Menu

Dans la même rubrique :
< >
     

Notez
Livres SFFF

        

Les Voyageurs

Wayfarers


Un article ajouté/rédigé par | 14/01/2017 | Lu 964 fois


⚓️ : 2015, Becky Chambers


Tome 1 - L'Espace d'un An (The Long Way to a Small, Angry Planet, 2015)

Les Voyageurs
Rosemary, jeune humaine inexpérimentée, fuit sa famille de richissimes escrocs. Elle est engagée comme greffière à bord du Voyageur, un vaisseau qui creuse des tunnels dans l'espace, où elle apprend à vivre et à travailler avec des représentants de différentes espèces de la galaxie : des reptiles, des amphibiens et, plus étranges encore, d'autres humains.

La pilote, couverte d'écailles et de plumes multicolores, a choisi de se couper de ses semblables. Le médecin et cuistot de bord occupe ses six mains à réconforter les gens pour oublier la tragédie qui a condamné son espèce à mort. Le capitaine humain, pacifiste, aime une alien engagée dans la guerre. L'IA du bord hésite à se transférer dans un corps de chair et de sang.

Les tribulations du Voyageur, parti pour un trajet d'un an vers une planète lointaine, composent la tapisserie chaleureuse d'une famille unie par des liens plus fondamentaux que le sang ou les lois : l'amour sous toutes ses formes.

Fiche de lecture

Rosemary est engagée à bord du Voyageur, un vaisseau de type tunnelier, qui creuse des tunnels ou – si vous préférez, des voies navigables – pour relier les mondes habités entre eux. En l’espace d’un an, on va suivre son intégration à bord du vaisseau et faire la connaissance de son équipage hétéroclite. Ce long voyage a pour but de conduire l’équipage du tunnelier vers une planète lointaine, où l’attend une mission d’envergure : forer un ouvrage dans une zone dangereuse. C’est risqué, mais bien payé.
 
Ce livre est pour le moins atypique, car il n’y a pas d’action, ni d’intrigue, et encore moins de suspens. L’auteure Becky Chambers met l’accent principalement sur ses personnages, qu’elle développe petit à petit au cours du voyage.
 
Dans ce futur lointain, la race humaine (les plus riches seulement) a quitté son berceau pour essaimer la galaxie. Et elle a rencontré d’autres races intelligentes, qui finalement ont accepté d’intégrer les Humains dans leur Union (les guerres entre espèces ayant fait rage auparavant, nous sommes maintenant dans une période de paix).
 
Dans ce contexte de post-conflits, le Voyageur symbolise un havre de paix au sein duquel des humains et des extraterrestres cohabitent dans le respect de leurs différences. Cela ne vous rappelle rien… ? (cf. Babylon5) On apprend donc à connaître les us et coutumes, de même que le caractère et les habitudes, de cette petite dizaine de membres d’équipage, qui sont tous issus de mondes étrangers. Ils forment un groupe très soudé, une petite famille chaleureuse unie par les liens de l’amour envers leur prochain.
 
Becky Chambers a mis beaucoup de cœur et a déployé des trésors d’imagination pour façonner ses personnages et les rendre attachants. Et à mon avis, c’est LE point fort de cet ouvrage. Par contre, à force de ne parler que d’eux, elle finit par tomber dans le sentimentalisme larmoyant, ce qui pour ma part, a malheureusement fini par m’ennuyer…
 
On a parfois des romans de SF où l’histoire prend trop d’ampleur, au détriment des personnages, et je le déplore. Pour ma part, j’adore les romans avec des personnages bien travaillés, mais à un moment donné, il faut aussi offrir au lecteur une bonne histoire, un fil conducteur, quelque chose qui lui donne envie de tourner les pages pour continuer. Un équilibre, quoi, entre les personnages et le scénario. Et c’est justement ce qui manque ici à mon goût : un équilibre.
 
Oh ! Il y a bien eu quelques tentatives de mettre un peu de piment dans le quotidien de cette « famille », mais je les trouve plutôt maladroites. A commencer par le truc classique : l’abordage du Voyageur par des affreux aliens qui blessent le capitaine et pillent les vivres dans les cales du vaisseau. Bilan : tout le monde est choqué de cette expérience. Ensuite, le truc déroutant : au beau milieu de l’espace, le Voyageur tombe – par hasard – sur un vaisseau en panne, et – ô surprise – c’est justement celui de l’amie du capitaine Ashby. Quelle merveilleuse coïncidence ! Bilan : tout le monde est content de cette rencontre. Et pour finir le truc sans surprise : à l’issue de ce voyage d’une année, la mission tant attendue par l’équipage, dont on se doute depuis le début qu’elle va foirer. Et elle foire. Bilan : tout le monde est blessé, moralement et physiquement.
 
