Menu

Notez
Livres

        

La dernière Machine | Jean-Marc de Vos | 2022


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 08/12/2022 | Lu 1119 fois






La dernière Machine @ 2022 Jean-Marc de Vos
La dernière Machine @ 2022 Jean-Marc de Vos

Illustration et quatrième de couverture

Tantôt alliées, tantôt ennemies, abhorrées un jour, adulées le lendemain, parfois dans la lumière, souvent dans l’ombre, elles ont accompagné toutes les aventures de l’humanité, de sa naissance à son extermination, ont nourri tous ses rêves et ont attisé toutes ses convoitises,

Permettez-moi de profiter de l’occasion pour vous en présenter quelques-unes : le céphalotransmetteur des Chtarrouk, Hadès, le perceur d’Angéon, les véto-transformations de Marcuse, le géocroiseur percuteur d’Hani, la dernière machine du docteur Reich, le Versatile Masked Face System, le miroir à intrication quantique régénérée, l’arche spirituelle de Tom, l’engin dans le mur de Jérémy, Darkness, la Vaticana et Voyager.

Ce sont toutes des « dernières machines » !

Quatorze nouvelles de Science-Fiction, Anticipation, Fantastique, 14 pépites qui renouent avec une SF « plaisir », ambiance Pulp – Old School garantie. Un recueil où l’auteur ratisse large : tous les lieux imaginables et inimaginables, toutes les époques, toutes les situations. Et puis, il y a toujours une machine.

Sommaire
 
2. Hadès
3. Ceux d'en bas
4. Bubble City
5. Hiver sur Martingale
6. La mère de toutes les peurs
7. La dernière machine de Reich
8. Exhibition
9. Haptophobique Transgression
10. Georges, Notre Sauveur
11. Droit dans le mur
12. La dernière séance
13. Bibliotheca Apostolica Vaticana
14. Les Murides 

Lien utile

Acheter le livre chez Amazon
👉 https://amzn.to/48JwS7X

Jean-Marc De Vos présente son recueil de nouvelles

Depuis quelques années, dans un coin de mon disque dur, j’accumule des nouvelles de SFF (science-fiction, fantastique) avec lesquelles j’ai participé à des concours d’écriture, que j’ai soumises sur des forums, ou encore que j’ai proposées suite à des appels à textes.

Je n’avais jamais nourri le dessein de les rassembler dans un ouvrage, mais de mauvais camarades auteurs m’ont poussé à en mettre certaines davantage en lumière.

J’en ai sélectionné quatorze.

Huit d’entre elles atteignirent de modestes podiums, parfois à la première place, l’une figure dans un recueil des Artistes Fous Associés et deux autres sont en attente de publication.

J’en profite pour remercier les anthologistes de leurs autorisations. Pour agrémenter le bouquet, j’y ai rajouté trois récits inédits.

Ces histoires ont toutes été écrites en mode « plaisir », j’espère que vous en retirerez autant à les lire que moi lorsque je les ai couchées sur le papier.

(Texte @ Jean-Marc De Vos)

"La dernière machine", fiche de lecture de Koyolite Tseila

« Un recueil de nouvelles, c’est comme une boîte de bonbons. On en prend un de temps en temps, quand on se pose dans le vieux fauteuil au coin du feu, avec un café ou un rhum… Juste pour arrêter le temps et se faire plaisir. »

Cette phrase que Jean-Marc De Vos a écrit sur l’une de mes publications Facebook fait écho en moi, car c'est exactement ce que j’ai ressenti à chaque fois que je me suis confortablement installée dans mon fauteuil, un thé ou un verre de vin blanc à la main selon l’heure de la journée, pour choisir et lire – ou plutôt, pour savourer - l’un des textes de son recueil La dernière Machine. Des sentiments de joie et de curiosité m’ont accompagné durant la découverte de chacune de ces histoires.  

Au travers de ses récits, Jean-Marc De Vos nous propose toute une palette de machines différentes dont chacune a ses propres spécificités et une utilité bien précise. Elles présentent néanmoins toutes un point commun et pas des moindres : ce sont des dernières machines

J’ai énormément apprécié le fait que chacune des nouvelles soit assortie d’une brève introduction personnelle et informative de l’auteur. Ces notes sont une plus-value permettant de bien situer le contexte d’écriture ou la genèse de certaines idées pour l’élaboration d’un récit.

