Menu

Notez
Livres

        

Dimension Rock | 2020

Anthologie présentée par Gwen Geddes


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 08/09/2020 | Lu 3239 fois






Illustration et quatrième de couverture

Le rock et la littérature font bon ménage depuis fort longtemps, et nombreux sont les artistes musicaux à avoir puisé leur inspiration dans des romans ou des nouvelles. Saviez-vous que Le Maître et Marguerite, de Mikhaïl Boulgakov, a donné naissance à Sympathy for the Devil, des Rolling Stones ? Aviez-vous remarqué que les œuvres de H.P. Lovecraft ont nourri l’imaginaire du groupe Metallica tout au long de sa carrière (The Call Of Ktulu, The Thing That Should Not Be…) ? Kate Bush s’est quant à elle inspirée des Hauts de Hurlevent, d’Emily Brontë, pour écrire Wuthering Heights.

Dans Dimension Rock, 17 auteurs ont pris le chemin inverse en s’inspirant de 17 chansons très différentes les unes des autres. Cette anthologie réunit leurs interprétations personnelles de ces titres, avec des nouvelles parfois graves, parfois humoristiques, parfois poétiques.

Sommaire

  • Samantha Chauderon - La maladie du Corail  
  • Emmanuel Delporte - Riders on the storm  
  • Manuel Essard - Wihtikow  
  • Gwen Geddes - La voix intérieure
  • Philippe Goaz - De la guitare dans l'air 
  • Julien Heylbroeck - Nous avons peur et nous sommes seuls 
  • Sylvain Johnson - Death on two legs  
  • Southeast Jones - Rendez-vous à Céres  
  • Sylvain Lamur - Les souliers rouges 
  • Dominique Lémuri - La dernière randonnée  
  • Pascaline Nolot - Prayers for RAIN 
  • Nicolas Pagès - Recherche bassiste désespérément  
  • Bruno Pochesci - Et toutes ses dents  
  • Émilie Querbalec - Mars Hôtel California  
  • Valérie Simon - Vamos, Che 
  • Céline Thomas - We'll burn the sky
  • Laurent Whale - Retour à Cable Hogue
  • Biographies des auteurs
  • Illustration de couverture : Cassandre De Delphes

Petits retours de lectures sur quelques unes des nouvelles de ce recueil...

Par Djackdah Riker
Par Djackdah Riker

Emmanuel Delporte - Riders on the Storm

Rythmée par la musique des Doors, cette histoire de folie rappelle autant Apocalypse Now par le contexte (et la musique des Doors déjà présente) qu'un voyage sous acide cher à Jim Morrison tellement bien mis en image dans le biopic du groupe.

L'écriture mêle réalité et horreur comme l'auteur l'avait déjà fait dans son livre "Stalingrad" (prix Masterton 2017) avec une efficacité terrifiante, nous racontant deux fois l'histoire, mais d'un point de vue très diffèrent.

Premier gros coup de cœur de cette anthologie, probablement pas le dernier.

Par Koyolite Tseila
Par Koyolite Tseila

Dominique Lémuri – La dernière Randonnée

Inspirée de la chanson « Man of a Thousand Faces » de Marillion, groupe de rock progressif britannique né à la fin des années 70 dont je suis fan absolue des compositions, c’est donc bien évidemment sur cette nouvelle que mon choix s’est porté pour entamer la lecture de « Dimension Rock ». Ce qui m’a plu dans ce court récit de Dominique Lémuri, c’est la musicalité des mots bien présente dans la narration. Dans ce futur post-apocalyptique frappé par une terrible pandémie qui décime des populations entières, enveloppée dans des sonorités qui me sont familières, j’ai accompagné avec émotion pour son dernier voyage à la recherche de son identité cet « homme aux mille visages » qui a traversé les siècles, avec comme unique bagage ses souvenirs. Les descriptions, qu’elles soient de ce voyageur solitaire aux mille questionnements ou des paysages qu’il parcourt, sont très efficaces. L’immersion dans le récit est totale. Cette dernière randonnée est un très beau texte et il est certain que dorénavant, je ne pourrai plus écouter « Man of a Thousand Faces » sans repenser à cette histoire dont la conclusion m’a touchée.

