Menu

Notez
Livres

        

L’étrange Planète Orga | B.R. Bruss | 1967


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 07/03/2021 | Lu 532 fois






L'étrange planète Orga @ 1967 Fleuve Noir | Illustration de couverture @ Gaston de Sainte-Croix
L'étrange planète Orga @ 1967 Fleuve Noir | Illustration de couverture @ Gaston de Sainte-Croix

Illustration et quatrième de couverture

Une planète entièrement recouverte par un océan visqueux, bizarre, aux couleurs vives et sans cesse changeantes, et sur lequel erraient des boules blanches: telle était la planète Orga, classée depuis longtemps parmi les plus dangereuses et sur laquelle personne n'osait s'aventurer. Bur et son ami Frio rêvaient de l'explorer.

Fiche de lecture

« L’étrange planète Orga » n’est certes pas une œuvre majeure de science-fiction et pourtant, parce qu’elle m’initia au genre, elle conserve pour moi un charme tout particulier. Ce livre n’est pas davantage un des grands B.R. Bruss, tels que « L’espace noir », « La planète introuvable » ou « Luhora ». Avouons-le : il est d’une facture honnête, ce qui est déjà pas si mal. Pourtant, je fus émerveillé à sa lecture. Je me souviens de cet instant précieux durant lequel j'eus la révélation, tout à coup, de l'existence d'une autre réalité ouvrant sur des perspectives magiques, d'une dimension nouvelle, riche d'une infinité de déclinaisons. Ah, innocence de l’enfance, rêves naïfs, désirs simples, comme vous me semblez loin !

Je ne savais rien de B.R. Bruss (de son vrai nom René Bonnefoy) à l’époque bien sûr, et je ne me posais pas de questions existentielles. Je plongeais avec volupté dans les aventures que le hasard mettait à ma portée, et je m’évadais du monde réel, littéralement. Je flottais sur la planète Orga tel un Orgelien, sous la forme d’une boule blanche, modelant la matière à ma fantaisie. Était-ce le fait d'avoir été préalablement nourri par les ouvrages de cette chère Comtesse de Ségur ? J'établissais un parallèle avec ces œuvres qui faisaient le charme de la « bibliothèque rose » et qui comportaient une petite introduction avant chaque chapitre.

Je retrouvais cela avec « L’étrange planète Orga ». Ainsi se créait une continuité avec mes lectures précédentes. Tenez, chapitre 14 : « Où je deviens un télépathe métamorphosable, ce qui ne va pas sans étonnements, stupeurs et découvertes de toutes sortes. Mais j’allais commencer une vie que je peux qualifier de réellement nouvelle. »

Cependant, quelle différence, malgré une construction familière, avec « les malheurs de Sophie » ! J’ai lu et relu « L'étrange planète Orga » au cours des ans, sans revivre hélas l'émotion de ce premier moment magique, mais entre tous mes livres, celui-ci possède toujours un charme particulier, comme si, par son intermédiaire, je disposais d’une fenêtre ouverte sur le passé et l’âge tendre qui était le mien en 1967.

De toute la cavalerie du Fleuve Noir, Bruss reste un de mes auteurs favoris. Cet homme était une énigme, puisqu’il assuma les fonctions de Secrétaire Général à l’Information à Vichy, (c’est-à-dire grand maître de la censure). Il fut condamné à mort à la libération et écopa au final de cinq années d’indignité nationale. Malgré l'épée de Damoclès qui pesait sur lui, il entreprit après-guerre une seconde carrière d’écrivain sous de multiples pseudonymes. Il était soit bien caché, soit bien protégé.

