Menu

Notez
Cycles

        

SysSol | J.C. Gapdy

Les Gueules des Vers | L'Enfer des Vers | Les Murailles du Temps


Un article ajouté/rédigé par | Lu 3549 fois


⚓️ : 2018, 2020, 2021, J.C. Gapdy


SysSol - Tome 1 - Les Gueules des Vers (2018)

SysSol | J.C. Gapdy
SysSol. Notre univers s’est étendu au-delà de la Terre et de sa Lune. Mars, Vénus, Jupiter et ses satellites, la ceinture des astéroïdes, aussi bien que les trainées troyennes de Jupiter… Et pour fédérer, autant que surveiller et pacifier toute cela, il y a la Spatiale, organisation interplanétaire au départ, devenue indépendante, qui vit des taxes qu’elle prélève auprès des milliers de vaisseaux qui traversent l’espace. Si ce n’est qu’hélas, au milieu de ces astéroïdes et de ces vaisseaux, il y a les pirates spatiaux. Que nul n’est encore parvenu à contrer ni éradiquer, qui dépouillent et rançonnent sans fin…

En juin 2126, Dick Hanson, fils de l’une des plus riches familles de SysSol, part en croisière vers Jupiter pour fêter ses quatorze ans. À son âge, il rêve certes d’aventures, mais surtout de s’affranchir de la surveillance d’Audrey, sa garde du corps personnelle, qui le suit partout depuis qu’il a failli être kidnappé voici quelques années. Il y parvient presque dans l’immense vaisseau qui les emporte… presque seulement, car ce dernier frôle les astéroïdes. Or les pirates spatiaux sont là et les arraisonnent. Pour protéger le garçon, Audrey n’a d’autre choix que de s’enfuir avec lui et son ami Jens, jeune mousse, dans une navette de secours.

Le 17 juillet 2126, Dick Hanson, Jens Cleryan et Audrey Cambellerich disparaissent, sans laisser la moindre trace, sans que ni leur navette ni quelque débris ne soit retrouvé. Nul ne sait où ils ont disparu et comment, nul ne peut imaginer qu’ils ont découvert une singularité, la première GUEULE DES VERS.

Fiche de lecture de Koyolite Tseila

SysSol | J.C. Gapdy
« Il a ri. De ce rire qu’il était le seul à avoir, celui d’un homme né voilà plus de soixante-dix ans, mais n’en paraissant qu’à peine quarante, un homme qui considérait les galaxies et les systèmes stellaires comme sa maison. Cela me troublait lorsque je croisais son regard d’un bleu profond. Sans doute avais-je encore mes rêves d’adolescent, car j’avais chaque fois l’impression de plonger au cœur d’un Univers insondable. » (JC Gapdy, Les Gueules des Vers, extrait p. 223)

Bon sang, quelle lecture ! Le moins que je puisse dire, c’est que ça décoiffe et secoue. Il m’aura bien fallu quelques heures après celle-ci pour que mes pieds s’ancrent à nouveau solidement sur la terre ferme et que mes connections mentales se remettent en place.

Cette histoire débute de manière classique et moyennement folichonne, il suffit de lire le résumé en quatrième de couverture pour s’en rendre compte. Mais… tout à coup, alors même que la première singularité surgit, elle prend un cours absolument spectaculaire et inattendu ! Et le temps que je le réalise, je suis déjà moi-aussi avalée par cette gueule de ver et transportée bien loin de notre temps, de notre univers… Et ce ne sera que la première singularité parmi beaucoup d’autres.

Le trip est passionnant et je dois dire que c’est bien la toute première fois que j’ai le grand frisson du voyage spatial avec l’impression de réellement traverser ces trous noirs ! Les descriptions que JC Gapdy nous livre de leurs effets sont si précises, que c’est à se demander si l’auteur lui-même n’en a pas déjà traversés quelques-uns. On dirait du vécu ! Me voilà donc toute chamboulée, et comme si cela ne suffisait pas, JC Gapdy persiste et signe et me ballade d’un bout à l’autre de l’univers au-travers de chapitres qui ne se suivent pas chronologiquement parlant, et qui, au cours de ceux-ci, voient les personnages se multiplier à des époques différentes ! Me voilà en plus en train de faire des bonds dans les temps et dans tous les sens : an 2126, an 2070, an 2234, an 2232, an 2136, an 2135, an 2148, date inconnue, lieu inconnu, an 2188, etc. ! Bon sang, ça déchire ! Mon cerveau est en ébullition !

