Menu

Notez
Textes offerts par les auteur(e)s

        

Le chien qui rêvait de pêche à la ligne | Eric Marie | 2024


Une fiche ajoutée dans nos cales par | 30/06/2024 | Lu 761 fois


🚀 : 2024, Eric Marie


Voici un récit animalo-fantastique qui se lit en quelques minutes. Un autre style, qui je l'espère, vous plaira !



Le chien qui rêvait de pêche à la ligne | Dessin @ Eric Marie
Le chien qui rêvait de pêche à la ligne | Dessin @ Eric Marie

Le chien qui rêvait de pêche à la ligne

Cette historiette débute sur les berges d'un petit étang lové entre une majestueuse forêt de hêtres et une colline aux courbes gracieuses, douces qui caressent le regard. La situation exacte du lieu-dit n’a aucune espèce d’importance, ce pourrait être ici ou ailleurs, dans le Doubs ou aux confins de la Creuse. Ce qui retient notre attention, c’est un homme qui se débat désespérément dans une eau verdâtre, ses poumons commençant à se remplir du liquide poisseux. Il remue les bras, mais sans grande conviction, sa corpulence l’handicape et surtout, fait majeur,  il n’a jamais appris à nager. Ses premiers cris se sont rapidement transformés en des gargouillis détestables qui rappellent avec justesse le râle de certaines truies s’apprêtant à mettre bas.

Tobby, le chien (un nom ridicule qu'il a toujours détesté), contemple la scène avec un flegme à faire pâlir de jalousie les plus fervents admirateurs de la couronne britannique. L'homme a bien essayé de l'interpeler à deux ou trois reprises, mais...

« Toobbllyyy, Ttobbbllly, Ttttyyy... »

La bête ayant régulièrement entendu, depuis sa naissance, « Mon Dieu, qu'il est con ce chien ! » n'a pas voulu, en ces instants fort pénibles, détromper son maître. Le bon toutou s'est juste évertué à se conformer aux allégations de l’agonisant. Par là même, il a simplement continué d'endosser avec panache son rôle de corniaud en ne faisant rien. Strictement rien, puisqu’il est con.

Et ça continue : Tloobblyyy … , ça ne sonne pas correctement, on discerne un je ne sais quoi qui offense l'oreille et Dieu sait que les siennes sont belles. Ttobbbllly, ce n’est pas lui. Non, assurément ! Il connaît son nom, bon sang.

Le visage barré d'une grimace hideuse, le corps de son maître hésite entre couler à pic et la pâle imitation d'une baudruche rougeaude. 

« Cet agitateur a réussi à faire peur aux canards et aux poissons. » Pense, la bête.

Bruyant à la campagne, bruyant à la ville ! Combien de fois cet odieux personnage, bouffi de sa toute-puissance, est-il rentré chez lui, ivre comme un soudard pour distribuer généreusement gifles, coups de poing, coups de pied à la volée et à tout un chacun ? Atteintes et injures équitablement réparties entre sa femme, ses deux enfants, sans oublier Tobby naturellement, qui dormait paisiblement dans son panier rêvant de pêche à la ligne. Une pêche sans hameçon, bien entendu, Tobby ne ferait pas de mal à une puce, cela va de soi.

Depuis quelque temps, il y avait trop de cris et bien trop de larmes. Tobby montrait beaucoup d'adresse pour se soustraire à la foudre divine, mais il devait parfois se résoudre à se planquer sous un lit comme un vulgaire raminagrobis, minable chat de gouttière. Le plus triste, malgré tout, c'est que plus personne n'était d'humeur à emmener le pauvre chien courir autour de l'étang. Finies les longues siestes sur le ponton écrasé de soleil, la chaleur des planches vous revigorant jusqu'à la moelle. Terminées, les belles matinées où l’aube naissante s'accompagne d'une myriade d'odeurs qui caressent la truffe comme un pâté en croûte. Condamnés, les après-midis entiers à ne penser à rien... juste observer les poissons malicieux jouer avec les bouchons de quelques inefficaces cannes à pêche. Tobby aime bien les poissons depuis qu'il a vu Némo dans cette drôle de fenêtre devant laquelle chaque soir, tous les humains s'agglutinent.  

