Menu

Notez
Films

        

Le Voyageur imprudent ou L'Habit vert | 1982


Un article ajouté/rédigé par | 03/05/2022 | Lu 243 fois




Le Voyageur imprudent ou L'Habit vert | 1982
Un physicien fait une découverte incroyable : une pilule permettant de remonter le temps. Le hasard de la guerre place un professeur de mathématiques sur sa route. Les deux compères envisagent d’améliorer cette pilule pour œuvrer en faveur d’un monde meilleur. Mais peut-on jouer impunément avec le temps ?

Présentation

En préparant l'article sur Le Voyageur imprudent (1944) de René Barjavel, j’ai découvert une adaptation de Pierre Tchernia pour la télévision, en 1982. Il avait adapté auparavant le Passe-muraille de Marcel Aymé, un héros qu’on pourrait imaginer en team-up avec le Diable Vert.

C’est daté, les effets spéciaux sont très low-cost (on dit « de chez Wish » paraît-il de nos jours), mais c’est un autre voyage temporel. Je remonte ma ligne de vie jusqu’à mes un an, et je retrouve des productions télé à la Fantômette avec des machines pleines de diodes et de boutons, qui font de la fumée, le bruit de yoyo de la flûte à coulisse, le bruitage de tire-bouchon pour les disparitions , le bruit blanc des dialogues sans fond sonore ni post-synchro… Les décors de fatras sont dignes de Pas de pitié pour les croissants, on croise Michel Fortin, le Zavatter de Nestor Burma, Jean-Marc Thibault a la tête que je lui ai connue dans Maguy, bref que des souvenirs !

La qualité du programme en lui-même n’est pas exceptionnelle, il a fallu aussi remanier la trame du récit pour coller à quelques contraintes de tournage, j’imagine. On retrouve néanmoins l’essentiel du récit, une petite boucle à la Interstellar avec un pot de fleur, et on ne fait pas l’impasse sur la question de la guerre perpétuelle qui hante Saint-Menoux, et qui est résonne très fort aujourd’hui. Bien que le futur soit une maquette, il y a tout de même un certain trouble à imaginer Paris sous les décombres, Notre-Dame en ruines. En revanche, on ne verra pas l’an mille.

Pierre Tchernia apporte une touche personnelle avec l’étonnement de Jean-Marc Thibault-Essaillon d’après guerre qui s’étonne du prix de la pomme de terre dans les années 1980 : « aucune augmentation malgré l’inflation, ça m’épate ». On était passé depuis plus de vingt ans au nouveau franc, mais on sent que ça marquait encore les esprits de ceux qui les ont convertis jusqu’au passage à l’euro (parfois même après).

Le casting est plutôt sympathique, Jean-Marc Thibault est plus lumineux que l’Essaillon original, le jeune Thierry Lhermitte est charmant, et c’est émouvant de voir la jeune Anne Caudry, petite-fille de Georges Bernanos, morte prématurément à 34 ans du SIDA. Je cite aussi le caméo de Michel Serrault dirigeant Faust à l’opéra (il jouait le rôle titre du Passe-Muraille, il y aurait peut-être un Tcherniaverse?) et Jean Bouise en juge paumé de 1890 face à l’homme qui lui vient du futur.

Je verrais bien un remake contemporain, avec Mathieu Duméry et Lenie Cherino en tête d’affiche.


Dans la même rubrique :
< >
     



Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.