Cependant, voulant jouer les plus fines et décidant que je ne me laisserais pas tourmenter par ces saletés de trous de vers qui prennent un malin plaisir à multiplier les personnages et les futurs improbables, je prends des notes et relève des éléments clé, en étant tout à fait convaincue que sur ce coup-là, JC Gapdy ne m’aura pas et qu’à la fin, j’aurai le fin mot de cette histoire. J'en tiens un compte-rendu précis, je pourrai donc remettre en place tous les éléments … hé hé … un peu comme après une grosse tempête, quand il faut remettre tout en ordre. Oui, j’ai pensé à tout. Ça va le faire… Mais à l’instar de tous les Dick, je n’ai pas vu arriver LE TRUC géant qui tombe dans les derniers chapitres, et qui change encore une fois toute la donne… et paf ! Me voilà repartie pour un tour de carrousel de réflexions cosmiques ! Et là, je réalise l’ampleur de ce récit. Ouah : RESPECT.

C’est un fait, JC Gapdy est doué. Son écriture est soignée et fluide, et la narration est des plus efficaces. Ses personnages (Dick, Michael, Yessica, Yessi, Audrey, Jens), dans toutes leurs versions, intelligences artificielles y comprises (Colorado, Stella), sont attachants. J’ai bien aimé les clins d’œil à des références connues par le biais des noms donnés à certains personnages (Valérian, Laureline...). J’ai également apprécié de trouver en fin d’ouvrage une synthèse des grandes dates et événements majeurs du système solaire, ainsi qu’un lexique. Oui parce qu’en plus d’avoir méticuleusement réfléchi aux diverses lignes du temps et cours des événements, JC Gapdy a également inventé ses propres termes spécifiques à son récit.

Ce récit repose sur une toile de fond gigantesque et savamment élaborée. J’aurais plaisir à y replonger ultérieurement dans un nouveau bouquin (qui sait ?), afin d’approfondir certains sujets qui sont restés un peu en retrait. Il y a de la matière à gratter et à découvrir, des sujets à creuser et à développer davantage. Bref, si cela était le cas, je m’en réjouirais.

En conclusion, « Les Gueules des Vers » est un récit passionnant qui présente un univers colossal à l’échelle du Temps. Cet ouvrage est DANTESQUE. Je vous le recommande chaleureusement, car à mon avis, il est incontournable pour tout amateur de Science-Fiction. Un conseil : bouclez bien votre ceinture avant d’entreprendre cette odyssée et arrimez solidement tout objet se trouvant à proximité ^-^

Koyolite Tseila, le 06.10.2018

SysSol - Tome 2 - L'Enfer des Vers (2020)

SysSol | J.C. Gapdy
Les Gueules des Vers vous ont laissé, comme Dick Hanson, anéanti, incrédule et à peine capable de reprendre pied dans notre monde. L’Espace, le Temps et l’Univers entier se sont ligués pour vous mener, avec lui, dans une course folle où vous vous interrogiez sans cesse pour savoir où et quand vous étiez, une course durant laquelle vous vous demandiez si Mirus, SysSol et tant d’autres choses existaient réellement…

Vous n’avez pas encore lu ces Gueules des vers  ? Alors STOP ! Ne faites plus un pas, reculez dans le temps et ne revenez qu’après les avoir découvertes. Si, au contraire, ayant survécu, ces questions vous taraudent encore, si vous n’avez pas peur de croiser Anaïs Lys et Damienzo, de suivre de nouveau Colorado, Dick et Yessica, si aucune angoisse ou frayeur ne vous fait reculer, peut-être parviendrez-vous, comme eux, à vous frayer un chemin à travers ces Singularités avec le ferme espoir de ressortir vivant – et surtout en ayant conservé votre santé mentale – de L'ENFER DES VERS...

Fiche de lecture de F.L. Castle

SysSol | J.C. Gapdy
Une chose est sûre, et l'auteur le précise d'emblée : il est plus que souhaitable d'avoir lu le tome 1 Les gueules des vers, avant d'attaquer ce nouveau volume de SysSol. Ce fameux T1 met en place la dynamique de SysSol, introduit les singularités, présente les premiers acteurs et surtout remet complètement en question notre univers tel que nous le connaissons en nous retournant la tête sur des mystères spatio-temporels, certes improbables, mais aussi "crédibles" et diablement passionnants.

Diablement... Un véritable enfer en fait !