Par Djackdah Riker
Par Djackdah Riker

Southeast Jones - Rendez-vous à Céres

Préparation d'un Premier Contact, cette nouvelle est représentative de ce à quoi l'auteur nous a habitué dans ses deux recueils personnel, une histoire courte et abrupte, qui aurait le potentiel d'un roman mais qui ne présente qu'un bref moment de vie.

La lecture envoie immédiatement les notes de Bowie dans la tête, Starman en premier évidemment, mais aussi Space Oddity, pour un petit moment de lecture qui passe le temps d'une chanson, mais reste en tête après à imaginer ce qui n’est pas écrit, avec une bouffée d'optimisme dans la dernière partie.

Par Koyolite Tseila
Par Koyolite Tseila

Émilie Querbalec - Mars Hôtel California

Inspirée des paroles de la chanson « Hotel California » du groupe Eagles, l’enquête menée par Erla Musi nous emmène jusque sur Mars afin de retrouver le fils du milliardaire Zarl Kagerfeld disparu mystérieusement lors d’une monstre fête placée sous le signe de tous les excès. Ponctué de rappels au fameux morceau, Émilie Querbalec nous livre un texte bien écrit et teinté d’humour qui va en faire voir de toutes les couleurs aussi bien à l’enquêtrice qu’au lecteur. « Welcome to the Hotel California, such a lovely place… »… à l’instar de ce qui se serait tramé au cœur du mythique Hôtel, la confusion règne et plusieurs interprétations des événements sont possibles, jusqu’à ce que le couperet tombe. Et encore, quoique que… Une ambiance martienne « sexe, drogue et Rock’n’Roll » bien rendue !

Par Djackdah Riker
Par Djackdah Riker

Sylvain Johnson - Death on two Legs

Titre directement repris de la chanson de Queen figurant sur A Night At The Opera (1975), cette nouvelle est dure et loin d'être tout public.

Elle nous montre la transformation d'une victime en monstre froide et implacable, tel un Dr Jekyll et Mr Hyde du 21eme siècle, exerçant d'abord Sa vengeance, avant de devenir la vengeresse pour toutes les femmes qui ne seront jamais défendues...

Par Koyolite Tseila
Par Koyolite Tseila

Céline Thomas - We'll burn the sky

Un texte de 2-3 pages inspiré par «We’ll burn the Sky » du groupe Scorpions. La présentation de deux « modèles », Eve et Adam, voués à accomplir à l’infini l’acte sexuel pour préserver la race humaine et l’ensemencer dans l’univers.

Une transposition des paroles de la chanson dans un contexte SF qu’il m’aurait intéressé de découvrir. Un texte qui me laisse perplexe et sur ma faim.

Par Djackdah Riker
Par Djackdah Riker

Manuel Essard - Wihtikow

Inspiré par "Run to the hills" d'Iron Maiden, cette nouvelle aurait tout aussi bien pu se trouver au sommaire de l'anthologie Dimension Western (dirigé par le même Manuel Essard), tant elle baigne dans le folklore amérindien. De la magie, des esprits, une course pour survivre, des cowboys bas du front, tout est là.

Seul petit bémol, la profusion de noms indiens long (très long) qui ancre bien la nouvelle dans son univers mais qui personnellement me faisait décrocher quelques secondes le temps de les décrypter, et cassait le rythme.

