Menu

Notez
Nouvelles

        

Simulacres martiens | The Martian Simulacra | Eric Brown | 2018


Un article ajouté/rédigé par | 28/03/2022 | Lu 297 fois




Editions française | Le Bélial', 2021
Editions française | Le Bélial', 2021
Londres, 1907. Dix ans après la reddition terrienne.

Alors que l’humanité vit sous la férule de ses conquérants, Gruvlax-Xenxa-Schmee, vice-ambassadeur de Mars en Grande-Bretagne, vient frapper à la porte du 221b, Baker Street. Il faut dire que l’affaire est d’importance, et quand les maîtres de la Terre vous réclament, se dérober n’est pas une option.

Ainsi le docteur Watson et le plus célèbre des enquêteurs humains, Sherlock Holmes, se trouvent-ils propulsés au sein d’une enquête épineuse, dans les méandres désertiques de la Planète Rouge, avec pour compagnon nul autre que l’impétueux professeur Challenger.

Leur mission ? Résoudre une énigme improbable et assurer la paix entre les mondes. À moins qu’un terrifiant secret ne se dissimule derrière les intentions prétendument louables des nouveaux seigneurs de la Terre. Car après tout, sur Mars, les apparences peuvent s’avérer trompeuses…

Fiche de lecture

Simulacres martiens ou imitation doylesque ? Telle était la question que je me posais avant d’entamer cette lecture.

Pourquoi ? Parce que je déplore cette manie – cette mode, oserais-je dire – de reprendre des franchises et des personnages inventés par d’autres pour en livrer des histoires à sa propre sauce. Il est actuellement plus facile de reproduire que de créer, semblerait-il. Le monde serait-il déjà à court d’inspiration, les frontières de l’imagination ont-elles déjà été atteintes ? Ou alors peut-être bien que la paresse et la sécurité ont pris le dessus sur le goût du risque ou de la nouveauté…

Ces reprises sont – à mon goût - rarement réussies, souvent même très décevantes. Dans le cas du célèbre détective du 221B Baker Street, j’ai été agréablement surprise avec la série Sherlock que je trouve réussie. L’exception qui confirme la règle. Alors, qu’en sera-t-il ici ?

En tant qu’amatrice de science-fiction et des œuvres de Sir Arthur Conan Doyle, j’avoue que j’étais très curieuse de découvrir ce que donnerait cette transposition sur la planète Mars.

La recette est simple : dans un bol, on place les personnages mythiques de Doyle, à savoir Sherlock Holmes, le docteur Watson et le professeur Challenger. On y ajoute une prise de H.G. Wells sur fond de La Guerre des Mondes, une bonne dose de planète rouge, des Martiens sans modération et une note parfumée de steampunk. On mélange le tout, on secoue bien et on obtient cette novella d’Eric Brown.

En dépit de quelques répétitions et parfois de ficelles grosses comme des pattes de Tripodes, cette aventure martienne est agréable à lire et des plus distrayantes. Le récit est en deux tons : il y a les personnages qui s’expriment de manière vieillotte à la Doyle et la narration qui elle, est dans un style plus moderne. Etonnamment, c’est harmonieux, un peu comme un concert rock accompagné d’un orchestre de musique classique. Le texte est également ponctué de touches d’un humour fin et pince-sans-rire qui n’a pas manqué de me faire sourire.

Cette histoire de 120 pages environ est découpée en 12 petites chapitres et se conclut avec une coda qui appelle à une suite.

Je ne me suis pas ennuyée un seul instant durant cette lecture. C’est avec plaisir que je me suis laissé embarquée sur Mars en compagnie des héros. Le rythme est soutenu, c’est simple, efficace, l’auteur va droit au but.

Finalement, j’ai réalisé qu’avec ce texte, l’intention d’Eric Brown n’était pas de livrer une imitation doylesque au ton sérieux qu’on lui connaît. Ce qu’il propose, c’est plutôt du fan service et du dépaysement, avec une aventure triviale truffée de péripéties extraordinaires, et en ce sens, c’est réussi. On sent qu’il s’est lâché et qu’il s’est amusé à l’écriture de cette novella.

A noter que dans la revue Bifrost no 105, parue après-coup, se trouve une nouvelle du même auteur intitulée La Tragique Affaire de l’ambassadeur martien. Elle est en fait une préquelle à celle-ci. Pour ma part, je ne l’ai pas (encore) lue, mais ceci n’a pas d’influence sur la compréhension de Simulacres martiens, vu que le contexte est bien expliqué dans ce roman court.

Lien utile


Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction, d’Imaginaire et de récits maritimes depuis toute petite, ce sont des... En savoir plus sur cet auteur



💬Commentaires

1.Posté par Erwelyn CULTURE MARTIENNE le 28/03/2022 10:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
erwelyn
Un article que tu auras pu mettre... sur culture martienne hahahaha, pour combler ma fainéantise actuelle pour lire. Toutefois, j'ai ce titre... quelque part et tu m'as convaincue que l'achat était justifié. Hâte de le lire aussi.

2.Posté par B BLANZAT le 29/03/2022 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Blanzat
Je n'ai pas lu Simulacres Martiens parce que j'ai lu la nouvelle dans BIFROST et ça ne m'a pas emballé pour la suite. Sur le papier j'aurais été client il y a quelques années, parce que j'avais exactement la maladie que tu décris dans ton article : aucune inspiration, en tant que lecteur je tournais en boucle sur mes auteurs passés et panthéonisés. Cette pathologie est telle que ces fameux auteurs que j'adore, je me suis retenu de lire toutes leurs œuvres pour me conserver une marge de découverte. Le temps a passé et je n'ai plus le temps d'y revenir. Heureusement, j'ai mes enfants pour me pousser parfois : ma grande est en train d'avaler tout Arsène Lupin à vitesse grand V, je vais devoir courir derrière elle pour comprendre de quoi elle cause à table !
Donc j'ai encore beaucoup à rattraper avant de me lancer dans de nouvelles versions, à moins qu'elles n'égalent l'original. La préquelle ne m'a pas convaincu.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.