Menu

Notez
Fables du Futur de Robert Yessouroun

        

Le labo du robot | Robert Yessouroun | 2024


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 14/04/2024 | Lu 1302 fois




Un robot domestique a créé un labo pour sauver son maître. Mais ce qu'il produit n'est pas ce que vous croyez...



Illustration @ Pixabay, utilisation gratuite et libre de droit, https://pixabay.com/fr/
Illustration @ Pixabay, utilisation gratuite et libre de droit, https://pixabay.com/fr/
À Marc
 
Ducommun rechigne, tiré de ses ronflements nocturnes par l’appel de son inspecteur principal. En pyjama, vaguement conscient, la langue pâteuse, il se replie dans la cuisine pour ménager son épouse en mal de sommeil. Après une profonde inspiration, assis sur les fourneaux, il consent à répondre :
‑ Allô ? Florian ? Deux heures du mat. Un flag digne d’un scoop ?
Haletant, à l’autre bout du contact, l’officier peine à répondre :
‑ Désolé… commissaire… mais…
‑ Encore une rixe à la Kalach ?
‑ Non… une… alter… cation…
‑ Tu te fous de moi, Florian ?
‑ Un délit de fuite… Une arrestation musclée…
‑ Bonne nuit, Florian !
‑ Attendez, commissaire… le délinquant…
‑ Le délinquant, quoi ?
‑ Du jamais vu… De très petite taille, sous son capuchon… un masque collé…
‑ Et alors ?
‑ On dirait Buster Keaton… Ses drôles de gants, impossible de les lui retirer. En salle d’interrogatoire, ça parasite l’enregistreur.
‑ Et au détecteur de mensonge, ça donne ?
‑ Des graphiques plats, commissaire… C’est vraiment le cas du siècle… Je vous assure que ça vaut le déplacement !
‑ Un dealer ?
‑ Un drôle de dealer, commissaire.
‑ Que deale-t-il ?
‑ Mystère et boule de gomme…
 
*
 
Quelques heures plus tôt, en fin de soirée. Il pleut. Le voilà donc « volontaire », en mission, près du pont de la Machine, sur la rive gauche du Rhône. Mission secrète, en civil. Avec son collègue Marc, un androïde, Florian patrouille le long du quai. Tous deux sont en fait des « voltigeurs » en surveillance. Exclu de stationner plus d’une minute au même endroit sur le trottoir. Là, on est vite repérés. À cette heure du jour déclinant, les passants sont épiés. L’inspecteur oriente son parapluie. Dans son manche est incrustée une caméra super-zoom qui grossit dix mille fois l’image, dès qu’elle est transférée sur un écran. Pour le dire simplement, il espionne les dealers du quartier. Le coin s’avère être une zone mafieuse à partir du crépuscule.
Tandis que son collègue accoste les rares piétons (il se fait passer pour son guide en panne de GPS), Florian remarque, devant le garde-fou dominant le fleuve, que deux individus encapuchonnés se disputent ostensiblement. Soudain, le plus petit déclenche un feu d’artifice horizontal. Aussitôt, on ne sait d’où, une moto s’ébranle, fonce vers la querelle, pour stopper d’un vif dérapage, l’autre protagoniste couvert de brûlures enfourche l’arrière, l’engin redémarre, la roue avant dressée vers le ciel. Marc et Florian se précipitent, interviennent. L’espèce de gnome qui vient de tirer ses éclairs d’étoiles n’oppose aucune résistance.
Dans le fourgon, l’inspecteur qui l’escorte lui trouve un faciès bizarre derrière ses curieuses lunettes, le visage d’un acteur qui ne souriait jamais…
 
*
 
À peine entré dans la salle d’interrogatoire, Ducommun en ressort furax, suivi de Florian gêné jusque dans ses chaussures.
‑ Un robot ! Un robot ! Tu aurais pu me le dire avant !
‑ Vous ne m’auriez pas cru, commissaire.
Assis sur un tabouret bancal, l’homoncule s’est déclaré être le domestique artificiel d’une certaine Emma Gyr, une architecte qui, après vérification, figure sur la liste des personnes disparues depuis plus de quatre semaines.
‑ Tu penses que cet androïde a tué sa maîtresse ? soupire le chef.
‑ Un robot ne peut causer du mal à un être humain.
‑ Mais il peut dealer… (Il se ressaisit.) Que révèlent les sachets de drogue confisqués ?
 
