Menu

Notez
Livres

        

Le Navire des Glaces

The Ice Schooner (1969)


Rédigé par le 11/03/2020 | Lu 552 fois




Le Navire des Glaces
Quand Konrad Arflane perdit le commandement de son navire, il prit ses skis et partit au hasard. Il voulait être au calme pour réfléchir et décider s'il devait vivre ou mourir. La banquise recouvrait la Terre entière : que pouvait faire un capitaine sans son navire des glaces ? Konrad croyait aux vieilles idées : le cours naturel de toutes choses allait vers le froid absolu et la mort. Une tradition parlait de New York, où les Spectres du Gel, depuis l'aurore des temps, tiennent leur cour dans le palais mythique de la Glace-Mère. Certains osaient dire que le soleil se réchauffait, que la Glace-Mère était mourante : des impies ! Jadis, il y avait eu la saleté, le vert, la vie ; mais la mort a toujours le dernier mot. Konrad, le capitaine fou, était l'Élu de la Mère, le seul homme capable de conduire un vaisseau jusqu'à New York, à la recherche du savoir qui changerait le monde. Et ça se savait.

Fiche de lecture

Nous sommes deux millénaires après notre ère. La Terre est depuis lors dans une période de glaciation. Toute la surface du globe semble entièrement recouverte de glace. Le genre humain est réduit à quelques peuples du Sud réunis en huit cités souterraines et concurrentes commercialement.

Si la faune n’est réduite qu’à quelques espèces d’ours des glaces, elle comporte aussi les baleines de terre, espèce animale inconnue de la taille d’un cétacé, mais recouverte de poils et se déplaçant sur la glace.

L’Homme s’est adapté et ne pouvant plus naviguer sur l’eau, a conçu des gigantesques navires sur patins lui permettant de survivre en chassant principalement cet animal, tels que le faisaient les baleiniers de l’ancienne époque.

L’Homme ne supporte plus la chaleur et prie aujourd’hui la déesse Glace-mère, persuadé qu’un jour elle emportera tout avec elle, car tout doit toujours refroidir continuellement ; telle est la destinée du Monde…
 
Un jour, un homme nommé Arflane sauve un autre homme perdu sur la glace. Ce dernier lui parle d’une ville, New-York, qui serait le cœur même de la Glace-mère. Un équipage est réuni, un très puissant navire, l’Esprit des Glaces, est armé et l’aventure commence… 

Lire un livre dont les 50 dernières pages se sont détachées est une GALÈRE !
Lire un livre dont les 50 dernières pages se sont détachées est une GALÈRE !
Je ne suis pas du genre à juger l’auteur d’un livre, les commentaires qui vont suivre ne sont que mon avis sur le livre et, malgré tout, mon petit avis tout de même sur Moorcock.

Dès le début de l’histoire, nous sommes plongés dans un univers qui pousse notre curiosité et qui donne envie de continuer de lire. Les paysages, les personnages et les navires sont longuement décrits mais...

Coté paysages, villes ou ports : on se les visualise très bien à force de décrire tout au long des pages ce blanc infini, cette banquise, ces crevasses, cette lumière qui se reflète sur la glace, cette neige piquante et giflante. Tous ces détails sont récurrents jusqu’aux dernières pages du bouquin.

Les navires : là, honnêtement, ça commence à se compliquer. Moi-même étant un féru de bateaux depuis de nombreuses années, je ne suis pas parvenu à me représenter ces gigantesques navires sur patins à glace et qui ne peuvent en aucun cas se retrouver sur l’eau en cas de bris de la banquise. Et il en va de même pour le port. Nous sommes dans une fiction futuriste de notre monde, j’en conçois. Ce qui me perturbe et qui m’est totalement incohérent, c’est que ces navires glissants dévalent des pentes (parfois abruptes) lorsqu’ils naviguent. Il faudra m’expliquer comment, rien qu’à la force du vent, ils peuvent revenir au port d’attache.

Les animaux : les baleines de terre poilues de la taille d’un cétacé - capables même de détruire un navire pendant la chasse – me sont impossibles à imaginer.

Les personnages : toujours détaillés à longueur de l’histoire sur leurs vêtements de fourrures, leurs postures, leurs façons de tenir leurs harpons (à multiples pointes toujours et toujours) sous le bras, leurs barbes blanchies de neige… et comment savent-ils boire de l’eau dans un monde continuellement en gel ?

Les répétitions : le pire à lire !

Alors enfin, c’est là que je me permettrai de dire que l’auteur a fait preuve d’un gros manque d’originalité et de diversité dans les réactions et mimiques de ses personnages : « il haussa les épaules », « il hocha la tête », « son harpon sous le bras »… Alors là, je n’en peux plus de lire ces mots, ce détail qui revient et revient à longueur de pages, à longueur de lignes, à longueur de mots, jusqu'à saturation, jusqu'à écœurement : Je n’en PEUX plus !

Ai-je aimé Le Navire des Glaces ? Sentiment mitigé pour ma part...




Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 11/03/2020 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Eh bien ! C‘est un livre que je n’aurai pas besoin de me procurer. Je choisirai un autre livre de cet auteur. Merci, courageux et vaillant historien maritime, d‘avoir affronté le blanc infini de la banquise, harpon sous le bras, pour nous conter ce retour de lecture. Un livre et un puzzle, deux articles pour le prix d'un, ça vaut la peine ;-)

2.Posté par Laura OCYARAN le 11/03/2020 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ocyaran
Je l'ai lu il y a des années et... je ne me rappelle de rien! ça veut dire que c'était pas terrible et pourtant j'aime bien Moorcock...;-)

3.Posté par Christobal COLUMBUS le 11/03/2020 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ChristoColumbus
Capitaine, si vous ne voulez pas le livre, je vous conseille tout de même son puzzle car vous verrez, remettre les pages dans le bon ordre après qu'il ai glissé de la table de chevet est un véritable passe-temps ! Hahahaha ! ;-)

Nouveau commentaire :
SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de supprimer les commentaires qui sont contraires au Règlement.

Recherche dans les cales :