Menu

Notez
Livres

        

Martiens, go Home ! | Martians, Go Home | Fredric Brown | 1955


Un article ajouté/rédigé par | 08/04/2017 | Lu 1840 fois


⚓TAGS : 1955, Fredric Brown, ⚓🌍


Martiens, go Home ! | Martians, Go Home | Fredric Brown | 1955
EnfermĂ© dans une cabane en plein dĂ©sert, Luke Devereaux, auteur de science-fiction en mal d'invention, invoque dĂ©sespĂ©rĂ©ment sa muse – de toute Ă©vidence retenue ailleurs – quand soudain... on frappe Ă  la porte. Et un petit homme vert, goguenard, apostrophe Luke d'un dĂ©sinvolte "Salut Toto !". 

Un milliard de Martiens, hùbleurs, exaspérants, mal embouchés, d'une familiarité répugnante, révélant tous les secrets, clamant partout la vérité, viennent d'envahir la Terre. Mais comment s'en débarrasser ?

Fiche de lecture

« Si les peuples de la Terre n’étaient pas prĂ©parĂ©s Ă  la venue des Martiens, c’était entiĂšrement leur faute. Les Ă©vĂ©nements du siĂšcle en gĂ©nĂ©ral et des prĂ©cĂ©dentes dĂ©cennies en particulier avaient dĂ» leur mettre la puce Ă  l’oreille. Ils pouvaient mĂȘme s’y attendre, en fait, depuis bien plus longtemps encore, l’homme ayant Ă©chafaudĂ© des hypothĂšses sur la pluralitĂ© des mondes habitĂ©s depuis qu’il savait que la Terre n’était pas le centre de l’univers. Â» (Fredric Brown)
 
Habitants de la Terre, accrochez-vous : un milliard de Martiens – soit un Martien pour trois habitants - ont dĂ©barquĂ© sur notre monde ! Nous nous sommes imaginĂ©s de multiples reprĂ©sentations de leur apparence physique, mais finalement, ils sont tout simplement tels que les premiĂšres Ɠuvres de SF nous les dĂ©crivaient, un clichĂ© banal somme toute : verts de la tĂȘte aux pieds, petits, d’apparence humanoĂŻde, leurs mains sont munies de 6 doigts, ils ont une grande langue (verte aussi) et une boĂźte crĂąnienne proĂ©minente. Ce que – par contre - nous n’avions peut-ĂȘtre pas imaginĂ©, c’est qu’ils sont dĂ©sagrĂ©ables, infects, mesquins, sarcastiques, mĂ©chants, grossiers, puĂ©rils, offensants, diaboliques, injurieux, exaspĂ©rants, malfaisants, dĂ©plaisants, haĂŻssables, odieux, pervers et nuisibles. Leur but ? Tenez-vous bien : ils sont lĂ  pour nous faire chier (et le mot est faible) ! Nous allons donc assister Ă  l’invasion de la Terre par ces gnomes perfides, et assister aux consĂ©quences qui en dĂ©coulent

 
Cet ouvrage de SF de Fredric Brown (1906-1972) a Ă©tĂ© publiĂ© pour la premiĂšre fois en 1954 dans la revue Astounding. Ce qui m’a Ă©tonnĂ©e, c’est le cĂŽtĂ© intemporel de cette histoire. De nos jours, elle se lit trĂšs bien aussi, et trĂšs franchement, je n’aurais pas pu dire qu’elle avait Ă©tĂ© Ă©crite il y a plus de 60 ans. C’est donc un bon point.
 
Les personnages, par contre, ne sont pas des plus intĂ©ressants, ni leur petite vie d’ailleurs. Mais ce qui pimente la chose, c’est de voir les Martiens dĂ©barquer dans le quotidien des divers protagonistes pour tout y chambouler et semer la pagaille. LĂ  ça devient amusant. Du coup, les ingrĂ©dients fades et maigres en bouche deviennent un plat riche et savoureux !
 
L’histoire est divisĂ©e en 5 parties, en une structure claire et acadĂ©mique : prologue, arrivĂ©e des Martiens, sĂ©jour des Martiens, dĂ©part des Martiens, Ă©pilogue. MalgrĂ© quelques longueurs et explications tirĂ©es par les cheveux, la plume de Brown ne manque pas de verve, et de ce fait, on se laisse volontiers embarquer dans ce rĂ©cit Ă  la fois rocambolesque et divertissant. Loin d’ĂȘtre un bijou d’humour, comme indiquĂ© sur le quatriĂšme de couverture, ce roman m’aura tout de mĂȘme arrachĂ© quelques sourires.
 
En conclusion, j’ai passĂ© un bon moment en compagnie de ces garnements de Martiens. C’est une histoire un peu plus riche qu’il n’y paraĂźt, il faut creuser sous la surface pour y extraire quelques Ă©lĂ©ments de rĂ©flexion qui me semble ĂȘtre toujours d’actualitĂ©, d’oĂč cette notion d’intemporalitĂ© Ă©voquĂ©e plus haut. « Martiens, go home ! Â» est un petit roman qui traite avec lĂ©gĂšretĂ© et humour un thĂšme maintes fois abordĂ© dans la Science-fiction (l’invasion extraterrestre), mais de maniĂšre diamĂ©tralement opposĂ©e Ă  ce que proposent actuellement les grosses productions amĂ©ricaines. Et cela fait du bien.

Nota bene

Je dĂ©plore le post-scriptum en fin d’ouvrage dans lequel l’auteur explique qu’il a Ă©tĂ© sommĂ© par son Ă©diteur de s’expliquer vis-Ă -vis de ses lecteurs, l’éditeur trouvant qu’il est dĂ©loyal de ne pas satisfaire la curiositĂ© des lecteurs. Comme le dit trĂšs justement l’auteur – la requĂȘte est dĂ©loyale. Pour ma part, la chute m’a plu telle quelle. Il n’était pas nĂ©cessaire de le forcer Ă  ĂȘtre trop prĂ©cis.

Pour aller plus loin...


Koyolite Tseila
PassionnĂ©e de Science-fiction, d’Imaginaire et de rĂ©cits maritimes depuis toute petite, ce sont des... En savoir plus sur cet auteur



💬Commentaires

1.Posté par Miroirs SF le 10/04/2017 20:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MiroirsSF
D'accord avec toi sur le cÎté intemporel. Et plus que d'accord avec toi sur le post-scriptum qui montre le ridicule de l'éditeur de l'époque...
Ce que j'aimerais pour ma part, c'est qu'un écrivain doté d'une bonne plume s'essaye à ce type d'humour, que je préfÚre pour le coup de beaucoup à celui des britanniques (je pense évidemment au Guide du voyageur galactique). Les auteurs de SF ne s'y essayent pas assez, alors qu'il y a de la matiÚre je pense.

2.Posté par Koyolite TSEILA le 14/04/2017 12:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
KoyoliteTseila
Dans ce cas, je te recommanderais un livre de John Scalzi : Imprésario du TroisiÚme Type ^-^

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facĂ©tieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est rĂ©ussi lorsqu’aprĂšs avoir cliquĂ© sur « ajouter », vous voyez en encadrĂ© et en rouge le texte « Votre commentaire a Ă©tĂ© postĂ© ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du RĂšglement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se rĂ©serve le droit de supprimer les commentaires contraires au rĂšglement.

⚓Recherche :



⚓Membres sur le pont
DumĂš ANTONI
Robert YESSOUROUN
Christobal COLUMBUS
Thierry B.
Paul DEMOULIN
TĂ©nĂšbres PATATE
HĂ©lĂšne DESTREM
Jean Christophe GAPDY

💬Commentaires et avis