D'où ce tome 2 absolument indispensable. Le T1 nous avait laissé pantelant, et perplexe, ce T2 enchaine plus qu'habilement en introduisant plusieurs personnage clés qui viendront tenter de démêler et d'expliquer ces mystères en divers lieux et divers temps . Mais tout cela n'est pas aussi abrupte et aride que vous pourriez le craindre...

Bien au contraire, l'action est toujours présente, les personnages sont profonds et leurs personnalités (multiples, mais ça il faut le lire pour comprendre!), tout à fait bien définies.

Je ne divulgâcherai rien, ce roman est top riche en rebondissements .

Et le style... Fichtre !! Quand on lit du Gapdy, on le sait ! Fluide, articulé, cultivé, passionné... Bref ! Complétement reconnaissable et surtout inédit ! Et le meilleur dans tout cela ? Il reste encore quelques mystères qui nécessiteront un volume supplémentaire...

F.L. Castle, le 19.03.2020

SysSol - Tome 3 - Les Murailles du Temps (2021)

SysSol | J.C. Gapdy
Mia a été capturée avec ses amies par des aliens destructeurs de mondes. Esclave dans un de leurs gigantesques vaisseaux, leur petit groupe parvient, malgré la perte de trois des leurs, à s’enfuir et à rejoindre une planète étrangement semblable à la Terre. La découvrant détruite et envahie par la mort, elles ne peuvent y demeurer et vont plonger, avec leur petit jet spatial, au cœur d’un proche trou de ver pour tenter de rentrer chez elles. Mais, dans l’univers lointain, rien n’est jamais ce que l’on croit ni ce que l’on espère. Si franchir l’espace et le temps, au risque d’être jetées dans l’inconnu d’une autre époque, reste leur plus grande peur, ce sont des pièges bien plus incroyables qui les attendent, car ce n’est pas avec le temps, mais bien avec celles et ceux qui veulent les franchir que jouent les Murailles du Temps...

Fiche de lecture de Djackdah Nielle

SysSol | J.C. Gapdy
Troisième livre de la série SysSol parue chez Rivière Blanche, ce dernier peut se lire indépendamment des deux premiers, les informations nécessaires à la compréhension étant toujours données. Bien sûr, il est quand même plus intéressant pour mieux appréhender toutes les subtilités d’avoir lu la saga des Vers, mais rien n'empêche de commencer par celui-là et d’approfondir ensuite.

« Jeune auteur », JC Gapdy ne cesse de progresser à chaque livre, dans son style, dans sa façon de traiter ses sujets, et dans les sujets mêmes abordés, et ce livre est à ce jour le plus abouti à mon sens.

La première partie du roman nous présente une race extraterrestre extrêmement belliqueuse, les Innerdiens, à la croisée entre les Moissonneurs de Mass Effect et Galactus de l’univers Marvel. Cette race pompe le magma des planètes pour s’en servir comme carburant pour leur voyage visiblement sans fin à travers l’espace, laissant derrière elle ruine et désolation, et ne faisant que peu de prisonniers, juste à titre de collection et un peu d’esclavage.

Nous suivons un groupe de femmes, capturées lors de l’attaque de leur planète, tentant de s’enfuir d’un des vaisseau-mères. Après quelques péripéties, elles arriveront à s’échapper sur la planète en cours de « ravitaillement » juste avant le départ des Innerdiens, pour rencontrer là encore une nouvelle race parmi les survivants. La communication s'avère compliquée, mènera à des drames et finira par la rencontre avec un vaisseau amical, celui de Yessi et Colorado (personnages des précédents romans). Et les premières révélations et surprises arrivent aussi, dont je ne dirai rien, même sous la torture. Suivra le voyage d’un équipage rassemblé par le hasard et tentant l’exploration des murailles du temps, nouveauté de ce tome, pour retrouver la planète d’origine des échappées...

Et c’est là que l’auteur dévoile un nouvel aspect de son écriture, dans la description de la vie à bord du vaisseau, mélangeant races et cultures avec tout son lot d’incompréhensions, arrivant à ne pas tomber dans le racoleur ou la facilité.

De nouveaux concepts sont abordés via les murailles, expliquant en partie certains événements des premiers romans, tout en étant plus « simple » à aborder (aucune aspirine n’est nécessaire ici).

Des pistes pour les prochains romans sont disséminées (je pense et j'espère) ici où là, avec un retour possible des Innerdiens, le croisement de vaisseaux rappelant les Ombres de Babylon5, un quatrième tome étant prévu pour fin 2022, sur un total de 10 si tout se passe bien.

