Menu

Notez
Textes offerts par les auteur(e)s

        

Androïde Blues ou Les Synthétiques rêvent-ils de Marineros électriques ? | Michel Maillot | 2023


Un article ajouté/rédigé par | 10/02/2024 | Lu 684 fois




Illustration @ Wojtek Siudmak en couverture de la revue Galaxie no 82 (1971)
Illustration @ Wojtek Siudmak en couverture de la revue Galaxie no 82 (1971)

Introduction

En toute humilité, ce petit texte inspiré par les fulgurances "Brantonnesques" et l'ivresse procurée par les flots tumultueux du Fleuve Noir. Des noms, des décors, des situations à l'image de ces vieux amis.

D'autres clins d'œil à de non moins nombreuses, prodigieuses et prestigieuses rencontres littéraires.

Également, un écho lointain à cette géniale Uchronie de la série For All Mankind dont la quatrième dernière saison est un petit bijou.

J'espère qu'ils ne m'en voudront pas de les avoir sollicités pour cette histoire ne dépassant pas les frontières de notre système solaire, c'est déjà pas mal !

Et puis en appui avec toutes ces références littéraires et cinématographique, une fascination avec les mystères encore d'actualité pour la quatrième planète du système solaire.

Bonne lecture !

Télécharger mon texte au format PDF 👇

Michel Maillot
Copyright @ Michel Maillot pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur


💬Commentaires

1.Posté par JEAN-MICHEL ARCHAIMBAULT le 10/02/2024 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JMARCHAIMBAULT
En ces temps perturbés par de sombres perspectives pour le proche avenir, les moments où l'on nous ouvre des fenêtres sur des lendemains moins effrayants sont accueillis avec reconnaissance. La place grandissante des I.A. dans notre monde fait craindre le pire pour notre liberté, nous angoissons à l'idée d'être supplantés par des machines de plus en plus "humaines" par leur apparence et leurs aptitudes. Et pourtant, l'appel de l'espace résonne encore en nombre d'entre nous, même si le seul accès nous y est donné par l'imagination, le rêve... et les livres.
Tel est le cas de Julius, citoyen d'un futur plus ou moins proche qui se sent de moins en moins chez lui sur Terre, et que des circonstances imprévues vont amener à partir en voyage vers d'autres planètes de notre voisinage. Avec, en poche, un de ses chers bouquins d'antan dont la compagnie lui est indispensable. En mémoire, une foule de souvenirs de lectures ou de visualisations passées. Et, dans le cœur, une humanité très profonde qui lui permet de voir le vrai côté des choses, comme celui des personnes qu'il rencontre, avec tolérance ou esprit critique selon les situations.
Très "wulien" par son idéalisme et sa désespérance, le héros de cette fable nous fait vivre une belle et réconfortante aventure qui redonne le sourire car elle laisse imaginer que tout n'est pas perdu, que le hasard peut conduire à des enchaînements favorables, que l'artificialisation n'efface pas la sensibilité et la communion.
Michel Maillot sait nous entraîner loin par ses talents poétiques et visionnaires. Ici, en quelque sorte, il "ramène à la maison" les vieux grands enfants que nous sommes au fond de nous.

2.Posté par éric MARIE le 12/02/2024 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ATRAVERSLESPACE
Ah ! J’adore lorsque la journée commence comme ça. Un café de rigueur, un rayon de soleil bien que timide qui fait ce qu’il peut pour me dorloter et ma tablette posée entre le sucre et le pot de confiture. Alors tout d’abord merci Michel Maillot pour ce moment de lecture. J’avais décidé de lire la nouvelle en deux ou trois fois et puis, voilà, la tentation (toujours elle), je l’ai goûtée en une fois, en prenant mon temps. Tout comme Julius dans cette taverne sur Mars, je me suis senti chez moi.
De la bonne ‘’vieille S.F’’, dans le sens noble du terme qui fait la part belle à l’humain. Paradoxal lorsqu’on traite de robots. L’histoire en soi est simple, mais elle nous touche et ça fait du bien. Les rêves de Julius pourraient être aussi les nôtres. Quelques atomes de poésie savamment dispersés qui laissent la porte ouverte à l’espoir. Tellement rares, les fins heureuses semblent avoir déserté les tapuscrits.
Merci encore, Michel pour ce partage.
P.S. : bizarre coïncidence, j’ai posté récemment, sur mon mur, une vidéo Voir le ciel qui fait écho à votre nouvelle : ‘’Les étoiles dansent main dans la main’’. Peut-être que comme moi, vous avez un cerveau positronique qui n’obéit pas aux trois lois.

3.Posté par JEAN-MICHEL ARCHAIMBAULT le 13/02/2024 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JMARCHAIMBAULT
Merci à Éric Marie pour cette très belle et émouvante vidéo qui offre un écho inattendu à la nouvelle de Michel !
Encore une bouffée d'oxygène pour l'esprit et le cœur, idéale pour entamer la journée avec un peu plus d'optimisme et du rêve plein les yeux.