J’aimerais également souligner le fait que ce recueil de nouvelles de science-fiction est l’un des meilleurs que j’aie lus jusqu’à présent (et je lis depuis longtemps !) et ceci pour plusieurs raisons : Jean-Marc De Vos est très bon conteur et maîtrise l’art de la narration, ses textes sont de qualité et l’on remarquera le soin apporté à l’écriture, ses récits sont originaux, divertissants et variés, et pour ne rien gâcher, quelques petites touches d’humour bienvenues sont distillées par-ci par-là. En résumé : plaisir !  

Il est à noter que Jean-Marc De Vos est un auteur auto-édité, par choix, et que – contrairement aux préjugés que l’on pourrait avoir à ce propos - ses textes sont meilleurs et plus soignés que ceux proposés par certaines petites maisons d’éditions peu professionnelles. A mes yeux, n’est pas forcément auteur(e) qui est publié de manière « officielle », mais bel et bien celle ou celui qui possède un don pour l’écriture et pour embarquer ses lecteurs. Et c’est assurément le cas ici.

Bref, je n’ai qu’un mot à dire : compliments !

Ci-dessous, je vous présente brièvement chacune des nouvelles avec mes impressions à chaud, telles que je les ai couchées sur le papier après lecture.

1 - Peur de rien !
Ecrire une petite histoire entre 3000 et 5000 caractères sur un thème imposé, en l’occurrence la phobie, est un sacré défi que Jean-Marc De Vos a relevé sans n’avoir peur de rien !  En quelques lignes, il expose le contexte, puis livre une histoire dans laquelle on est immédiatement immergé et ponctue le tout par une chute incroyable. Avec son humour omniprésent, ce petit texte est une mise en bouche sympa et prometteuse pour ce recueil de nouvelles.

2 - Hadès | 3 - Ceux d’en bas
Voici deux nouvelles ayant pour thème « le monde d’en bas » et qui sont excellentes. J’ai cru que je lisais du Arthur C. Clarke - c’est pour dire (!) - mais avec une touche de modernité. Je n’en dirai pas plus et vous laisserai le soin d’apprécier.

4 - Bubble City
Wouah ! Absolument génial et original que ce concept de Bubbles (des êtres vivants dans l’espace, évoquant un amas de bulles de chewing-gum) aménagés en partie par les soins d’un véto-ingénieur, afin d’offrir un habitat avec pesanteur aux personnes travaillant des mois durant dans l’espace. Néanmoins, à l’instar d’une bulle de chiclette, parfois les Bubbles éclatent sans crier gare. Et alors là, bonjour les dégâts. Mais au fait, pourquoi explosent-elles ces bulles ? C’est le mystère que doit tenter d’élucider au plus vite le véto-ingénieur…

5 - Hiver sur Martingale
Un récit à la sauce SF Golden Age sur les difficultés liées à l’exploitation des matières premières sur une nouvelle planète, servi par une super chute que je n’ai absolument pas vu venir ! Cool.

6 - La mère de toutes les peurs
L’épouvante originelle, la mère de toutes les terreurs, voilà ce que recherche, ancré au plus profond de notre cerveau, le docteur Rossius. Une horreur refoulée, tapie dans l’ombre qui, si elle pouvait être éradiquée, délivrerait les êtres humains de ce mal et supprimerait la moitié des troubles psychologiques des habitants de la planète. Une chute à glacer le sang, tant elle implique une situation épouvantable dont je redoute qu’elle se produise un jour. Un récit qui m’a beaucoup plu !

7 - La dernière machine de Reich
Alors là, il s’agit de la découverte d’une machine sortie tout droit du passé et conçue par un scientifique visiblement bien dérangé de tout là-haut ! Cette nouvelle, très prenante, a pour particularité de mélanger des faits réels, extraits de Wikipédia, et des éléments fictifs inventés par l’auteur. Le résultat est bluffant de crédibilité. Et les conséquences liées à l’exposition des rayons émis par cet appareil sont effrayantes. J’ai bien aimé cette histoire.

8 - Exhibition
Concept très intéressant, bien qu’inquiétant, que celui de ces « masques » que portent les gens en public, car montrer son vrai visage en société est désormais une abomination. Une réflexion sur l’évolution des réseaux sociaux dans nos sociétés dans un proche futur… Une nouvelle qui laisse tout pantois et invite à la réflexion.

9 - Haptophobique Transgression
Hi hi hi ! Il vous faudra lire ce petit texte de 5000 caractères pour comprendre ce que signifie ce titre aux mots savants ! Une histoire qui traite de la névrose liée aux contacts physiques. Un texte érotico-cocasse dont la chute m’a fait éclater de rire ! Pauvre Casimir, grand moment de solitude pour lui et son… zizi ! Hi hi hi !

