Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Le Ruban de Moebius

Une Aventure à travers le Temps




Article rédigé par le 20/01/2014
Lu 799 fois




Le ruban de Moebius (1)
  • Le ruban de Moebius (1)
  • Le ruban de Moebius (2)
  • Le ruban de Moebius (3)
  • Le ruban de Moebius (4)
Arthur, adolescent de 14 ans courageux et débrouillard, rejoint la planète Raphicca, à 27.2 millions d'années lumière, pour découvrir que son père est prisonnier dans un royaume peuplé de géants qui croient à la magie et respectent un code médiéval de chevalerie.

Note

« Le Ruban de Moebius » est un film d'animation spectaculaire inspiré de l'univers et d'une histoire de Jean Giraud, dit « Moebius », référence mondiale dans le monde du cinéma et de la BD fantastique.

Ruban de Möbius

Imaginé par le mathématicien August Möbius (1790-1868) en 1858, le ruban de Möbius est une surface qui a la particularité de n’avoir qu’un seul côté et qu’une seule face. Le ruban de Möbius s’obtient en recollant deux côtés opposés d’une bande rectangulaire à laquelle on fait subir au préalable une torsion d’un demi-tour.
 
Jean Giraud « Moebius » fait ici allusion au ruban de Moebius comme moyen de se projeter dans l’espace et de connecter un point de l’univers à un autre point de l’univers de façon instantanée.
 
Ce concept est connu depuis le film « Star Trek » sous le nom de « téléportation », à savoir, la possibilité de voyager à travers le temps en traversant une autre dimension…

Critique du dessin animé

Le Ruban de Moebius
« Quand la race humaine atteignit la première étoile, le moment arriva où elle dû se diviser entre l’espace et le temps. Et à l’aube de cette nouvelle ère, se posa l’éternelle question : qu’est-ce que cela allait apporter à ce que nous appelons l’Humanité ? »

Lors d'une expérience de voyage dans le temps, le physicien Simon Weir se retrouve piégé sur une lointaine planète, le portail s'étant refermé derrière son passage.

Sept ans plus tard, Jack, son fils maintenant adolescent, ne peut toujours pas accepter la disparition de son père, au plus grand dam de sa maman, qui aimerait tant qu'il puisse tourner la page pour ne plus souffrir. 

C'est alors qu'un jour, tandis qu'il est dans un champ occupé à faire des exercices de combat, Jack se retrouve confronté à une étrange apparition : celle de son père ! De là où il est piégé, Simon Weir a réussi, pour un bref instant, à ouvrir un portail pour communiquer avec son fils.

Il n'en faut pas plus au jeune Jack pour entreprendre de le retrouver. Suivant les instructions reçues, il se rend dans le laboratoire de son père, se trouvant sur un autre astéroïde, et découvre à son tour la machine inventée par ce dernier pour voyager dans l'espace et le temps. Avec l'aide d'un robot, il reprogramme les coordonnées de la planète Raphicca, située à 27.2 millions d'années lumière, et s'élance à son tour dans le vortex...

Au départ, il m’aura bien fallu quelques minutes pour m’habituer au graphisme. On a des décors magnifiques à la Moebius (Jean Giraud) dans lesquels évoluent des personnages qui semblent sortis tout droit d’un jeu vidéo. Leur animation semble de ce fait quelque peu… irréelle. C’est spécial.
 
Mais bien vite, j’en oublie cette bizarrerie pour ne me concentrer plus que sur le scénario. L’histoire est entraînante et les personnages sont étonnamment attachants. Ainsi, on va suivre Jack dans une aventure passionnante, dans un univers bien construit, aux paysages parfois très bucoliques.
 
Les effets spéciaux sont somptueux et servent bien l’histoire. Il n’y a pas de temps mort, l’immersion dans ce monde peuplé de géants est totale. De plus, la musique, bien présente, est magnifique et rythme bien l’action. 

Je m’étonne que ce film soit méconnu. Enfin, c’est mon impression, car je n’en avais jamais entendu parler jusqu’à ce que je tombe par hasard dessus lors d’une recherche sur le Net concernant Moebius.
 
C’est vrai que le scénario n’offre rien de bien nouveau, et que les clins d’œil à d’autres œuvres sont nombreux : Stargate, Star Wars, John Carter, Le Seigneur des Anneaux, …, et même Jules Verne, pour ce qui est de la flore extraterrestre, qui m’évoque celle du livre « Le Voyage au Centre de la Terre », ou encore pour les vaisseaux volants, qui ont un air de Nautilus.
 
Pourtant, c’est quand même Moebius qui est aux commandes et c’est une belle partie de son univers magique qui se déroule sous nos yeux pour les emplir de somptueuses images. De ce fait, j’aurais pensé que ce film aurait fait plus parler de lui, car il le mérite vraiment. 

Par la simplicité de son scénario, les valeurs véhiculées, ses personnages attachants auxquels on peut facilement s’identifier et sa grande dose d’aventure, cette oeuvre m’évoque ces bons vieux bouquins de SF chers à mon coeur, qui savent me divertir comme nuls autres.
 
En conclusion, j’ai eu beaucoup de plaisir à visionner ce beau film de science-fiction et j’espère que ma chronique et les quelques images que j’ai choisi vous donneront envie, à votre tour, de plonger dans cet univers de Moebius. Une belle découverte, un bon divertissement !


Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction et d’Imaginaire, ce sont des genres auxquels j'ai désiré rendre... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! *** Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au règlement. ***





cookieassistant.com