entre crainte et incrédulité. La musique – indubitablement celle d’un grand orchestre – était maintenant suffisamment puissante pour avoir réveillé d’autres personnes. La lumière s’allumait dans la plupart des maisons de nos rares voisins, certains étaient déjà dans leur jardin.


* * *

Quelque chose passa soudain dans le ciel pour s’arrêter brusquement en plein milieu de sa course, je plongeai vers le télescope, d’autres objets apparurent, défilant en rangs serrés et réguliers, bien trop réguliers pour que ce phénomène pût être qualifié de naturel. L’étrange manège dura près de deux heures et s’arrêta aussi brusquement qu’il avait commencé. Les choses dans le ciel semblaient gigantesques, des vaisseaux spatiaux ? La musique était assourdissante, l’odeur de rose était maintenant à la limite du supportable, il me semblait aussi entendre des rires et des bribes de conversations, et ces mots que je ne comprenais pas résonnaient dans ma tête, lourds d’une terrible et indicible menace.

Soudain, le silence se fit et le ciel s’entrouvrit, cependant que des mains immenses commençaient à ramasser les arbres, les maisons et les voitures, tandis qu’autour de nous, le monde s’effaçait. Nous restâmes là, figés de stupeur alors que les accessoiristes démontaient le décor et que dix milliards de voix hurlaient de terreur.

Source

Texte @ Southeast Jones, tous droits réservés




💬Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 15/01/2022 06:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
KoyoliteTseila
La chute est géniale, genre fin d'un épisode de La Quatrième Dimension ! J'avais imaginé plein de scénarios possibles pour la fin du monde, mais certainement pas ça ! Excellent 👍 Merci pour cette histoire originale.

2.Posté par Jean Christophe GAPDY le 15/01/2022 07:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JCGapdy
Voici un plaisir de lecture comme je les aime. Quand l'apparence de la banalité vient s'étaler génialement parce qu'elle s'est pris les pieds dans le plus improbable et surtout le plus inattendu des tapis. Un grand merci pour ce transport dans une autre Dimension, une Dimension faite non seulement de paysages et de sons, mais surtout d’Esprit. Un voyage dans une contrée sans fin dont les frontières sont notre imagination. Un voyage au bout des ténèbres où il n’y a qu’une destination... vous savez laquelle... d'autant que Southeast Jones est capable de folles prouesses en peu de mots.

3.Posté par Robert YESSOUROUN le 15/01/2022 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Yessouroun
Le monde est un théâtre, disait Shakespeare. Reste à déterminer qui sont les scénaristes... Et qui a eu le privilège d'écrire la fin du spectacle. Récit sympa, bien rédigé!

4.Posté par Philippe ANDRÉ le 15/01/2022 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
canonnier
Court mais intense

Southeast Jones, mais quel plaisir d'ouvrir un de ses récits où l'on remarque la subtilité de l'emploie de mots simples, de l'agencement des situations dont on reconnaît l'apport classique des grands nouvellistes d'autrefois. Son style classique séduit et nous renvoie aux épreuves des grands anthologistes qui choisissaient les meilleurs textes courts représentatifs d'une expression efficace d'une imagination osée accolée au sujet. Attention quand je dis simple je veux parler de lisibilité, de formulation acceptable pour ouvrir en amont tous les sens du lecteur. C'est assez malin dans cette histoire de résilience intellectuelle dès lors que nous nous voyons projeter au sein d'une population lambda, sans sommités pour décortiquer un avis scientifique. Southeast Jones organise ce RDV entre amis comme si nous étions nous-mêmes conviés à ce dialogue, qui, finalement représente des intérêts cachés, l'écologie face aux progrès technologiques, le cheminement de la pensée philosophique abandonné à celui plutôt catastrophique (si je peux dire ça comme ça), voir ufologique.
On jouxte les procédés codifiés du genre apocalyptique pour en démonter les effets en substituant un univers pour le remplacer par un autre. Cependant le ton est incroyablement donné sous le distillement d'un poison que l'homme c'est lui-même fabriqué, le poison de la pensée magique (c'est un comble pour un écrivain de l'imaginaire ^^) la corrosive réflexion des complotistes, évangélistes, d'une cohorte d'individus qui s'interrogent et aiment se faire peur jusqu'à ce que leur questionnement trouve une réponse dont je vous conseille de découvrir.

André Philippe

5.Posté par Le chien CRITIQUE le 15/01/2022 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
lechiencritique
Comment certains auteurs arrivent à te mettre des images plein la tête avec peu de mots ? Une question sans réponse mais qu'importe pourvu que la fin du monde arrive.
C'est ce qui arrive à ce groupe qui attend dans une grande bouffe alcoolisée la dernière d'une longue série.
Deux pages pour construire un univers et nous offrir le frisson par sa chute. Simple et percutant.
Un texte qui aurait très bien pu être adapté dans les séries diffusées dans Temps X.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :



⚓️Membres sur le pont
Robert YESSOUROUN
Koyolite TSEILA
Christobal COLUMBUS
Djackdah NIELLE
Erwelyn CULTURE MARTIENNE
B BLANZAT
Philippe LEMAIRE
Ténèbres PATATE

💬Commentaires et avis