*
 
D’une moue lasse, Florian aligne deux pilules, deux gélules et un suppositoire sur la table aux bords rouillés.
‑ Tu sais qu’avec tes saloperies, tu transgresses la loi suprême de la robotique ?
‑ Ce ne sont pas des saloperies, monsieur.
L’inspecteur tape du poing sur la table. Les échantillons bondissent en chœur. Son collègue Marc enchaîne avec sa curiosité de deep learning.
‑ On n’a jamais vu ce genre de came sur le marché noir. Quels en sont les effets ?
‑ Vous voulez vraiment le savoir ?
‑ Oui ! crient ensemble les deux officiers de police.
Le robot nabot, le regard bleu, innocent, de Buster Keaton saisit avec délicatesse la pilule rose :
‑ Le DOAO (De l’Occiput Aux Orteils) vous fait sentir votre corps intégralement, vos vaisseaux sanguins, des artères jusqu’aux veinules, vos valves cardiaques, le diaphragme de vos iris, les racines de vos poils horripilateurs, les macérations dans vos viscères, le fourmillement cellulaire, sans compter…
‑ Bon, ça suffit ! s’impatiente Florian. On a pigé.
Gantés, l’index et le pouce synthétiques soulèvent l’autre pilule, la jaune :
L’Antitri, ça vous inhibe les fonctions mentales qui sélectionnent les points de fixation de la conscience. Il garantit la focalisation intégrale, tous asimuts. Grâce à cette substance, vous percevez à l’œil nu, au nez nu, à l’oreille nue, la plénitude de ce qui vous entoure. Et même plus, si affinité.
Florian s’empare de la gélule bleue pour la brandir d’un geste nerveux :
‑ Et ça, cette merde, c’est quoi ?
Les lèvres sans sourire articulent :
‑ Le MI (Mode Intuitif) se consomme avec de l’eau gazeuse. Sitôt ingéré, plus de raisonnement, plus de réflexion, seulement des jugements instantanés, en raccourci, des conclusions sans prémisses… L’autre gélule, la mauve, la CM (Conscience Multidimensionnelle) offre des pensées simultanées en mots, images, mouvements, chiffres et odeurs.
Fin limier, Marc renifle le suppositoire.
‑ Depuis le rectum, ce psychotrope bloque toute velléité de lâcher-prise. Avec lui, fini le renoncement, même en cas de cause apparemment perdue. En se diffusant dans le corps, il renforce aussi l’endurance et l’opiniâtreté. Je l’appelle l’Iron Will.
‑ Et quel labo fabrique ces merveilleux boosters ? ironise Florian.
‑ Juste moi, réplique le nain synthétique, presque fier.
‑ Et où se niche ton labo ? relance Marc, comme fatigué de mal intégrer ce type artificiel.
‑ Dans le refuge de ma maîtresse.
 
*
 
Le commissaire en personne vient chercher le petit androïde dans sa cellule. Intéressé par l’architecte disparue, il espère tirer les vers du nez de ce dealer hors-normes.
‑ Comment tu t’appelles ?
‑ Minuxx.
‑ Bien, Minuxx. J’ai découvert que le chantier de ta maîtresse n’est pas interrompu, malgré l’absence de l’architecte. Comment cela se fait-il ?
‑ Normal. Elle surveille à distance l’avance des travaux, grâce à mon drone.
‑ OK. Depuis où ? Où se planque ta maîtresse, Minuxx ? demande les dents serrées le responsable de la police
‑ Je dois dire que je l’ignore, monsieur.
‑ Tu te paies ma tête, hein ! s’énerve le commissaire.
‑ Non. Madame Emma, elle est en danger, tant que je n’ai pas versé la somme.
‑ Quelle somme, nom d’une pipe ?
‑ 100'000.
‑ Bigre. (Il respire profondément.) Et c’est pour l’obtenir que tu deales au pont de la Machine ?
‑ Remarquez que je ne deale pas au sens strict. Mes drogues ne causent aucun mal à l’être humain. Elles n’ont pas d’effets secondaires. Ni d’accoutumance, sauf…
‑ Passons. (Il ferme les poings.) Où se cache ta proprio ? C’est notre boulot d’assurer sa sécurité.
‑ Avec tout le respect que je vous dois, vous n’êtes pas infaillible, monsieur…
 
*
 
Sous le soleil de la plaine de Plainpalais, Florian l’androïde Marc et le commissaire Ducommun débattent sur un banc public. Les deux humains grignotent un hot-dog moutarde.
‑ Selon les résultats de notre labo, les drogues de Minuxx ne sont pas connues, encore moins illicites, regrette le chef. Du coup, d’un point de vue légal, on doit relâcher le robot « dealer ».
‑ Certes, mais la science ignore leurs effets à long terme, objecte Marc. Peut-on vraiment le laisser vendre sa camelote sur les quais ?
‑ Filons-le, propose Florian, avant de mordre à pleines dents son en-cas moutardé.
‑ Bonne idée, approuve le commissaire. On finira bien par remonter jusqu’à notre architecte…
‑ Donc jusqu’au labo secret, complète, satisfait, l’inspecteur automate.
Le responsable de la police s’essuie les lèvres quand une pensée soudaine le fait sourciller.
‑ D’accord, mais notre problème prioritaire, c’est de coffrer les racketteurs de notre fuyarde ! On ne peut pas laisser remettre à ces mafieux la somme de 100'000 balles.
‑ Le mal ne doit pas s’enrichir, surenchérit l’androïde policier.
‑ OK, OK, conclut Florian, la bouche encore pleine. (Il avale avec peine.) On relâche notre homoncule à pistons ?
 
