Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Le capitaine et l’équipage du Galion des Etoiles vous invitent à explorer la Science-fiction et les mondes imaginaires en partageant leurs découvertes et leurs passions pour ces thèmes qui leur sont chers. La bienvenue à bord !

Notez

           
Une fiche signée : - publiée le 03/02/2019 (dernière mise à jour le 03/02/2019)
Lu 132 fois


Gargantia

Suisei no Gargantia / Gargantia on the verdurous Planet / 13 épisodes + 2 OAV



FICHE TECHNIQUE/TAGS : 2014, Kazuya Murata (scénario)

Dans une galaxie lointaine, l'Alliance Galactique est en guerre contre une race d'extraterrestres pour sa survie. Au cours d'une bataille, le jeune soldat Red est aspiré dans une distorsion de l'espace-temps. A son réveil, six mois plus tard, il découvre une étrange planète inondée par la mer et dont l'air est respirable. C'est le berceau de l'humanité, la Terre, dont l'Alliance Galactique avait perdu la trace depuis des siècles...


Gargantia

Présentation

J’ai été surpris par cette série d’animation, principalement grâce à sa beauté graphique. Pour commencer, j’eus la sensation de contempler, dans son introduction, une sorte de renouvellement intéressant et inspiré d’une science-fiction centrée sur un combat galactique. Le choix conceptuel est intelligemment filmé d’une stratégie de bataille dans l’espace entre une alliance humaine supérieure et des adversaires tentaculaires. Tout commence par ce déploiement de troupe dans l’espace, une armée composée de Mecha (Robots pilotés de l’intérieur par des êtres vivants) essayant de détruire le nid « extraterrestre » cause de la mise en danger d’Avalon, une « habitation spatiale et utopique de 470 millions d’habitants ». La fluidité de la mise en scène parvient avec visibilité à nous faire comprendre le déroulement de l’action. Le choix de montrer une guerre gérée comme un « art ancien » rend justice aux techniques militaires. Tout ceci me fait penser aux batailles d’antan, comme si chaque « soldat » était utilisé comme des troupes d’élites (comme celles placées en réserve au commencement d’une bataille et disciplinées et chargées d’avancer en « écran » avant d’attaquer). Les Robots s’activent en se dirigeant vers leur cible comme s’il s’agissait d’une tactique de guerre employée au XVIIIème siècle. Ici le design des vaisseaux, « catapultant » des milliers de magnifiques robots, surprend ; à l’identique ses adversaires disposent d’un aspect terriblement séduisant. L’un des points forts s’articule autour de cette imagination fortement mise en relief à l’écran par un « feu d’artifice » souligné par toutes ces formes stylistiques.

Par suite d’un dysfonctionnement malheureux le personnage principal se retrouve happé par une distorsion temporelle et englouti tel un naufragé par une planète regroupant toutes les caractéristiques climatiques de la Terre, à la différence qu’ici toutes les terres du passé ont été submergées, les habitants vivent sur des navires gigantesques se déplaçant sur une mer regroupant tous les océans. La cité souveraine se nomme GARGANTIA.

Lorsque la page galactique se tourne, nous nous trouvons au sein d’un univers différent, le suspens retombe et une exploration philosophique s’anime entre les différents protagonistes. Dans un besoin d’unité, d’amitié, d’éducation de nos rapports à l’humanité, le langage s’instaure entre deux idéologies, celle du terrien vivant dans l’espace pensant être indispensable à la survie de son espèce en considérant « les faibles » comme inutiles au bon fonctionnement d’un système utopique, et celle œuvrant dans la richesse que peut apporter chaque individu en dehors de toute considération sociale sur la présente terre. Les dispositions afin de laisser glisser un apaisement sont multiples et agréables. Une adaptation à ce nouveau monde redéfinit une toute nouvelle implication pour le jeune héros qui de but, en dehors d’anéantir les « hideous », « ces formes de vie inférieures » et ennemis de l’alliance galactique, modifie sa manière de penser et d’agir en aidant de simple personne à améliorer leur condition de vie sur ces grandes plateformes océaniques.

GARGANTIA ce sont 13 épisodes efficaces. Leurs scénarios obtiennent une belle cohérence, impressionnante, de faire s’imbriquer entre eux tous les sous-genres de la SF avec celle dite classique. On peut penser au Steampunk à la vue de ces navires sous pesant des villes entières avec un drôle de mélange entre le film apocalyptique (sur mer) réalisé par Kevin Reynolds ; WATERWORLD empruntant une imagerie à la Philip Reeve et son univers mécanique MORTAL ENGINES. Le Mecha, directement honoré par la culture SF nipponne, s’adjoint de tous les problèmes que l’on peut rencontrer avec une intelligence artificielle (communément admise comme l’Interface système du robot en relation avec son pilote adolescent). Cette interaction soulève la question de savoir si ce dernier a vraiment une conscience au-delà des programmations et paramétrages de son système ; on pense à Isaac Asimov mais aussi aux défaillances « névrotiques » du HALL 9000 le supercalculateur doté d’intelligence artificielle dans le chef d’œuvre écrit par Arthur C. Clarke ; 2001 L’Odyssée de l’Espace. On distingue aussi le reflet de nos vies améliorées avec la question sur les manipulations génétiques et quelles sont les limites à ne pas dépasser entre science et morale. Et inévitablement cette courte série se pose comme une réflexion sur nos responsabilités envers nos propres actions dont les répercutions peuvent conclure à beaucoup de chaos et de destruction, et c’est avec cette mise à plat des pensées philosophiques récurrentes que l’ombre d’Orson Scott Card plane sur GARGANTIA avec son roman La Stratégie Ender.

Alors oui, la série s’aventure indéniablement sur plusieurs registres en arborant fièrement ses références sans en avoir honte, et c’est tant mieux, car le résultat fascine autant qu’il fait réfléchir. La fusion de tous ces éléments donne une énergie qui finalement lui est propre et lorsque on fait défiler 13 épisodes (23 mn chacun) les uns à la suite des autres, c’est parce qu’une symbiose artistique et scénaristique prend le dessus naturellement. C’est une logique d’attirance, de plaisir pour cette histoire qui forme un tout, c’est le développement et le cheminement d’une émotion dont la cohésion reste totale.




Nouveau commentaire :
SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de supprimer les commentaires qui sont contraires au Règlement.