Menu
Facebook
Pinterest





Blog partenaire où l'on a soif de curiosité !

Notez
Livres SFFF

        

Joyland


Rédigé par le 17/11/2015 | Lu 194 fois




Joyland
Les clowns vous ont toujours fait peur ?
L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage…

Mêlant suspense, terreur, nostalgie, émotion, un superbe King dans la lignée de "Stand by me".

Fiche de lecture

Il est 14h20, petite après-midi lecture, je m'installe dans la bibliothèque, ma femme chez une amie, mon fils chez un copain, en bref une après-midi pour moi tout seul. Je me cale bien dans mon fauteuil (quoique plutôt celui des chats qui font la gueule car pour une fois je l'utilise!), le rayonnage King à ma droite, je prends « Joyland », encore entouré de son cellophane. Je le regarde, le caresse du regard, allez, j'y vais, me lance, je déchire délicatement cette protection, et me voici en train de le lire…
 
18h00 livre terminé. Quoi dire ? Un roman qui frôle le fantastique et qui effleure le policier. 

Eté et automne 1973. C’est l'histoire de Devin (puceau de 21 ans rêvant de devenir écrivain) qui se fait jeter la veille des vacances d'été par sa petite amie Wendy (son premier amour d'adolescent), et qui va se « noyer » (ne pensez pas à l'alcool) dans son job d'été dans le parc d'attraction. Et il va remonter la pente grâce à l'amitié du personnel, à sa première expérience sexuelle, et à l'histoire d'un ancien meurtre, dont le récit aurait été oublié, si une légende ne courait pas parmi les employés du parc sur le fantôme de cette jeune fille assassinée (qui fait des apparitions à l'endroit où elle est morte). Mais aussi grâce à l'histoire d'un petit garçon de 10 ans, médium et malade incurable, dont il fera la connaissance. Ou encore au road movie d'un meurtrier vicieux, dont l'histoire va les lier et changera à jamais la vie de Devin. Tout cela va mettre en évidence son évolution, sa transformation, sa mue... 

En fait, j'ai détesté « Joyland ». Savez-vous pourquoi ?
 
Parce que la fin est triste. Et je n'aime pas les fins tristes... Je suis rarement émotif, mais là, c'est le pompon ! Une boule nouée qui reste au-travers de la gorge. Le fait de rester avec le sentiment d'une tristesse infinie. 
 
Merci Mr. King, comme d'habitude, c'est une œuvre splendide et à avoir dans sa bibliothèque, une histoire attachante comme toujours et pleine de nostalgie. Un livre sur l'apprentissage de la vie.

Source

Photo : @Jean-Luc Fradin, collection privée




Nouveau commentaire :
PENSEZ A SAUVEGARDER VOTRE COMMENTAIRE AVANT DE L’ENVOYER ! En effet, le Galion est facétieux et parfois, l’envoi peut ne pas aboutir dans le poste de pilotage. Le transfert est réussi lorsqu’après avoir cliqué sur « ajouter », vous voyez en encadré et en rouge le texte « Votre commentaire a été posté ». Au-dessus de ceci apparaît votre commentaire. SVP soignez votre orthographe, oubliez le langage SMS et ne mettez pas de liens externes. Veuillez prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le Webmaster se réserve le droit de supprimer les commentaires contraires au règlement.

⚓️Recherche :


Membres sur le pont
Philippe ANDRÉ
Marie-Paule HONIN
Robert YESSOUROUN
Frédéric VASSEUR


Commentaires