Menu

Notez
Livres de Jules Verne

        

La journée d'un journaliste américain en 2889, suivi de Le Hambug | Jules Verne | 1889


Un article ajouté/rédigé par | 25/02/2023 | Lu 455 fois




La journée d'un journaliste américain, suivi de Le Humbug @ 2018 P.R.N.G. Éditions
La journée d'un journaliste américain, suivi de Le Humbug @ 2018 P.R.N.G. Éditions

Illustration et quatrième de couverture

La Journée d'un journaliste américain en 2889, nouvelle publiée initialement en anglais, en 1889, dans la revue américaine The Forum, puis dans le recueil posthume Hier et Demain, en 1910.

Sur un ton volontiers sarcastique l'auteur s'essaie à imaginer la vie en 2889 au travers de la journée de travail d'un patron de presse bien peu recommandable en fait. Oscillant entre deux tendances (où l'on retrouve, peut-être, la patte de Michel Verne, le fils) : l'optimiste, la foi en l'avenir que transcende le progrès et les sciences d'un côté, et la pessimiste avec cette sombre vision d'un monde où l'information est contrôlée et monopolisée de l'autre. Thématiques qui traverseront le XXe siècle et restent de non moins brûlante actualité au XXIe ! Mais l'on retiendra aussi le catalogue fabuleux - et parfois aussi inquiétant que dans notre propre réalité - d'inventions décrites dans cette nouvelle.

Le Humbug fait partie également du recueil Hier et Demain (contes et nouvelles publiées en 1910, après la mort de Jules Verne). Mot anglais signifiant "fumisterie" ou "canular". Comment du récit d'une escroquerie dans l'Amérique des années 1860, Jules Verne réalise une dénonciation des dérives de la publicité qui n'en est encore qu'à ses prémices.

Illustration de la nouvelle de Jules Verne "Le Humbug" par George Roux, Augustus Hopkins se servant de la publicité | Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6212316
Illustration de la nouvelle de Jules Verne "Le Humbug" par George Roux, Augustus Hopkins se servant de la publicité | Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6212316

Fiche de lecture

La journée d’un journaliste américain en 2889

Cette nouvelle est parue pour la première fois en anglais en 1889 dans la revue américaine The Forum, puis en 1910 dans le recueil posthume Hier et Demain. Elle est officiellement de Jules Verne, mais il se pourrait bien qu’en réalité, elle soit plutôt de son fils, Michel Verne.

Donc, en 1889, Jules Verne imagine ce que serait le monde mille ans plus tard grâce aux avancées réalisées en matière de progrès et dans le domaine de la santé.

En guise d’introduction, ces quelques lignes :
« Les hommes de ce XXXIXè siècle vivent au milieu d’une féerie continuelle, sans avoir l’air de s’en douter. Blasés sur les merveilles, ils restent froids devant celles que le progrès leur apporte chaque jour. Tout leur semble naturel. S’ils la comparaient au passé, ils apprécieraient mieux notre civilisation, et ils se rendraient compte du chemin parcouru. Combien leur apparaîtraient plus admirables nos cités modernes aux voies larges de cent mètres, aux maisons hautes de trois cents, à la température toujours égale, au ciel sillonné par des milliers d’aéro-cars et d’aéro-omnibus ! »

An 2889. New York. Nous suivons la journée d’un journaliste américain, Francis Benett, roi des journalistes et richissime patron du journal Earth Herald, au cœur de son colossal empire, l’Hôtel, où l’on peut avoir un aperçu de toutes les inventions technologiques les plus incroyables, véritable ensemble de merveilles.

Nous allons ainsi découvrir – entre autres - le phonotéléphote (bonjour visioconférence), la publicité sous forme d’immenses affiches réfléchies en continu par les nuages (bonjour le matraquage publicitaire), la cryogénisation, le piano-compteur-électrique, c’est-à-dire un appareil totalisateur permettant d’effectuer des calculs impressionnants (bonjour calculatrice), des tubes pneumatiques jetés à travers les océans dans lesquels on transporte les voyageurs à une vitesse de 1500 km/h, etc.

Nous apprendrons également que grâce aux progrès en matière d'hygiène, à une activité physique (gymnastique) régulière et à la préparation d’aliments aseptiques, l’espérance de vie moyenne est passée de 37 ans à 68 ans.

Ce qui est intéressant dans cette nouvelle, c’est l’aspect visionnaire. En revanche, le récit ne m’a pas emballée plus que ça. En effet, on est plus dans un étalage d’innovations technologiques que dans une histoire à proprement parler. Cependant, je peux tout à fait imaginer qu’en son temps ce texte futuriste ait fait sensation.

Le Humbug

Cette nouvelle de Jules Verne, écrite vers 1870, ne fut jamais publiée de son vivant. C’est son fils, Michel qui l’a reprise en 1910 pour une publication chez Hetzel dans le recueil Hier et Demain.

Il s’agit d’une histoire rigolote se déroulant en 1860 en Amérique et s’articulant autour d’une vaste fumisterie – découvrira-t-on ultérieurement – orchestrée par un entrepreneur/spéculateur du nom d’Augustus Hopkins, personnage extravagant dont le narrateur fait la connaissance à bord du Kentucky, un bateau de croisière en partance de New York pour Albany, alors qu’il est en compagnie de la pétillante Mrs Melvil. L’homme d’affaires compte bien créer une exposition universelle dans la ville d’Albany pour en mettre plein les yeux aux visiteurs et par la même occasion, s’en mettre plein les poches. C'est alors que durant les travaux de fondation, l’entrepreneur tombe sur un os (c’est le cas de le dire !). Cette étonnante découverte pourrait bien chambouler ses projets…

J’ai eu plaisir à cette lecture dénonçant les dérives de la publicité, qui à l’époque, n’en était qu’à ses prémices. Je l’ai trouvée plus divertissante et amusante que la précédente nouvelle. Je ne m’attendais pas du tout à la chute, le mystère est bien entretenu !

En conclusion

Voici deux nouvelles, que j'ai lues par curiosité, dans lesquelles je reconnais l’influence de Jules Verne, mais pas vraiment son style, ni son talent de conteur hors-pair. Même si Michel Verne s’est bien débrouillé, n’est pas Jules Verne qui veut !

Vous avez aimé cet article ?

N'hésitez pas à commander l'ouvrage évoqué via notre lien d'affiliation. Ainsi, vous soutenez le Galion ! 👉 https://amzn.to/46OfNs8

Koyolite Tseila
Copyright @ Koyolite Tseila pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur


💬Commentaires

1.Posté par Southeast JONES le 24/10/2023 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

southeast
Jules Verne est un grand, un très grand ! Je dois avoir lu presque tous ses romans étant plus jeune, et je ne vous parle pas de H.G.Wells dont j'ai dévoré les romans ! J'ai essayé de relire quelques classiques de ces deux fabuleux auteurs, mais, oui, y a un mais, j'ai eu beaucoup de mal avec cette écriture "à l'ancienne". Et c'est dommage.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

Le Galion des Etoiles est un site sans publicité. Vous aimez nos articles, matelots ? Vous pouvez faire un don et ainsi soutenir Le Galion des Etoiles. Merci !