Menu

Notez
Livres

        

Worm-Zero | J.C. Gapdy | 2024

SysSol | Cycle 1 : Les Gueules de Vers | Tome 5/5


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 01/06/2024 | Lu 823 fois




Parution littéraire : Worm-Zero, fin de la première partie de cet univers et des fameux trous de vers qui y sèment quelques paniques et surprises !



Worm-Zero @ 2024 Rivière Blanche | Illustration de couverture @ Jean-Félix Lyon
Worm-Zero @ 2024 Rivière Blanche | Illustration de couverture @ Jean-Félix Lyon

Illustration et quatrième de couverture

Dès leur naissance, Mirus et les supra-gueules des vers se ruèrent à travers l’Univers pour courber l’espace et tordre le temps, dupliquant, çà et là, des mondes et systèmes qu’elles frôlaient. Lorsque, lentement, les civilisations naquirent, y compris celle des Humains, elles ignoraient tout de ces singularités, jusqu’au jour où elles commencèrent à s’éloigner de leurs planètes. C’est alors que chacune d’elles découvrit ces trous de vers effrayants et, surtout, le péril de Worm-Zero…

La saga de SysSol


Koyolite Tseila
Copyright @ Koyolite Tseila pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

💬Commentaires

1.Posté par Le chien CRITIQUE le 10/06/2024 18:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lechiencritique
Soyons clairs, ce dernier tome est pour moi le meilleur, et clôt merveilleusement l'ensemble. Le terme "merveilleux" n'est pas exagéré ici, car l'auteur m'a véritablement ébloui en réinventant les classiques de la science-fiction à sa manière. Le tout lié par une réflexion sur les androïdes, les cyborgs et l'intelligence artificielle.

Les précédents tomes pouvaient parfois être complexes, mais ici, JC Gapdy simplifie les choses, offrant un roman plus apaisé et avec une plume plus assurée.

Ce que j'ai le plus apprécié, c'est la rencontre avec une espèce alien qui conserve son étrangeté : il est impossible de comprendre pleinement cette altérité. J'aurais aimé en savoir plus, mais j'adore que l'auteur ait choisi de laisser libre cours à mon imagination.

2.Posté par Djackdah RIKER le 17/06/2024 21:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Djackdah
Notre camarade Jycé revient, enfin j’aurai envie de dire, avec la suite (et fin) de la saga des Gueules des Vers, ces « anomalies » qui font voyager à travers l’espace et le temps.
Si le tome précédent pouvait se lire indépendamment des précédents, celui là (même si de nombreuses explications permettent de se remémorer ce qui s’est passé) s’appréciera comme point final de la série et la lecture des autres est essentiel. Une bonne mémoire est nécessaire pour se souvenir de tout, notamment quand on a lu chaque tome à sa sortie, tant les personnages sont nombreux et l’histoire dense (à une époque j’aurai même conseillé quelques aspirines 😉 )
Ce volume commence par une préface de Pierre Gévart, qui vient se prêter à l’exercice après Franck Selsis, Jean-Michel Archaimbault et Arnaud Pontier, excusez du peu. Quelques lignes qui résument l’aventure littéraire d’un auteur injustement méconnu, talentueux, « old school » dans ce que ça a de positif, avec une immense culture (il adore parsemer ses écrits de références cachées), et probablement originaire d’une autre planète…
Et l’histoire dans tout ça ?
Quelques pages sont nécessaires pour se remettre dans le bain, pour ensuite enchaîner les chapitres à vitesse luminique. Même dans un livre de conclusion des nouveautés apparaissent, que l’on espère voir se développer dans le futur (à l’heure d’écrire ces lignes l’avenir est malheureusement confus), mais l’essentiel des aventures commencées dans les précédents tomes trouvent ici une fin, si suite il y a ce ne sera que du plaisir en plus.
En parlant de plaisir, il y a même un petit jeu avec le nom des chapitres qui font tous référence à des classiques de la SF, pas toujours évident à trouver (certains sont très pointus).
Inutile de trop parler de l’histoire elle-même, le lecteur qui découvrirait le cycle ici serait perdu, et le lecteur des précédents risquerait de se faire gâcher sa lecture, mais je peux dire que j’ai passé un moment des plus plaisants à la lecture de ce dernier volume, et que je ne suis pas loin de rejoindre l’avis de notre Chien bien aimé sur le fait que c’est un des meilleurs du cycle (Vineta reste pour moi mon préféré, mais peut-être que ça vient un peu de mon amour des stations spatiales…)

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.