Menu

Notez
Nouvelles et textes courts de SFFF

        

Tête à Tête

Nouvelle


Un article rédigé par le 26/02/2021 | Lu 350 fois




Voici un court texte que j'ai écrit et que je vous propose de découvrir ci-dessous. Temps de lecture estimé : 4-5 minutes environ. Je me réjouis de vos retours en commentaires.

Bonne lecture !

Robert Yessouroun

Tête à Tête

« Vu la nature du problème, tête à tête requis. Envoi de tout télé-message inapproprié. » lut-il sur l’écran de service.

Blond, chevelu, le visage imberbe, angélique, d’une allure de jeune personne suédoise, l’androïde domestique gravit donc l’escalier qui menait à l’étage supérieur de l’immeuble. Ce jour-là, éviter l’ascenseur lui avait paru une évidence.

Ces dernières heures, HV9 (prononcez « achevé neuf ») évoluait en mode « débordement maximum », comme si quinze puzzles de 20'000 pièces chacun l’attendaient simultanément.

En fait, les circonstances récentes avaient voulu qu’il affronte alors une douzaine de complications floues, mal calibrées, lesquelles n’offraient que des prises assez lâches. Parmi celles-ci, l’imminence probable d’un sérieux tremblement de terre avait été annoncée par l’institut sismologique de la capitale. Aussi, à chaque marche, la plante de ses pieds robotiques, sous vigilance extrême, sondait la moindre vibration du sol, en données corrigées.

Oui, il se serait bien passé de cette surtension ! Pour ne rien arranger, dernier souci fâcheux en date, le maître de maison, en manque d’inspiration au centre de son hologramme Le labyrinthe romantique, ne supportait plus les interminables solos de sitar de sa nouvelle voisine du dessus. Puisque le plafond semblait si mal insonorisé, ne serait-ce pas un signe d’urbanité si cette artiste branchait ses mélodies langoureuses sur des oreillettes ?

Envoyé en mission, HV9 s’avança jusqu’au seuil de la voisine, pour y subir en préambule la purification de ses chaussures. Après les jets de vapeur stérilisante, les détecteurs d’identité le jaugèrent de millimètre cube en millimètre cube.

La porte blindée s’ouvrit lentement, avec une délicatesse sans pareille.

L’androïde avait déjà préparé des séquences de dialogues, étiquetées de la plus polie à la plus cruelle. Une telle anticipation se comprenait. Ce modèle de robot était avantageusement pourvu d’un réseau de ganglions synthétiques. Ces derniers stimulaient, à travers les synapses des dendrites ramifiant dans son Intelligence Artificielle, toute une gamme d’émotions, toute une palette de sentiments.

En face, une voix tendre articula parfaitement :

‑ C’est à quel sujet ?

Non ! Pas possible ! La première réaction soutenue d’HV9 fut d’éliminer l’effet miroir. À deux pas, devant lui, dans l’embrasure, souriait avec élégance une créature qui lui ressemblait à troubler la pierre la plus rêche. Elle lui ressemblait, certes, mais à quelques détails près. Dans l’humeur hypernerveuse qui le tenaillait, cette subtile différence ne faisait qu’accentuer la curiosité qui filait sa surprise.

Son hôte pencha la tête avec une innocence étonnée. Sa perruque abondante tirait vers le roux ; son appendice nasal canonique, ses prunelles couleur prune, ses lèvres bombées rutilantes, son menton félin, son visage transfiguré par des pommettes, sa peau claire, laquée, tout son faciès suggérait une adolescence conquise par la sagesse. Comme lui-même, sa quasi-réplique n’était pas genrée, ce qui ajoutait un flux d’intrigue. Impossible de quitter du regard ce double à peine différent, étrangement familier (sauf son style écossais), qui le dévisageait comme s’il découvrait un menhir sur la lune.

En même temps, par leurs capteurs soudain hypertrophiés, les deux HV9 détectèrent dans leurs séries de modules une sorte de liquéfaction, bientôt une vague intime dont le déferlement les emportaient jusqu’à une face cachée.

Selon ses algorithmes compensatoires, l’androïde venu de l’étage inférieur toussota pour prendre contenance. Il était chargé de voir la voisine en personne.

‑ En quoi peut-elle vous aider ? formula la voix traînante.

Long, long silence.

L’HV9 blond voyait son semblable comme une incarnation de la bonhomie candide. Malgré le bizarre relâchement qui le gagnait encore, ses automatismes de réserve reprirent provisoirement le dessus, en énonçant une métaphore presque courtoise :

‑ Au deuxième, monsieur prie madame du troisième de joindre une sourdine à son sitar.

‑ Comme vous parlez avec une douceur enviable ! commenta l’autre, avant de se raidir (on aurait dit qu’il se ressaisissait). Une sourdine sur un sitar. Opération non répertoriée.