En résumé, si vous avez apprécié les deux premiers livres, foncez ! Si vous avez abandonné en cours les précédents, tentez l’aventure avec celui-là, il est plus abordable. Si vous ne connaissez pas du tout l’auteur, cela peut être une bonne porte d’entrée à son univers. Pour les fans de l’auteur (on est quelques-uns), aucune hésitation 😉

Djackdah Nielle, le 29.10.2021

Le Galion des Etoiles *
Science-fiction, Imaginaire et récits maritimes En savoir plus sur cet auteur



💬Commentaires

1.Posté par Castle FL le 18/07/2018 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FLCastle
Tome 1 - Les Gueules des Vers
Je ne peux que plussoir... Étant personnellement un tantinet investi (dès le début), dans cette rocambolesque histoire. Et j confirme... JC Gapdy est un grand malade !!! Bien dommage qu'il n'y en ait pas plus comme lui ^^

2.Posté par Djackdah NIELLE le 19/08/2018 21:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tome 1 - Les Gueules des Vers
Quel livre !!!!!
Comme le dit Sylvain rien ne laisse présager l'aventure dans laquelle on se lance en commençant ce livre.
Ayant adoré des précédents écrits de JC Gapdy, c'est avec joie que je me suis procuré celui-ci, attiré par la 4eme de couverture.
Tout laisse penser au début à un livre d'aventure spatiale, avec le riche héritier très intelligent, la belle garde du corps aux talents multiples et le jeune mousse un peu maladroit, où l'on attend de voir comment ils vont être propulsés dans ces gueules des vers et qu'elles vont être leurs aventures.
Et en un chapitre tout bascule, rien de ce que l'on attend se produit, et il est impossible d'en dire plus sans gâcher la suite, juste que l'on plonge dans la "folie" de l'auteur, qui manipule le temps et l'espace à sa guise pour nous faire partager des aventures schizophréniques.
Une fois plongé dans l'aventure impossible d'en ressortir (indemne 😉 ) tant le rythme est haletant et les rebondissements nombreux.
Pour faire bref : j'ai adoré !!!!!!

Tome 2 - L'Enfer des Vers
De retour de voyage à travers le temps et l'espace (sans T.A.R.D.I.S...), je dois avouer avoir eu besoin de beaucoup moins d'aspirines qu'avec le premier tome (celui ci ayant rendu fou la moitié de l'équipage 😂).
Peut être est-ce dû au fait que je savais où j'allais, la surprise étant passée et l'aventure étant beaucoup plus à l'exploration. Toujours est-il que l'on retrouve nos héros là où on les avait laissé à la fin des Gueules, et cette fois nous partons à l'aventure en compagnie de différents équipages, à travers les singularités. De nouveaux venus viennent remettre un peu de sang neuf et apportés leur spécificités.
Un petit mot sur Anaïs et Damienzo : on suit leur évolution à travers le livre et tout les deux deviennent très attachants au fur et à mesure que leur importance grandit.
Difficile de faire un résumé de l'histoire tant celle ci est dense, et grand serait le danger de "divulgacher" un élément important, seule chose que je peux dire c'est que les aventures de la famille Hanson seront terminées.
L'auteur s'est encore amusé à glisser plein de petites références Pop Culture, certaines expliquées dans les notes de bas de pages, d'autres à l'intention de ses lecteurs les plus fidèles (des fleurs sur Mars 🤔 ?), et il est toujours aussi agréable à lire.
Il ne reste plus qu'une chose, qu'il se mette vite au travail pour nous offrir les réponses aux questions restées en suspens, comme il nous le promet en annonça...

