Menu

Notez
Cave geek

        

Une belle aventure Citroën : les jouets Citroën


Un article ajouté/rédigé par | 23/02/2021 | Lu 185 fois



Torpédo
Torpédo
Les croisières Citroën furent des odyssées techniques et humaines, mais aussi des campagnes de publicité efficaces, en avance sur leur temps, qui marquèrent durablement l'imaginaire du public.

André Citroën qui avait le sens des affaires, possédait une sorte de génie de la communication. À l'opposé de son grand rival Louis Renault, au caractère tourmenté, intransigeant et peu enclin à l'amélioration de la politique sociale à Billancourt, Citroën - tout en imposant les méthodes du taylorisme dans son usine du Quai de Javel – était animé par un certain humanisme ; ouvrant des restaurants d'entreprise à ses ouvriers ou organisant des événements comme la distribution de modèles réduits pour leurs enfants à Noël.

Ce sens de la communication, peut-être lié à son comportement de joueur, atteignit son paroxysme en 1925 avec l'utilisation de la tour Eiffel comme support géant pour sa marque.

Il existe cependant un autre domaine qu'André Citroën utilisa pour promouvoir ses automobiles : le jouet.

Historique

Citroën farine et plâtre
Citroën farine et plâtre
Tout commença en 1878, longtemps avant la fondation des usines Citroën. En ce temps-là, un certain Albert Migault fabriquait des montres-jouets et des parures de poupées. Son atelier était situé rue de la Roquette à Paris. Dès 1900, il se lança dans la réalisation de jouets mécaniques, dans le sillage de ses concurrents (Charles Rossignol en France, ou Bing en Allemagne, plus spécialisés dans le train-jouet). En 1910, il proposa son « New Circus » qui évoquait avec beaucoup de charme l'atmosphère du cirque. La Guerre survint et les moyens de production furent naturellement orientés vers l'effort national, la fabrication de jouets étant interrompue. Après la guerre, Fernand, le fils d'Albert, reprit les rênes de l'entreprise. Passionné d'automobiles, il inscrivit naturellement à son catalogue de jouets des voitures. 

En 1922 il proposa à André Citroën de fabriquer des répliques de ses modèles. Celui-ci sauta sur l'occasion, pensant à juste titre promouvoir ses véhicules au travers de jouets. Un contrat d'exclusivité, débouchant sur un accord de fabrication, fut conclu entre Citroën et la SA Ets Migault. Pour honorer ce contrat, la famille Migault entreprit un tour de table avec les cousins Marcel et Georges Gourdet. Ceux-ci apportèrent dans la corbeille de mariée un atelier de chaudronnerie, des capitaux et, surtout, un savoir-faire technique.

En 1927 fut créée la CIJ (Compagnie industrielle du jouet). L'entreprise proposa l'année suivante la Citroën B14. Doté d'une carrosserie fermée par un toit fixe reproduisant une capote en place, ce modèle, à l'échelle 1/15, possédait des portes ouvrantes qui lui conféraient une belle finition. En cette fin des années 1920, les jouets Citroën adoptèrent la formule qui avait assuré le succès de Meccano. Les boîtes de construction contenaient toutes les pièces permettant d'assembler un modèle. Bien des versions furent proposées à la vente. Des camions et camionnettes complétèrent le catalogue des jouets Citroën. La CIJ était en mesure de proposer toute la gamme des vraies Citroën. La fabrication se faisait à Briare dans le Loiret. Chaque miniature accompagnait le véhicule Citroën réel, et ce jusqu'à la chute d'André Citroën en 1934.

En vertu des accords, CIJ fabriquait en exclusivité des jouets en tôle et en bois au 1/10e, dont la 5 CV Trèfle et la B14. Les miniatures étaient distribuées directement par les concessionnaires automobiles et il était interdit à CIJ de citer Citroën dans ses publicités. Les frères Michelin qui reprirent le constructeur automobile après la faillite de celui-ci en 1934 se désintéressèrent de cette dimension ludique. À partir de 1937, les jouets Citroën furent alors fabriqués par JRD, absorbée en 1952 par JEX.

En 1929, l'usine CIJ fut victime d'un incendie. En1939-1940, elle fabriqua des masques à gaz.

En 1964, une nouvelle usine fut inaugurée, toujours à Briare. Cependant la société CIJ disparut pratiquement en 1967. Elle fut reprise par une filiale d'ITT pour fabriquer des cadrans.

La vengeance étant un plat qui se mange froid, un accord plus souple fut passé avec Louis Renault et de nombreux modèles de véhicules miniatures Renault, en tôle lithographiée et en zamak (alliage d'aluminium, de cuivre, de zinc et de magnésium) à des échelles allant du 1/10e au 1/43e, furent fabriqués. Cependant, la CIJ dut désormais écouler elle-même sa production.