Mais enfin, les choses se précisent. Le corps semble vouloir rejoindre la vase des profondeurs offrant ainsi pitance à toute une faune reconnaissante. Le silence reprend peu à peu tous ses droits. Encore quelques petites bulles... Bll... bll... blll… et l’on ne perçoit plus que le léger ressac de l’eau contre les berges.

Il était grand temps que cet importun se taise. Rien de bon ne sortait de son émonctoire. Les oreilles seront au repos et les yeux moins rouges. Calme et sérénité sont deux qualités indispensables pour une bonne pratique de la pêche à la ligne.

« Et dire que cela fut si simple ! » s'étonne Tobby. L'homme au bord du ponton s'est plié en deux pour atteindre ses appâts nauséabonds rangés dans son panier. Le chien a pris trois pas d'élan pour acquérir force et vitesse et il a sans ménagement percuté l'homme dans le dos, juste assez pour mettre un terme à son équilibre précaire. Le Dieu de pacotille a exécuté malgré lui un plongeon tout à fait honorable et puis ensuite ... Toobbllyyy … pathétique !

« Tiens, mais c'est Lila que j'aperçois sur la berge, juste en face ! » se réjouit le chien.

Lila est une mignonne Jack Russel qui enchante parfois les après-midis de notre Tobby. La bête est vive comme le vent, joueuse jamais repue et d'humeur toujours égale. Elle jappe, gambade, se baigne et s'ébroue... Peut-être le début d'une idylle, qui peut savoir ?

Pourtant, depuis peu, la petite chienne déprime au grand désarroi de Tobby. Son maître veut à tout prix lui faire transporter des bêtes ensanglantées, encore toutes chaudes, portant sur elles des relents abominables de peur et de mort. Des détonations qui vrillent les tympans, des odeurs de poudre, des chiens et des hommes surexcités qui hurlent... la pauvre bête en tremble encore. Le gros homme, toujours flanqué d'un énorme cigare au coin des lèvres et dispersant les effluves d'une transpiration aigrelette dans un rayon de cent mètres, appelle cela : la CHASSE.

« Est-ce que cet imposant et adipeux énergumène sait nager ? » se demande Tobby dans un soupir.

Et la bête de se recoucher sur les planches chaudes, après tout, avec l'aide de Lila, l'étang est encore vaste... Il allait réfléchir. En attendant, il était prêt à poursuivre ses songeries, ses rêves de pêche à la ligne.

Éric Marie
Copyright @ Éric Marie pour Le Galion des Etoiles. Tous droits réservés. En savoir plus sur cet auteur

𝗟𝗘 𝗚𝗔𝗟𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗘𝗧𝗢𝗜𝗟𝗘𝗦 𝗘𝗦𝗧 𝗨𝗡 𝗦𝗜𝗧𝗘 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗣𝗨𝗕𝗟𝗜𝗖𝗜𝗧É. 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗺𝗲𝘇 𝗻𝗼𝘀 𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝗹𝗲𝘀, 𝗺𝗮𝘁𝗲𝗹𝗼𝘁𝘀 ? 𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻 𝗱𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗮𝗶𝗻𝘀𝗶 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝗶𝗿 !

