Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Sumerian Codex - (1) Le Sceau du Temple Noir



Article rédigé par le 05/02/2012
Lu 623 fois




Sumerian Codex - (1) Le Sceau du Temple Noir
1153. Après avoir découvert un mystérieux coffre dans les souterrains de Saint-Jean-D'acre, Évrard des Barres se démet sans explication de sa charge de grand Maître des Templiers. Dès lors, Évrard verra sa vie menacée par la dangereuse confrérie qui parasite l’Ordre du Temple. Sans le savoir, le grand Maître aurait-il libéré les forces d’un autre monde ?

1338. Le chevalier allemand, Lanz von Malberg quitte Mayence pour l’Estonie. Au cours d’une chasse au vol, il fait une bien étrange rencontre. Une entité surnaturelle, dont il ne soupçonne pas encore la nature, lui remet un sceau en argent. La formule ésotérique gravée dans son métal serait-elle celle d’une secte criminelle dont les origines se perdent dans la nuit des temps ? Lanz apprendra que, depuis le fond des âges, il appartient à la conjuration de l’Aube de contrecarrer les desseins du Temple Noir, et que seule la belle et énigmatique Yrmeline est en mesure de faire obstacle au plan d’hégémonie mondiale que trame le Bellator Rex. Hélas, la tâche sera d’autant plus ardue que le redoutable chef du Temple Noir œuvre dans l’ombre et que ses pouvoirs sont sans limite !

Fiche de lecture

Ce roman est un chef d’œuvre qui mêle harmonieusement épopée médiévale, amour, histoire, science-fiction et fantastique. Son scénario exceptionnellement riche est original, et très bien écrit. L’auteure, Bleuette Diot, l’a rédigé entièrement dans le style de langage de l’époque à laquelle il se déroule. Ceci confère un charme exceptionnel à cette histoire et ne rend que plus crédible le récit. Mais d’un autre côté, il faut aussi dire que cette prose lyrique peut demander aux lecteurs un certain lapse de temps pour s’y adapter.
 
La trame fait référence à des faits historiques, auxquels l’auteure ajoute sa note personnelle en imaginant une histoire passionnante. Il est à noter que cet ouvrage est fort bien documenté : on trouve en fin de livre un lexique très utile, qui permet non seulement de comprendre des mots de ce vocabulaire médiéval, mais qui, également, offre la possibilité au lecteur de s’instruire pour mieux connaître les références culturelles dont il est question dans cet ouvrage. J’apprécie le fait que ces notes soient placées en fin de livre, car ainsi, les pages de lecture ne s’en retrouvent pas alourdies.
 
Bleuette Diot est passionnée d’histoire et a réalisé un travail de titan pour étoffer son premier roman. Le résultat est impressionnant. Il est intéressant de remarquer que tout au long de ce tableau médiéval, l’auteure profite - au travers de personnages - de développer et de nous livrer son point de vue personnel - fort bien argumenté d’ailleurs ! - sur le « mystère » de nos origines. Ses hypothèses sont troublantes, déconcertantes. Je me suis donc documentée à mon tour afin de mieux pouvoir appréhender les faits historiques présentés, et je me suis amusée à essayer de deviner à partir de quel moment l’auteure y intègre une part de fiction… Difficile à déterminer, tant ces insertions sont subtiles et se prêtent bien au contexte !
 
Dans ce roman, on peut se régaler de descriptions somptueuses. Je pense notamment au passage qui décrit la forêt dense aux arbres gigantesques au cœur de laquelle Yrmeline et Lanz vont se rencontrer. On s’y croirait ! Pour ma part, c’est d’ailleurs à partir de ce moment-là que je me suis vraiment immergée dans le récit pour ne plus pouvoir en ressortir, tant il est captivant. La partie qui précède - quoiqu’un peu longue - est très bien aussi, mais elle n’atteint jamais une telle intensité que par la suite. En effet, c’est plutôt une mise en place des événements à venir… Et croyez-moi, ils sont de taille !
 
Au sujet des personnages principaux, je dois dire que j’ai été surprise par leur profondeur de caractère. On s’y attache très vite. Quels que soient leurs intentions ou leurs buts, ils sont tous très bien développés et imprégnés d’une part de mystère.

Yrmeline, l’héroïne de cette saga, est une femme à la fois forte et douce, courageuse et fragile. Ses origines lui confèrent un statut - presque - unique, qui s’avèrent être un fardeau, dont cependant elle est prête à en assumer le poids, au prix de douloureux sacrifices. Je pense qu’elle nous réserve encore bien des surprises, car ses dons sont puissants.
 
Son ami Lanz von Malberg est généreux, téméraire et passionné. Pour elle, il renoncera à tout, ses convictions les plus profondes y comprises. Ces deux protagonistes me rappellent fortement Tristan et Iseut (j’aime ce conte d’amour et de mort !), un couple dont l’histoire d’amour, bien que passionnée au-delà de tout, semble impossible.
 
Konwoïon, le mentor d’Yrmeline, est un vieux sage qui dégage une aura de bienveillance autour de lui. Toujours de bon conseil, son rôle est cependant flou. En effet, il détient un secret vieux de plusieurs millénaires, qu’il rechigne à partager, même avec ses proches. De ce fait, on a parfois l’impression de lui qu’il tire les ficelles de ses marionnettes de sorte à les faire évoluer selon ses plans dans un grand théâtre dont toutes ignorent les desseins.
 
Quant au Bellator Rex, quel antagoniste ! Ce n’est pas le grand méchant banal de bien des histoires. Oh non, cet ennemi est l’incarnation du Diable en personne ! Il séduit, pour mieux piéger. Sa beauté n’a d’égal que sa cruauté. Il peut se montrer aussi délicat que brutal. Il agit avec intelligence et subtilité, pour évincer ou exterminer ses adversaires sans pitié. Calculateur et manipulateur, il sait utiliser des arguments de taille pour soumettre à sa cause ceux qu’il désire avoir à ses côtés. Le Bellator Rex est de loin le personnage le plus fascinant de ce récit.
 
Piotr, lui, est une victime plus qu’un bourreau. Je crois que ce pauvre bougre n’est pas vraiment méchant, mais il est un pion qui a été manipulé par le Bellator Rex. Ses aspirations les plus intimes l’ont conduit à l’aveuglement, et lorsqu’il a réalisé que le chemin sur lequel il s’était engagé n’avait plus rien à voir avec ses buts, il était déjà trop tard pour faire marche arrière…
 
En conclusion, je dirais qu’« Yrmeline et le Chant des Pierres » est une histoire captivante dont le suspens va en crescendo. Les dernières pages sont d’une intensité presque insoutenable, à donner le vertige ! Je ne peux que vous recommander cet ouvrage, car de cette lecture, on peut en ressortir que plus enrichi !

Nota Bene

Sumerian Codex - (1) Le Sceau du Temple Noir
Ma fiche de lecture se rapporte à l'ancienne édition : Yrmeline et le Chant des Pierres


Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction et d’Imaginaire, ce sont des genres auxquels j'ai désiré rendre... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au Règlement.






cookieassistant.com