Menu

Notez
BD

        

La Baleine blanche des Mers Mortes | 2021


Un article ajouté/rédigé par | Lu 160 fois




La Baleine blanche des Mers Mortes | 2021
Mers et océans ont disparu. L'eau s'est évaporée. Tous les animaux marins sont morts.

Dans un monde changé en désert, la mer fantôme revient hanter les hommes.

Paris en ruines tremble sous l'ombre d'une baleine blanche et seuls les musiciens de l'Opéra parviennent à canaliser sa fureur en jouant pour elle.

Jusqu'au jour où deux voyageurs s'en mêlent : une femme qui danse avec les méduses et un homme au passé trouble. Sont-ils du côté des survivants ou de celui des spectres ?

Fiche de lecture

Disons-le tout net : je ne suis vraiment, mais vraiment pas fan des univers post-apo avec des zombies. J’avais d’ailleurs eu, durant ma période Kingesque, du mal à avaler « Simetierre », y compris à cause du chat.

Pourtant, j’ai lu avec délice « Mers mortes » (Prix Imaginales des bibliothécaires 2020 et PLIB 2021) d’Aurélie Wellenstein. Aussi, lorsqu’au dernier salon des Aventuriales 2021, j’ai eu l’occasion d’acquérir la BD associée (scénario Wellenstein et illustrations Boiscommun, chez Drakoo), n’ai-je pas hésité.

Disons-le, là aussi avec clarté : notre monde court vers de sombres désastres écologiques, nous le savons, bien qu’aucun gouvernement ni surtout grand capitaine d’industrie ne s’en inquiète vraiment. Dans cette histoire, les désastres ont eu lieu : l’homme a détruit les océans et ses habitants ; le monde n’est plus qu’un désert hanté par les peuples marins qui attaquent les humains et dévorent leurs âmes, zombies volants, terribles et mortellement dangereux.

Paris n’est plus que ruine. Guidés par une baleine blanche – Moby Dick du futur – les animaux viennent régulièrement par vagues – les marées hautes aléatoires – assaillir les derniers survivants. Étrangement, ce sont les exorcistes, mais aussi la musique – celle du dernier orchestre de l’Opéra de Paris – qui contiennent et permettent de se protéger de ces attaques. Si ce n’est que ce monde agonisant est troublé par deux arrivants bien particuliers : Chrysaora, une jeune femme capable de danser avec les fantômes des méduses, et Bengale, un étrange voyageur sachant se protéger seul, bien que sans pouvoirs exorcistes.

L’histoire est intrigante dès la première page alors que nous suivons Bengale et sa rencontre avec la danseuse aux méduses, tous deux du côté des animaux plus que des hommes. L’histoire reprend, agréablement et en images, celle des « Mers mortes », en plus court (format BD oblige), mais tout aussi dramatique. Le dessin est clair et riche en couleurs, nous offrant régulièrement une page au fond océanien. Mêlant espoir et futilité autant que grandeur et déchéance humaine, le message est clair : nous aurons le futur que nous préparons et les animaux ont autant de droits à vivre que nous.

La BD se termine par un cahier imagé des « petites pensées futiles et HYPRA importantes de Chrysaora », étalées sur plusieurs mois lors de la grande catastrophe et de sa montée à Paris dont les ruines s’offrent à elle « seule ».

Après avoir refermé cet opus, j’avoue aussi espérer que d’autres adaptations suivront, que ce soit celle du « Roi des fauves », « Yardam », « Le dieu oiseau » ou « Le désert des couleurs », trois de ses autres romans de Fantasy.

Et si vous ne connaissez pas les œuvres d’Aurélie Wellenstein, dont celle-ci qui tient autant de la fable futuriste et écologique que de la Fantasy, voici une excellente introduction graphique à son roman « Mers Mortes ».

Les dédicaces d'Aurélie Wellenstein s'accompagnent d'un tampon de méduse en parfaite adéquation avec l'histoire.
Les dédicaces d'Aurélie Wellenstein s'accompagnent d'un tampon de méduse en parfaite adéquation avec l'histoire.

Dessin @ Olivier Boiscommun
Dessin @ Olivier Boiscommun

Scénario @ Aurélie Wellenstein | Dessin @ Olivier Boiscommun
Scénario @ Aurélie Wellenstein | Dessin @ Olivier Boiscommun

Scénario @ Aurélie Wellenstein | Dessin @ Olivier Boiscommun
Scénario @ Aurélie Wellenstein | Dessin @ Olivier Boiscommun

Source

Illustrations : scans réalisés à partir de mon édition privée


Dans la même rubrique :
< >
 
JC Gapdy
J.C pour Jean Christophe Gapdy, écrivain de passion. Je suis franchement dans les genres de... En savoir plus sur cet auteur



Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :


Blog partenaire


⚓️Membres sur le pont
Frank GONZALEZ
Christobal COLUMBUS
Robert YESSOUROUN
Thierry B.
Djackdah NIELLE
Koyolite TSEILA
Didier REBOUSSIN
Erwelyn CULTURE MARTIENNE

💬Commentaires et avis