Pour ma part, je l’ai rencontré une fois, dans son appartement parisien, et je garde le souvenir d’un homme charmant et très « vieille France ». Mais que vaut le jugement d’un jeune fan de vingt ans, absolument ignorant à l’époque des détails de cette tragique histoire ? Aujourd’hui, je crois que René Bonnefoy ne pouvait rien refuser à l'homme qui avait favorisé sa carrière avant-guerre, Laval, et qu'il constitua, en quelque sorte, un « dégât collatéral ». Il y a un travail d’historien à mener sur les écrivains français collaborationnistes ou simplement pétainistes, pour permettre une approche dépassionnée du sujet. S'il est vrai qu’un homme se dévoile en partie dans ses écrits, on retrouve l’ancien Secrétaire Général dans la facilité avec laquelle il aime cacher, au cours de ses intrigues, dans l’intérêt bien compris des populations, les vérités qui dérangent. C’est particulièrement flagrant dans un autre de ses ouvrages, « L’énigme des Phtas », où le gouvernement ment délibérément au sujet d’une guerre « subtile » menée contre les humains par une race étrange venue d’une autre galaxie.

On peut donc faire une lecture politique de l’œuvre de B.R. Bruss. Cependant, celle-ci est habitée par un véritable humanisme, où des valeurs comme l'amitié, la tolérance, l'empathie sont au premier plan. Ses personnages éprouvent, pour leurs compagnes ou compagnons, un amour profond, simple, lumineux, qui peut paraître désuet de nos jours, où l'apparence prime trop souvent sur le sentiment, mais que je trouve pour ma part rafraîchissant.

Bruss, qui a donné d'excellents ouvrages dans la collection « Angoisse » n'est plus vraiment sous les feux de l'actualité, et ne bénéficie plus de rééditions depuis la fin des éditions LIB. Souhaitons que cela ne soit qu'une parenthèse.

Didier Reboussin
Copyright @ Didier Reboussin pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

💬Commentaires

1.Posté par Erwelyn CULTURE MARTIENNE le 12/03/2021 07:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

erwelyn
J'ai lu le dyptique des Soucoupes.... et je viens de découvrir qu'il y avait un 3e tome, que je n'ai pas. En tout cas j'avais bien aimé. Bon, quelqu'un les aura relu et se sera rendu compte qu'il y avait une continuité avec un autre roman. Je n'ai rien lu d'autre de lui, pour l'instant. Quant à l'auteur et ses influences politiques... ce n'est pas toujours facile de dissocier l'homme de l'artiste pourtant à te lire, je trouve intéressant la vie de cet auteur avec ces choix contradictoires. Merci Didier.

2.Posté par Patrick ROTHLISBERGER le 29/05/2023 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Patrick
Deux jeunes vétérinaires , amis de longue date , n'ont qu'un rêve , voyager dans l'espace et quand après avoir rencontré la personne qui leur propose le voyage vers l'étrange planète Orga , cette planète qui fait tant rêver , ils sautent de joie.
Orga une étrange planète qui est constituée de matière en mouvements , genre de bouillie aux couleurs multiples et variées .
Ils vont y rencontrer des êtres incroyables , les Orgeliens , capables de se transformer à volonté , mais aussi les dangers qui menacent cette planète .

*****************

Une relecture de plus de 50 ans et on retrouve toujours le côté merveilleux et mystérieux de cette aventure , bien que la seconde partie soit un peu moins intéressante , l'histoire n'en est pas moins passionnante .
On y retrouve tous les ingrédients Bruss, les méchants extra - terrestres , le relationnel et aussi le petit côté sentimental , gentillet ...
Un bon roman que j'ai relu avec autant de plaisir .

3.Posté par JEAN-MICHEL ARCHAIMBAULT le 30/05/2023 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JMARCHAIMBAULT
Bien d'accord, pas le plus inoubliable des Bruss mais un excellent souvenir de lecture (et de relecture plus tard). Toute la première partie est géniale, cela se gâte un peu lorsqu'on s'enfonce dans la guimauve tout en restant très agréable à lire et passionnant à suivre. Avec une magie créative très musicale dans les noms à rallonge des personnages, un peu comme on la retrouvera par exemple dans "Le Grand Marginal" et "Guet-apens sur Zifur".

4.Posté par Patrick ROTHLISBERGER le 31/05/2023 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Patrick
Juste un petit clin d'oeil de l'auteur que j'ai oublié de signaler, c'est le nom de deux planètes dans l'histoire, Bruss et Carsac .... :)

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.