Passons maintenant au style de l’auteure. Le livre se lit facilement, c’est bien écrit, mais le tout reste tout de même très lisse. Par exemple, j’aurais apprécié que - par leurs différences - les personnages ne s'expriment pas tous de la même manière (expressions ou vocabulaire utilisés dans les dialogues), et que la fin d’un chapitre se termine sur une petite touche de suspens qui donne envie de découvrir avidement la suite. En parlant de l’enchaînement des chapitres, il y a parfois de drôles de raccords, on saute du coq à l’âne on ne sait comment. Un peu comme si on avait appondu des textes qui n’ont rien à voir – de manière directe - les uns avec les autres. Cette bizarrerie m’amène à me demander si, à la base, ces écrits ont été publiés sous forme de nouvelles avant d’être regroupés en un roman ? Aucune idée.
 
Bref, dans tous les cas, cette lecture reste agréable (bien qu'un peu longue), malgré ces quelques reproches. Une suite est annoncée. Personnellement, je n'en vois pas l'intérêt, parce que les réponses aux questions encore ouvertes auraient pu - à mon avis - être apportées ici afin d'offrir un ouvrage complet.
 
En conclusion, une histoire pépère bourrée de bons sentiments, cependant – fait à relever - servie par des protagonistes flamboyants ! Un roman à conseiller aux lecteurs pour lesquels les personnages sont les éléments clé d’un livre, plus qu’aux amateurs d’aventures spatiales.
Les Voyageurs

Tome 2 - Libration (A Closed and Common Orbit, 2016)

Les Voyageurs
Lovelace, intelligence artificielle née à bord du Voyageur à la fin de L’Espace d’un an, accepte de se transférer à bord d’un corps synthétique. Devenir humaine, une chance ? Pas pour elle : les limitations de la chair l’étouffent. Champ de vision ridiculement restreint, pas d’accès au réseau, réactions physiologiques incontrôlables... À ses côtés, Poivre, mécano, l’aide de son mieux.

Ancienne enfant esclave libérée par miracle, grandie seule sur une planète ravagée, elle aussi a dû lutter pour accéder pleinement à l’humanité et se construire une vie, sinon ordinaire, du moins normale. Libration – nom d’un point de l’espace en équilibre entre deux astres, zone de stabilité mouvante qui accompagne les planètes dans leur danse – raconte l’histoire de ces deux femmes.

Chacune à sa façon s’arrache à une vie liminale pour se tailler une identité, conquérir l’indispensable : la dignité.

Tome 3 - Archives de l'Exode (Record of a Spaceborn Few, 2018)

Les Voyageurs
La Flotte d’exode est un trésor vieillissant, témoin de la volonté humaine de disséminer ses enfants et sa culture à travers les étoiles. Singulière au sein de la communauté galactique, peu la rejoignent et beaucoup la quittent. Dans les couloirs de ces vaisseaux naissent, vivent et meurent les spatiaux.

Une ethnologue à tentacules, un homme rêvant d’intégrer la Flotte, un adolescent de s’en aller, une archiviste vieillissante qui a connu l’époque où les Humains étaient des parias, une soignante affectée aux soins des morts, et Tessa, sœur d’Ashby, le capitaine humaniste de L’Espace d’un an.

Autant de voix qui, humaines ou non, nous racontent le sentiment d’appartenance à un groupe, le besoin central de trouver une place, dans la galaxie ou dans les cœurs. Des gens ordinaires ; des vies ordinaires : uniques et précieuses...

Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction, d’Imaginaire et de récits maritimes depuis toute petite, ce sont des... En savoir plus sur cet auteur



Commentaires

1.Posté par Miroirs SF le 05/03/2017 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MiroirsSF
Je suis entièrement de ton avis sur les défauts de ce bouquin. Il m'a tout de même plu un peu plus que toi (d'autant que je suis justement du genre à regretter que les personnages ne soient pas assez profonds). Je retiens en tout cas les mêmes problèmes que toi : pas de réel fil conducteur, un enchaînement de péripéties sans lien (comme tu le dis, c'est à croire que c'est une compilation de nouvelles).
Tout comme toi, je m'interroge sur la suite : aura-t-elle seulement un intérêt ? Si c'est à nouveau pour enchaîner des péripéties sans grand enjeu, et sans histoire d'ensemble, ça ne m'intéres...

2.Posté par Koyolite TSEILA le 05/03/2017 19:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Oui, doudou ou pépère ^_^ Voyons comment sera la suite...

Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE SUR VOTRE PC AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». Au-dessus de ceci apparaît votre commentaire. SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.


Blog partenaire