4.Posté par JEAN-MICHEL ARCHAIMBAULT le 13/02/2024 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JMARCHAIMBAULT
J'ai bien aimé voir "Révolte sur la Lune" jouer un rôle inattendu dans l'histoire, me rappelant à l'occasion qu'il y a quelques mois, j'ai trouvé son édition OPTA dans une boîte à livres et que Michel Maillot m'a fourni la photo des 8 dernières pages hélas arrachées et manquantes...
Une petite pensée m'est aussi venue pour évoquer "Les sables de Mars", d'Arthur C. Clarke, son tout premier roman... Qui fit d'ailleurs l'objet de la seule parution grand format du Fleuve Noir Anticipation, ce qui est notable.
Enfin, le titre original du roman de Robert Heinlein, "The Moon is a harsh mistress", renvoie à une très belle chanson qu'interpréta notamment la sublime Judy Collins :
https://m.youtube.com/watch?v=P9Tgx4HCltQ

5.Posté par B BLANZAT le 17/02/2024 07:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Blanzat
La nouvelle de Michel a été ma porte vers l'ailleurs au terme d'une semaine tout à fait hostile. Un ailleurs familier, wulien en effet, comme l'a si bien dit Jean Michel, à l'ancienne comme dirait Éric Marie. Je retrouve aussi Clarke, Asimov bien sûr avec cette loi zéro qui est centrale dans la fin du cycle de Fondation. Plus proche de nous, l'ancrage dans la réalité sociale est très bien traité, à la manière de Greg Egan dans le dernier Bifrost (Le charme discret de la machine de Turing).
J'aime beaucoup le spatioport low cost de Lille Calais, en une phrase on a une idée de la conurbation et du désastre territorial. J'ai placé un terminal spatial à Roissy dans une histoire, et ce n'était pas sans conséquence sur la banlieue.
J'ai une préférence dans cette nouvelle pour le rebelle, et son acolyte : "on ne bouge pas si on veut conserver toutes ses cellules intactes, la viande sur pattes !"
Très réussi donc, et j'attends d'en savoir plus sur la silhouette étrange, qui me fait l'effet d'un "indien zarbi à moitié à poil dans le désert"...

6.Posté par Michel MAILLOT le 17/02/2024 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mmaillot
Oh ben merci à vous deux. Oui vous deux, Jean-Michel puis Bruno dont je découvre le post aujourd'hui. Il me semblait avoir coché la case notification mais je n'ai pas entendu la sonnette sur les retours de Jean Michel. Pas grave, puisque nous voilà réunis ! En tout cas, j’espère Bruno que ta semaine à venir sera plus amicale à défaut d’être tranquille.

J'aime bien semer des références pas forcément cachées avec des noms, des situations. D'abord parce qu'on ne sait jamais ce qui pourrait pousser par la suite avec de telles graines. Que du bon pour nourrir le récit certainement ! Plus modestement, c'est une façon de rendre hommage et pourquoi pas un petit jeu avec le lecteur qui lui rouvre des portes en sommeil dans sa mémoire. Alors Wul, oui, comme d'habitude, avec les noms et des images, ça n'est pas une surprise. Des références avec Heinlein, bien vu Jean-Michel. Le côté social qui peut faire écho également à Pelot ou Lehman. Mars, avec toutes ces références de lectures diverses et de films dont, oui encore bravo, Jean-Michel "Les Sables de Mars" et notamment la magnifique couverture de Brantonne sur le bouquin du Fleuve. Des références explicites au feuilleton allemand "Commando Spatial" des années 60. L'acolyte de McCrane inspiré plus ou moins, en version plus abrupte, par le robot du "Géant de Fer", je l'aime bien celui-là aussi ! McCrane tout autant McClane qu'un Cyrano interprété par Weber (le meilleur pour moi) vu au théâtre Mogador dans les années 80 dans une mise en scène de Jérome Savary. Ces mots empruntés aux Naufragés du Temps, "Putentrailles" ou à J&D LeMay "Par tous les Djarks !". Asimov, le grand Asimov, omniprésent dès qu'on parle de robot. Obligation de se référer à ses lois dont la zéro comme le souligne Bruno pour autoriser des comportements défiant les trois autres. Le "Dégingandé" silhouette mystérieuse inspirée sans doute d’images laissées sur le bord du chemin de la mémoire par le magnifique « Adieu Céred » de Jacques Hoven. Et enfin, Angéliane, la plus humaine au sens profond du terme. Son petit nom vient de Julia Verlanger et Eliane (Grimaître) Taïeb histoire de rendre hommage à cette grande dame de la SF.

P.S. Jean Michel, cette référence à Heinlein, je l'ai suivie lors de l’écriture du texte jusqu'au titre original et ensuite ça m'a mené vers cette superbe interprétation de Judy Collins !

P.P.S. J'arrive même à me piéger puisqu'en retournant sur le texte je vois avoir laissé une référence à une image d'un comic book de Green Lan...

7.Posté par Koyolite TSEILA le 17/02/2024 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
C'est hyper-intéressant d'avoir toutes ces références, merci Michel ! J'espère être capable d'en retrouver un certain nombre au cours de ma lecture (à venir) 💜

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

Le Galion des Etoiles est un site sans publicité. Vous aimez nos articles, matelots ? Vous pouvez faire un don et ainsi soutenir Le Galion des Etoiles. Merci !