3.Posté par Guillaume VOLANT le 16/10/2018 15:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Spatiographe
Tome 1 - Les Gueules des Vers
Sapristi ! En voilà une histoire qui sort de l'ordinaire, qui plus est publiée en terre francophone, c'est assez rare pour le souligner.
Avec Les Gueules des Vers, l'auteur JC Gapdy nous offre une aventure ébouriffante s'étalant sur de multiples lignes temporelles. Une aventure menée tambour battant dès le premier chapitre. En effet les héros Dick, Jens et Audrey sont projetés bien malgré eux dans un maelström de possibilités infinies.
A l'image des pionniers en terre étrangère, ils découvrent ensemble, une anomalie gravitationnelle, une Gueule, ouvrant un passage vers un autre endroit de l'univers. Quand je vous disait que c'est ébouriffant !
Et après la première Gueule, il y a la seconde puis la troisième, la quatrième, la cinquième, la sixième, etc, etc...
Le roman est "doublement" choral. Mais je n'en dirais pas plus, pour préserver aux néophytes, le plaisir de lecture hautement déstabilisant.
Sur la forme, l'écriture est aussi fluide qu'impeccable, comme nous a toujours habitué l'auteur. Il n'hésite pas à saupoudrer son texte de HardSF suivi d'une invitation à découvrir les fondements de la Spatiales, organisation SysSolienne mais nébuleuse de par les secrets qu'elle recèle. Un labyrinthe conspirationniste auquel le héros aura maille à s'en sortir. Et je ne m'attarderais pas trop sur Yessica qui déboule en milieu de roman, tout à coup, sans crier gars, mais qui tient la route. Un tour de maître magistral. Au fur et à mesure de ma lecture, il m'a fallu une analogie pour m'y retrouver. Je ne sais pas si mes origines bretonnes sont en cause (probablement), mais j'ai vite comparé le héros Dick Hanson au navigateur Eric Tabarly car ils partagent ensemble le goût de l'aventure, de l'exploration. Cette représentation m'a permis de m'accrocher au récit tortueux, membres du Galion, ne faite pas comme moi, ne buvez pas du rhum ou autres alcools avant d'entamer la lecture de GéDéVé ! Vous risquerez d'en perdre un bout. Et ça serait dommage...
Un roman SF que je recommande aux fans du genre. Dépaysement garantie. Il n'empêche que demeure quelques zones d'ombre, dont le tome 2, à n'en pas douter, ne manquera pas d'éclairer. Beaucoup de mystères ne sont pas dévoilés par l'auteur. Un parti pris qui lui donnera raison bientôt.
Je n'en doute pas.

4.Posté par JEAN-MICHEL ARCHAIMBAULT le 19/06/2019 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JMARCHAIMBAULT
Tome 1 - Les Gueules des Vers
J'ai fini hier la (re)lecture très attentive des "Gueules..." et mes premières impressions d'il y a quelques mois se sont trouvées plus que confirmées. Ce roman est phénoménal dans la construction dramatique, les arrière-plans historiques et spatiopolitiques de l'édification de SysSol, l'approche des caractéristiques des singularités, les perspectives qui se dévoilent progressivement à leur sujet et les interrogations de plus en plus hallucinantes qu'elles font naître...
Points forts éblouissants et vertigineux, l'idée de "mélange des temps" par-delà les gueules, plus l'effet de duplication et l'ouverture sur des univers parallèles avec le questionnement qui en découle sur l'identité et l'origine réelles de celles et ceux qui "reviennent". J'ai par moments pensé à "A contre-temps" de Christine Renard, qui est daté, linéaire et infiniment simpliste en comparaison, aux "15 premières vies d'Harry August" de Claire North pour les balancements dans le temps et la non chronologie du récit, également à Cordwainer Smith pour certaines pages plus poétiques ainsi que pour l'aspect humain omniprésent via l'évolution des personnages, et pour la problématique pleine de sensibilité autour des "sous-hommes" artificiels.
Des trous de vers, tunnels d'espace, singularités diverses et variées, nous en avons exploré des quantités au gré de la lecture de romans ou de nouvelles plus ou moins inspirés, plus ou moins réussis, plus ou moins "chiants" parfois quand le côté Hard Science était trop prononcé. Ici, c'est du neuf, du renversant, de l'original qui titille les neurones et enflamme la curiosité. Où donc l'auteur va-t-il nous emmener durant le prochain voyage?
Immense bravo à Jean-Christophe pour ce space opera "diabolique" dont j'attends avec une stressante impatience de lire bientôt la suite.

