Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Recherche dans nos cales

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine
Notez

Urgaïa - (1) Le dernier Voyage de l'Albatros



Article rédigé par le 02/06/2012
Lu 894 fois




Urgaïa - (1) Le dernier Voyage de l'Albatros
Dans un avenir pas si lointain, l’humanité a colonisé de nombreux mondes au sein du système solaire. Ceux qui ne sont pas restés sur Terre ont fini par s’adapter à leur nouvel environnement stérile, sombre, dans des atmosphères raréfiées sous les dômes de leurs cités glaciales. Les vieux démons de la nature humaine sont aussi de retour et à nouveau les querelles pour le pouvoir font rage. Et la situation ne fait que s’envenimer. Quelqu’un ou quelque chose semble vouloir faire échouer toute tentative d’unification. Les relations entre Enora, la présidente de la Confédération Terrienne, et Atama, l’Empereur Martien sont au plus mal. Et chaque camp est au bord de l’implosion. Les Etats qui constituent la Confédération Terrienne sont très divisés et les alliers du Martien, Zerdan le maître des lunes de Jupiter, et Narcisse, l’empereur autoproclamé des mondes d’Uranus, se détestent cordialement. Le seul endroit où semble encore régner une certaine sérénité, c’est à bord du cargo récolteur Albatros. Mais en acceptant de prendre à bord deux fugitifs pourchassés par Narcisse, l’Amiral Tulk sait que cette tranquillité relative va prendre fin. L’Albatros doit fuir le monde d’Uranus et l’incroyable secret qui se cache dans les profondeurs de son atmosphère pour un long voyage périlleux vers le centre du système solaire.

Fiche de lecture

Passionné de planétologie et intéressé par les sciences en général, Marc Feuermann est titulaire d’un doctorat en biologie moléculaire. « Le dernier Voyage de l’Albatros » est son premier roman et j’ai le privilège de vous en livrer la première critique.

Au travers de ce livre, Marc Feuermann nous offre une vision de l’avenir que je trouve des plus réalistes. On sent que l’auteur a de solides connaissances en astronomie. La perspective de construire des cités sous des dômes sur la Lune, sur Mars, mais aussi sur les lunes des planètes externes - pour autant que l’on puisse parcourir le système solaire - n’est de loin pas irréaliste. Il a même envisagé des cités souterraines pour les lieux qui présentent des conditions très rudes ! Il a donc pensé à tout et maîtrise son sujet.

Il est à noter également que dans cet ouvrage, on ne trouvera pas de technologies révolutionnaires ou improbables, mais plutôt une vision futuriste du développement de nos technologies actuelles, comme par exemple la fusion de l’hydrogène :
« L’hydrogène, c’était la grande ressource énergétique des Mondes Extérieurs, où les rayons du Soleil étaient si faibles. C’est lui qui fournissait l’énergie pour chauffer les villes, fabriquer de l’électricité pour l’éclairage, les transports, le fonctionnement de n’importe quel appareil, du plus simple au plus complexe. Il servait aussi de carburant pour les grands vaisseaux interplanétaires. Depuis la découverte et la maîtrise de la fusion thermonucléaire par les humains, c’était devenu l’un des éléments les plus utilisés, et encore plus particulièrement sur les Mondes Extérieurs privés de l’énergie du Soleil. »

L’univers de Marc Feuermann est d’entrée bien posé. Après l’âge d’or de l’humanité (ou si vous préférez : son expansion à travers tout le système solaire), on baigne dans une structure politique simple, mais efficace : une Confédération Terrienne composée de 6 états dirigés par 6 gouverneurs, des empereurs régnants sur les Mondes Extérieurs, des colonies isolées, et le vaisseau Albatros. Ce dernier, d’ailleurs, est presque un monde à lui tout seul ! Il pourrait même rappeler une certaine « Arche de Noé », puisque son Capitaine, l’Amiral Tulk, recueille à son bord des orphelins et des fugitifs. Cette organisation pourrait donc continuer de fonctionner à merveille si quelqu’un ou quelque chose n’en avait pas décidé autrement…

Cette aventure nous conduit d’un bout à l’autre du système solaire : Terre, Mars, Uranus, Jupiter, Saturne, Ariel, Triton, Vesta, Titan… Le voyage est passionnant ! Ca m’aurait plu de trouver en fin d’ouvrage des cartes schématiques des planètes et surtout de leurs satellites naturels, afin de bien pouvoir situer les différents lieux où l’action se déroule (pour être sûre de l’emplacement de certaines lunes, j’ai dû sortir mon livre d’astronomie !). Je précise que c’est un souhait que j’émets ici, en aucun cas un reproche.

