Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Recherche dans nos cales

Le capitaine et l’équipage du Galion des Etoiles vous invitent à explorer la Science-fiction et les mondes imaginaires en partageant leurs découvertes et leurs passions pour ces thèmes qui leur sont chers. La bienvenue à bord !
Notez

Lazare en Guerre - (1) L'Artefact



Article rédigé par le 09/09/2017
Lu 719 fois


FICHE TECHNIQUE : Jamie Sawyer, LAZARE EN GUERRE


Lazare en Guerre - (1) L'Artefact

Quatrième de couverture

CAPITAINE CONRAD HARRIS : DÉCÉDÉ

Le voilà, le moment que je déteste. Me réveiller, c’est toujours pire que mourir. Et notre homme sait de quoi il parle ; il en a connu des missions suicides, incarné dans un « simulant », un clone aux capacités neurophysiologiques exceptionnelles. Ce n’est pas pour rien qu’on l’a surnommé Lazare, cet éternel ressuscité. Son équipe de SimOps et lui sont les soldats d’élite de l’Alliance, engagés dans la guerre impitoyable de l’humanité contre les Krells. À qui d’autre confier la mission « Clef-de-voûte » ? Elle les entraînera en territoire ennemi, vers une station de recherche secrète chargée d’étudier un mystérieux artefact qui n’est ni krell ni humain. Mais les meilleurs guerriers ne sont pas toujours préparés à ce qui les attend. Et Harris lui-même poursuit une autre quête qui le tourmente…

Fiche de lecture

Le capitaine Conrad Harris – alias Lazare, celui qui revient toujours - et sa section, sont des soldats d’élite de l’Alliance et font partie des SimOps. Ils interviennent dans toutes les missions suicidaires dans la guerre qui oppose les Humains aux Krells, incarnés dans leurs simulants, des clones dotés de biotechnologie et d’ingénierie génétique avancées, associées à de la mécanique, des versions améliorées d’eux-mêmes en tout point, tandis que pendant ce temps leurs propres corps reposent en sécurité dans une cuve remplie de liquide amniotique. Harris et son équipe sont appelés pour une mission dangereuse, au cœur du Maelström. Ils doivent récupérer les membres d’une station de recherche située sur une planète en territoire ennemi. Les savants avaient pour but d’étudier un mystérieux artefact d’origine inconnue et de transmettre à l’Alliance les résultats de leurs travaux. Mais les transmissions ont cessé. Que leur est-il arrivé ? Que vont découvrir Harris et son équipe sur place ? Qui a construit cet artefact extraterrestre ? Et dans quel but ?
 
« L’Artefact » est le tout premier roman de l’auteur Jamie Sawyer. Et c’est une belle surprise ! En effet, j’ai passé un excellent moment de lecture. L’histoire est prenante, et le personnage principal, Conrad Harris, est intéressant, car il poursuit lui-même une quête très personnelle à côté des missions suicides qui lui sont confiées.

Cet ouvrage, bien que passionnant, n’est pas dépourvu de quelques petites maladresses, à commencer par le style qui a du potentiel d’amélioration : trop de dialogues superflus (dans les toutes premières pages surtout), changements de temps dans la conjugaison des verbes (on a une narration au passé simple, et parfois entre deux, on passe au présent, c’est bizarre) et trop d’abréviations dont on doit s’efforcer de deviner la signification (quand on y parvient, on est content). Ces petites imperfections viennent-elles de la traduction ou sont-elles bien réelles ? Je l’ignore, n’ayant pas lu le livre en anglais.

Par contre, le gros point fort de Jamie Sawyer, c’est la narration. Bon sang ! Y’a pas à dire, l’auteur sait y faire pour raconter une histoire et accrocher son lecteur ! Et c’est là - à mon avis - que réside la force de cet ouvrage, car on en oublie volontiers les petits défauts, tant le récit est captivant. Je peux assurément qualifier cette lecture de « compulsive ».

Au niveau du genre, on n’est pas vraiment dans du space opera, la toile de fond et le contexte géopolitique n’étant que légèrement abordés, au profit du héros et des missions qu’il accomplit. On est plutôt dans une SF dite « militaire », avec aventures spatiales à la clé. En tout cas, dépaysement garanti !

Bref, bien que cet ouvrage ne soit pas parfait, j’ai passé un excellent moment de lecture, car l’auteur à su m’embarquer aux côtés de Conrad Harris et de sa section pour aller résoudre le mystère de cet artefact. Un livre que je vous recommande.


Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction et d’Imaginaire, ce sont des genres auxquels j'ai désiré rendre... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au Règlement.






cookieassistant.com