5.Posté par Robert YESSOUROUN le 05/03/2020 11:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Yessouroun
Tome 1 - Les Gueules des Vers
Le livre plié, je n’en reviens pas. A moins que… suis-je encore le seul moi ? D’autres « nous » n’auraient-ils pas sournoisement giclés vers des exemplaires de balises incertaines ?
Il y a, à peu près cinq ans, après sa lecture de mon roman Rêver sur son volcan…, Gapdy, un brin perplexe, m’avait avoué qu’il n’était pas un adepte des voyages dans le temps. Je ne crois pas que mon livre l’ait converti, mais toujours est-il qu’il a dû se passer quelque chose que je ne comprends pas. Est-ce bien le même Gapdy ? Un phénomène mystérieux ne l’aurait-il pas dupliqué ?
De page en page, on gigote dans La gueule des vers, secoué comme une boule de flipper temporel ou plutôt comme lors de la traversée d’une tempête épileptique dans les cellules gliales.
Avec le recul (si, si, c’est possible), on peut isoler deux pôles, plutôt féminins, dans ce récit.
Le premier, un pôle « naturel », une matrice cosmique en gestation qui non seulement tend à reproduire les téméraires aventuriers qui ont l’inconscience de l’explorer, mais encore les décale vers des horizons aux dates aléatoires.
Le second, un pôle artificiel, une Intelligence créée par l’être humain, une IA qui absorbe tout, comprend de plus en plus presque tout et qui s’intériorise dans le corps et la conscience d’une charmante rescapée de l’espace.
Les personnages sont d’emblée attachants, la plupart se caractérisent par l’opiniâtreté. Plus précisément par une voracité de connaître ; ainsi, le personnage principal, Dick, ventousé à la gueule ainsi qu’à sa quête de son ami perdu, Jens, quête motivée par les remords tenaces ; Sange, un colonel du service spatial des renseignements, qui ne voudra jamais démordre de son enquête ; Yessica, mi-femme, mi-artefact, une superwoman, et son double, Yessi, laquelle refuse de renoncer à aborder un vaisseau périlleux, mais lié à celui qu’elle aime, tout en se fichant du danger mortel de son entêtement ; Michaël, le génie qui, à force de calculs, perce les secrets des vers…
Paradoxalement, une question que peut poser ce livre, c’est : dans quel genre au juste se situe le roman ? Serait-ce de la « hard » SF ou de la « magical » SF ? Pour sûr, nous y avons affaire à de l’anticipation ; pendant la lecture, nous sommes ballottés vers des avenirs à gogo. Une citation de l’auteur (via un personnage) peut peut-être nous aider à trancher. Il s’agit d’une évaluation de Colorado, l’IA d’un vaisseau spatial (un peu la face positive de HAL, dans 2001, l’Odyssée de l’es...

6.Posté par Philippe ANDRÉ le 09/08/2020 22:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
canonnier
Tome 1 - Les Gueules des Vers
1/ PREMIER REPÉRAGE
La capacité d'un écrivain à rendre compréhensible un univers science-fictionnel est parfois incroyablement captivant, non par le choix de propos scientifiques et de mots exploitants sa technicité comme la seule valeur pour les initiés du genre, mais de cet état d'esprit, intrépide et libre, de poursuivre son imaginaire. L'éventualité chez certains de mettre à disposition du lecteur un lexique compliqué, afin de rendre valide quelques propriétés orthographiques difficilement lisibles, est l'apanage des plus ambitieux. Toutefois de cette importante richesse de mots inventés, je ne considère ce procédé comme déconnecteur du récit conté ; la maîtrise et la définition d'un langage technique et précieux méritent des notifications, mais pas au détriment de l'histoire. La persuasion par le choix de mots percutant ne serait-elle pas la véritable autorité ? Sans avoir à paginer pour ce rendre au dictionnaire intégré, il existe des auteurs dont l'écriture vous font submerger au sein d'une évidence fulgurante, de suite acceptable et intégrée. J.C.Gapdy fait parti de cet ordre là (même si "les gueules des vers" a son propre lexique, mais on pourrait sans passer).
L'immersion d'un monde, si futuriste qu'il soit, a besoin que d'autres imaginaires le côtoient, qu'une sorte de filiation puisse faire subvenir des parfums éparpillés par des influences communicatives éclatantes. Ici, poursuivant des dimensions interactives, le travail de l'auteur nous donne l'opportunité de faire face à des événements récréatifs nous plongeant dans des émotions perçues ailleurs, comme par exemple tout un schéma représentatif d'une sensibilité tournée vers l'âge de la piraterie.
De cette manière d'éclairer le récit, de nous propulser aux recoins, par milliers, d'actions et de vigueurs engendrées par des protagonistes si imagés, c'est l'explosion cinématographique qui poindre dans mon esprit.
Je pense aux jeunes héros soulevés par cet admirable dessein de trouver dans leur existence la soif de s'abreuver à l'aventure de leurs investigations.
Je vois dans cette imagerie : " Les Contrebandiers de Moonfleet (Moonfleet) de Fritz Lang associé à "L'Île au trésor" de Byron Haskin.
Et pour une entrée en scène virevoltante c'est un hors-d'oeuvre plein de promesses.