Les modèles

Une belle aventure Citroën : les jouets Citroën
Le premier jouet qui sortit en 1922 fut la Citroën Type A taxi. Sa coque était en bois et ses ailes en tôle. Assemblages de bois et de tôle furent abandonnés un an plus tard au profit du tout tôle, avec l'apparition de la B2, le modèle phare de Citroën. Cette miniature enchanta ses acheteurs. D'abord vendue sans moteur, elle fut équipée ensuite d'un moteur à ressort qui anima cette magnifique réalisation aux portes ouvrantes. Ces jouets de 40 cm de long étaient très réalistes pour l'époque. Le succès fut immédiat. Le traitement de la tôle était centralisé dans les ateliers de la route d'Ousson à Briare, alors que le bois était fourni par l'usine de la Chapelle d'Angillon. C'est dans les ateliers de chaudronnerie que furent réalisées toutes les opérations d'emboutissage, de soudure, de peinture et de dorure.

Fort du succès des jouets Citroën et soucieux de se diversifier, Fernand Migault se lança dans la reproduction de diverses autres marques automobiles. En 1925, la sortie de l'Alfa Roméo P2 ouvrit la voie à de nombreux autres modèles. Cette Alfa Roméo, aux freins et à la direction fonctionnels, longue de 60 centimètres, témoignait de la qualité de production de CIJ.

La 5 CV Citroën, familièrement appelée Trèfle, fut le troisième modèle réduit de la marque. Au fur et à mesure de la sortie des nouveaux modèles Citroën, la liste des jouets proposés s'allongeait. Ces fidèles répliques de la voiture de papa étaient commercialisées à la fois dans le réseau Citroën et auprès des grands magasins. Ces jouets, proposés à des échelles allant du 1/43 au 1/6, firent fureur. Voitures à pédales, C4 et C6 : c'était un merveilleux support publicitaire, mais au coût croissant alors que celui des vraies voitures baissait. La famille Michelin, pour qui la gestion financière n'était pas une plaisanterie, tira donc un trait final sur les jouets Citroën. En effet la répercussion de leurs coûts dégradait celui de l'acquisition des vraies voitures, devenant trop significatif.

Avec la crise économique du début des années 1930, la situation empira. André Citroën recherchait désespérément des capitaux pour engager sa société dans la production de masse et cette politique eût une conséquence sur les jouets : elle en diminua la taille. L'échelle approcha le 1/24. Cette réduction des coûts poussa CIJ à l'utilisation de nouveaux matériaux facilitant des réalisations plus petites. Ce furent les débuts du 1/43. Constituée de plâtre et de farine, la Citroën Rosalie apparut en 1933. Les jouets Migault en plâtre et en farine étaient hélas plus fragiles que ceux en tôle. Ils sont aujourd'hui très difficiles à trouver en bon état.

De nos jours, en dehors de salles de ventes spécialisées ou de sites d'enchères bien connus, il est quasiment impossible de trouver ces jouets de légende dans les brocantes. Leurs cotes s'envolent et peuvent, pour un exemplaire en bon état, franchir allègrement les 1000 euros. Tous ces modèles sont d'une merveilleuse poésie et les collectionneurs les gardent farouchement auprès d'eux.

Les Citroën dans les oeuvres de science-fiction

Illustration @ Moebius
Illustration @ Moebius
  • Dans le film Retour vers le Futur II, dans l'avenir les taxis sont des DS volantes
  • La Citroën DS volante dans Fantômas
  • Une Citroën Méhari et une Citroën 2 CV dans le film Les Gendarmes et les Extraterrestres (plus comédie que SF, mais quand même...)
  • Le film d'animation Renaissance présente un modèle de Citroën spécialement imaginé pour l'occasion
  • La Citroën CX Estate de Michael Caine dans le film Les Fils de l'Homme
  • Dans la série BD Le Monde d'Edena de Moebius, dans le premier tome intitulé L'Étoile de Moebius




Commentaires

1.Posté par Erwelyn CULTURE MARTIENNE le 24/02/2021 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

erwelyn
Ouah ! Celui-là aussi, j'aurai aimé l'écrire ☺☺☺. Merci Didier pour ce voyage dans le temps au pays des vieux jouets ♥
À la liste des œuvres de SF évoquant Citroën, on peut rajouter en littérature "La Perle à la fin des temps" de l'italien Luca Masali. C'est une uchronie basée sur la croisière noire. On retrouve Citroën et Renault et pleins d'autres personnages réels. Je l'ai lu il y a longtemps sans l'avoir chroniqué donc ce n'est qu'un vague souvenir des tenants et aboutissants, mais un bon souvenir de lecture.

2.Posté par Didier REBOUSSIN le 25/02/2021 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

alvin
Merci pour ce gentil commentaire petite martienne...

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :


Blog partenaire


Membres sur le pont
Didier REBOUSSIN
Erwelyn CULTURE MARTIENNE
Robert YESSOUROUN
Paul DEMOULIN

Commentaires et avis