*
 
Le lendemain, Marc, tout en vibrations, surgit dans le bureau de son patron.
‑ Problème ! Quelqu’un veut vous voir d’urgence.
‑ Pas le temps. Tu sais, dans cette pièce, il y a sûrement un proton qui a un problème avec un électron. Peux pas m’occuper de tout le monde.
‑ Vrai, chef. Prenez donc une pilule d’antitri, plaisante l’inspecteur robot.
Sur ce, on pousse vigoureusement la porte. Dans l’embrasure, une rouquine noire.
‑ Marre de me terrer, là-haut, dans la montagne. Adieu, Les Diablerets ! Je veux me battre, moi, affronter ce salaud qui me terrorise ! Oui, je vous le promets, ça va barder !
Bouche bée, le commissaire tourne sept fois sa pensée dans sa matière grise.
‑ Madame Emma Gyr, je présume ?... Vous êtes droguée, madame ?
‑ Bien sûr ! Me suis enfoncée deux Iron Will !
 
*
 
Appelé par le commissaire sur la ligne sécurisée, Minuxx en bon domestique artificiel accourt sur le champ.
‑ Maîtresse, maîtresse, ce n’est guère prudent !
‑ Trop tard, mon petit, se retourne vers lui l’architecte. J’aide les flics. (Au commissaire.) Je vous signale que mon racketteur a une pomme de terre sur la langue, il a l’accent british. Et qu’il se fait appeler d’un nom religieux par un assistant.
‑ Mais, proteste le serviteur de madame avec son visage impassible de Buster Keaton, j’ai rassemblé la somme réclamée !
‑ Tant mieux, Minuxx. Tu vas me le contacter pour un rendez-vous. On profitera de l’appel pour le pirater, n’est-ce pas, commissaire ? Ainsi, on accèdera à toutes ses coordonnées.
Les yeux écarquillés, le responsable des forces de l’ordre n’a pas pu placer un mot.
 
*
 
Le jour suivant, dans sa ville de Montreux, le trop célèbre révérend à la Ferrari se retrouve menotté, comme sa famille nombreuse.
Une semaine plus tard, l’inculpé se voit transféré à Genève.
Lors d’une visite dans la prison de Champ-Dollon, la rouquine noire verse dans le cou de son escroc sa gourde d’eau fraîche. De l’eau dans laquelle pullulent des puces de canard du lac Léman. Chaque dimanche, jour du Seigneur, l’architecte fait parvenir au révérend une lettre de malédictions.
N’empêche, la rancune de la victime tarde à s’assouvir.
C’est qu’elle ne peut plus se passer de sa drogue. En plus, le suppositoire Iron Will ignore le pardon… Un défaut de fabrication ?
 

Robert Yessouroun
Copyright @ Robert Yessouroun pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

💬Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 14/04/2024 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Un robot dealer, voilà qui est peu courant et qui va à l'encontre des Lois de la robotique élaborées par Isaac Asimov... Quelle pourrait être la raison à cette singulière attitude ? Une histoire sympathique mettant également en scène des flics, une architecte disparue, un révérend en Ferrari et... un suppositoire psychotrope bloquant toute velléité de lâcher-prise. Merci pour cette fable du futur, Robert.

2.Posté par Siebella CHTH le 21/04/2024 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sieb
On imagine très bien chaque scène, comme dans un film, ce qui donne à cette histoire l'aspect d'un court-métrage.

Cette aventure ne mène pas vraiment où l'on pense, lors des premières lignes, mais peu à peu, la tournure des choses prend forme et tout s'explique. Il est drôle et rusé ce petit robot-dealer qui, pour une juste cause, fait tout son possible pour ne pas transgresser les lois. L'humour de l'androïde Marc est sympathique aussi, face à son grognon de son patron. De plus, je ne sais pas si le nom de l'architecte a été choisi volontairement pour son sens caché, mais Emma Gyr (Aime agir), lui convient parfaitement lorsque l'on constate son vif tempérament !

Merci à l'auteur pour ce chouette moment policier, avec un brin d'humour bienvenu.

3.Posté par Michel MALARD le 22/04/2024 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Morf
Une amusante petite histoire policière dont le style me rappelle un peu Robert Sheckley...
J'imagine bien le petit robot au visage de B. Keaton...

4.Posté par Michel MAILLOT le 25/04/2024 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mmaillot
Ha ha, Robert. Emma Gyr, Aime agir, oui, mais Gyr, Ryg, Rigg. Contraction d'Emma Peel et Dianna Rigg, forcément moi qui adore ce petit jeu et surtout cette magnifique personne et actrice qu'était Mrs Rigg je ne pouvais pas manquer ça ! Bon, je m'enflamme à l'idée, à moins que ça ne soit une de tes satanées pilules qui n'a jamais de mal à passer. Non, je n'ai pas essayé le suppositoire ! Bref, encore un de tes textes percutants où l'humour persiste et signe pour notre plus grand plaisir. Un robot avec la tête de Buster Keaton, en voilà une belle idée. J'adore ce génie du muet que je place avec toi au niveau d'un Charlot ou de Laurel et Hardy et parfois encore plus haut par son imagination de mise en scène.

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.