Ça tombe bien, les personnages du roman, sont deux adolescents ressemblant physiquement aux deux oeuvres classiques sus-cités.

2/ POURSUIVRE L'INTÉRÊT
La folie des événements vécus par les jeunes h...

7.Posté par Dumè ANTONI le 12/08/2020 18:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ZendoDLF
Tome 1 - Les Gueules des Vers
Les trous de vers, je connaissais. Du moins, j’en avais entendu parler dans les films de SF et notamment dans l’excellent Interstellar de Christopher Nolan. Les gueules de vers, en revanche, je ne connaissais pas, jusqu’à ce que je découvre le roman de JC Gapdy (Jean-Christophe Gapdy), paru chez Rivière Blanche.

Les gueules de vers, c’est le titre dudit roman, et leur comportement est pour le moins singulier. Et ça tombe bien, puisque les gueules de vers sont des singularités dans l’espace-temps. Autant le dire tout de suite, pour les pointilleux, ces gueules de vers fonctionnent comme des trous de vers, mais plus spécifiquement comme des trous de vers dits « de Lorentz », c’est-à-dire qu’on peut les passer dans les deux sens. On peut de fait retourner dans le passé comme vers le futur, selon le sens emprunté. Mais ce n’est pas tout, car ces gueules ont également le pouvoir de dupliquer les voyageurs audacieux de l’espace qui osent les traverser, autant que les univers. En d’autres termes, ces singularités sont non seulement des ponts temporels, mais aussi des créatrices d’univers parallèles. Et bien évidemment, quand les personnages du roman sont confrontés à leurs doubles plus jeunes ou plus âgés, se posent pour eux des problèmes d’identification sérieux qui pourraient confiner à la schizophrénie si leur mental n’était pas doté d’une IA ou d’une force de caractère suffisante leur permettant de surmonter ces difficultés psychiques.

La quatrième de couverture indique qu’« en juin 2126, Dick Hanson, fils de l’une des plus riches familles de SysSol, part en croisière vers Jupiter pour fêter ses quatorze ans. À son âge, il rêve d’aventures, mais surtout de s’affranchir de la surveillance d’Audrey, sa garde du corps personnelle. Il y parvient presque dans l’immense vaisseau qui les emporte... presque seulement, car ce dernier frôle les astéroïdes où les pirates spatiaux les arraisonnent. Pour protéger le garçon, Audrey n’a d’autre choix que de s’enfuir avec lui et son ami Jens, jeune mousse, dans une navette de secours. »

C’est là le point de départ d’une aventure folle que l’on suivra tout le long du récit à travers les témoignages des différents protagonistes : Dick, Audrey, Jens, mais aussi Yessica, Colorado ou bien encore Michaël... et que Jean-Christophe Gapdy nous décrit avec une précision d’orfèvre, avec force détails techniques ou scientifiques. Les amateurs de space opera comme de hard SF ne pourront qu’apprécier. On décou...

8.Posté par Christobal COLUMBUS le 22/08/2020 14:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ChristoColumbus
Tome 1 - Les Gueules des Vers
Les gueules des vers. Comment commencer mon retour ?? Moi (très) petit lecteur...
J’aurais envie de le diviser en 5 parties.
Les trois premiers cinquièmes du roman sont superbement bien expliqués, entraînants, captivants, on est à bord de ces vaisseaux, on apprécie très vite les acteurs.
Bien que de premier abord, dès qu’on commence la lecture, on se dit «Bon sang, je ne vais rien y comprendre» mais NON, tout est expliqué au fur et à mesure des petits chapitres consacrés à chaque personnage et pas besoin nécessairement d’aller consulter le syllabus en fin du bouquin.
On en vient même à se prendre d’affection pour l’IA du vaisseau principal (Colorado pour ne rien spoiler)
Vient ensuite la partie «quatre cinquième» où là, ça se complique fortement : duplication de personnages, de vaisseaux, …
On poursuit la lecture, bien qu’assez pénible pour mon avis personnel vu les recoupements, les personnages doublés, les différentes périodes, dates… et on entre dans cette dernière partie où l’on espère trouver toutes les réponses.
Réponses qui ne sont pas là totalement tout compte fait… Ou alors je n’ai rien compris du roman.
Je pense juste que ça attire vers une suite tout simplement.
Une suite qui «attire» en quelque sorte, par curiosité de savoir mais avec méfiance que ce soit encore si «compliqué»…
JC Gapdy a une imagination formidable ! Mais une imagination à savoir suivre…
À chacun ses capacités de compréhension et surtout d’immersion de la S-F …
Rien de négatif pour mon avis, juste qu’il faut savoir s’y accrocher…