Par Koyolite Tseila
Par Koyolite Tseila

Laurent Whale – Retour à Cable Hogue

Cette nouvelle est inspirée de « Ballad of Cable Hogue » - qui est aussi le titre d’un Western des années 70 - du groupe américain Calexico. Donc ambiance western au rendez-vous, parfaitement bien rendue par l’écriture de Laurent Whale. Ça sent le désert chaud et aride, la poussière, les broussailles… et la mort. A ce décor, l’auteur a ajouté une touche SF post-apocalyptique au cœur de laquelle évolue une peuplade matriarcale adepte de combat de belluaires mâles. En introduction de chaque paragraphe, quelques paroles de la chanson s’intègrent harmonieusement au texte et laissent à présager de ce qui va suivre… Voici la balade tragique d’une femme rattrapée par son destin, une mélodie mortelle qui m’a arraché une petite larme sur la fin.

Par Djackdah Riker
Par Djackdah Riker

Bruno Pochesci - Et toutes ses dents

Voilà une étrange histoire pour laquelle je ne sais que dire… Le récit est rythmé, pas inintéressant dans le fond, mais dérangeant tant le sexe est omniprésent de façon gore et trash. Est-ce de la pudibonderie ? Je ne pense pas.

Autant une histoire d'horreur ne me gène pas dans le recueil, autant là ça coince. Et pourtant j'ai lu pire dans la collection "contes interdits" mais je savais ce que j'allais lire. Peut-être qu'un avertissement aurait été judicieux pour "préparer" le lecteur, car dans l'état cette nouvelle pourrait choquer (la nécrophilie n'est pas à mettre entre toutes les mains)...

Tout commence comme une histoire un peu SF, avec des zombies, le héros est un croque-mort-vivant, l'humour est décalé, souvent en dessous de la ceinture, et très vite tout bascule. Âmes sensibles passez votre chemin, les autres "vous qui entrez ici, perdez toute espérance" (Dante Alighieri)

Par Koyolite Tseila
Par Koyolite Tseila

Samantha Chauderon – La Maladie du Corail

Une nouvelle inspirée de « Phoenix » De Staat, groupe de rock alternatif et électronique. L’histoire de Magnolia, un homme-garçon inspiré par les métaphores et capable de « gerber » une multitude de choses, comme des pétales de roses, ou plus dangereux, du corail. Une nouvelle psychédélique.

Par Koyolite Tseila
Par Koyolite Tseila

Nicolas Pagès – Recherche bassiste désespérément

Bon sang, cette histoire est un kif cosmique ! Inspiré de « Wave of Mutilation » des Pixies et gorgé de Subbacultcha, une puissante drogue hallucinogène, c'est un véritable voyage rock perché sur la queue d’une comète qui attend le lecteur. On sent que Nicolas Pagès s’est bien amusé à raconter ce trip complètement dingue et – je l'avoue - moi tout autant à le lire. Un texte hallucinant et ensorcelant, à l’instar de cette basse rouge au manche tout poisseux qu’Alonzo trouve dans une poubelle, découverte qui va radicalement changer le cours de sa vie. Un récit à la narration efficace et au vocabulaire bien fleuri, que j’ai bien apprécié.

Par Koyolite Tseila
Par Koyolite Tseila

Gwen Geddes – La voix intérieure

C’est la chanson « Heads in Bags » du groupe britannique Editors qui a inspiré ce texte à Gwen Geddes. Marjorie, une jeune femme arborant la trentaine, souffre d’une soudaine lassitude. Un matin, elle découvre une étrange boursouflure dans son dos ainsi que des hématomes. Et voilà pas que la chose se met à grossir de jour en jour. Mais que lui arrive-t-il ? Lors de la lecture des premiers paragraphes, j’ai tout de suite pensé à « La Métamorphose » de Kafka. Eh bien, j’étais complètement à côté de la plaque. Cette histoire est intrigante. C’est un page-turner qui m’a emmenée là où je ne m’y attendais pas et qui au final m’a beaucoup touchée de par son sujet. Voilà une nouvelle que je n’oublierai pas de sitôt. Les paroles abstraites de « Heads in Bags » me laissant perplexe, je dois dire que Gwen Geddes a su en tirer le meilleur pour créer une histoire spéciale et originale.

Les Galionautes
Copyright @ Les Galionautes pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.