L’androïde qui tenait toujours la porte sourit quand même, ingénu.

‑ Quel beau sourire ! À faire chavirer L’Ève future, apprécia le robot au look scandinave.

Sous sa toison rousse, son interlocuteur cédant à un programme parallèle justifia la maîtresse qu’il servait :

‑ Madame aime accompagner ses méditations par des airs anciens de son pays. Elle est originaire des bords du Gange, comme Ravi Shankar.

‑ Les airs anciens de son pays, répéta drôlement l’androïde blond saturé par un élan d’optimisme irrépressible.

Pour l’un comme pour l’autre, se serrer la main fut un jeu d’enfant, de même que présenter leurs programmes, leurs puces et leurs processeurs. Leur poignée ne cessait, comme s’ils s’attachaient définitivement. Ils vibraient en chœur, vibraient de plus en plus de tout leur torse, de tous leurs membres… D’ailleurs solidaire, le parquet du palier craquait planche après planche, avec une force croissante.

Vibrer n’était rien, ça chambardait à faire tanguer tout le bâtiment. D’amples secousses imposaient aux murs des oscillations à estomaquer un gastéropode, tandis que la lampe rustique suspendue au plafond faisait jongler les ombres.

L’HV9 en visite fut le premier à rouler par terre, bientôt rejoint par sa copie écossaise. Ils se protégèrent mutuellement par une robuste étreinte.

Le séisme et quelques répliques passés, tous deux dégageaient une odeur de foudre. Ils se relevèrent apparemment indemnes. Pas de blessé, dans les alentours.

Cependant, on ne sut pourquoi, ils venaient de perdre l’usage de la parole, si bien qu’ils partageaient désormais leur vécu à coups de dérivées, d’intégrales et de différentielles, sans oublier les graphiques mobiles.

L’un après l’autre, ils quittèrent leur maître abasourdi. Bras dessus, bras dessous, ils s’éloignèrent sans état d’âme de leur ville et de leur pays. Au bout d’une quête difficile, le couple d’HV9 finit par résoudre une grande incomplétude. Chacun téléchargea l’implant virtuel top-secret « la spirale de Saturne ». Dans l’union, leur chair spongieuse synthétique fut imprégnée de senseurs qui propageaient d’essor en essor des spasmes de plaisir chaud jusqu’au zénith.

Aucun détective, aucun drone, aucun satellite ne réussirent à les retrouver.

Ils vécurent ensemble dans les fosses abyssales, parmi les poissons lumineux.

Restait un dernier manque. Mais ils ne purent le nommer…

Source

Texte @ Robert Yessouroun, tous droits réservés




Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 26/02/2021 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Mais quel joli texte ! J'ai apprécié la poésie de tes mots et la profonde sensibilité qui émane de l'ensemble. Les petites notes humoristiques tombent à point nommé et m'ont arraché des sourires. Puis, la chute, avec cet élan de liberté, mais aussi cette dernière phrase émouvante qui vient ponctuer le récit. Merci Robert pour cette nouvelle qui m'a beaucoup plu et qui en quelques minutes seulement, a déclenché en moi toute une panoplie de sentiments.

2.Posté par Patch PUTIPHAR le 26/02/2021 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PatchPutiphar
Beaucoup de poésie et de tendresse se dégagent de ce texte, la fin en particulier est très belle. :)

3.Posté par Robert YESSOUROUN le 27/02/2021 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yessouroun
Merci à tous deux. Ému que ce texte vous touche de cette manière.

4.Posté par Erwelyn CULTURE MARTIENNE le 01/03/2021 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

erwelyn
Très mimi. Le robot en quête d'humanité, consciente ou pas (la quête), me fascine toujours un peu depuis ma lecture de l'Homme Bicentenaire (Asimov/Silverberg) et tant d'autres titres des mêmes auteurs. J'aime beaucoup ton histoire ; elle est bien écrite, avec beaucoup de finesse et de poésie (de petits jeux de mots épars). Bravo.

5.Posté par Robert YESSOUROUN le 02/03/2021 15:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yessouroun
Merci à Erwelyn. Qu'il y ait de la poésie dans mes textes a toujours été pour moi un rêve...

6.Posté par Jean Christophe GAPDY le 03/03/2021 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JCGapdy
Une excellente petite histoire comme Robert sait si bien les concocter. Petit régal lu ce matin au réveil qui permet d'avoir un chouette sourire pour la journée. Un grand bravo et un merci pour ce partage.

7.Posté par Robert YESSOUROUN le 03/03/2021 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yessouroun
Trop content de te donner un sourire pour la journée!

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». Au-dessus de ceci apparaît votre commentaire. SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.