💬Commentaires

1.Posté par Michel MAILLOT le 30/06/2024 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mmaillot
Tobby or not Tobby ? La question ne se pose pas, un chien qui rêve de pêcher à la ligne sans hameçon, c'est aussi ma conception de ce passe-temps. Assis sur un petit tabouret pliant, à rêvasser au bord, d'un étang, dune rivière d'un canal en regardant passer les poissons. Comme les ablettes de mon souvenir se promenant par deux alors que nous stationnons sur les bords du canal de l'Ourcq avec mon grand-père. Peu importe d'attraper ou non la créature, le plaisir c'est de la voir onduler près de la surface, se saisir de l'imprudente araignée d'eau avant, d'un coup de reins, regagner les profondeurs.
Oui, voilà, comme Tobby, sur le ponton qui chauffe au soleil, observer le liquide dont le courant paisible longe les berges aux chevelures exubérantes. Peupliers au feuillage qui chante à la brise et saules qui trempent leur chagrin au bord de l'onde. Merci Eric pour ce voyage immobile.

2.Posté par Siebella CHTH le 30/06/2024 16:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sieb
J'adopte immédiatement Tobby, tant ce chien est attachant, drôle et intelligent !

Une histoire qui se veut légère et pleine d'humour, mais où l'ingénieux auteur a su glisser des sujets sérieux sur lesquels il est bon de revenir. Une histoire bien ficelée, pleine d'humour, et abordée avec un style particulier, toujours très imagé, qui correspondrait parfaitement à une bande dessinée. Sans oublier cette habile conclusion, rondement menée, qui pousse tout doucement le lecteur à imaginer une suite hilarante entre Lila et son maître...

Bravo et merci à l'auteur pour cette excellente, mais trop courte histoire, qui m'a permis de me remémorer avec émotion les parties de pêche avec mon père et notre chien.

3.Posté par B BLANZAT le 01/07/2024 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Blanzat
Je vote Tobby, son programme me convient tout à fait. Et si l'étang n'est pas assez grand, la plus proche mer fera l'affaire.
Bon chien.

4.Posté par Robert YESSOUROUN le 02/07/2024 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yessouroun
Solidaire de Tobby, le chien « con », le narrateur se déchaîne contre le maître du stupide toutou. Corpulent, brutal, grossier, il a tout pour déplaire. Un vrai repoussoir. D’ailleurs, Tobby l’a repoussé. Vlan, dans l’étang ! On partage les derniers instants de sa noyade. Le cruel personnage ne sait pas nager. Et sa détresse apparaît ridicule. On participe ainsi à une sorte d’exorcisme, une fin de la violence butée, impardonnable. Et dans ce décor bucolique, à l’exécution succède une romance entre Tobby et Lila, une chienne du voisinage.
Texte aussi bref qu’ironique, ou plutôt satirique. L’animal est supérieur à la méchante bête qui domine certains hommes. Récit vif, original et qui entraîne le lecteur à sympathiser avec un « chien con ».

5.Posté par Jean Christophe GAPDY le 03/07/2024 09:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JCGapdy
Rien à ajouter aux compliments, plus que mérités, qui précèdent.
Donc bravo !
Ah, si ! Quelques plaisants détails ont ajouté au plaisir de cette lecture, outre le fait que je n’ai jamais aimé pêcher, malgré les tentatives paternelles de me faire apprécier cela. Je n’avais pas retrouvé depuis fort longtemps Raminagrobis (avec Pantagruel et La Fontaine), pas plus qu’émonctoire (dans sa double définition, celle des mâchoires et celles des organes d’excrétion). Du coup, j'ajoute une étoile supplémentaire pour le toutou vengeur masqué.
En fin de compte, un agréable (ou coupable, tant pis) plaisir à cette « glougloutante » histoire de forfaiture…
Oserais-je penser que Tobby aurait commis le crime parfait ?
Mais non, ce n’était pas lui, mais Tloobblyyy

6.Posté par Koyolite TSEILA le 08/07/2024 08:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
C’est le genre d’histoire que j’adore, originale, truffée d’humour et d’ironie. De plus, elle est joliment illustrée avec ton dessin. Merci Eric pour ce très chouette partage 👍

7.Posté par Jean-Marc DE VOS le 08/07/2024 18:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JMDV
Fouchtra, quelle claque!
Superbe, tout y est! Style, rythme, humour, je suis fan!

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes ou de commentaires ne vous appartenant pas. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.