Menu

Notez
Nouvelles

        

Dehors, les Hommes tombent | Arnauld Pontier | 2020

Novella


Un article ajouté/rédigé par | Lu 855 fois




Dehors, les Hommes tombent | Arnauld Pontier | 2020
"Il s’apprête à franchir un tertre, lorsqu’il entend le bruit. Le son caractéristique d’une vague déferlante. Il relève la tête : à trois kilomètres, devant lui, les flots se soulèvent, comme si un gigantesque animal se déplaçait sur le fond de l’océan, remontait des abîmes vers la rive. Il entend le bruit de ses pas, puissants, qui font résonner la terre. Lorsqu’un bras colossal, de treize mètres de long, surgit de l’eau, dans une extraordinaire gerbe blanche, et projette, loin devant lui, un trait de cuivre acéré – un rayon de diadème –, il comprend qu’il est la cible, que le dieu solaire qui s’est détaché du sommet de la tour l’a attendu afin d’accomplir sa vengeance. La vengeance de toute l’Humanité."

De notre civilisation, ne reste que des traces, des ruines, des monuments oubliés. Et un Semblant. Un Semblant qui parcourt la planète depuis des centaines d’années, à la recherche d’une voix, d’une chanson, d’un souvenir peut-être. Portant ses pas jusqu’aux confins de la mémoire, là où les territoires qui avaient un nom n’ont plus d’histoire, il lui faudra affronter ce que réserve le passé aux enfants de la fin des temps, dans une ultime tentative de corriger le cours des événements.

Le Galion des Etoiles *
Science-fiction, Imaginaire et récits maritimes En savoir plus sur cet auteur



💬Commentaires

1.Posté par Le chien CRITIQUE le 03/04/2020 10:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
lechiencritique
Après cette lecture, j'ai eu tout de suite en tête la chanson de Léo Ferré "Est ce ainsi que les hommes vivent", pour son ambiance, mais aussi et surtout pour la profonde mélancolie qui s'en dégage.
Cependant, pas besoin de sortir le noeud coulant, il y a toujours une porte de sortie, un espoir...
Pas d'oeillères sur la nature de l'homme, et des conséquences logiques de nos actes, mais la vie est foisonnante...

Je reste volontairement "dans le flou" pour ne pas trop en dire et vous laisser la surprise.
Celles et ceux qui ont lu la précédente novella de l'auteur "Sur Mars" retrouveront sa plume poétique et sensible. Pour les autres, si ils ne sont pas hermétiques à la "beauté", ils devraient y prendre plaisir.

2.Posté par Jean Christophe GAPDY le 20/04/2020 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JCGapdy
Ce n’est pas le premier livre d’Arnauld Pontier que je lis, pas le premier que j’aime, apprécie et vais même relire tellement il le nécessite comme souvent. Mais, pour parodier Marcel Phillipot dans Palace avec son « Je l’aurai ! Un jour, je l’aurai », peut-être effectivement arriverais-je, un jour, à ne pas tomber dans ses textes. Et, si j’y arrive, j’espère que ce sera avant les 24.000 ans nécessaires au plutonium 239 pour ne plus être radioactif.
.
Dehors les hommes, le titre est intriguant, l’histoire tout autant, la narration encore plus.
Je commencerai par le plus évident de la lecture, à savoir que les fils tissant la trame de ce récit empruntent çà et là à d’autres histoires, d’autres aventures, que ce soit en références, en clins d’œil ou en drageons que l’univers SF a créés et semés au fil des décennies. Les plus évidentes seraient – par exemple et pour n’en pas trop citer – des évocations de Pierre Boule, de certains épisodes d’Au-delà du réel, parmi de nombreuses autres escarbilles. Des évocations, mais sans jamais en faire la base de l’histoire, sans recréer celle-ci à partir de celles-là.
Vient s’ajouter à cela, le plaisir de découvrir une narration à double niveau.
D’abord, une vision extérieure d’un monde post-apocalyptique fort lointain, sans doute au-delà de 2307 ans, au-delà de la Grande Explosion [non, ne cherchez pas, ce n’est pas un événement inexpliqué comme dans la Route, ce n’est pas un gigantesque accident à Tchernobyl qui aurait recouvert le monde de radioactivité mortelle, mais tout vient à qui sait lire jusqu’au bout…]. Les dates n’existent plus. Les lieux si, puisque nous sommes explicitement près de Brooklyn et donc vers New York et de Liberty Island [Tiens ? vous comprenez soudain une partie de la raison d’être de la couverture, une partie seulement…]. Nous suivons l’errance d’un androïde créé pour protéger l’Homme de ses ennemis – mais lesquels ? et qui est donc le pire ennemi de l’Homme ? Il parcourt en solitaire le monde dont il a déjà fait le tour, à pied et sac à l’épaule. Un androïde très particulier, à la fois mécanique, quantique et biologique, qui a perdu au fil des siècles une partie de ses capacités, de ses connaissances… mais qui chante toujours.
Ensuite, cette narration se fait en vision de l’androïde sur lui-même, une véritable ipséité observée et racontée de l’extérieur. Perceptions, souvenirs et réflexions, sensations et introspections, sans jamais qu’il ne parle lui-même de ces ressentis et questionnements, m...

3.Posté par Djackdah NIELLE le 05/07/2020 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Djackdah
Une ballade dans un monde dévasté par l'homme durant une guerre perdue d'avance, l'errance et les questionnements de l'un des derniers survivant, peut-être même le dernier, tel est le but de ce nouveau "voyage littéraire".
Et encore une fois le voyage est réussi. Les descriptions sont magnifiques, le rythme est lent mais accrocheur, une certaine mélancolie se dégage du héros et rien n'est superflu, tout à un sens de la couverture à la dernière page.
C'est beau, c'est poétique, et ça plaira je pense au plus grand nombre.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :


Blog partenaire


⚓️Membres sur le pont
Robert YESSOUROUN
Le Galion DES ETOILES
Patrick PLANÈS
Koyolite TSEILA
Jean Christophe GAPDY
Paul DEMOULIN
Christobal COLUMBUS
Frank GONZALEZ

💬Commentaires et avis