Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+
Rss

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Albator - Corsaire de l'Espace

Space Pirate Captain Harlock




Article rédigé par le 05/05/2014
Lu 2362 fois




Albator - Corsaire de l'Espace
2977. Dans ce futur lointain, la Terre est devenue une « planète interdite » pour les Humains éparpillés dans l'Espace, car elle ne dispose pas d'assez de ressources pour héberger toute l’Humanité.

Le commandant du vaisseau l'Arcadia, le capitaine Albator, est un pirate de l’espace épris de liberté qui a choisi d'affronter la coallition de GAIA. Condamné à mort, il demeure insaisissable. 

Le jeune Yama, qui est le frère de l'amiral chef des forces spatiales terriennes, est envoyé par GAIA pour infiltrer l'équipage de l'Arcadia, détruire le vaisseau et tuer Albator. Yama ne tarde d'ailleurs pas à apprendre quel est le but d'Albator : implanter la 99ème et dernière bombe spatio-temporelle permettant de dénouer les liens du temps de l'univers, afin de tout recommencer à zéro...

Critique du film

Albator - Corsaire de l'Espace
Dans un futur très lointain, l’espèce humaine partit à la conquête de l’univers. La population humaine augmenta massivement. 500'000 milliards d’êtres humains avaient colonisé l’espace. Cette croissance vertigineuse finit par épuiser les planètes colonisées, et le taux de natalité commença à s’effondrer. L’espèce humaine entra dans une période de déclin inexorable. En proie au désespoir, des milliards de colons voulurent revenir sur Terre. Mais la petite planète ne pouvait pas tous les accueillir. Un conflit ne tarda pas à éclater. La guerre du retour fut aussi longue que sanglante. Un nouveau pouvoir, la coalition GAIA, émergea et mit fin à cette guerre. La Terre devint un sanctuaire éternel auquel nul n’avait accès. Un symbole de paix que les Humains mourants des colonies n’avaient plus que le droit de contempler. Un seul homme refusa de se soumettre à ce nouvel ordre. Un corsaire de l’espace, que la légende proclamait immortel, pillant et détruisant sans merci les vaisseaux de la coalition GAIA. L’homme le plus recherché de l’univers… 

Albator - Corsaire de l'Espace
C’est l’histoire d’un homme qui se bat pour la liberté, d’un homme qui rêve et croit en un monde meilleur, et qui pense qu’il existe encore une chance pour ce faire. Cet homme, c’est Albator, et il a fait de son rêve la quête de son existence. Pour défendre les valeurs et les idées auxquelles il croit, rien ne l’arrête, et comme tout fervent idéologiste, il va parfois trop loin… Mais il peut compter sur son équipage et l’ordinateur de son vaisseau (qui renferme la mémoire de Toshiro, son défunt meilleur ami), et tout particulièrement sur son amie extraterrestre Miimé, qui sauront lui faire remarquer lorsque, aveuglé par ses idées, il dépassera les bornes… En effet, le plan d’Albator consiste à poser des bombes spatio-temporelles en des points bien précis de l’univers. Une fois qu’elles exploseront, les fils du temps seront dénoués, et ainsi, tout pourra recommencer à zéro, sur de meilleures bases. Mais ce faisant, si la Terre peut-être sauvée, ce n’est pas le cas de la race humaine…

Albator - Corsaire de l'Espace
Je retrouve avec plaisir les éléments qui caractérisent si bien les œuvres de Leiji Matsumoto et que j’apprécie beaucoup. Un space opera sombre, accompagné par une musique dramatique et puissante. La touche de nostalgie et les réflexions sur l’Humanité. Des personnages ni tout blancs ni tout noirs, à l’âme parfois torturée, qui, qu’ils soient protagonistes ou antagonistes, sont capables du meilleur comme du pire, en pensant agir juste pour les valeurs qu’ils défendent. Un scénario, qui à l’image des fils du temps, demande à être dénoué pour bien en saisir le sens… 

Quels sont les plus qui ont été ajoutés dans ce film d’animation par rapport aux précédentes œuvres de Matsumoto impliquant ces personnages récurrents ?
 
Pour moi, sans hésitation : la touche steampunk apportée à l’intérieur de l’Arcadia, ainsi que son nouveau design, un équipage plus charismatique et encore plus déjanté, et la légende créée autour du personnage d’Albator. 

Albator - Corsaire de l'Espace
Au niveau visuel, bien que je ne sois pas fan de ce type d’animation, ici cela ne m’a pas dérangée, au contraire. J’ai trouvé l’ensemble très beau.
 
Le scénario – parfois un peu compliqué - est rythmé. On a également le droit à quelques belles batailles spatiales épiques.
 
