Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Recherche dans nos cales

Le capitaine et l’équipage du Galion des Etoiles vous invitent à explorer la Science-fiction et les mondes imaginaires en partageant leurs découvertes et leurs passions pour ces thèmes qui leur sont chers. La bienvenue à bord !
Notez

Ready Player One



Article rédigé par le 17/11/2018
Lu 358 fois



2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l'OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l'œuf de Pâques numérique qu'il a pris soin de dissimuler dans l'OASIS. L'appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu'un jeune garçon, Wade Watts, qui n'a pourtant pas le profil d'un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…


Ready Player One

Présentation

A en lire son synopsis, ce film n’avait rien pour me plaire, même s’il est réalisé par Steven Spielberg. En effet, les œuvres ayant pour sujet les univers virtuels ne sont pas ma tasse de thé, à une exception : « Tron ». En cherchant un film de SF à visionner sur l’Apple TV, j’ai regardé par curiosité la bande-annonce de « Ready Player One ». Et là ! Que vois-je ? Qu’entends-je ? Je me retrouve face à La DeLorean de « Retour vers le Futur » sur la chanson « Jump » de Van Halen ! LA voiture mythique de Doc sur LA musique hard rock des années 80 que j’affectionne. Bon sang ! Comment donc ne pas être touchée par cette association ?! Je ne pouvais finalement que me laisser tenter…
 
Les décors, que ce soit le monde de 2045 au bord du chaos ou le monde virtuel de l’OASIS, sont somptueux. Les effets spéciaux sont époustouflants. Ce film a clairement pour vocation de nous en mettre plein les mirettes, et en ce sens, il est réussi et divertissant. Les références, principalement aux années 80 (mais pas seulement) – époque que j’apprécie, mais définitivement révolue (soupirs) – pleuvent à gogo, et pour moi qui suis née dans les années 70, revoir tous ces souvenirs fut une sensation à la fois agréable et teintée de nostalgie.
 
Ces références sont très nombreuses. Il y a des films, des séries TV, des musiques, des jeux vidéo, des personnalités, des objets, des vaisseaux, des engins, etc. Il faudrait presque pouvoir regarder chaque image du film en détail pour y voir tous les clins d’œil. Parmi ceux-ci, je citerai de mémoire : Shining, Robert Zemeckis, Freddy, Akira, King Kong, Spider Man, Superman, Buckaroo Banzaï, Tron, Matrix, Alien, 2001 L’Odyssée de l’Espace, Indiana Jones, Retour vers le Futur, Jurassic Park, Star Wars, Star Trek, Cosmocats, K2000, Le Géant de Fer, Van Halen, Prince, The Temptations, Bee Gees, Bruce Springsteen, Hall and Oates, et même le Rubik’s Cube. Bien sûr, il y en a encore évidemment beaucoup d’autres !
 
Cependant, derrière cette avalanche de « en veux-tu en voilà », que reste-il ? Eh bien, pas grand-chose. Le scénario est mince comme un fil d’Ariane et les personnages, à l’instar de leurs avatars, ne me font ni chaud ni froid, ils me laissent indifférente. Cependant, cela n’est pas vraiment un problème, puisque le film est suffisamment divertissant pour que je me laisse entraîner dans cette chasse aux Easter Eggs.
 
En revanche, là où ça se gâte, c’est dans la deuxième partie du film. On plonge alors dans une guerre complètement démente et démesurée qui n’en finit plus. Un immense pot-pourri de références pour les geeks, un pot dont le contenu déborde de tous les côtés. Là où certains verront en cet interminable passage un aspect jouissif, pour ma part, l’effet est plutôt vomitif. Trop c’est trop et là je sature.
 
Bref, cette grosse production réalisée par Steven Spielberg me laisse sur un avis mitigé. D’un côté, on a une première partie plaisante et franchement divertissante. Mais de l’autre, une seconde moitié de film qui malheureusement bascule dans la démesure. Personnellement, dans le genre « monde virtuel », j’ai préféré la franchise de films « Tron ». Pour conclure, je dirais – pour ma part – que chacune des références citées ci-dessus est en elle-même plus savoureuse que le pot-pourri qu’est « Ready Player One ».

Nota Bene

Je n’ai pas lu le livre d’Ernest Cline dont est adapté ce film. Donc je ne peux pas établir de comparaisons entre le film et le bouquin. En revanche, Sylvain a lu « Ready Player One » et en a brossé une fiche de lecture. Et après avoir vu le film, il dit ne pas avoir aimé les grosses différences avec le roman et certains raccourcis pris.


Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction et d’Imaginaire, ce sont des genres auxquels j'ai désiré rendre... En savoir plus sur cet auteur

        

Commentaires

1.Posté par Frédéric VASSEUR le 30/03/2018 18:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FredV
Un film extrêmement conventionnel tant dans ses personnages que dans son scenario, mais il fonctionne particulièrement bien.
Je crois bien avoir gardé le sourire d'un bout à l'autre, complètement happé. Tout fonctionne à merveille, je trouve.
C'est convenu et prévisible, mais il y a tout le talent nécessaire pour qu'on profite tout de même de l'ensemble, pour que l'immersion soit totale. C'est probablement encore plus vrai pour les personnes de ma génération (né en 1970), mais chacun y trouvera ses références et son rythme sans le moindre souci.
Un spectacle très réussi, vraiment agréable à regarder et mis en scène avec grand talent.

2.Posté par Djackdah NIELLE le 30/03/2018 20:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Djackdah
Du grand spectacle!!!
On n'est pas là pour réfléchir sur la condition humaine, sur notre rapport au virtuel et tout ce genre de considérations. Non on est là pour en prendre plein les yeux et ça fonctionne. Comme le dit Frédéric, chaque génération y trouvera son bonheur, même si je pense que la cible principal est les gens nés entre 70 et 90, de part les références musicales (Van Halen, BeeGees, Twisted Sisters...), vidéo-ludiques ou cinematographiques (une Delorean pour le héros et un certain film de 1980 qui a un rôle important, entre autre...).
L'Oasis est un paradis qui peut très vite se transformer en enfer, où l'argent contrôle tout, qui touche toute la population à la manière de nos réseaux sociaux actuels, l'immersion en plus. Les avatars ne correspondent pas forcement aux gens IRL et le film en joue d'ailleurs jusqu'à la fin :-) , et surtout c'est magnifique!! Je ne l'ai pas vu en 3D mais je me dit que ce film mérite certainement le supplément pour en profiter encore plus.

Au ...

Nouveau commentaire :
SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de supprimer les commentaires qui sont contraires au Règlement.