10 - Georges notre sauveur
Voici l’histoire de Georges, un brave type, qui héberge toute l’humanité du cinquième millénaire dans sa tête, soit pas moins de deux milliards et des poussières de consciences… Vous vous en doutez, avoir autant de monde dans sa tête, qui en plus voit à travers vos yeux, ressent vos émotions et devine vos pensées, ce n’est – psychologiquement et physiquement - pas bon, mais alors pas bon du tout, comme l’apprendra ce cher Georges à ses dépens. Le tragique destin d’un sauveur que l’on ne peut pas sauver. Touchant, j’ai bien aimé.

11 - Droit dans le Mur
Comment réagiriez-vous si un vaisseau spatial miniature était « coincé » à l’intérieur du mur de votre salon et que ses occupants vous demandaient de l’aide pour les sortir de ce mauvais pas ? C’est le dilemme auquel se retrouve confronté Jérémy, qui vient d’acheter cet appartement et d’y emménager…
Un vaisseau spatial dans le mur de mon salon… Là je me représente la scène et je me marre ! En voilà une idée qu’elle est chouette, le pitch de départ m’a beaucoup plu, digne d’un scénario d’un épisode de La Quatrième Dimension. Franchement cool, même si j’ai vu arriver la chute grosse comme une montagne. Une histoire de science-fiction rigolote et divertissante !

12 - La dernière séance
Une nouvelle tout à fait d’actualité, puisqu’il est question d’une IA – Darkness - à qui l’on confie l’entière élaboration d’un film dans le but de gagner énormément d’argent - un exemple d’utilisation de l’intelligence artificielle à mauvais escient – et qui se termine sur un final qui en met plein la vue. J’ai beaucoup apprécié cette histoire qui m’a diverti, car tout au long de la lecture, je n’ai pas arrêté de me demander et d’imaginer ce que Darkness allait concocter en guise de film « chef-d’œuvre ultime ». Je n’ai pas été déçue par la dernière séance ! Fiat lux !

13 - Bibliotheca Apostolica Vaticana
Moi et la religion ça fait deux, mais l’idée d’une bibliothèque ultime érigée par le Vatican m’a intriguée. Ce n’est pas ma nouvelle préférée, mais ce n’est pas la faute de l’auteur, juste la mienne, probablement par manque de Foi. Quoi qu’il en soit, je suis ressortie de cette lecture très impressionnée par l’immensité du projet imaginé.

14 - Les Murides
Il s’agit ici d’une belle mise en bouche pour L’Ambassadeur, le premier roman de Jean-Marc De Vos. On sent que l’univers en toile de fond à cette nouvelle est immense et fouillé. Nous découvrons les Murides, un peuple extraterrestre dont le monde est condamné et qui part en exil à bord de vaisseaux en direction de la terre promise, qui malheureusement, est déjà occupée, par nous, les Terriens ! Ainsi commence cette histoire, telle une petite graine en train de germer et qui ne demande qu’à pousser. Et cela sent bon le space opera. Pour connaître la suite, il ne reste donc plus qu’à lire le livre précité.



Koyolite Tseila
Copyright @ Koyolite Tseila pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

💬Commentaires

1.Posté par Patricia NAYHOUSTON le 25/12/2022 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Patricia
Ceux qui me connaissent savent combien j'apprécie les romans de Jean-Marc De Vos.
Ayant eu l'occasion de lire certaines de ses nouvelles, je me suis réjouie de la création de ce recueil. Pour tout vous dire, tous les écrivains ne sont pas doués pour ce format mais lui l'est assurément!
On y retrouve sa "patte": humour, réflexion et imagination. Et quelle imagination! S'agissant de nouvelles, il était indispensable de varier les thèmes, le ton et même le style pour éviter la monotonie. Pari tenu!
S'il est toujours question de machines, aucune ne ressemble à la précédente! Du vaisseau spatial aux appareils de forage agressant une planète vivante en passant par le concepteur de films ou le miroir quantique, je vous promets que vous allez voyager!
Et rire! Et réfléchir!
Jean-Marc, je te sais fertile et j'espère que tes autres nouvelles ne resteront pas dans un tiroir!