Bien que cette histoire soit inspirée d’un dessin animé phare de notre enfance, je me dois tout de même de préciser que ce film d’animation est sombre et violent, et qu’il ne convient pas pour de jeunes enfants. Il est clairement destiné à un public adulte. 

En conclusion, je n’ai pas été déçue par cette nouvelle adaptation. J’ai apprécié comme on est arrivé, en seulement 110 minutes, à planter tout un décor de space opera et à nous présenter des personnages intéressants, sur un scénario bien inspiré des œuvres de Matsumoto. Bref : j'aime, j'aime, j'aime.

Une fois de plus, je constate que ces dernières années, dans le domaine de l’Animation en Science-fiction, on s’est mieux y faire qu’avec les films… 

Source



Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction et d’Imaginaire, ce sont des genres auxquels j'ai désiré rendre... En savoir plus sur cet auteur


Commentaires

1.Posté par Marc FEUERMANN le 04/01/2014 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MarcoF
J'en rentre à l'instant. Un excellent divertissement, de belles images, un superbe Arcadia, et une ambiance sombre comme je les aime. C' est Japonais, donc le scénario est parfois difficile à suivre pour moi ! Le héros principal (qui n'est pas Albator) semble changer de camp toutes les dix minutes. Mais j'avais un peu le même sentiment avec Battleship Yamato. Petit je n'ai jamais vraiment aimé Albator car je ne comprenais rien a l'histoire. Là j'ai un peu mieux compris, mais ca reste ambigu. Malgré cela, j'ai beaucoup aimé !

2.Posté par Olivier GADGET le 05/01/2014 08:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

olivier_class
Ca y est je l'ai vu... On reconnaît aisément certains personnages phares d'Albator 79, même si seul Albator porte le nom d'Albator (en VF) : Ramis, Nausicaa, Alfred et Clio. On voit également l'ordinateur du DA et Toshiro dans des flash-backs. Par contre, un certain Ezra qui serait une sorte de Vilak mais pas ressemblant du tout. Peut-être est-il inspiré par d'autres séries d'Albator. En VF et en 2D.

L'arcadia fait vraiment navire avec une quille et une ancre, mais reste relativement ressemblant aux navires des différentes séries, surtout quand on le voit de devant ou de derrière. De profil, on est un peu surpris par une longue barre sur le dessus du navire... Il est intéressant et bien vu de voir que les adversaires d'Albator possèdent le high tech dans leurs engins, tandis que l'Atlantis fait plus désuet, même s'il possède tout de même des commandes tactiles. On retrouve l'informatique contre la mécanique.

L'histoire par contre, me laisse perplexe. Je ne sais pas quoi en penser... Je n'ai pas d'avis trancher, je ne peux pas dire c'est bien ou pas bien, elle m'interroge. Personnellement, je pense que ça mérite d'être vu, mais que ce n'est pas non plus impérissable. Peut-être que vos avis m'aideront à me faire une meilleure idée.

3.Posté par Alias le 05/05/2014 22:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je viens de le chroniquer sur mon propre blog, mais je suis bien moins enthousiaste.

Visuellement, rien à redire, sinon que c'est une tuerie. Mais j'ai trouvé que le scénario oscillait entre bonnes idées, personnages qui font n'importe quoi, technobabble que même dans Star Trek ils n'osent plus et moments WTF en rafale (je précise que je l'ai vu dans sa version longue, VO sous-titrée).

Je suis loin d'être un fan de Matsumoto, mais ceux de mes cospetacteurs et trices qui le sont ont eu à peu près la même réaction que moi.

4.Posté par . MAESTRO le 20/10/2014 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maestro
Je ne suis pas un expert de l'univers d'Albator, j'abordais donc le film sans à-priori quant au respect de certains "canons".

Tout d'abord, j'ai beaucoup apprécié le visuel. C'est sombre à souhait, et le style de l'Arcadia, très baroque, est bien réussi. Par contre, certaines scènes d'action font trop penser à un jeu vidéo.

Le scénario prime sur le reste, avec de bons personnages. On oscille entre espoir et désespoir, ce qui augmente l'effet visuel de clair-obscur. Et à cela s'ajoute la profondeur des personnages. C'est un thème fréquent, je pense, chez Matsumoto, que cette volonté de rédemption chez ses personnages.

J'ai passé un bon moment. Et je pense que je devrais me replonger dans cette univers à l'occasion.

5.Posté par Thierry B. le 08/05/2016 02:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ThierryB
J'ai beau ne pas être grand fan d'Albator, ce film m'a vraiment plu : c'est est une pure merveille visuelle, au service d'un fort bon scénario.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! *** Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au règlement. ***







cookieassistant.com