Les personnages de cette histoire sont variés et bien travaillés. C’est avec plaisir que j’ai suivi leur évolution, à commencer par celle de Victor, le héros aux airs de antihéros, de même que celle de Virginia Enora, Atama, Aménor, Maya, etc. Et puis j’ai également été séduite par cette part de mystère qui flotte autour de Tulk, des Uranoptères (créatures mythiques qui auraient été aperçues dans les profondeurs d’Uranus), de « Je » (entité ou conscience) et des conspirateurs du « plan ». Il est également à noter que Marc Feuermann utilise intelligemment ses personnages pour véhiculer – avec parcimonie - ses propres idées et opinions sur la religion, la politique et la race humaine.

Voici quelques exemples que j’ai appréciés :
« Le pouvoir corrompt, l’ambition et la cupidité finissent toujours par prendre le dessus sur la morale. C’est ça la nature humaine. » (Virginia Enora)
« L’homme n’a pas besoin d’un dieu pour se sentir bien, il lui suffit de se découvrir lui-même […] L’homme n’a pas compris sa vraie nature. Il est en train de s’autodétruire alors qu’il est en fait un prodige de l’évolution. C’est un être conscient. Le seul que l’on connaisse actuellement dans l’univers. Il fait partie de l’univers, il est composé de ses atomes. C’est par l’homme que l’univers a conscience de sa propre existence. Notre rôle est d’accumuler des connaissances sur nous même et sur le reste de l’univers afin que l’univers apprenne à se connaître. » (Sandmeyer, philosophe)
« La grande majorité des humains ne servent qu’à assurer le renouvellement, la continuité de la population. De temps en temps dans le lot, un individu sort du lot et se place dans la catégorie des arpenteurs du savoir ! » (Munstersen)

Je retiendrai tout particulièrement l’expression « arpenteurs du savoir », à laquelle je mets la motion : excellente !

J’en viens maintenant au texte. L’écriture de Marc Feuermann est fluide. Le récit est bien rythmé. Il n’y a pas de temps morts, ni de dialogues ou de descriptions superflus. Il en résulte une lecture agréable, mais… le roman souffre de petits défauts. Il y a parfois une mauvaise utilisation des temps des verbes et des coquilles subsistent dans le texte, malgré la relecture par un agent littéraire ! On pardonnera donc volontiers à l’auteur ces petites imperfections, car il nous sert une histoire suffisamment intéressante pour qu’on ne s’y attarde pas, mais en revanche, pas au professionnel qu’il a payé pour les corrections...

En conclusion, le roman de Marc Feuermann est pour moi une belle découverte, accompagnée d’un coup de théâtre sur la fin qui donne une nouvelle dimension au récit. Je n’ai rien vu venir et j’en ai pris plein la vue ! J’ai bien aimé cet effet. « Le dernier Voyage de l’Albatros » est donc une lecture que je vous recommande. Une suite est prévue pour bientôt et j’ai hâte de la lire.


Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction et d’Imaginaire, ce sont des genres auxquels j'ai désiré rendre... En savoir plus sur cet auteur


Commentaires

1.Posté par Thierry B. le 14/05/2014 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ThierryB
Voilà une introduction des plus intéressantes, qui me donne vraiment envie de lire ce livre.

2.Posté par Marc FEUERMANN le 02/10/2014 22:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MarcoF
Quelques nouvelles:

1- Le tome 1 "Le dernier voyage de l'Albatros" est en phase de recorrection. Impossible de le réécrire car nous devons conserver le format et le nombre de pages, mais j'ai déjà corrigé de nombreuses coquilles, erreurs de temps, incohérences, et autres maladresses. J'espère finir d'ici la fin du mois d'octobre.

2- Le tome 3 "Les mondes entravés" est en relecture. J'ai prévu de le soumettre d'ici la fin de l'année. Il y aura de nouveaux personnages surprenants et un lexique des personnages et des lieux. Je me suis entouré d'une armée redoutable de relecteurs volontaires.

3- Le tome 4 et dernier tome commence à prendre forme ...

Nouveau commentaire :
Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au Règlement.

Murmures sous les voiles...





cookieassistant.com