2.Posté par Robert YESSOUROUN le 28/12/2022 20:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yessouroun
D’emblée, le titre s’impose ambigu : renvoie-t-il à la machine dernier cri, le nec plus ultra technique ou à l’engin qui restera sans successeur, le der des der ?
Mais une autre ambivalence est suggérée : La dernière machine implique-t-elle une solution finale, ou une rupture définitive de la production des machines ? Rupture due à un cataclysme ? Provoqué par l’ultime mécanique ? On pense à Terminator.
On le voit, d’entrée de jeu, l’horizon d’attente est complexe, entrelacé. Au fond, le lecteur sent confusément que la FIN chez Jean-Marc De Vos en promet des vertes et des pas mûres, elle est du genre grave.
Et, en effet, à la lecture, la chute de la plupart des 14 nouvelles flirte avec un dénouement à l’échelle astronomique. Le grand chambardement fait piètre figure à ses côtés. On pourrait parler de mégalo-fin.
Bien des protagonistes dans ces récits (les pauvres) sont dépassés par l’évolution radicale qui emporte sens et bon sens. On flaire comme un parfum de raté magistral dans nombre de ces histoires, dans lesquelles triomphe l’adversité démesurée (par exemple, dans Hiver sur Martingale). Une exception, toutefois, La dernière machine de Reich (un disciple rebelle de Freud qui fantasmait sur l’orgasme) : au bout du compte, cette source de cruauté (et non de jouissance) semble tarie ou contenue.
Parfois, le héros réussit un exploit colossal, surhumain, mais à quel prix (Georges, Notre Sauveur) ? Dans Droit dans le mur, dont le titre suggère un échec, l’antihéros ne sauve personne et se paie l’arnaque du millénaire. La dernière séance nous propose le film ultime et ce n’est pas rien que ce film-là ! Et que dire de l’enjeu de Bibliotheca Apostolica Vaticana ? C’est qu’il s’agit de sauver Dieu de la fin de l’univers. Et là, cela va marcher, mais sans témoin…
La dernière nouvelle, Les Murides présente le progrès technologique sous son pire jour : il augure un anéantissement (ou quelque chose qui y ressemble).
Finalement, dans ce recueil, la machine est annonciatrice des pires revers. Sauf, peut-être si cette dernière était un Livre…
L’écriture est fluide, les dialogues sont vivants. La plume de Jean-Marc De Vos est agréable, la narration toujours surprenante. Quoi qu’il en dise, c’est un écrivain qui n’ennuie jamais son lecteur. À noter que chaque nouvelle est introduite par un bref éclairage à la manière de La grande anthologie de la science-fiction (par exemple Histoires de machines). Ici, le commentaire est de l’auteur lui-même.

3.Posté par Southeast JONES le 08/06/2023 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

southeast
La honte soit sur moi et ma descendance jusqu’à la millième génération ! Façon de parler, je n’ai pas de môme, enfin… que je sache ^^. Bref, j’aurais dû laisser mon avis depuis un bout de temps déjà. Mais voilà, en dehors de raconter des histoires, j’ai toujours trouvé compliqué de raconter (comprenez « chroniquer) celles des autres, dès lors je laisse ça à Ceux Qui Savent. J’ai bien sûr lu cette petite friandise et, comme pour tout ce qui sort de la plume, ou plutôt du clavier de Jean-Marc, j’ai passé un bon, que dis-je, un excellent moment. Je connaissais déjà son talent de nouvelliste dont le drôlatique « Droit dans le mur » in Strange Crazy Tales of Pulpe aux éditions des Artistes Fous et « La dernière séance » qui nous présente LE film ultime (à également paraitre chez le même éditeur titre et date de sortie encore inconnue, mais ce sera incessamment sous peu aux environ de, peut-être, fin d’année ou, si ça se trouve, début 2024. Difficile de faire plus clair, non ?) Où en étais-je ? Ah oui, lire Jean-Marc de Vos, c’est se faire du bien au cœur et à l’esprit, c’est aussi l’assurance d’une déconnexion totale de la réalité, pour peu qu’on se laisse aller dans ses univers.

4.Posté par Christobal COLUMBUS le 11/11/2023 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ChristoColumbus
Tout triangle est formé de trois sommets. Lorsque que ces trois sommets sont situés aux confins des profondeurs de la terre, de l'Univers et du cerveau humain, il s'agit du Triangle de Jean-Marc De Vos ! Vous cherchez un moyen d'accéder à ce triangle ? Ouvrez-y un passage avec ce recueil de nouvelles qu'est cette "dernière machine" mais attention, vous allez naviguer sur un océan intriguant...
De bien bons récits qui ont chacun leur surprise, une chute dont on ne s'attend pas.
Si cet ouvrage a été pour moi comme un portail pour découvrir l'univers de cet auteur, je suis impatient de voguer plus loin dans ce triangle pour y découvrir d'autres mystères.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.