9.Posté par Charlotte BONA le 21/12/2020 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CharlotteBona
Tome 1 - Les Gueules des Vers
J’ai retrouvé avec bonheur deux genres littéraires que j’aime, ceux de la hard SF et du Space opera grâce au roman de JC Gapdy, Les Gueules des Vers, le premier tome de SysSol. Il est difficile de parler de ce roman sans le spoiler. Disons que le début de l’histoire se situe en 2126 et que nous assistons à la disparition d’une navette de secours transportant deux adolescents et une femme adulte à travers une singularité près des Astéroïdes Troyens. Ensuite ? Vous voyagerez dans l’espace et le temps avec les personnages, sautant du futur dans le passé et vice et versa, grâce à une construction dramatique très efficace et maîtrisée. À plusieurs reprises, malgré ma concentration, j’ai dû repartir en arrière sur un en-tête de chapitre pour mieux m’y retrouver. J’avoue avoir particulièrement aimé cet exercice de remue-méninges. J’ai souri lorsque l’auteur, féru de SF, fait quelques clins d’œil aux classiques du genre (nous en avons un en commun, je vous laisse deviner lequel). Mon personnage préféré ? L’IA Colorado.
En conclusion : un mes romans coup de cœur de l’année 2020. J’attends de lire la suite avec impatience !

10.Posté par Le Galion DES ETOILES le 10/07/2021 08:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LeGalion
Tome 1 - Les Gueules des Vers
La fiche de lecture de Sylvain B. 18/07/2019:
Je suis bien embêté car je ne sais pas comment commencer. D'un côté, j'ai envie de vous décrire le délire d'un auteur qui s'est amusé à imaginer cette histoire. Comment il réussit à vous faire perdre la tête dans des conjonctures spatio-temporelles avec des flashbacks et des flashforwards. Pourtant, l'histoire commence de manière classique avec une magnifique préface rédigée par Franck Selsis.

SysSol, l'humanité a essaimé dans le système solaire. La Spatiale, une organisation interplanétaire et tentaculaire à qui vous ne pouvez pas échapper. Dick Hanson, un jeune héritier d'une des familles les plus puissantes de SysSol, avec sa garde du corps personnelle, Audrey, à qui rien n'échappe. Vous ajoutez à tout cela un petit zeste de pirates spatiaux. Vous secouez bien et vous avez les premières pages du roman. Mais voilà, un évènement imprévu, improbable, inimaginable montre sa Gueule, et là, c'est le drame. Et c'est là que votre cauchemar commence. Vous allez être malmenés, manipulés par un auteur à l'esprit tortueux et diabolique. Vous allez être secoués par les nombreuses traversées dans les Gueules des Vers. Vous n'en ressortirez pas indemnes ! Vous allez perdre votre santé mentale et vous ne serez plus jamais vous/seul/unique.

Mais d'un autre côté, j'ai envie de ne rien vous dire, de ne rien vous dévoiler, afin de vous laisser tout le plaisir de la découverte car vous n'êtes pas au bout de vos surprises avec ce roman. Je ne vais pas vous raconter comment vous allez perdre la raison au fur et à mesure que vous allez tourner les pages. D'ailleurs, je reproche à l'auteur de ne pas avoir prévenu au préalable son lectorat des dangers que peut présenter la lecture de son ouvrage pour leur santé mentale ^-^

Dès les premières pages, on s'attache aux personnages. Une amitié forte naissante entre un gamin qui aimerait un peu plus de liberté et un autre qui souhaiterait être autre chose qu'un symbole. Une garde du corps qui prend son travail très à cœur. L'auteur prend son temps pour mettre en place le décorum, pour établir une base solide à son récit, pour tisser les liens entre les différents personnages.

Et puis on entre dans une phase inflationnaire ! Le récit va prendre des proportions gigantesques. Tout va se développer très rapidement et très loin. Vous allez prendre un réel plaisir à suivre, par exemple, les péripéties de Dick et l'évolution du personnage au cours de l'histoire.

On dit qu...

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :


Blog partenaire


⚓️Membres sur le pont
Robert YESSOUROUN
Le Galion DES ETOILES
Patrick PLANÈS
Koyolite TSEILA
Jean Christophe GAPDY
Paul DEMOULIN
Christobal COLUMBUS
Frank GONZALEZ

💬Commentaires et avis