Menu

Notez
Livres

        

Sissoko, monsieur Poulet | Gulzar P. Joby | 2023

Nouvelle


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 02/05/2024 | Lu 428 fois




Une petite chronique sur un texte court et sympathique de Gulzar P. Joby que j'ai vu au sommaire d'anthologies citées dans le Galion, notamment "Le Laboratoire d'Anticipation helvétique"



Sissoko, monsieur Poulet @ 2023 la force g éditions, collection Les agrafés | Photos @ Bruno Blanzat, édition privée | Montage @ Le Galion des Etoiles
Sissoko, monsieur Poulet @ 2023 la force g éditions, collection Les agrafés | Photos @ Bruno Blanzat, édition privée | Montage @ Le Galion des Etoiles

Illustration et quatrième de couverture

Le Nigéria du futur est fier de ses tours alimentaires. Mais Sissoko Abazu, directeur d’une tour Poulet à Abuja, reste préoccupé. La famine pourrait revenir. Agriculture et élevage verticaux sont menacés du pire…

Fiche de lecture

Le charme des sujets inconnus. D’abord ce pays, le Nigeria, coincé entre le Bénin et le Cameroun, dans le Golfe de Guinée, et sa capitale créée de toutes pièces dans les années 80. C’est déjà un rêve futuriste en soi : faire sortir de terre une ville nouvelle, en territoire neutre, inventer une nouvelle manière de vivre ensemble.

Ici, l’économie est florissante, l’État fédéral a construit un modèle d’agro-industrie urbaine fondée sur des tours dédiées à chaque secteur d’activité : la tour Lapin, la tour Cucurbitacées, la tour Poisson. Mais « toutes les recettes ne sont pas forcément bonnes », m’avertit la dédicace.

Le héros principal est un ancien ministre en disgrâce, responsable de la tour Poulet. Sissoko Abazu est un sceptique à l’égard de ce parti pris politique de sortir définitivement de la production agricole traditionnelle, horizontale, de pleins champs. Un conservateur ? Un rétrograde ? Plutôt un pragmatique, sensible à la disparition d’un savoir-faire qui pourrait faire cruellement défaut en cas de catastrophe. Et l’histoire lui donne raison sous les traits de « la folle du Bénin » voisin.

Changement climatique oblige, il faut s’adapter. Les cargos à voile, les chèvres éboueuses, la ville optimisée dans son fonctionnement, et une orientation résolument technosolutionniste. Sissoko Abazu convoque en pensées Ulrich Beck, qui a forgé le concept de société du risque, ou comment une société s’oblige à gérer des situations extrêmes par ses propres choix (monoculture, monoindustrie…). On se souvient des éléments de langage durant la pandémie sur les bénéfices/risques : une manière de faire accepter à la population que certains seront impactés au profit de la majorité. L’universalisme a vécu. Nous ne cherchons plus à pérenniser collectivement nos modes vies, chacun se démerde avec son assureur.

Thierry Ribault est son Contre la résilience à Fukushima et ailleurs n’est pas loin non plus. Sissoko Abazu fulmine contre ceux qui se sont installés délibérément sur les flancs du volcan et entendent faire intérioriser la catastrophe en devenir à leurs contemporains (sans parler des générations futures). Idéologie à la croisée du politique et du scientifique, acceptation des sacrifices personnels, exigence d’être résistant sans opposer de résistance, transfert de la responsabilité vers les individus, fabrique de l’ignorance, technologie du consentement…

Gulzar P. Joby a une écriture précise et drôle, le phrasé franco-africain nous plonge directement dans cet ailleurs familier que nous quittons à regret. Je recommande cette collection des Agrafés, fort intéressante, « c’est conseil gratuit ».

Bruno Blanzat
Copyright @ Bruno Blanzat pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

💬Commentaires

1.Posté par Michel MAILLOT le 10/05/2024 19:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mmaillot
Puisque c'est gratuit, prenons le conseil et emportons le avec nous ! En tout cas, une histoire originale qui nous emmène loin de nos lectures habituelles. Une époque, une région haute en couleurs. Monsieur Sissoko, un personnage bougrement sympathique qui fait souffler un vent d'Afrique, résonner dans notre tête des musiques et visualiser des danses. Touré Kounda, Youssou N'Dour et les étoiles de Daka, Mory Kanté et tant d'autres qui nous ont offert leurs soleils et leurs voix tournées vers le ciel. Et puis, ce monsieur Poulet, il m'en rappelle un autre, diablement réjouissant lui aussi, celui du film de 1974 de Jean Rouch, "Cocorico monsieur Poulet" dont la 2CV surnommée Patience (il en faudra) traverse la brousse et le Niger dans une succession de moments comiques et improbables. Une Afrique débrouillarde pour laquelle on ne peut qu'avoir de la tendresse. L'envie de pousser Patience pour la sortir de l'ornière et voir nos joyeux compères repartir dans un nuage de poussière en agitant leurs bras en signe de remerciements. Pas question de s'arrêter, elle ne voudrait plus repartir.

Merci Bruno pour cette escapade en deux temps !

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.