Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Wonder Woman

3 saisons | 60 épisodes



Article rédigé par le 16/12/2012
Lu 374 fois




Wonder Woman
Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Major Steve Trevor, de l’US Air Force, s'écrase dans le triangle des Bermudes, tout près d'une île, inconnue et paradisiaque. Là, toujours inconscient, il est secouru par Diana, la fille de la reine des Amazones, des femmes immortelles aux pouvoirs surhumains. Les hommes sont interdits sur l’île (c’est pour cela qu’elle est paradisiaque !) et Diana, déguisée, parvient à être désignée pour ramener Trevor chez lui. Sa mère, bien que contrariée, accepte, lui confiant un costume équipé d’une ceinture, grâce à laquelle Diana gardera ses pouvoirs en dehors de l’île, et un lasso qui oblige toute personne prisonnière de celui-ci à obéir et à dire la vérité. D’autres « gadgets » sont inclus, comme des bracelets « pare-balles ».

Diana ramène donc le militaire à Washington, à bord d’un avion invisible (!). Face à la menace d’attentats et à la présence de nombreux espions, elle décide de rester sur place, prenant l’identité de Diana Prince et se faisant embaucher comme secrétaire de Steve Trevor.

Autour de la série

Inspirée librement de la bande dessinée homonyme de DC Comics, « Wonder Woman » aura une existence aussi chahutée que les aventures de son personnage central.

En effet, ABC l’annule au bout de la première saison, malgré de bons résultats. Ce choix s’explique par les gros frais de costumes et de décors (pour une série télé) afin de recréer les années 1940 durant lesquelles se situe l’histoire.

Mais elle renaît aussitôt sur la CBS, sous le nom « Les Nouvelles Aventures de Wonder Woman ». Cette fois, l’histoire se déroule en 1977, c'est-à-dire à l’époque même de sa diffusion. Diana, qui n’a pas vieilli d’un pouce (normal : elle est immortelle), est retournée sur son île. Lorsqu’un nouvel avion y fait un atterrissage d’urgence (décidément, les scénaristes manquent d’idées), elle rencontre le fils du Major Trevor – qui se nomme aussi Steve Trevor (et qui est toujours joué par le même acteur - comme c’est original !).

Retournant sur le continent, elle va désormais collaborer avec « Junior » au sein de l’IADC (Inter-Agency Defense Command), une sorte de mélange du FBI et de la CIA. Wonder Woman réapparaît donc, à la grande surprise du public, qui se demande pourtant à peine où elle a pu passer les 35 dernières années.

Désormais, les ennemis à combattre ne sont évidemment plus les espions nazis, mais des terroristes, des organisations criminelles, voire même une invasion extra-terrestre (!).

La CBS mettra définitivement fin à l’aventure au bout de la troisième saison, diffusant désormais « L’incroyable Hulk » dans la tranche horaire qu’elle occupait jusque là.

On peut évidemment trouver cette série très kitsch aujourd’hui, mais elle eut une bonne part de succès, en partie grâce à celle qui incarnait le personnage central : la très belle Lynda Carter, ex-Miss USA, à qui le costume allait comme un gant (?) et qui attirait un large public – de jeunes adolescents, en majorité. Je sais de quoi je parle : j’avais 11 ans à l’époque !

Depuis lors, les tentatives de relancer le personnage ont toujours échoué, qu’il s’agisse du grand comme du petit écran. Tout au plus, a-t-on eu droit à un épisode pilote, en 2011, mais qui sera sans lendemain.

Wonder Woman (2011)

Wonder Woman
Cette fois, Wonder Woman se nomme Diana Themyscira (Themyscira est le nom de l’île de Diana et de ses amies Amazones dans la version dessinée), une femme d’affaire, qui en dehors de ses activités financières florissantes, décide de combattre le crime à Los Angeles (et non plus à Washington, comme dans l’ancienne série).

Dans le rôle central, on trouve Adrianne Palicki, face à qui Elizabeth Hurley incarne la « méchante de l’histoire ».


Thierry B.
A bord du Galion, je remplis les fonctions de Docteur – pas celles de médecin. Non, moi, j’explore,... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au Règlement.






cookieassistant.com